Plusieurs milliers de migrants, pour la plupart des Kurdes de Syrie et d'Irak, se sont dirigés vers un poste frontière avec la Pologne

Poutine et Loukachenko discutent de la crise migratoire aux frontières de l'UE

photo_camera PHOTO/MIKHAIL KLIMENTYEV/KREMLIN - Le président russe Vladimir Poutine, à gauche, et le président biélorusse Alexandre Loukachenko

Les présidents de la Russie et du Belarus, Vladimir Poutine et Alexandre Loukachenko, ont discuté de la crise migratoire aux frontières du Belarus avec l'Union européenne (UE), a déclaré aujourd'hui le Kremlin.

"Les présidents (...) ont échangé des vues sur la situation des réfugiés aux frontières biélorusse-polonaise et biélorusse-lituanienne" lors d'une conversation téléphonique mardi, a indiqué la présidence russe.

Une colonne de plusieurs milliers de migrants, pour la plupart des Kurdes de Syrie et d'Irak, s'est dirigée lundi matin sur une autoroute vers un poste frontière avec la Pologne dans la région de Grodno.

Selon les médias, les migrants ont apparemment été escortés par les forces de sécurité biélorusses, qui affirment que les réfugiés se trouvent légalement sur leur territoire.

Imagen de migrantes kurdo-sirios

Après avoir tenté sans succès de franchir les barbelés érigés par les gardes-frontières polonais, les réfugiés ont monté des tentes et passé la nuit à l'orée d'une forêt voisine.

Le gouvernement polonais a renforcé la sécurité à la frontière par crainte d'une escalade de la violence et d'éventuelles provocations du côté biélorusse.

L'UE accuse le régime de Loukachenko de mener depuis des mois une "guerre hybride" qui a vu des milliers de migrants en situation irrégulière, principalement originaires d'Irak, entrer dans l'UE en passant par la Lituanie, la Lettonie et la Pologne.

Una mujer siria se sienta en una tienda de campaña con su hijo mientras

Le Kremlin a exhorté toutes les parties à se comporter de manière "responsable afin d'éviter une escalade", tandis que le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a imputé à l'Occident la responsabilité de la crise à la frontière entre le Belarus et la Pologne, où se sont rassemblés plusieurs centaines de migrants en provenance du Moyen-Orient.

Selon lui, l'origine du problème réside dans la politique que les pays de l'OTAN et de l'UE ont menée à l'égard du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, et dans leur tentative d'imposer leur propre interprétation des valeurs démocratiques.

Plus dans Politique
Josua Harris usa argelia
A l’approche des élections présidentielles qui se dérouleront au mois de novembre prochain, le président Joe Biden ne compte pas quitter la Maison Blanche sans avoir marqué de son empreinte le rôle des Etats Unis d’Amérique dans le règlement du conflit algéro-marocain qui n’a que trop duré

Joe Biden choisit « Monsieur Sahara » ambassadeur à Alger