Les différents dirigeants de la région conviennent qu'ils doivent concentrer leurs efforts sur la négociation s'ils veulent parvenir à une situation de stabilité

La stabilité au Moyen-Orient dépend de la volonté de s'asseoir à la table des négociations

AFP/KARIM SAHIB - Anwar Gargash, conseiller étranger du président des Émirats arabes unis

Cela peut sembler logique, mais si l'on regarde en arrière, on constate que le dialogue entre les pays de la région du Moyen-Orient a brillé par son absence au moment où il était le plus nécessaire. Mais les conflits armés ne manquent pas. Du Yémen à l'Iran à la menace terroriste apparemment incombustible. Loin de s'asseoir pour rapprocher les positions, l'accent a été mis sur la confrontation et le différend, qui n'a pas pris fin - et ne prendra jamais fin - avec les différences entre les pays qui partagent la zone géographique allant de la mer Rouge au Golfe. 

L'un des conflits qui a généré, et continue de générer, la plus grande controverse est celui qui implique Israël et la Palestine. Cette semaine de conférences organisée par Brookings Foreign Affairs sous le titre "Le Moyen-Orient et la nouvelle administration américaine" est l'un des sujets les plus récurrents depuis son lancement le lundi 22 février. L'ancien Premier ministre palestinien Salam Fayyad l'a déjà dit lors de cette première journée de réunions : "L'objectif de Biden doit être de restaurer la confiance que Trump a balayée". Et c'est une tâche que le nouveau gouvernement américain est convaincu de pouvoir accomplir. Bien sûr, ce ne sera pas facile, mais la vision des pays qui entourent Israël est claire : la situation est intenable et le changement doit être imminent. 

Abdullah Il ibn al-Hussein, roi de Jordanie, a été le premier à évoquer un conflit qui ne pouvait pas être plus proche de lui. Il l'a fait avec une vision plus critique qu'optimiste. La lassitude du peuple jordanien est évidente : "La frustration de ceux d'entre nous qui vivent au milieu du conflit palestinien est absolue", a déclaré le roi de Jordanie. D'autre part, il voulait montrer à tout moment la position de son pays sur le conflit. Il estime qu'il faut être clair, et plus encore dans une question qui ébranle la stabilité du Moyen-Orient depuis tant d'années, comme l'est la question palestinienne. Il a montré son ferme soutien au peuple palestinien : "Les Palestiniens ont le droit à une réelle indépendance et à vivre en paix avec Israël", et a ajouté que la voie du dialogue doit être trouvée non seulement pour leur propre stabilité, mais aussi parce qu'"ils doivent au monde une solution pacifique à leurs conflits". 

Oriente Medio

Dina Kawar, l'ambassadrice de Jordanie aux Etats-Unis, a montré une perception très similaire à celle de M. Al-Hussein, en étant encore plus claire sur la position de son pays, puisqu'elle estime que "la Palestine souffre d'une occupation israélienne". Elle ajoute qu'il appartient au gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahou de faire un premier rapprochement et de faire sa part pour trouver la voie du dialogue : "C'est Israël qui doit faire un pas en avant". Malgré le fait qu'Israël bénéficie du soutien des États-Unis, la Jordanie est reconnaissante de la nouvelle position adoptée par la Maison Blanche après l'arrivée de Joe Biden au pouvoir, car, disent-ils, "ils sont très satisfaits de la position de l'administration Biden en ce qui concerne le Moyen-Orient". De plus, ils estiment que la voie suivie par Donald Trump au cours des quatre dernières années n'était pas viable et que l'arrivée des démocrates est "une bouffée d'air frais pour tout le monde". 

La vision présentée par les représentants jordaniens n'était pas la seule présente lors de cette troisième journée de présentations en référence au conflit entre Israël et la Palestine. Anwar bin Mohamed Gargash, conseiller diplomatique du président émirati Khalifa bin Zayed al-Nahyan, a également évoqué l'importance que son pays peut avoir dans cette affaire : "Nous pensons que nous pouvons être d'une grande aide dans le conflit israélo-palestinien". Il n'est pas le premier, ni peut-être le dernier, à donner un coup de main dans ce conflit. Si une chose est claire, c'est que les intérêts dans cette zone de la carte sont au maximum, et tout pays qui peut tirer profit du problème d'un tiers va le faire. Cependant, il partage les vues du roi de Jordanie, Abdullah Il ibn al-Hussein, et de l'ambassadeur de Jordanie aux États-Unis : "La Palestine a le droit légitime d'être indépendante". 

Oriente Medio

M. Gargash admet qu'ils ne sont pas un acteur majeur dans ce conflit, mais il montre en même temps le double visage de la pièce. D'une part, il exprime ouvertement son soutien à l'indépendance qu'il considère comme légitime pour le peuple palestinien, mais, d'autre part, il parle des ponts qu'il construit depuis plusieurs années avec Israël et du soutien "dont il fera toujours preuve". C'est là qu'intervient la position de médiateur d'un pays en pleine expansion, comme les Émirats arabes unis, qui veut démontrer les fruits de ses bonnes relations diplomatiques avec ses voisins israéliens. 

Le conseiller du président émirati n'a pas voulu s'arrêter là et a montré son inquiétude pour un autre des conflits les plus préoccupants de l'actualité internationale, celui du pacte nucléaire iranien. Il souligne que "l'administration Biden a raison de donner la priorité au dialogue en Iran", car les positions semblent immuables et il n'exclut à aucun moment que la situation tendue puisse entraîner des conséquences plus graves. C'est pourquoi il souligne l'importance vitale que "la solution qui sera trouvée doit être une solution stable". Ils ne peuvent et ne veulent pas continuer à supporter des moments de tension ou des patchs temporaires qui ne font que prolonger une situation de "fausse stabilité".  Et qu'il est nécessaire de regarder au-delà de la recherche. L'Iran doit avoir un avenir prospère, même s'il est évident que cela ne peut pas être un objectif à court terme, mais il doit toujours être présent lors de l'application de politiques telles que celles en cours. 

Oriente Medio

Le plan d'action global conjoint (PAGC) en est un bon exemple. Amos Yadlin, directeur exécutif de l'Institut de sécurité nationale de l'Université de Tel-Aviv, a été extrêmement critique : "La diplomatie avec l'Iran va échouer, des sanctions doivent être appliquées. Déjà depuis la présidence de Barack Obama, il y a eu une tension qui s'est accrue au fil des ans pour atteindre le point où elle est aujourd'hui, et dont Israël se sent menacé. Ce n'est pas l'Europe ou les Etats-Unis qui devraient s'inquiéter des éventuelles actions nucléaires de l'Iran, selon M. Yadlin, c'est Israël qui est visé. 

Oriente Medio

"C'est la préoccupation n°1 d'Israël en ce moment", a déclaré le directeur exécutif de l'Institut de sécurité nationale de l'Université de Tel-Aviv. Il a même osé aller plus loin : "L'option d'une action militaire serait un désastre absolu que, par ailleurs, nous ne devrions pas exclure". Un avertissement non seulement pour son pays mais pour l'ensemble de la société internationale qui, si elle veut commencer à voir la lumière au Moyen-Orient, ne peut que parier sur le dialogue et la compréhension. 

Envíanos tus noticias
Si conoces o tienes alguna pista en relación con una noticia, no dudes en hacérnosla llegar a través de cualquiera de las siguientes vías. Si así lo desea, tu identidad permanecerá en el anonimato