Recep Tayyip Erdogan se venge sur les "travailleurs kurdes" et arrête plus de 700 personnes d'origine kurde dans son pays

La Turquie arrête 718 Kurdes en réponse aux affrontements avec le PKK

photo_camera PHOTO/AP   - Le gouvernement d'Erdogan a arrêté jusqu'à 718 personnes d'origine kurde

Le gouvernement Erdogan a arrêté jusqu'à 718 personnes d'origine kurde sur le territoire turc en réponse aux conflits qui ont lieu entre Ankara et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), considéré comme une organisation terroriste par la Turquie. Cette mesure de répression est destinée à couvrir l'échec récent de ses troupes dans le nord de l'Irak lors de l'opération "Eagle Claw 2", au cours de laquelle, selon des sources officielles, trois soldats turcs ont perdu la vie. 

Le ministre de la défense, Hulusi Akar, a annoncé la fin de l'opération lancée le 10 de ce mois. Il a également réagi à la mort de 13 civils qui, dit-il, ont été "kidnappés et exécutés par le PKK". "J'aurais aimé que nous puissions faire sortir nos 13 citoyens de la région en vie. Mais les tueurs ont martyrisé ces innocents désarmés dans un massacre", a déclaré le ministre Akar. Bien que les sources du parti consultées par Al Ain disent que parmi ces 13 personnes se trouvaient des membres des services de renseignement, de la police et de l'armée, et qu'elles ont été tuées par des tirs amis pendant l'opération militaire. Entre-temps, le groupe armé donne une version similaire à cette dernière, affirmant qu'ils ont été tués lors de bombardements aériens turcs. Et, d'autre part, ils portent à 50 le nombre de soldats tués dans l'opération "Griffe d'aigle 2" et à des centaines de blessés. 

Les pertes que ces attaques ont causées ont conduit deux parlementaires kurdes à manifester par le biais des réseaux sociaux. L'un d'eux, Umar Faruk Girgirlioglu, a indiqué que des parents de soldats du PKK capturés étaient venus le voir il y a deux ans et demi pour "obtenir de l'aide pour leur retour en toute sécurité". Il a ajouté que "s'il y avait une atmosphère de paix, il est possible qu'ils soient vivants, mais les responsables du gouvernement n'ont jamais pensé à une telle chose". D'autre part, le député kurde Hoda Kaya a également voulu partager via Twitter son indignation face aux événements : "Les familles de ces soldats ont frappé à plusieurs reprises à la porte du Parlement. Mais vous leur avez tous fermé la porte au nez, sauf mes collègues et moi. Ceux qui ont fermé leurs portes devant ces familles font maintenant le trafic du sang de leurs enfants". 

Atalayar_Miembros PKK

Les publications de Girgirlioglu et Kaya n'ont pas été bien accueillies par le gouvernement turc et ont incité l'administration de Recep Tayyip Erdogan à ouvrir une enquête contre les deux parlementaires du Parti démocratique du peuple, qui est la troisième force en importance de l'Assemblée nationale turque. 

Les attaques des troupes turques sur le territoire irakien ne cessent d'avoir des conséquences, non seulement sur le champ de bataille, mais aussi dans les bureaux. Les "violations de la souveraineté du territoire et de l'espace aérien" considérées depuis l'Irak sont une constante depuis des années par le pays présidé par Erdogan dans son objectif de mettre fin au PKK. L'installation des bases et le déploiement de troupes terrestres pendant près de deux ans - mai 2019 - font que l'hostilité ne cesse pas à la frontière entre l'Irak et la Turquie, l'un des foyers de conflit les plus importants étant Gara, la région où les 13 civils d'origine turque ont été exécutés. 

Plus dans Politique
Josua Harris usa argelia
A l’approche des élections présidentielles qui se dérouleront au mois de novembre prochain, le président Joe Biden ne compte pas quitter la Maison Blanche sans avoir marqué de son empreinte le rôle des Etats Unis d’Amérique dans le règlement du conflit algéro-marocain qui n’a que trop duré

Joe Biden choisit « Monsieur Sahara » ambassadeur à Alger