La première année de la présidence de Gustavo Petro a permis de prendre des mesures pour concrétiser les promesses et de lancer des initiatives dans le cadre de la politique de paix totale du gouvernement, indique un nouveau rapport de l'ONU sur le pays

La Colombie progresse sur la voie de l'accord de paix, mais doit agir en faveur des victimes

UNVMC/Camilo Vargas La ONU apoya la reintegración de las familias de los excombatientes en Colombia.
photo_camera UNVMC/Camilo Vargas - L'ONU soutient la réintégration des familles des ex-combattants en Colombie.

(MISE À JOUR : cette information met à jour les informations publiées le 5 octobre avec les déclarations du chef de la Mission de vérification des Nations unies en Colombie, Carlos Ruiz Massieu). 

Alors que le délai de 15 ans pour la mise en œuvre de l'accord de paix final entre le gouvernement colombien et les FARC-EP arrive à mi-parcours, le secrétaire général des Nations unies a estimé que la première année de l'administration du président Gustavo Petro "offrait l'occasion de renouveler les engagements pris dans l'accord et de prendre des mesures décisives pour tenir ces promesses".  

 Publié le 5 octobre, le rapport d'António Guterres pour la période juin-septembre sur la mission de vérification des Nations Unies dans le pays note que cette année a également servi à lancer d'autres initiatives ambitieuses dans le cadre de la politique de paix totale du gouvernement Petro.  

En présentant le rapport au Conseil de sécurité des Nations unies, le chef de la mission a salué l'annonce, il y a trois jours, d'un cessez-le-feu bilatéral entre le gouvernement colombien et les dissidents des FARC, ainsi que d'autres mesures visant à instaurer une paix durable. 

 "Nous voyons d'un œil positif les pourparlers entre le gouvernement et le groupe qui s'appelle l'état-major central des FARC-EP. Les parties ont annoncé le week-end dernier la suspension des actions offensives l'une contre l'autre et leur intention d'établir une table de négociations de paix ainsi que l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu bilatéral à partir du 16 octobre", a déclaré Carlos Ruiz Massieu. 

 Il a ajouté que les parties demanderaient bientôt que la mission de l'ONU soit autorisée à participer à la surveillance et à la vérification du cessez-le-feu.  

 Malgré les actions positives, Guterres a souligné dans le rapport que les engagements de l'Etat envers les victimes et les communautés vulnérables n'ont pas encore été respectés et que les efforts à cet égard doivent être redoublés. 

Renforcer la présence de l'État 

En outre, il est nécessaire d'accroître la présence de l'État dans tous les territoires, a déclaré le représentant de l'ONU, ajoutant qu'il s'agit d'une "responsabilité et d'un moyen de démontrer la volonté politique et de renforcer la légitimité de l'État". 

Il a expliqué que la démonstration de cette volonté politique aura des implications pratiques lorsque le gouvernement s'engagera dans de nouvelles négociations de paix. 

À cet égard, il a cité les progrès récents dans les négociations entre le gouvernement et l'Armée de libération nationale (ELN), "qui reflètent la détermination des deux parties à mettre fin à des décennies de conflit". 

Réforme agraire 

Le rapport fait état des travaux visant à accélérer la mise en œuvre d'une réforme rurale globale et rappelle que la fourniture d'un soutien à la terre et à la production aux paysans sans terre, aux femmes et aux victimes est fondamentale pour concrétiser ces efforts.  

Il souligne également le lancement, en août, du système national de réforme agraire, un mécanisme clé de coordination interinstitutionnelle visant à assurer une mise en œuvre cohérente, notamment en encourageant la participation des paysans, des femmes et des organisations indigènes et afro-colombiennes.  

 Pour faire avancer cette initiative, António Guterres a appelé le secteur privé, la paysannerie et toutes les autres parties prenantes à privilégier le dialogue comme principal instrument pour favoriser les progrès et atteindre des objectifs communs. 

 En accord avec le Secrétaire général, Carlos Ruiz Massieu a rappelé que l'une des causes profondes du conflit armé colombien est la répartition inégale des terres et l'absence de mise en œuvre des réformes rurales nécessaires pour y remédier. 

"C'est précisément pour cette raison que les parties ont placé la réforme rurale globale au cœur de l'accord, en en faisant le premier chapitre du pacte et en la désignant comme le domaine qui nécessite les investissements à long terme les plus importants". 

 Il a donc estimé que le retard des progrès dans ce domaine au cours des premières années de mise en œuvre n'était pas une surprise.  

Les progrès ont été limités à la capacité de l'accord à apporter les transformations attendues aux populations longtemps marginalisées dans les zones rurales touchées par les conflits, a-t-il déclaré. 

 Notant qu'il reste un long chemin à parcourir pour atteindre les objectifs ambitieux de l'accord dans ce domaine, il a reconnu les efforts croissants du gouvernement pour mener à bien la réforme rurale. 

 "L'engagement sur ce point de l'accord en particulier, ainsi que les nouvelles initiatives de dialogue de paix, sont les plus pertinents dans la première année du gouvernement du président Gustavo Petro, qui cherche à consolider la paix dans le pays", a déclaré Ruiz Massieu. 

 La violence continue 

 D'autre part, il a déploré la violence à l'encontre des anciens membres des FARC-EP, précisant que 15 ex-combattants ont été assassinés au cours de cette période, ce qui porte à 394 le nombre total d'assassinats d'ex-combattants des FARC-EP depuis la signature de l'accord final. 

 Elle a également indiqué qu'entre le 27 juin et le 30 août 2023, plus de 8550 personnes ont été déplacées et 27 183 ont été confinées, soit un total de 87 098 personnes affectées depuis le début de l'année, ce qui représente une réduction de 31 % par rapport à la même période en 2022.  

 En outre, 52 meurtres de militants des droits de l'homme ont été signalés (quatre vérifiés, 44 en cours de vérification et quatre non concluants), soit une baisse de 13 % par rapport à l'année précédente. 

 António Guterres a exhorté le gouvernement à prendre des mesures pour assurer la sécurité et la protection de toutes les communautés et a appelé à des enquêtes immédiates pour traduire les responsables en justice. 

 Démantèlement des groupes armés 

 Le rapport souligne que la politique publique pour le démantèlement des groupes armés illégaux et des organisations criminelles, un instrument attendu depuis longtemps pour mettre fin à la violence dans les zones touchées par le conflit, a été approuvée au cours de la période de référence et appelle tous les groupes armés à cesser les attaques contre la population civile et à participer de bonne foi aux initiatives de paix en cours. 

 En ce qui concerne la réintégration des ex-combattants dans la vie civile, elle salue la stratégie visant à promouvoir l'accès à l'emploi des ex-combattants en offrant des incitations aux entreprises privées et en encourageant l'emploi dans le secteur public. 

 Selon les données des Nations unies, 77,6 % des ex-combattants participent à des projets productifs soutenus par l'État et il existe 218 coopératives (dont 56 dirigées par des femmes) auxquelles participent quelque 7 000 ex-combattants.  

 Le rapport fait également état des progrès réalisés dans les affaires relevant de la juridiction spéciale pour la paix et considère que l'adoption rapide des premières sanctions sera essentielle pour le processus de justice transitionnelle. 

Plus dans Société