La dixième édition est placée sous le signe du patrimoine authentique et du développement durable

Festival Mata en Larache: diálogo cultural entre los pueblos

festival-mata-caballos-larache-marruecos

Nabil Baraka affirme que le festival Mata a pour objectif de devenir un espace hispano-marocain-africain d'échanges culturels, écologiques et sociaux qui servira de référence pour renforcer les liens de collaboration. Le responsable de cet important événement social et culturel, au cœur de la campagne de la province de Larache, dans le nord du Maroc, souligne le caractère intégrateur de la manifestation, où les chevaux et les produits alimentaires de la région jouent le rôle principal avec une participation massive des habitants de la région. 

La dixième édition du Festival équestre international de Mata, organisée sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a débuté dans la soirée du vendredi 30 septembre 2022 à Madashar al-Zunaid, comme le veut la tradition annuelle organisée par la Société scientifique des œuvres sociales et culturelles chaque année après la fin de la saison des récoltes agricoles. 

festival-mata-caballos-larache-marruecos

Sa célébration a été retardée de trois mois par solidarité avec les victimes et les sinistrés des incendies survenus dans la région avant l'été. Il a été préservé par les habitants de la région montagneuse dirigés par la famille Baraka, en tant que patrimoine immatériel, avec un caractère historique et spirituel remarquable, tissant la culture de l'attention portée à la femme, la mariée "Mata".  Plus de 160 jockeys participent à une course pour gagner la poupée de chiffon fabriquée par les femmes de Beni Arous. Dans ces terres, le cheval est de la plus haute importance et il n'y a pas de plus grande gloire que de participer au festival de Mata et de réussir à capturer la poupée. 

Cette fête ancestrale, qui allie tradition rurale et développement durable, réunit les autorités marocaines conduites par le ministre de l'Équipement et de l'Eau, Nizar Baraka, le Wali de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Mohammd Mahdia, le gouverneur de la région de Larache, le chef de la région de Tanger-Tétouan-Al-Hoceima, le chef de la commune d'Aicha, les responsables de la sécurité et des intérêts régionaux, ainsi que diverses personnalités d'Espagne, de Mauritanie et d'autres pays africains. Un événement qui a réussi à être désigné comme patrimoine culturel et mondial par l'UNESCO.

festival-mata-caballos-larache-marruecos
Un hommage sincère

Cette dixième édition représente un hommage sincère au défunt patriarche de la famille, Abdeladi Baraka, hôte pendant de nombreuses années. Son fils Nabil a hérité de la responsabilité et de l'engagement de maintenir ce festival équestre en vie, ainsi que de la direction de Chorfa Alamin en tant que maître soufi.

"Mon père a transmis les valeurs spirituelles et culturelles de tolérance, d'ouverture et nous, dans la famille, avons été élevés avec ces valeurs que nous allons préserver", dit-il. "Les gens ont envie de se retrouver, d'apprendre à se connaître après des années de COVID. Nous voyons avec satisfaction qu'il y a beaucoup de jeunes à cheval qui s'intègrent à la tradition et qui garantissent leur avenir parce qu'ils peuvent faire ce qu'ils aiment et ce qui leur convient le mieux, comme l'élevage de chevaux", souligne-t-il sans cacher sa fierté, tout en indiquant qu'un autre objectif est de "faire de cette zone une région touristique écologique et un lieu de rencontre entre l'Espagne, le Maroc et d'autres pays africains". 

festival-mata-caballos-larache-marruecos

Nabil Baraka explique que "nous devons promouvoir le pont que représentent l'Espagne et le Maroc en tant que porte d'accès à l'Europe pour les Africains et porte d'accès à l'Afrique pour les Européens. Les liens historiques communs nous permettent de travailler dans ce sens, en rapprochant les deux cultures et les intérêts écologiques tels que la protection des animaux". Le leader soufi du Maroc privilégie le dialogue interreligieux comme moyen de compréhension et de coexistence, comme en témoigne la présence de l'archevêque de Tanger à l'inauguration du festival de la Mata auprès des autorités.

"Le respect, la tolérance et la coexistence entre les religions font partie de l'héritage reçu et qu'il est essentiel de maintenir et de promouvoir, comme le démontre la mise en œuvre des accords d'Abraham entre les Émirats arabes unis, Bahreïn et Israël, auxquels se sont joints d'autres pays comme le Maroc. Les points de ces accords incluent tous les secteurs de la société de ces pays et représentent un changement substantiel dans tout le Moyen-Orient, et pour le Maroc il représente la continuité et la cohérence de ses bonnes relations avec la communauté juive", assure Baraka, qui encourage tout le monde à s'approcher et à connaître un pays comme le Maroc et réaffirme sa conviction de la nécessité d'améliorer au maximum les relations entre l'Espagne et le Maroc : "Nous sommes fiers d'être des amis de l'Espagne, d'augmenter la collaboration parce que je crois que l'avenir du Maroc et de l'Espagne est uni, ils peuvent faire beaucoup de choses ensemble et leurs intérêts sont communs".

Envíanos tus noticias
Si conoces o tienes alguna pista en relación con una noticia, no dudes en hacérnosla llegar a través de cualquiera de las siguientes vías. Si así lo desea, tu identidad permanecerá en el anonimato