Javier Cremades est président et fondateur de Cremades & Calvo-Sotelo Abogados, l'un des cabinets d'avocats les plus importants d'Espagne, présent dans 8 pays

Javier Cremades reçoit le prix national de jurisprudence 2023 de l'association du barreau mexicain

"L'État de droit n'est reconnaissable que lorsque le principe de légalité prévaut et que les décisions des juges indépendants sont respectées", a reconnu le juriste espagnol Javier Cremades en recevant le prix national de jurisprudence, l'une des plus hautes distinctions juridiques du monde hispanophone, décerné par l'association du barreau mexicain.

Lors de la remise du prix, Víctor Oléa Peláez, président du principal barreau mexicain, a souligné les mérites professionnels et la carrière reconnue de Javier Cremades, l'un des juristes les plus importants au monde, qui est également l'actuel président de l'Association mondiale des juristes.  

C'est la deuxième fois que le prix national de jurisprudence, institué en 1987, est décerné à un étranger dont les mérites professionnels sont "incontestables, notables et éminents".

Dans son discours, Cremades a déclaré que "dans la réalité mondiale, il existe de faux prophètes de la liberté qui menacent les démocraties fondées sur le respect de l'État de droit. Le populisme, la corruption et l'abus de pouvoir sont souvent dissimulés sous une façade de légitimité démocratique et de défense apparente de la liberté, alors qu'en réalité ils constituent une attaque contre la structure constitutionnelle qui garantit la coexistence pacifique et la liberté des citoyens".  

WhatsApp Image 2023-12-04 at 20.16.26 (1)

"La loi est la seule garantie contre les abus de pouvoir. Le strict respect de la loi par les politiciens et les juges doit être contrôlé"

L'avocat espagnol a rappelé qu'"en ce qui concerne les menaces qui pèsent sur la séparation des pouvoirs au Mexique, l'Association mondiale des juristes a adopté une déclaration signée par plus d'un millier de juristes du monde entier, exprimant leur préoccupation quant à la situation dans le pays en raison des attaques constantes de l'exécutif contre le pouvoir judiciaire de la Fédération. La lutte pour un État de droit solide et des institutions fortes place ses défenseurs du bon côté de l'histoire".

Cremades García est titulaire d'une licence en droit de l'UNED et d'un doctorat en droit constitutionnel de l'université de Ratisbonne, en Allemagne. Il est président et fondateur de Cremades & Calvo-Sotelo Abogados, l'un des cabinets d'avocats les plus importants d'Espagne, présent dans huit pays. Il a été professeur invité à l'université de Stanford et professeur de droit constitutionnel à l'UNED. Il est l'auteur de sept livres sur divers sujets juridiques et docteur honoris causa de l'université internationale de Valence.

Le prix national de jurisprudence, décerné chaque année par le barreau mexicain, est l'une des plus hautes distinctions qu'un juriste puisse recevoir. Il a été attribué à des personnalités telles que Felipe Tena Ramírez, Héctor Fix Zamudio, Ignacio Burgoa Orihuela, Juventino Castro y Castro, Jesús Zamora Pierce et Donald Francis Donovan, pour n'en citer que quelques-unes. 

WhatsApp Image 2023-12-04 at 20.16.26

Au cours du gala, un hommage vidéo a été projeté avec la participation de quelques-unes des grandes personnalités juridiques qui ont participé à la renaissance de la WJA, montrant le grand travail réalisé au cours des dernières années. Stephen Breyer, juge émérite de la Cour suprême des États-Unis ; Kerry Kennedy, président de Robert F. Kennedy Human Rights ; les anciens présidents de la Lettonie, de la Colombie, du Mexique et de l'Espagne : Egil Levits, Iván Duque, Ernesto Zedillo et Felipe González ; Eduardo Ferrer Mac-Gregor, vice-président et ancien président de la Cour interaméricaine des droits de l'homme ; Andrew Young, leader américain pour les droits civils, bras droit de Martin Luther King ; et Johann Kriegler, ancien juge de la Cour constitutionnelle d'Afrique du sud, président de la Commission électorale indépendante qui a mis fin à l'apartheid après le triomphe de Nelson Mandela, parmi d'autres personnalités, ont participé à cet hommage vidéo. 

WhatsApp Image 2023-12-04 at 20.16.27

Vous trouverez ci-dessous l'intégralité du discours de Javier Cremades : 

Cher bâtonnier du barreau mexicain, Victor Olea, Mesdames et Messieurs, autorités, chers amis. Permettez-moi tout d'abord d'exprimer ma gratitude à vous tous, et en particulier à l'assemblée générale constituée à cet effet, pour cette reconnaissance, qui est considérée comme le prix le plus prestigieux décerné à un juriste dans le monde hispanophone. Au cours des longues années d'existence de ce prix national de jurisprudence, vous avez rendu hommage, avec un système d'élection strict, aux personnes que vous avez choisies comme références pour promouvoir l'État de droit et la dignité des personnes par le biais de la loi. Aujourd'hui, c'est à mon tour de prendre le relais des grands juristes mexicains qui sont - j'ai pu rencontrer plusieurs d'entre eux - des maîtres du droit, des références humaines et intellectuelles du plus haut niveau non seulement au Mexique, en particulier tous ceux qui ont été nominés cette année, et en particulier Don Alejandro Ogarrio, qui, comme on me l'a dit, a été finaliste à cette occasion, et qui a sans aucun doute tous les mérites, compte tenu de son parcours collégial, académique et professionnel qui le placent comme une référence incomparable de la profession juridique mexicaine. Cependant, je suis submergé par la générosité dont vous avez fait preuve à mon égard et je suis poussé par l'engagement de toute une vie que représente la très importante distinction qui m'a été décernée aujourd'hui. Cette maison centenaire, le barreau mexicain, est une institution aimée et respectée sur les cinq continents. Cette reconnaissance me relie de manière très intime à ses valeurs, à ses initiatives et à ses positions qui ont fait le tour du monde et qui me gagnent pour toujours. Je me sens et je me sais désormais l'un de vous, mes frères et sœurs, les avocats mexicains. Et je tiens à vous dire, comme vous le savez déjà, que votre pays représente pour moi ce qu'il représente pour de nombreux autres Espagnols : le pays le plus attrayant des Amériques et une maison familiale où il est facile de se sentir aimé. Ce n'est pas seulement votre taille, celle de la plus grande nation hispanophone du monde, mais aussi votre caractère et votre beau cœur qui font du Mexique et des Mexicains une destination toujours désirée. Permettez-moi de partager quelques réflexions sur cette nuit qui sera inoubliable pour moi, comme pour Arancha Calvo-Sotelo, ma femme, mon fils Alvaro et certains de mes amis qui m'accompagnent, tels que Aaron Feldman ou Luis Amodio.

John Locke a écrit : "La fin de la loi n'est pas d'abolir ou de restreindre, mais de préserver et d'élargir la liberté (...) là où il n'y a pas de loi, il n'y a pas de liberté". C'est le cri que nous voulons lancer au monde entier, le devoir sacré de tous ceux d'entre nous qui se consacrent au droit. En anglais, on dit "rule of law", en espagnol "Estado de Derecho", mais c'est la même chose : sans État de droit, il n'y a pas de liberté, (...) "l'un des dons les plus précieux que le ciel ait fait aux hommes", comme l'a dit El Quichotte. "Pour la liberté, comme pour l'honneur, on peut et on doit risquer sa vie". Et c'est pour cela que nous sommes ici.

Je partage avec vous tous ces valeurs, ces principes et ces lignes d'action. Et j'aimerais penser qu'il ne s'agit pas d'une récompense pour ma carrière personnelle, mais d'un hommage aux principes que nous partageons.

Les temps sont durs. Où que l'on regarde. L'Ukraine, Israël, le Venezuela et tant d'autres endroits où l'État de droit est menacé ou supprimé, tout comme la liberté des citoyens.

L'Association mondiale des juristes (AMJ), que j'ai l'honneur de présider, a défendu tout au long de ses fructueuses années de pratique professionnelle l'État de droit comme seule alternative au règne de la force. Ce n'est que sous l'empire du droit que les êtres humains peuvent vivre en paix et en liberté. Si nous ne nous soumettons pas à la loi, la loi du plus fort, les mâchoires du totalitarisme nous guettent et menacent de dévorer la liberté et la coexistence.

L'établissement de limites au pouvoir et la définition de la dignité humaine comme centre des valeurs sociales ont été une préoccupation constante de l'humanité. Mais ce n'est que récemment qu'elles sont devenues des valeurs pleinement institutionnalisées. Et le chemin n'a pas été linéaire. Nous avons connu des avancées et des reculs, des obstacles et des accélérateurs. Car l'État de droit est toujours en danger. Le pouvoir a tendance à corrompre, et le pouvoir absolu corrompt absolument, comme nous l'a dit Lord Acton.

Le populisme, la corruption et l'abus de pouvoir sont des maux bien ancrés qui ont historiquement affecté le solide pilier qui abrite et soutient la dignité des personnes. Ces maux sont souvent déguisés sous une façade de légitimité démocratique et de défense apparente de la liberté, mais ils constituent en réalité une attaque vigoureuse et efficace contre la structure constitutionnelle qui garantit la coexistence pacifique et la liberté des citoyens qui résident sous sa protection.

Quels que soient les progrès accomplis, le triomphe final de la civilisation ne peut être considéré comme acquis, même en tant qu'idéal. Souvenons-nous du suicide de Weimar, approuvé par le Reichstag, le grand Parlement allemand, au moyen de la loi des pleins pouvoirs, et d'une grande campagne d'intoxication de la population.

Aujourd'hui, au XXIe siècle, les agneaux offerts au grand Léviathan sont à nouveau des êtres humains. La monnaie d'échange des tyrans est la vie, l'intégrité et le bonheur de leurs concitoyens. L'empire des hommes, de quelques hommes, travaille jour et nuit et représente toujours une menace pour l'État de droit, où peuvent vivre la dignité, la liberté et l'égalité de chacun. C'est pourquoi il est essentiel de maintenir l'honnêteté intellectuelle qui nous permet de détecter ceux qui luttent consciemment et inconsciemment contre l'État de droit, et de connaître les plans qui se préparent contre l'État de droit.

L'État de droit est un concept abstrait, mais cela ne suffit pas. Le droit doit être clair et déterminé ; la sécurité juridique implique la stabilité des lois, ce qui contribue à renforcer la confiance dans le droit et interdit la rétroactivité des règles pénales ou punitives, l'application d'une nouvelle loi à des situations antérieures. La sécurité juridique implique également, et c'est particulièrement important, un contrôle efficace par un pouvoir judiciaire, par des juges impartiaux et indépendants, dont les décisions sont prévisibles et circonscrites à l'ordre juridique et libres de toute influence ou contrainte politique. Le contrôle de la législation par le pouvoir judiciaire constitutionnel ou par la Cour suprême, selon les modèles connus de contrôle judiciaire, est le point culminant de la conception de l'État de droit.

En résumé, nous pourrions dire que l'État de droit lie et oblige le pouvoir de l'État à respecter la dignité humaine, la liberté et la démocratie, des valeurs fondamentales qui forment une unité fonctionnelle et sont des éléments mutuellement dépendants. Si l'un des éléments est défaillant, les autres le sont également. Si un élément est affaibli, les autres le sont aussi. Il est donc très important non seulement de comprendre les concepts, mais aussi de les protéger et de les renforcer pour qu'ils prévalent.

Le Mexique est l'une des grandes démocraties du monde. L'engagement centenaire du barreau mexicain y a énormément contribué. Le Mexique est la plus grande des démocraties hispanophones, avec 127 millions d'habitants. Il dispose d'une Constitution centenaire et d'une longue tradition d'institutions juridiques.

Parmi ses réalisations juridiques, il a été le premier pays à intégrer les droits sociaux dans l'actuelle Constitution de Querétaro en 1917. Il a également fait œuvre de pionnier en introduisant le procès ou le recours en amparo au niveau constitutionnel au 19e siècle. Cette institution a été progressivement incorporée dans les pays d'Amérique latine et dans un nombre croissant de constitutions européennes, asiatiques et africaines. En fait, l'"amparo" en tant que recours efficace pour la protection des droits fondamentaux a été consacré comme un droit de l'homme dans la Déclaration universelle des droits de l'homme approuvée à Paris (art. 8) en 1948, et dans la Déclaration américaine approuvée la même année à l'occasion de la Conférence internationale américaine de Bogota (art. XVIII), qui a également créé l'Organisation des États américains (OEA).

Les juges et les avocats mexicains ont une énorme responsabilité dans le respect de l'État de droit.

C'est pourquoi l'Association mondiale des juristes (AMJ), en tant qu'association qui travaille depuis plus de soixante ans à la défense de l'État de droit au niveau mondial, a adopté une déclaration exprimant sa préoccupation pour l'État de droit au Mexique. Cette déclaration a été signée par plus d'un millier de juristes du monde entier et de nombreuses associations et institutions y ont adhéré.

La Déclaration rappelle que l'État de droit n'est pas une structure immuable, qu'il nécessite la participation des citoyens et l'exercice correct des pouvoirs publics. La WJA appelle au dialogue entre tous les niveaux de gouvernement, le pouvoir judiciaire et la société civile en général, à l'unité pour promouvoir le respect et la suprématie de l'État de droit et à ne jamais recourir à la force.

Permettez-moi de le répéter : la démocratie libérale ne consiste pas à ce que la majorité décide à sa guise du sort d'une société. L'État de droit ne signifie pas l'approbation d'un texte normatif adopté par une majorité parlementaire. L'État de droit n'existe pas simplement parce qu'on prétend qu'il existe. Sa présence n'est reconnaissable que lorsque les piliers fondamentaux mentionnés ci-dessus prévalent, lorsque le principe de légalité prévaut et que les décisions judiciaires des juges indépendants sont respectées.

Ce n'est qu'à cette condition que le droit offre la sécurité juridique qui le caractérise. Certitude quant aux conséquences des actes d'une personne, confiance dans le fait qu'elle sera protégée si elle se conforme à la loi, et prévisibilité quant à la réaction des autorités publiques.

L'autorité publique ne peut pas adopter des mesures contraires à l'espoir induit par la stabilité raisonnable de ses décisions, et sur la base duquel les individus ont pris certaines décisions. En d'autres termes, la virtualité du principe doit entraîner l'annulation ou l'inefficacité d'un acte du pouvoir exécutif ou de l'administration publique qui le viole ou la reconnaissance de l'obligation de ce dernier de répondre à l'altération produite sans connaissance préalable, sans mesures transitoires suffisantes pour permettre aux sujets d'adapter leur comportement et sans les mesures correctives ou compensatoires appropriées, le cas échéant, pour les altérations produites sans respecter les circonstances habituelles et stables, qui génèrent des espoirs fondés de maintien.

L'État de droit devient ainsi une condition institutionnelle du développement économique. C'est à l'État de droit de créer les conditions pour que le système juridique soit prévisible en clarifiant et en garantissant les droits de propriété et en fournissant le support institutionnel pour la bonne exécution des contrats privés et publics. Il doit également créer les conditions de la stabilité juridique à travers un cadre efficace de répartition des pouvoirs publics dont le bon fonctionnement, notamment à travers un système judiciaire, crédibilise les politiques et les réglementations gouvernementales. En bref, un tel cadre institutionnel devrait réduire les coûts de transaction et donc faciliter et développer les transactions sur le marché. La stabilité et la prévisibilité associées à l'État de droit visent à créer un climat dans lequel les risques commerciaux sont évalués de manière rationnelle et les coûts de transaction réduits.

Il existe de nombreux pays où la démocratie est ou a été victime de la rouille et où seul un traitement de choc, suivi d'une vigilance constante, peut préserver le trésor que constitue l'oxygène que seul l'État de droit peut produire.

Respecter, défendre et renforcer l'État de droit est en soi un appel à construire des sociétés plus justes et plus inclusives pour les femmes, les jeunes sans éducation et sans emploi, et les personnes les plus fragiles de la société. Dans une société inexorablement mondialisée, où le développement dépend largement du capital humain, de la protection des entrepreneurs et de l'économie de la connaissance, l'État de droit représente l'un des piliers qui permettent l'innovation, la croissance et l'épanouissement des citoyens.

L'État de droit reste fragile dans de nombreuses régions du monde, caractérisé par des vulnérabilités et une adaptation permanente. Aujourd'hui, face à la crise provoquée par la pandémie de Covid-19, aux blessures profondes causées par le conflit en Ukraine, à la guerre d'Israël contre le Hamas, à la méfiance croissante à l'égard des institutions, aux défis environnementaux et à l'impérieuse nécessité de s'orienter vers les énergies renouvelables pour assurer la durabilité énergétique des nations, de nouveaux paysages se dessinent qui appellent des réponses créatives et perspicaces. Une fois de plus, l'État de droit est mis au défi de se réinventer pour éviter de succomber aux tentations contemporaines du populisme, de la corruption et de l'abus de pouvoir.

Dans cette lutte constante pour la préservation de l'État de droit, le barreau mexicain a la responsabilité de persévérer dans son engagement à sauvegarder cet héritage, qui garantit la liberté et les droits fondamentaux des citoyens.

Naturellement, les juristes ont tendance à analyser ces réalités du point de vue des droits individuels et du reste des valeurs qui inspirent les démocraties libérales modernes. Mais il faut aussi parler de la corrélation entre l'État de droit et le développement économique.

La richesse d'un pays ne dépend pas tant de ses ressources naturelles que de la qualité de ses institutions. Des dizaines de pays d'Afrique, d'Asie ou d'Amérique latine disposent d'énormes ressources naturelles qui auraient pu leur permettre d'atteindre un développement économique et social extraordinaire. Pourtant, nombre d'entre eux restent à des niveaux de pauvreté inacceptables. Ils ont besoin de toutes sortes d'aides de la part des pays développés, mais ils ont surtout besoin d'institutions fortes, d'un État de droit avancé, de véritables démocraties de qualité.

Je veux dire par là que notre lutte pour un État de droit fort et des institutions fortes nous place du bon côté de l'histoire. Et ce, pour des raisons morales, juridiques, mais aussi économiques. Puisse cette idée faire son chemin là où elle est en crise. Que la lutte dans laquelle nous sommes engagés ne perde jamais son sens. Que ces valeurs et ces principes soient un jour reconnus comme universels.

Mes amis, je termine. Aristote disait que "dans ce qu'il a de meilleur, l'homme est le plus noble de tous les animaux ; séparé du droit et de la justice, il est le pire". Je vous invite tous à renouveler notre engagement envers les valeurs qui définissent notre vocation juridique. L'existence même des démocraties libérales en dépend.

Un grand merci à l'Association du Barreau mexicain pour cette grande reconnaissance.

Merci à son président

Merci à tous les avocats mexicains. 

WhatsApp Image 2023-12-04 at 20.16.27 (1)

Association des juristes du monde

L'Association mondiale des juristes a été fondée en 1963 aux États-Unis avec pour mission de parvenir à un monde gouverné par le droit et non par la force. C'est un forum ouvert aux juges, avocats, universitaires, législateurs, étudiants en droit et autres professionnels impliqués dans le monde du droit et la défense des droits de l'homme. C'est une organisation non gouvernementale, dotée d'un statut consultatif spécial auprès des Nations unies, présente dans 85 pays.

World Law Foundation

La World Law Foundation a été créée à la suite de la Déclaration de Madrid de 2019, proclamée lors du Congrès mondial du droit, dans le but de renforcer le travail de promotion de l'État de droit en tant que garant de la liberté que l'Association mondiale des juristes accomplit depuis 1957. La fondation promeut le dialogue et l'harmonie entre les nations et les régions du monde, en encourageant l'utilisation du droit, le respect et la défense des libertés individuelles. Elle promeut et diffuse également le respect du droit en tant qu'instrument de défense de la paix mondiale dans les relations internationales entre les États. 

Plus dans Société