Ce chiffre représente les plus pauvres des 180 millions de personnes qui ne disposent pas d'un revenu suffisant pour couvrir leurs besoins de base

Quelque 70 millions de personnes vivent dans l'extrême pauvreté en Amérique latine

ONU Mujeres/Ryan Brown - Familia de una zona rural de Guatemala. (Archivo)
photo_camera UN Women/Ryan Brown - Famille dans le Guatemala rural (File)

Plus de 181 millions de personnes vivent dans la pauvreté en Amérique latine et dans les Caraïbes - soit 29 % de la population - et 70 millions d'entre elles - soit 11,2 % de la population - vivent dans l'extrême pauvreté, selon les chiffres pour l'année 2022.

Dans son nouveau rapport Panorama social, la Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) explique que ces chiffres marquent une diminution de plus d'un point de pourcentage par rapport à l'année précédente et se situent à un niveau similaire à celui de 2019, avant la pandémie de COVID-19.

Malgré ces progrès, l'étude prévient que la pauvreté ne pourra pas continuer à diminuer au cours de l'année prochaine, car la croissance du produit intérieur brut régional en 2023 ne sera que de 1,7 %, et qu'en 2024, elle pourrait n'atteindre que 1,5 %, bien en deçà des 3,8 % de 2022.

Il n'y a donc aucune raison de se réjouir, a déclaré le secrétaire exécutif de la CEPALC, soulignant que 70 millions de personnes n'ont pas les moyens d'acheter un panier alimentaire de base. 

Un tiers de la population vit dans la pauvreté 

José Manuel Salazar-Xirinachs a souligné que les données révélées signifient que "près d'un tiers de la population de la région vit dans la pauvreté, un pourcentage qui s'élève à 42,5 % dans le cas des enfants et des adolescents, une réalité que nous ne pouvons pas tolérer".

Le responsable de la CEPALC a précisé que l'incidence de la pauvreté "est également plus élevée chez les femmes, les populations indigènes et les habitants des zones rurales"

OIT/J.Maillard
OIT/J.Maillard

La moitié des personnes employées ont un emploi informel 

En ce qui concerne la situation de l'emploi, l'analyse précise que sur les 292 millions de salariés que compte l'Amérique latine et les Caraïbes, la moitié ont des emplois informels et 20 % vivent dans la pauvreté, tandis que 40 % ont des revenus inférieurs au salaire minimum et que la moitié ne cotisent pas aux systèmes de retraite.

La CEPALC a expliqué que l'augmentation de l'emploi est positive, mais qu'elle n'est pas suffisante pour parvenir à l'inclusion dans le monde du travail. "L'accès à des emplois productifs et bien rémunérés ainsi qu'à la protection sociale est nécessaire, en particulier pour les femmes et les jeunes", a déclaré la CEPALC.

En 2022, 54,2 millions de ménages de la région (39 % du total) dépendaient exclusivement d'un emploi informel et la majorité des enfants de moins de 15 ans et des personnes âgées de plus de 65 ans vivaient dans des ménages dont les revenus provenaient d'un emploi informel ou mixte (61,2 %).

Inégalité des revenus 

En ce qui concerne les revenus, le rapport met l'accent sur les inégalités, notant que le décile de revenu supérieur gagne 21 fois plus d'argent que le décile inférieur. En 2021, la richesse de 105 personnes seulement représentait près de 9 % du PIB régional.

En ce sens, le directeur de la CEPALC a déclaré que les pays doivent passer de l'insertion professionnelle à l'inclusion professionnelle, qui est l'axe du développement social inclusif.

"Mais l'inclusion de la main-d'œuvre nécessite une croissance économique élevée et soutenue. Il n'est pas possible de créer un meilleur avenir pour le travail sans créer un meilleur avenir pour la production et vice versa", a affirmé Salazar-Xirinachs. 

La participation des femmes au marché du travail est plus faible 

D'autre part, les données désagrégées montrent que le taux de participation des hommes au marché du travail était de 74,5 % en 2022, alors que celui des femmes n'atteignait que 51,9 %.

Le principal obstacle à l'inclusion des femmes sur le marché du travail est la charge des travaux de soins : le taux d'activité des femmes dans les ménages avec enfants (61,6 %) est inférieur à celui des ménages sans enfants (73,5 %).

La CEPALC a rappelé que le travail domestique est l'une des principales sources d'emploi pour les femmes en Amérique latine, mais que le revenu moyen gagné par ses travailleuses est inférieur de moitié à celui gagné en moyenne par les femmes occupant d'autres emplois. 

Plus dans Société