Avis

Compte à rebours

Dans cent jours, les urnes s'ouvriront toutes grandes à huit heures du soir. Les élections locales commenceront à être comptées. Ensuite, ce sera au tour des élections régionales. Du résultat global dépendra l'existence d'une alternative claire à Sanchismo. Ce sera le premier tour d'un changement modéré en décembre ou le renforcement d'un régime qui nous mènera à une Espagne plurinationale sans que nous sachions exactement de quoi il s'agit. 

Paradoxalement, l'avenir dépend des 1,5 million d'électeurs du Cs qui pourraient se sentir orphelins après les changements au sommet et des 750 000 électeurs déçus du PSOE qui ne peuvent plus tolérer les impostures et les mensonges de Pedro Sánchez.  

Pour le reste, cela fait un an que la Russie a envahi l'Ukraine, que la Turquie et la Syrie sont unies dans le deuil après avoir fait éclater les entrailles de la terre et que le Nicaragua expulse les combattants de la liberté de leur patrie. Nous commençons. 

Panorama depuis le pont 

C'est la scène de la bataille électorale. La Cour suprême confirme à l'unanimité que, après la répression de la sédition, l'Espagne est désarmée et sans défense. Légalement. Première urgence nationale. 

Demain, le Parlement peut déclarer l'indépendance de la Catalogne sans qu'aucun crime n'ait été commis puisqu'il n'y a pas eu de violence de rue. Ce serait comme une violation consensuelle, un vide juridique prémédité, une double prévarication gouvernementale et parlementaire, en gros. 

Le juge Pablo Llarena arrête le détournement de fonds - aucun parti n'a exigé la restitution de l'argent volé - et Junqueras peut être disqualifié jusqu'en 2031 contre les desseins de l'exécutif, de l'illustre juriste Patxi López et de l'honorable Aragonés. Puigdemont est mort de rire.

Antonio Regalado

Bien que Bolaños ait déclaré solennellement que le " processus " est terminé, les manifestants séparatistes contre Sánchez et Macron à Barcelone lui ont rappelé le contraire : ERC, qui gouverne la Generalitat avec Illa-PSC comme pallanganero, a prévenu il y a quelques heures : " Nous sommes encore la principale menace contre cet État ". La même menace que Bildu et le PNV corrompu qui exige l'abolition de l'article 155 de la Constitution. 

Le même jour où le Barçagate, le plus grand scandale sportif du football espagnol, a éclaté, Irene Montero s'est élevée aux cieux du Time comme la femme la plus progressiste et féministe d'Europe pour ses succès sur la loi Sisi, la loi sur l'avortement et la loi Trans. Tout cela au cours de la même semaine parlementaire. Comme Evita Perón, elle a été immortalisée sur les marches du Congrès avec les lions comme témoins.  

Les "effets indésirables" se traduisent par ces chiffres : 568 délinquants sexuels, violeurs et pédophiles ont vu leur peine réduite et 48 d'entre eux sont déjà dans la rue. Trois mois après avoir proclamé que cette loi serait un exemple pour le monde, le président s'arrache les cheveux. "La loi a causé un problème... et c'est un euphémisme, maintenant nous cherchons une solution".  

J'écoute un reportage d'Erik González, sans complexe sur EsRadio où en 5 minutes et 14 secondes il dément tous les mensonges du président, des vice-présidents, des secrétaires d'État et du ministre Montero. Des magistrats, des experts, des avocats des deux Chambres et même la ministre du bien-être social de Castilla-La Mancha elle-même ont averti Doña Irene que le trou noir de l'unification des crimes aurait de graves conséquences sur la libération des délinquants sexuels. Alors ne continuez pas à dire que vous ne saviez pas. 

Avec une arrogance enfantine sur les épaules, la ministre de l'égalité a annoncé que personne ne descendrait dans la rue et que c'était la faute des juges machistes. Ils avaient besoin d'un cours sur la façon d'interpréter la loi comme l'exigeait Patxi López. La règle Sánchez-Montero a passé le "nihil obstat" du ministre Campos, aujourd'hui élevé aux autels du Tribunal des garanties, mais pas les réticences de Carmen Calvo, qui lui ont coûté 600 euros.

Antonio Regalado

Avec 338 délinquants sexuels bénéficiant de la loi Sisi et 15 en liberté au 31 janvier, le décompte quotidien de la presse dépasse les démoscopes du CIS. L'opinion publique en a assez de la démagogie, certaines victimes décident de demander une compensation à l'État. Et la Justice, l'Égalité et l'Inclusion sociale répondent par le silence. Voilà la véritable protection des femmes. 

Les tensions Podemos-PSOE sont une farce parce que personne ne rend publics les documents de négociation. Et, surtout, parce que personne ne sera licencié ou ne démissionnera. A avaler du tapis et de la chaise. Le mal est fait et même la contre-réforme ne mettra pas fin à ce cadeau empoisonné dû à l'incompétence et au fanatisme de la coalition.  

Le funambulisme de Podemos a reporté le rafistolage au 7 mars pour gagner la rue dès le lendemain. La douleur des victimes et de leurs familles importe peu. Ce qui compte, c'est de s'emparer de la photo du 8-M.  

Cette passoire anti-punitive - tout le monde est bon ! - aura un grand impact sur la campagne électorale du 28 mai. Les gens savent compter. Ils n'oublieront pas non plus les 48 meurtres de femmes perpétrés l'année dernière, dont 4 seulement sous protection policière. 

Malgré les mardis miraculeux - tous les Conseils des ministres seront un semis constant de millions, à commencer par les subventions (2,750 millions) pour l'année prochaine -, ils ne pourront pas oublier ce racisme génétique qui crispe toute la société espagnole du pouvoir.  

La " diarrhée législative totalitaire " (amnistie, sédition, détournement de fonds, avortement, protection des animaux, loi Sisi, loi Trans, logement, secrets officiels, sécurité citoyenne, éducation, universités... sans oublier les décrets-lois royaux, composent un nouvel écran que seuls nous pourrons changer avec la force de nos votes au milieu du printemps. 

L'opposition n'est toujours pas à sa place 

Nous savons déjà que l'enfant à naître n'a aucun droit puisque le nouveau CT est piloté par Conde Pumpido. L'avortement, il faut le dire haut et fort, n'est pas un droit. S'il l'était, il serait possible d'avorter jusqu'à la veille de la gestation. Et il ne serait pas réglementé par des délais. Et la liberté accordée aux jeunes femmes de moins de 18 ans qui peuvent avorter sans le dire à leurs parents, même si elles ne peuvent même pas acheter de tabac, montre que l'ingénierie sociale de la gauche fonctionne depuis ZP. 

Antonio Regalado

La loi Trans est la plus dangereuse de toutes. Ses effets sont irréversibles. L'autodétermination du genre est un échec dans les pays qui l'ont mise en œuvre. Elle a coûté sa démission à la Première ministre écossaise. Et le Royaume-Uni fait l'objet de poursuites judiciaires de la part d'amputés légaux qui réclament des millions de dollars de compensation pour avoir vu leur vie brisée à jamais. Ce filet d'eau malaisien arrivera un peu tard, mais il arrivera. 

Il est évident que les animaux ne peuvent pas avoir de droits car ils n'ont pas de devoirs. Les punitions pour avoir tué un rat chez soi, avec un balai ou à coups de canon, sont tellement disproportionnées qu'il est difficile de croire que cela a été élaboré par des députés élus par le peuple souverain. 

Montero et Belarra - les deux joyaux de la couronne bolivarienne - sont aussi responsables de leurs politiques que la personne qui les protège, le président Pedro Sánchez Pérez-Castejón. 

Voici l'évangile selon Podemos : la loi de protection des mineurs consiste en l'avortement ; la loi de protection des animaux consiste en leur castration ; la loi de protection des personnes âgées consiste en l'euthanasie ; et la loi de protection des femmes consiste en la libération des violeurs. 

Avant de voter, n'oubliez pas que cette législation socialo-communiste, séparatiste, nationaliste et bilduetarra est un retour au pire de la IIe République. Il n'y a pas eu de moment lumineux de 31 à 39. 

Règlement de comptes 

Le fil suivant, comme on dit aujourd'hui, c'est le plan économique. L'inflation augmente comme un fou. Seule Calviño dit qu'elle remarque la baisse de la TVA dans son panier, mais elle ne nous dit pas dans quel supermarché elle va, à moins que ce ne soit à Mercadona et que Joan Roig cesse d'être un " capitaliste impitoyable ".

Antonio Regalado

Belarra et Echenique insultent comme personne, alors que ce qu'ils veulent, c'est intervenir sur le marché. Comme au Venezuela et à Cuba. Ils ont un exemple proche : Sánchez qui méprise Galán et Botín.  

La dette de l'Espagne est d'environ 1,5 trillion. Et la Sécurité sociale a dépensé plus de 75 000 millions pendant les quatre années du mandat de Sanchez. Deux cent quinze indépendants ont quitté le marché du travail depuis le 1er janvier. Et quatre jeunes chômeurs sur dix dans l'UE sont espagnols. Des prêts hypothécaires à 3,4 %. Et ils continuent d'augmenter. 

La macroéconomie semble se porter bien. Arriver à joindre les deux bouts est une odyssée. Les achats de voitures, l'indicateur qui révèle le mieux les espoirs des gens ordinaires, se sont contractés de près de 14 % en 2022. Si l'on ajoute à cela le fait que d'ici 2035, l'UE interdira les voitures à essence et diesel et que 85 % des camions devront être électriques d'ici 2040, il est difficile de comprendre dans quel monde nous nous trouvons, car cela n'a aucun sens. Les camions rouleront-ils sur les voies ferrées la nuit ? 

Trop d'éoliennes tuent des animaux qui mettront le feu à des forêts abandonnées. Comment les batteries et les pelles géantes seront-elles recyclées maintenant que les déchets radioactifs des centrales nucléaires de cinquième génération peuvent être réutilisés ? L'augmentation des loyers et des prix fixes est la troisième préoccupation après l'emploi. Les petites entreprises se morfondent. Il y a peu de raisons d'espérer malgré l'optimisme du gouvernement. 

Les femmes en noir du Parlement européen sont venues à Madrid pour savoir comment et où les 9 premiers milliards d'euros de fonds européens ont été investis. Personne ne le sait. Et Calviño a déjà transféré la coresponsabilité aux Communautés autonomes. 

Mais le Parlement a peu de contrôle. La Commission et surtout Ursula von der Leyen, la grande protectrice de notre président, sont aux commandes. Elle vient de signer un troisième chèque de 6,5 milliards. Cela fait 23 milliards depuis l'année dernière sans une seule apparition au Parlement. Et puis ils parlent tellement de transparence. 

Nous avons appris du président Adolfo Suárez - nous le citons une fois de plus comme référence morale - que "la démocratie, c'est savoir où va chaque peseta de l'argent du contribuable". Et je dis cela aussi bien pour les Fonds de la prochaine génération que pour les scandales du PER, de l'Aquamed, de l'Azud, de Barçagate-Negreira ou de la vérité des Canaries, avec un sénateur socialiste et un général de la Guardia Civil en état d'arrestation. 

Antonio Regalado

Bárcenas et El Bigotes étaient un jeu de Monopoly comparé aux complots de corruption socialiste dans la Communauté de Valence, en Aragon, en Andalousie, aux Canaries, au FC Barcelone ou au silence du Conseil des sports ou de la Fédération espagnole de football, toutes institutions aux mains du PSOE ou du PSC. Quelque chose à déclarer, José Manuel Franco ? Connaissiez-vous les activités de l'ex-barceloniste et député socialiste Albert Soler ?  

Je suis heureux qu'au moins une des 25 personnes condamnées pour avoir volé 640 millions d'euros aux ERE ait déjà demandé une réduction de peine pour détournement de fonds. Quel beau défilé à la Feria de Abril ! Le bénéficiaire affirme qu'il a toujours travaillé pour le régime socialiste andalou. Les pétitions Gürtel vont arriver. 

Peut-être serez-vous d'accord avec moi pour dire que, plus que jamais, la corruption est au centre de nos vies.  Même les voleurs sont corrompus. 

Les voyages de Gulliver 

Le Faucon va comme un gant à notre Président. Avec ou sans lunettes d'aviateur, Pedro Sánchez brille partout, même s'il confond le Sénégal avec le Kenya. Il voyage avec le même enthousiasme à Liput qu'à Brobdingag, Laputa Barnibari, au Japon ou au pays des Houyhnhnhnms. Jonathan Swift a écrit "Les voyages de Gulliver" en 1726 en pensant à notre Premier ministre. Des 15 derniers voyages officiels, celui au Maroc au début de ce mois a été le plus engagé. Il se prépare maintenant à la présidence européenne de l'Espagne en juin de cette année. C'est une excellente occasion pour lui de se promener en tant que candidat pour les élections générales de décembre.  

Il y a peu de raisons pour que certains experts disent qu'elle ne sera pas la tête de liste du PSOE. Ce serait un suicide pour le parti. Et le pale passe toujours en premier. Ses ambitions de pouvoir dureront jusqu'à ce qu'elle perde dans les urnes et ne puisse former un gouvernement. Il est vrai que les élections régionales et locales vont lui prendre beaucoup de temps car les bassins sont dans l'impasse dans six régions. Et la loi Sisi déstabilise son agenda. L'opinion publique compte un par un les bénéficiaires de Sánchez-Montero.  Le président, lorsqu'il passe en mode institutionnel, proclame : "Je montre toujours mon visage". 

Ce n'est pas exact. Lorsque le problème de la sédition s'est posé, il était en Afrique ; lorsque la question du "oui est oui" s'est posée, il était au Maroc ; et lorsque les questions de la loi trans et de l'avortement se sont posées, il était en Autriche. C'est la vérité. 

Un homme ne va jamais aussi loin que lorsqu'il ne sait pas où il va. Et Sánchez, avec ses changements d'avis, nous déconcerte parfois.  

Le président ne peut pas renvoyer les ministres de Podemos - il est otage de son engagement envers Iglesias - mais il pourrait au moins exiger que la tension baisse avant le premier tour des élections. En interne au Conseil et avec l'opposition. En tout cas, le premier point des lois de la robotique devrait être appliqué à Sánchez, qui interagit toujours pour des raisons politiques et sans aucune empathie : "Les robots doivent avoir un interrupteur d'urgence". Le meilleur de Don Pedro, c'est ce qu'on ne comprend pas. 

Yolanda et le dodécaèdre 

Suivre les aventures de Yolanda seule ou en compagnie de Colau, Oltra, Armengol, Echenique, Belarra ou Irene Montero est un traité d'obstruction politique. Si elle a rendu visite à la maire de Barcelone, ce n'est pas pour lui demander de ne pas rompre les relations avec Tel Aviv, mais pour l'inciter à faire aller la Catalogne "aussi loin qu'elle doit aller". Avec Oltra au chômage, l'image de Sumar a été gâchée. Avec les dirigeants de Podemos - rappelons que la deuxième vice-présidente est toujours membre du PCE - elle maintient une ambiguïté calculée. Personne ne sait quel est l'espace et l'idéologie de Sumar, mais Tezanos lui prédit déjà une demi-centaine de sièges. Elle est toujours la star la plus désirée. 

Elle demande toujours le calme, la sérénité, de ne pas faire de bruit et l'unité de la coalition (celle du gouvernement et celle de la gauche bolivarienne).

Antonio Regalado

Sa trajectoire est un zigzag qui passe par le fait d'appâter les syndicats, d'insulter modérément le patronat, d'échapper à donner le chiffre des chômeurs permanents pour que le pourcentage ne dépasse pas 15% de chômage et d'attendre les ordres de son patron direct Pedro Sánchez, pour laisser Podemos derrière lui face à ces élections et aux élections générales de décembre. Elle me rappelle les démocrates-chrétiens de l'UCD, avec la différence du talent : pas un mauvais mot, pas une bonne action.  Maintenant elle veut se rendre encore plus célèbre avec son licenciement réparateur. Une sorte de retraite pour les PDG. 

Yolanda et son panier à provisions ne semblent pas aller bien loin après l'intervention judicieuse du ministre Planas auprès des distributeurs, des consommateurs et des utilisateurs. En cherchant une analogie - sans vouloir vous offenser - Yolanda Díaz est comme le dodécaèdre romain : deux mille cent ans après son invention, personne ne sait à quoi il sert. Son espace politique n'est pas celui où elle va, c'est celui où elle revient. Je la vois comme Mel, le personnage du film de Woody Allen "Disassembling Harry". Elle est toujours dans le flou.  

Un an après 

Nous entrons dans la deuxième année de la guerre la plus violente et la plus cruelle de tous les siècles. L'invasion de l'Ukraine. Les bombes russes sont aujourd'hui mille fois plus meurtrières que celles de la Seconde Guerre mondiale. La cruauté du Kremlin n'a pas de nom. C'est un génocide. L'UE et l'OTAN ne peuvent pas fermer les yeux. Washington et Londres sont toujours là, à pousser. La visite de Biden, opportune et pleine d'espoir. 

Zelenski et le courageux peuple ukrainien sont la voie de la liberté permanente. Kiev a besoin de Léopards et de F-35. Les guerres ne se gagnent qu'avec de l'argent. Les Ukrainiens nous sauvent du nouveau nazisme soviétique. Si la Russie décide dans les prochaines heures d'annexer le Belarus et l'Abkhazie du Sud, l'Europe doit se préparer au pire. Gloire à l'Ukraine !

Antonio Regalado

Alors que tout semblait aller de travers, la terre a tremblé en Turquie et en Syrie. Nous n'irons jamais à Ephèse. Près de 50 000 corps retrouvés. Une tragédie. La solidarité avec ces deux pays doit être multipliée. Nous parlons de personnes qui ont faim, particulièrement faim. Et qui ont très froid. 

Et cette baie d'Ithaque ne saurait oublier les 200 Nicaraguayens expulsés de leur terre par le tyran Daniel Ortega et sa maîtresse tyran. L'Eglise catholique, exemplaire. Les Affaires étrangères ont fait un grand pas pour leur accorder la nationalité espagnole. Mais, en même temps, le régime totalitaire qui, comme à Cuba, a supprimé toutes les libertés, doit être vigoureusement condamné et isolé. 

Les trains à voie étroite 

Depuis des années, j'ai une prédilection pour les trains à voie étroite. Un porte-clés FEVE m'a accompagné pendant plus de quatre décennies. Un cadeau de ma chère collègue Aurora Moya, ancienne Dircom de la société. Je regrette profondément le retard causé par les trains qui n'entrent pas par les tunnels de Cantabrie. Ce n'est pas une erreur. C'est un symptôme de l'inefficacité de ce gouvernement. Apparemment, les voies projetées ne correspondaient pas non plus à l'écartement.  Logique, car FEVE a eu jusqu'à cinq écartements différents : 1.435 mm, 1.062 mm, 1.000 mm. 1.000 mm, 915 mm et 750 mm.  

Au moment où je terminais cette chronique, la nouvelle est tombée : la démission du président de la Renfe, Isaías Taboas, et celle de la secrétaire d'État Isabel Pardo de Vera. David Lucas sera le numéro 2 des Transports et Raúl Blanco le nouveau président de la Renfe. Don Isaías était un historien. Du PSC, naturellement. Et nous avons aussi l'arrestation du sénateur socialiste des Canaries, M. Fuentes. C'est là que je m'arrête. N'oubliez pas que nous sommes dans le compte à rebours. Votre vote peut changer nos routes et nos vies.  

Antonio Regalado dirige le blog Bahía de ítaca.