Avis

Dans les mains d'un dieu inférieur

photo_camera Atalayar_Opinión

Cette dernière chronique de l'année commence par une reconnaissance de la solidarité avec les absents. Cette année, en 2020, plus de 70 000 personnes ont été victimes de la pandémie. Seule une tablette de marbre dans la Casa de Correos à Madrid, presque sous l'horloge qui marque nos minutes, rappelle les héros de la santé qui ont donné leur vie et les milliers de patients qui sont morts sans confort dans les hôpitaux, les foyers et les maisons de retraite. La dissimulation préméditée de cercueils dans des morgues et des palais de glace corrobore le fait que l'objectif premier de cette opération, et de tous les gouvernements européens, était et est de cacher la vérité. Cette année est l'année des 500 mensonges fabriqués à l'usine de la Moncloa ; l'année des 1 000 échecs électoraux - ce contrat avec le peuple souverain qui a été laissé sur le papier - et l'année du chômage de masse, de l'immigration incontrôlée, des files d'attente pour la faim, de l'ERTES. Une année avec le pire exécutif en Espagne et la pire opposition. L'UE est venue à la rescousse économique (avec des dettes jusqu'en 2040) et le Brexit nous a appris que nous avons commis une erreur historique ; nos camionneurs ont été une monnaie d'échange des deux côtés d'Eurotunnel pendant que le dernier chapitre de la pêche était en cours de négociation et ni la Croix-Rouge ni le ministère de l'AAEE ne sont venus à la rescousse. Toutes les pauses et surtout Londres-Bruxelles ont échoué.Atalayar_Brexit

Un avenir incertain

Cette semaine et cette "annus horribilis" se terminent dans la peur et l'incertitude, les deux ingrédients les plus dangereux pour prospérer. D'une part, le chômage qui augmente de façon exponentielle après la fermeture des hôtels et des restaurants, des bars, des cinémas, des théâtres, du football sans spectateurs, des compagnies aériennes, des agences de toutes sortes, la vente d'appartements neufs et d'occasion, des PME sans crédits et une immigration incontrôlée qui menace l'intégrité des îles Canaries, de Ceuta et de Melilla.  Les enfants andalous prient pour que dans la nouvelle négociation entre Madrid et Gibraltar nous ne perdions pas l'Andalousie). D'autre part, le manque d'investissements étrangers confirme qu'avec la dette actuelle, l'Espagne n'est pas un pays fiable pour investir. Le tourisme est mort. Un tiers de notre PIB correspond à la dette. Et la BCE nous demande déjà des changements structurels : des retraites aux dépenses publiques. Quel bon moment pour réduire les dépenses courantes en diminuant le nombre de ministères et de hauts fonctionnaires ! L'austérité ne fonctionne pas dans ce gouvernement. Et l'éthique, encore moins. Et sans éthique et sans austérité, comme nous l'a enseigné le président Adolfo Suárez, le principe de l'égalité des chances engendrera davantage d'injustices. Nous sortons de la pire année de notre vie et nous n'entrons pas dans la nouvelle, ni plus forts, ni plus unis. Mais avec plus de craintes. Et sans peur, nous ne pouvons pas vivre.  Notre avenir est très imparfait. 

Atalayar_Sánchez

Du pur spectacle

Le professeur et sage de la communication, Ángel Benito, vient de partir, expliquant dans ses premiers cours à la Faculté CCII qu'"un pays est d'autant plus imparfait qu'il est réduit au silence". C'est ce que nous appelons aujourd'hui la transparence. Il y a quelques heures, nous avons rencontré le groupe d'experts du gouvernement qui l'a conseillé sur les décisions politiques à prendre contre COVID-19. Tous les fonctionnaires du ministère de la santé sauf un. Et le moindre, un collaborateur d'EL PAIS. N'aurait-il pas été préférable de créer un comité d'experts espagnols pour travailler ici et au-delà de nos frontières, en créant l'Institut Ramón y Cajal, à l'image de Louis Pasteur en France ou de Robert Koch en Allemagne ? Des institutions fortes et indépendantes. Après avoir rencontré l'équipe de hauts fonctionnaires, nous devons connaître les rapports écrits après les séances de travail, s'il y en a eu. Si Salvador Illa était le pontife suprême et Fernando Simón son enfant de chœur, nous pouvons comprendre le chaos que nous avons subi depuis le mois de mars de cette année sans fin et comment, dans un état d'alarme, de siège et de guerre, nous sommes toujours en tête du plus grand nombre de morts (80 000) par rapport à la population et aussi du plus grand nombre de personnels de santé infectés, 93 000 personnes avec 120 professionnels morts dont des médecins, des infirmières et des pharmaciens. Nous leur serons toujours redevables, à eux et à leurs familles. Quand saurons-nous où sont passés les sacs de Delcy après sa rencontre avec Ábalos à Barajas ? Et le coût de la pandémie avec les contrats aux amis du PSC ?

Atalayar_PSOE

La comparution du président pour faire le bilan de la gestion de l'année - approuvé par un groupe d'amis sociaux-communistes - a été difficile : il a appelé à la responsabilité et a énoncé trois idées clés : "La coalition avec Podemos durera toute la législature". "La grâce des putschistes du 1er octobre est sur la feuille de route car nous avons tous fait des erreurs en Catalogne". Quelles ont été vos erreurs, Monsieur le Président ? N'est-il pas illégal de gracier des personnes séditieuses qui menacent également de le faire à nouveau ? Et trois : "L'espagnol et l'école de la concertada sont mortellement blessés par la loi Celáa". Le montage de la victime n'est que de la propagande. Quelques minutes après le monologue triomphaliste, le Conseil des ministres a approuvé le Plan de promotion institutionnelle (compris comme de la propagande) avec 112 millions d'euros jusqu'en 2025, dont 100 pour les télévisions privées généralistes.  (Nous ne savons pas si elle inclura la signature des vaccins par Sánchez lui-même dans le siège de El Corte Inglés, car comme le répètent ses députés - un autre mensonge - les vaccins contre COVID-19 "sont payés par le gouvernement"). Les députés de l'opposition de la Communauté de Madrid (Gabilondo et Serra) comparent cette dépense à l'investissement du nouvel hôpital Enfermera Zendal qui a coûté 100 millions.

Nous avons déjà annoncé ici il y a quelques semaines que l'approbation du budget de l'État 2021 garantit la continuité de ce gouvernement social-communiste jusqu'à la prochaine décennie. Avec le même soutien de l'investiture, n'oublions pas. C'est-à-dire avec des chefs d'État putschistes, des pénuries indépendantistes et des philoéties. Mais les podémites bolivariens et certaines marées de terre sèche comme Teruel Existe. Le président a annoncé beaucoup d'industrie verte, beaucoup de numérisation, beaucoup d'environnementalisme et beaucoup de mixité. Qu'ils le disent aux nouveaux chômeurs de l'ERTES, aux propriétaires des locaux squattés, aux personnes touchées par les fusions bancaires, aux futurs retraités qui seront payés avec une moyenne de 25 à 38 ans de cotisation, et aux 86 000 bars qui ne pourront pas ouvrir dès demain !

Atalayar_Covid

Bref, un sermon de la Moncloa, un bilan avec près de 25 % d'engagements tenus qui n'inclut pas une seule de ses promesses non tenues en campagne électorale : "Je ne gouvernerai pas avec Bildu, je te le dis 5 ou 20 fois" "Je ne pourrais pas dormir si j'étais d'accord avec Pablo Iglesias".  Et le plus immoral : "J'ai appris de mon père qu'il faut toujours tenir sa parole ! Et, en plus, soutenir l'imprescriptible ZP dans sa mission collaborationniste avec Maduro et la politique étrangère de l'UP.

Lorsque le président reconnaîtra les 80 000 morts du COVID-19 et soumettra sa thèse de doctorat à l'analyse d'un expert indépendant, nous croirons en cet homme providentiel, notre dieu mineur. Mais le dernier dieu inférieur dont dépendent nos vies et nos fermes.

Le chef du gouvernement a parlé de régénération politique après avoir fait un pacte avec Bildu et l'avoir inclus comme partenaire prioritaire de l'État (églises du Dixit), de corruption au sein du Conseil provincial aux mains du PSC-Puigdemont et de l'ERES andalouse ; de pur cynisme. Et de corruption congénitale de Podemos ? Le soutient-il aussi ? Sans aucun doute.

La campagne catalane

Sans avoir remis un seul rapport à Bruxelles, Pedro Sánchez a déjà commencé à distribuer les fonds européens avec force. La vie hispanisante, un gaspillage. La Catalogne bénéficie déjà de Madrid. Car en l'absence d'opposition populaire, Isabel Díaz Ayuso est la nouvelle mouette à battre. Mais elle vole avec sa direction et son hôpital Zendal trop haut. L'année s'accompagne de nombreuses taxes pour les païens habituels. Son calcul machiavélique a bien fonctionné. Salvador Illa sera le candidat au gouvernement général catalan, comme on l'avait prédit depuis avant la pandémie. Maintenant, le Miquel Iceta ignifuge sera enfin ministre. De quoi ? Cela n'a pas d'importance. Vraisemblablement de la Politique territoriale et de l'administration publique, dont la vedette Carolina Darias, connue pour avoir été infectée par COVID-19 le 8 mars dernier pour avoir participé à la manifestation des 8 millions de personnes à Madrid - "parce que sa vie allait être comme ça", comme l'a fait Carmen Calvo -, deviendra la patronne de Simon.

Atalayar_Iceta

Iceta et Illa ont déjà assuré qu'il n'y aura pas de tripartite avec l'UP et les putschistes ; ils mentent. Le ministre de la Justice, J.A. Campo, négocie déjà la réforme du code pénal pour "faire sortir Junqueras et ses acolytes séditieux de Lledoners", en réduisant les peines dont ils rêvent. Comme l'a déclaré le président espagnol Emiliano García-Page, "ce serait une erreur pour le gouvernement de prouver que les séditieux sont récidivistes car ils ont menacé de faire de la prison". À l'époque, il a reproché à ceux d'entre nous qui n'ont pas pu comprendre son "dialogue" de "réparer" les erreurs de chacun, assimilant ceux qui veulent respecter la loi à ceux qui sont condamnés et avouent des criminels.

Il y aurait toujours une amnistie anticonstitutionnelle à laquelle l'exécutif serait confronté (et qu'il couvrirait) avec la réforme du chef de l'État pour "moderniser et neutraliser Philippe VI". La campagne catalane a commencé avec Puigdemont comme vedette, avec Lorena Roldán comme transfuge de Ciudadanos au PP. Nouvelle année, campagne électorale. Propagande jusqu'au printemps.

Le triomphalisme d'un dieu inférieur

L'approbation du PGE et de la Loi Celáa grâce au rouleau gouvernemental confère une stabilité imméritée à un gouvernement qui gouverne sans contrôle au Parlement et avec des lois habilitantes à la BOE (comprenez loi de la Vérité, c'est-à-dire revenir à la censure précédente) ou celle de l'Euthanasie, transgenre, maternité de substitution, etc... Pourquoi a-t-il demandé et obtenu cette loi d'alarme jusqu'en mai s'il ne prend aucune responsabilité dans les moments difficiles ? Exemples : immigration, tourisme, îles Canaries, Ceuta, Melilla, Sahara, Gibraltar, Venezuela... Le refus de l'asile politique à Luis Armando Perez, frère du policier exécuté par Maduro, le condamne à mort. Bravo ! par Marlaska. Alors que le transfert de compétence en matière pénitentiaire au Pays Basque arrive. Le ministre de l'Intérieur détient déjà un record : les hommages à l'ETA ont été multipliés par cinq en cette année si douloureuse. Il n'est pas étrange que, en présence du roi, le ministre n'ait pas été applaudi lors de la dernière réunion avec les victimes du terrorisme.

Atalayar_Felipe VI

Au fait, le monarque était plus nerveux que d'habitude dans son message de Noël. Mais il a clairement exprimé ses convictions : "La Constitution est la voie" ; "les principes éthiques nous obligent tous à dépasser les considérations familiales". La meilleure partie du discours a été consacrée aux victimes de la COVID-19. "Protéger les personnes vulnérables et relancer l'économie". Nous l'avons vu tout près du village, des gens.

Ni au dîner de Noël ni au dîner du Nouvel An, nous ne parlerons (un autre mensonge des Églises) de la monarchie et de la république alternatives. Il n'y a pas de tel dilemme. La Constitution et la monarchie représentent la liberté. 42 ans de vie commune. La République (en Espagne) est une dictature. La monarchie est le grand jeu à battre.

Deux mille vingt-et-un ne pourrait pas être pire que le précédent. Pedro Sánchez navigue entre la Couronne et les grâces pour subvenir à ses besoins. Il marche sur le fil du rasoir, mais sans changer de partenaires, même s'il devra bientôt remodeler le gouvernement. Et il fera chanter l'opposition et le peuple tout au long de cette année avec plus de 5 millions de chômeurs pour continuer avec des pouvoirs extraordinaires, même s'il ne sait pas quoi en faire. Une chose est claire : la propagande et l'endoctrinement n'ont pas de limites. Et ils seront vos meilleures armes pour l'avenir.

Atalayar_Vacuna

Il va être difficile d'échapper à l'espoir, même si le vaccin est arrivé. Et nous courons le risque de la paix de la nouvelle normalité. Le feu de l'indignation ne brûle pas encore assez. Que Dieu nous bénisse en cette nouvelle année ; nous devons savoir rêver correctement, sans excès.

Que cela nous plaise ou non, nous sommes entre les mains du secrétaire général du PSOE, Pedro Sánchez, qui a réussi à imposer sa volonté au PSC, un parti aussi corrompu que celui de Pujol. Un dieu inférieur qui est le nouveau Néron de notre temps, bien qu'il ignore la douleur sociale damnée, que mon admiratrice Lucía Méndez a écrite. Le leader socialiste s'est plaint de ne pas parvenir à des accords avec le PP - il veut seulement le renouvellement de la CGPJ pour contrôler la Justice mais il ne compte pas qu'il a mis 50 jours pour décrocher le téléphone de Pablo Casado. Le jour de la Magna Carta, ils ne se sont même pas salués. L'opposition est sourde et muette et Pedro Sánchez, notre grand dieu mineur, n'est pas exactement William Hurt.

Atalayar_Brexit