Avis

Soit le communisme, soit la liberté

photo_camera ISABEL DIAZ AYUSO

Telle est la question. Le 4 mai, les Madrilènes ont rendez-vous avec les urnes. Le TSJM a rejeté l'appel du Bureau de l'Assemblée de Madrid. Les deux motions de censure du PSM et de Más Madrid consenties par Ciudadanos, ont été rejetées par la Justice en évitant une fraude de droit après avoir connu préalablement la dissolution du Législatif par la Présidente du CAM Isabel Diaz Ayuso. Ils ont sciemment menti à Gabilondo et Errejón en prétendant qu'ils ne savaient rien. Honte à eux ! Je refuse de croire que Pablo Iglesias va abandonner la mamandurria de la deuxième vice-présidence et être le candidat de l'UP. Comment est le service !

Dans son discours d'à peine cinq minutes, M. Ayuso a clairement indiqué qu'il souhaitait mener son propre projet et a fait ce qu'il aurait dû faire il y a plus d'un an : se dissoudre. Les trahisons constantes d'Aguado - l'avant-dernier boycott des Budgets Généraux de 2021 en refusant d'accepter une proposition raisonnable de VOX comme celle d'accorder des aides directes aux PME - ont épuisé la patience d'un leader sans complexes qui a affronté ouvertement le césarisme de Sánchez-Iglesias, son propre parti et a construit l'Hospital Enfermera Isabel Zendal pour combattre le Covid19 en maintenant autant que possible l'emploi, surtout dans l'hôtellerie et la restauration. 

Inés et un homme de Murcie

Le tsunami politique murcien a commencé le 10 mars lorsque Carlos Cuadrado - le Sanchista Redondo - s'est présenté dans la capitale pour renverser López Miras (PP) et le gouvernement de coalition avec Cs. Il s'agissait d'un auto-coup d'État, comploté entre le Palacio de la Moncloa, Ferraz 80 et Alcalá 232, siège de Ciudadanos. Quatre semaines pour noyer Pablo Casado et envahir le centre gauche, détruisant le Parti Populaire et jetant VOX dans les ténèbres de l'extrême droite. Seule Inés et ses intimes étaient au courant de la trahison du gouvernement du Sud-Est ; la justification..., les vaccins VIP injectés à l'ex-conseiller à la santé, à madame et à 400 copains. Ils ont démissionné il y a trois semaines. Instigateur : le secrétaire général du PSOE, José Luis Ábalos, le tronc du

Delcy Rodriguez

Je reprends l'histoire : Inés n'a pas compté sur ce monsieur de Murcia, -Teodoro García Egea- qui avec la nocturnité et en pleine pandémie- a réussi que, après la destitution de plusieurs conseillers Cs, il est arrivé à un accord avec le vice-président et deux conseillers pour neutraliser l'opération de démolition. L'explication d'Isabel Franco a été très courte : "Les Murciens ne m'ont pas élue pour livrer le gouvernement à Sanchez". Elle a raison, même si Edmundo Bal l'a accusée "de se vendre au PP en charge de la boîte B". Ceux d'entre nous qui ont connu Bal et admiré sa performance en tant que procureur du 1-0 confirment avec regret qu'il est déjà devenu le pare-chocs de Doña Inés del alma mía. Ni Sánchez, ni Casado, ni Arrimadas n'ont montré leur visage pour expliquer cette instabilité créée en plein milieu de la pandémie. Il est curieux que ceux qui sont allés au tribunal en Catalogne pour organiser des élections le 14F, sont les mêmes qui vont au tribunal maintenant pour que les citoyens ne se rendent pas aux urnes pour voter en toute liberté. Le ministre des finances M. J. Montero et porte-parole du gouvernement, célèbre pour avoir découvert par lui-même que " l'eau et le sel ne peuvent pas être mélangés ", a ardemment défendu que la CFP s'est rendue au tribunal pour profiter de " l'effet Illa ", - " il n'y a pas de problèmes avec le coronavirus " - tout en attaquant la présidente Ayuso (elle prendra ses fonctions le 4 mai à l'ouverture des bureaux de vote) avec l'argument inverse : " il est immoral de convoquer des élections en ce moment ". Les archives du journal trahissent le président de Ciudadanos qui, il y a quelques semaines, s'est engagé moralement à ne pas lancer de motion de censure (motions comme bombes à fragmentation) en ces temps où la priorité est de sauver des vies et de créer des emplois. Quelle éthique et quelle morale !

Les politiciens professionnels ont la mémoire d'un espadon... d'un sabre. Voyons ce que la belle Inés -dont nous avons tant aimé le centrisme courageux et constitutionnel- dit à son exécutif trahi. Nous ne nous attendons pas à sa démission après cette trahison de ses militants et de ses électeurs. Elle changera deux ou trois pions et accusera ceux qui signent pour le PP (Frank Hervías, bras droit de Rivera après avoir quitté son siège au Sénat). Le départ de Tony Cantó explique l'abîme du parti orange.

Le rouleau compresseur 

Cela fait un an que le Gouvernement de la Nation a reconnu, avec un long mois de retard car il fallait atteindre les 8M20, que le coronavirus était un ennemi mortel. Notre ennemi commun. Depuis lors, elle a fait 72 500 victimes officielles (selon l'INE, plus de 100 000) ; près de deux millions d'emplois ont été perdus, nous avons 2 millions d'indépendants en cessation d'activité et près d'un autre million en ERTE. Un bar sur quatre a fermé et le PIB a chuté de plus de 11 %, soit autant qu'en pleine guerre civile. Le gouvernement a augmenté son salaire, le SEPE continue de s'enfoncer dans le nuage des hakers tandis que le nombre de conseillers a augmenté jusqu'à l'obscénité. Le poste de président de la SEPI - un ami qui connaît tous les secrets de l'ancien conseiller municipal andalou Montero, accusé de corruption présumée - est vacant depuis 522 jours. Avec cet horizon de désespoir, le délégué du gouvernement à Madrid, annule les manifestations du féminisme tandis que la leader charismatique vole la vedette à la ministre de l'égalité. Ça n'a pas d'importance, c'est vrai. 

Après avoir surpris le Congrès en annonçant l'affectation de 11 000 millions d'euros pour éviter la ruine de milliers d'entreprises, le ministre Calviño qui l'a appris en séance plénière a dû improviser une distribution d'urgence qui mettra au moins deux mois à parvenir à la CCAA. J'espère qu'il n'est pas trop tard. Trop tard est venu le spectacle de la destruction des armes confisquées à l'ETA (certaines avaient l'air d'avoir été confisquées au maquis dans les années 40). Et à Valdemoro, sans drapeaux : ni de la Garde civile ni de l'Espagne. (Voyons si Otegui et Urcullu vont se mettre en colère) Les victimes du terrorisme doivent être oubliées.

Le rouleau compresseur de Miss Pepis risque d'être à nouveau utilisé par le président bien-aimé pour se venger de ceux qui lui ont écrasé la main en Murcie (Communauté et Conseil municipal), en Castilla y León et en CAM. Un an plus tard, les vaccins ont apporté un peu de tranquillité mais nous sommes toujours confinés dans des frontières médiévales. Nous ne pouvons pas voyager en dehors de notre Communauté mais les Français peuvent se rendre à Majorque, aux îles Canaries et à Madrid avec un RCP récent. Peut-être, ce rouleau compresseur, soulèvera les pavés de la capitale du royaume le 20M lorsque les 30 groupes d'ultra-gauche, finaliseront une grande attaque contre la Puerta del Sol, encouragée par le candidat Iglesias et ses Mareas.

Mais le pire de cette année n'a pas été l'isolement. Les problèmes psychologiques se manifestent déjà (maux de gorge, maux de tête, toux, fibrose pulmonaire, thrombus, manque de concentration, fatigue, perte de poids, hypertension, sueurs, frissons, arythmies, perte de haine, essoufflement, troubles digestifs, articulations, signes cutanés, etc.) Le pire a été la désinformation du gouvernement et les mensonges du trio Sanchez-Illa-Simon. Il n'y avait ni masque, ni équipement de protection pour les agents de santé ou les experts du COVID. L'état d'alarme n'a servi qu'à confronter les Espagnols, à déresponsabiliser les politiques, à désarmer le contrôle parlementaire, à diviser la société et à initier une politique bolivarienne qui va de l'expropriation de maisons aux Baléares (PSOE-Podemos) à l'intervention du pouvoir judiciaire, en limitant ses fonctions et en dépénalisant le délit de piquets "informatifs" les jours de grève. Et maintenant, il menace de prolonger les pouvoirs jusqu'à Noël. Arrimadas a la réponse après avoir demandé 8 millions d'euros à l'ICO pour maintenir son siège. Les dettes des citoyens seront-elles la cause du rapprochement avec le Sanchisme ?

Le téléprédicateur des week-ends, le Dr Sanchez, passe sous silence l'attaque simultanée des gouvernements de la coalition PP-Ciudadanos, soit dit en passant, le même silence sonore de Casado et Arrimadas. Tous, héritiers de M. Rajoy qui sont allés boire un verre pendant qu'ils montaient un tangana qui nous a ramené aux années 30. Quelle sera la vengeance de Pedro et Pablo contre Ayuso ?  La Fabrique d'idées de Moncloa l'accusera de tout ce qui est possible et impossible. Ils ont déjà commencé à l'appeler "fanatique de l'indépendance de Madrid". Après avoir supporté le paniaguado Ignacio, ces cinquante jours qui restent jusqu'à la "majorité absolue" peuvent être un soulagement même s'ils dynamitent le Zendal. L'opposition le fermera-t-elle s'ils gagnent ? Une bonne question pour Iglesias, Pablo Gómez et le professeur Gabilondo. 

17 ans plus tard

Dix-sept ans viennent de s'écouler depuis le 11-M. 192 morts et près de 2 000 blessés. Et nous ne savons toujours pas la vérité. Nous ne savons même pas comment ont disparu les 8 wagons détruits lors des trois attaques simultanées. Ni pourquoi le sac à dos Vallecas (sans détonateur) est apparu, ni qui était le cerveau. Comme toujours, silence dans les égouts de l'Intérieur, avec Angel Acebes comme ministre PP ; Jose Antonio Alonso, Alfredo Perez Rubalcaba et Antonio Camacho (PSOE), Jorge Fernandez Diaz et Juan Ignacio Zoido (à nouveau, PP) et Fernando Grande Marlasca avec Sanchez. Marlasca doit être très occupé avec son nouveau tapis de course (2 800 euros) que nous lui avons tous offert "sans qu'il le sache".

Un voile de goudron sur les regards et les cœurs pour couvrir l'information. Et la vérité. Jamal Zougan a été condamné à 42 917 ans et depuis, il clame son innocence depuis la Galice.

Le monument d'Atocha aux victimes de la tragédie dort l'oubli de ceux qui sont dans les limbes et il n'y a pas longtemps quand je l'ai visité il était fermé au public. La plaque commémorant la tragédie au kilomètre 0 de la capitale du Royaume n'est lue qu'à cette date. Les victimes, comme celles de l'ETA, dérangent ce gouvernement social-communiste. Le Roi, lors de sa première apparition à l'occasion de la Journée internationale des victimes du terrorisme, a rappelé que "nous devons rejeter la légitimation de la violence". Il a justifié la nécessité de ne pas oublier. "Préserver la mémoire des victimes est donc un exercice de respect et de justice". Je voyageais ce jour-là - et à la même heure - dans le train Cercanías de Majadahonda à Príncipe Pío. Et je suis revenu le jour suivant, et le jour d'après, et le jour d'après, et le jour d'après. Nous, démocrates, n'oublierons jamais qu'à ce moment-là a commencé le changement de régime, le véritable coup d'État pour démembrer l'unité de l'Espagne. Le siège du PP a été encerclé 24 heures plus tard et la Transition a subi une "hache invisible et meurtrière". "Aujourd'hui", a écrit mon grand compatriote et ami Julián Martín, "la vie a été déchirée et de nombreuses lèvres sont restées sans baiser. Cette fois, le printemps a commencé noir avec un crépuscule rouge de haine".

Le pouvoir du dialogue 

L'"effet Illa" est resté ce qu'il était : rien. Rien et personne. Le fugitif, lâche et rebelle Puigdemont continue à diriger depuis Waterloo (avec le salaire d'ancien président et député européen, garde du corps et secrétaire) les ficelles de la Generalitat. Il a imposé Laura Borràs comme présidente du parlement régional, précisément parce qu'elle est accusée de corruption pour porter la victimisation à Bruxelles. Le fuyard Serret est livré à l'Audiencia Nacional et va directement au siège de député pour que Junts x Carles continuent à téter à la mamelle publique. Et conspirer contre l'Espagne. En toute impunité. Les députés des trois partis sécessionnistes (ERC, JxCat et CUP) ont des comptes avec la Justice pour désobéissance. Avec ces héritiers de la xénophobie d'Heribert Barrera, de la corruption de Pujol-Ferrusola, et des pilleurs de magasins du centre de Barcelone (CUP et CRD), la première chose que le PSC a faite est de signer un "cordon sanitaire contre VOX" qui inclut Cs et le PP. Bravo, Salvador ! 

Borrás, disciple de Torra (autre personne disqualifiée recevant de l'argent du budget), et protégé de Puigdemont a disqualifié son prédécesseur pour avoir " demandé le dialogue avec Sánchez " et a exigé un référendum dans cette législature après avoir souligné que sa mission est simple : " désobéissance aux tribunaux, amnistie pour les auteurs du coup d'État et construction de l'État catalan ".  Et qu'ont dit Illa et Sánchez ? Rien. C'est le pouvoir magique du dialogue du locataire de La Moncloa. L'illustre Rufián a déjà lancé une menace : "Cette coalition gouvernementale dépend de l'ERC, n'oubliez pas Sanchez".

Nous fêtons aujourd'hui le 40e anniversaire de la signature du Manifeste des 2300 pour l'égalité linguistique en Catalogne. Losantos, Trancón, Robles, Amando de Miguel, J.M. Fernández et 1 995 autres intellectuels décents l'ont signé. Ils ont tous reçu l'"ordre" de quitter l'"oasis catalane". Certains sont partis en Amérique, tandis que d'autres se sont réfugiés à Madrid, où ils enseignent en toute liberté. Quatre décennies plus tard, le slogan d'Ayuso "Soit le social-communisme, soit la liberté" est plus fort que jamais.  

Cette baie, en cette semaine où le suicide de Ciudadanos est consommé - nous n'aurions jamais dû aimer et voter pour Alberto et Inés avec tant d'excès - nous devons reconsidérer l'horizon judiciaire de Bárrcenas qui veut tuer Rajoy, Arenas et Cospedal, qu'il accuse de collecter des enveloppes. La secrétaire générale m'a avoué personnellement qu'elle n'a jamais reçu un seul euro d'argent supplémentaire. Je la crois. En fait, elle a dénoncé le trésorier et a gagné le procès en deuxième instance. Le skieur de fond, Luis Bárcenas, lui doit 70 000 euros. Je me suis toujours demandé pourquoi Rajoy et le jeune Arenas n'ont pas porté plainte contre ce truhan de la boîte B. Et en parlant d'horizons criminels, nous attendons sa sortie de prison, à la demande du bureau du procureur, où il a plus de 30 affaires en cours. "L'État est nettoyé des égouts", a-t-il déclaré. (La España Inventada, de Francisco Marco et Manuel Bravo, Editorial Indicios, 2020) est une lecture indispensable pour savoir que nous sommes face à un grand imposteur décoré et pensionné par les gouvernements du PP et du PSOE. 

Mais revenons au début : ces dernières heures, nous avons entendu de terribles attaques contre Isabel Díaz Ayuso, la présidente du peuple de Madrid qui a eu le courage de destituer Bellido Dolfos (Ignacio Aguado) et a laissé dans la rue tous ses acolytes placés dans le CAM. Ayuso veut seulement que le peuple s'exprime. Et qu'ils peuvent vivre avec le virus sans mourir de faim. Sa décision a été risquée. Mais rappelons-nous que "dans le risque, il y a de l'espoir".  Le 4 mai, mardi, tout le monde aux urnes... Votons pour et pour la liberté ! 

Antonio REGALADO met en scène BAHÍA DE ITACA à :
aregaladorodriguez.blogspot.com.