Avis

Israël, pourquoi maintenant ?

AFP/MOHAMMED ABED - Ruinas de un edificio destruido en los ataques aéreos israelíes en la ciudad de Gaza el 8 de octubre de 2023
photo_camera AFP/MOHAMMED ABED - Ruines d'un bâtiment détruit par des frappes aériennes israéliennes dans la ville de Gaza, le 8 octobre 2023

Les soldats britanniques ayant quitté la Palestine le 14 mai 1948, David Ben Gourion a déclaré ce jour-là à Tel-Aviv la création de l'État d'Israël, une annonce soutenue par les États-Unis. Cette déclaration a déclenché une série de guerres avec les pays voisins qui cherchaient à défendre les Palestiniens vivant sur leur terre de Palestine contre l'invasion juive.

Le Moyen-Orient n'a plus jamais été le même après la formation de l'État d'Israël et les Palestiniens se sont lancés dans une série d'attaques terroristes internationales pour attirer l'attention des autorités et des grandes puissances.

La guerre de 1948, la guerre de Suez, la guerre du Kippour, le processus de paix avec l'Égypte, la guerre avec le Liban, la première et la deuxième Intifada ont été les éléments clés de ce processus, qui s'approche maintenant d'un siècle de dévastation. En 1978, lors des accords de Camp David, négociés par les États-Unis sous la présidence de Jimmy Carter, l'Égypte et Israël ont signé la paix sur les différends territoriaux entre les deux pays.  

Puis vinrent les accords d'Abraham, parrainés par le président américain de l'époque, Donald Trump, qui décida notamment de transférer l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem, violant ainsi la soi-disant solution à deux États qui donnerait aux Palestiniens la création du pays de Palestine et la partie de Jérusalem-Est comme capitale. Trump n'en a pas tenu compte et Israël ne s'y est jamais conformé. 

Avec les accords d'Abraham, Israël a entamé une campagne de rétablissement des relations pour améliorer son voisinage : il a établi des relations diplomatiques avec les Émirats arabes unis, le Bahreïn, le Soudan et le Maroc. Il a également établi des relations diplomatiques avec la Turquie en août 2022, bien que le président turc Recep Tayipp Erdogan ait déjà déclaré qu'Israël devait cesser son offensive impitoyable et sanglante contre une population inoffensive opprimée par Israël depuis des décennies.  

Israël, sous la médiation des États-Unis, négocie l'établissement de relations diplomatiques, économiques et commerciales avec l'Arabie saoudite. Les pourparlers sont à un stade avancé, mais les événements récents pourraient les mettre en suspens. Israël, l'Arabie saoudite et l'Iran se disputent le contrôle du Moyen-Orient.  

Cette opération terroriste menée par le Hamas est perçue en Europe comme un suicide et une action qui profite avant tout à l'Iran (à majorité chiite), ennemi traditionnel d'Israël, qui, bien qu'il ait renoué ses relations avec l'Arabie saoudite (à majorité sunnite) après la médiation de la Chine, ne verrait pas d'un bon œil une alliance israélo-saoudienne. 

Sur le sujet 

Cependant, malgré toutes ces preuves, j'essaie de raisonner pourquoi le Hamas mènerait une opération terroriste aussi sauvage et impitoyable sans tenir compte du fait que la réponse du gouvernement israélien serait tout aussi sauvage et impitoyable. De plus, je pars du principe qu'Israël possède l'une des armées les mieux préparées et les mieux équipées au monde. 

Depuis des décennies, la lutte des Palestiniens pour retrouver leurs terres (et ne pas perdre de plus en plus d'hectares) est un affrontement entre David et Goliath.  

Le Hamas oublierait-il que cela déclencherait une guerre dans laquelle non seulement des milliers de Palestiniens innocents perdraient la vie, mais où ils seraient sur le point de perdre Gaza et où Israël annexerait davantage de territoire ? Un certain sens de l'illogisme me fait penser qu'il y a une force puissante derrière ce qui s'est passé, qui est plus intéressée à déclencher une guerre au Moyen-Orient en utilisant le Hamas comme appât.  

À qui tout cela profite-t-il ? Pas le Hamas, pas les Palestiniens, pas l'avenir de la bande de Gaza. Cela profite aux forces obscures qui cherchent à empêcher à tout prix la paix régionale et le bon voisinage au Moyen-Orient.  

En fait, cela donne un avantage au Premier ministre Benjamin Netanyahu lui-même : à la suite de ces événements malheureux, il a réussi à former un gouvernement d'unité en intégrant un membre de l'opposition, Benny Gantz, avec lequel il a convenu de mettre en place un gouvernement d'urgence et un cabinet de gestion de la guerre.

Netanyahou a gouverné Israël six fois à des périodes différentes et a réussi à consolider le gouvernement le plus conservateur et le plus à droite de l'histoire d'Israël ; il a même réussi à mettre de côté les scandales de corruption qui le hantent et la controverse sur sa dernière réforme du système judiciaire. 

Pour l'instant, aucun projet de loi ne peut être adopté en Israël et aucune décision gouvernementale ne peut être prise si elle n'est pas liée au conflit avec les milices. Le cabinet de gestion de la guerre est composé de Netanyahou, Gantz, l'actuel ministre de la Défense, Yoav Gallant, et le ministre des Affaires stratégiques, Ron Dermer ; seul Yair Lapid, un autre membre de l'opposition, ne l'a pas encore rejoint.  

La Russie bénéficie également d'avantages collatéraux, car une nouvelle guerre, cette fois au Moyen-Orient, offre à M. Poutine une distraction pour les États-Unis, l'Union européenne (UE) et l'OTAN, qui seront moins en mesure de faire face à l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Bien sûr, les perdants sont nombreux : les Palestiniens d'abord, les Européens ensuite, qui sont à nouveau en première ligne des attaques terroristes et, si l'Égypte ouvre ses frontières et accepte des réfugiés, on ne peut exclure une vague de Palestiniens aux portes de la Grèce ou de l'Italie.  Les choses pourraient encore s'aggraver pour l'Europe si une nouvelle guerre éclatait entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan... avouons-le, l'extension du conflit est indubitablement la Troisième Guerre mondiale.