Avis

Israël, prisonnier de sa politique de haine

AFP/JALAA MAREY - Piezas de artillería ocupan su posición en un lugar no revelado en el norte de Israel, en la frontera con el Líbano, el 8 de octubre de 2023
photo_camera AFP/JALAA MAREY - Des pièces d'artillerie prennent position à un endroit non divulgué dans le nord d'Israël, à la frontière avec le Liban, le 8 octobre 2023

Israël vit un 11 septembre particulier : selon le New York Times, l'opération terroriste menée par le Hamas depuis le 7 octobre a été financée par l'Iran, même s'il n'exclut pas la possibilité que d'autres intérêts dans la région favorisent un courant djihadiste à Gaza parmi les jeunes générations palestiniennes. 

Les images de barbarie qui déferlent sur le monde, montrant des centaines de miliciens enlevant et massacrant des civils dans différentes régions d'Israël, sont proprement choquantes. Je les ai regardées pour les analyser et j'ai trouvé de nombreux parallèles avec le modus operandi des cellules djihadistes au Nigéria avec Boko Haram et l'enlèvement de jeunes filles et d'adolescents ; et celui d'ISIS en Syrie, coupant des têtes ou un style de torture très particulier.  

Depuis que David Ben-Gourion a déclaré la naissance de l'État d'Israël à Tel-Aviv le 14 mai 1948, il y a eu plus d'une centaine d'attentats revendiqués par l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) au fil des années, et je me souviens de deux d'entre eux très parlants :  l'attentat du 5 septembre 1972 aux Jeux olympiques de Munich contre la délégation israélienne et l'opération Entebbe, le 4 juillet 1976, avec le détournement d'un avion d'Air France par des terroristes palestiniens. 

Les événements actuels sont d'une extrême gravité, sans comparaison possible, et ils sont peut-être la preuve la plus éclatante de la façon dont la haine a nourri une population, la population palestinienne, qui a été victime d'un pillage constant et qui s'est retrouvée enfermée dans un grand ghetto qui s'appelle Gaza.  

Je ne disculpe personne. Toutes les formes de violence sont condamnables, tout comme le fait que les mécanismes de compréhension, de médiation, de diplomatie et de prévention des conflits continuent d'échouer. Et je le répète : l'ONU n'est qu'un bureau mondial où l'on peut déposer une plainte et peut-être que si les États-Unis s'y intéressent, les sanctions aboutiront.  

Le vrai problème, c'est que les conflits s'enlisent et que la haine se lubrifie autour d'eux, qu'il est impossible de ne pas la ressentir car elle traverse le corps avec ces images de familles prises en otage, d'enfants, d'adolescents par une horde de sauvages armés qui, en criant Al-lahu-àkbar, montrent qu'ils assassinent des civils. Ils les haïssent... ils se haïssent entre eux, Palestiniens et Israéliens, et cela rend toute coexistence impossible, car il y a aussi un énorme choc culturel, idéologique et théologique.  

Si la formation de l'État d'Israël repose sur une poudrière et que des années s'écoulent sans que les colons palestiniens aient le choix d'avoir leur propre pays et que la solution des deux États n'a pas été respectée ou prise en compte par les autorités israéliennes, la question se pose : la population de Gaza devra-t-elle vivre "per saecula saeculorum" sous le joug d'Israël sans aucune chance réelle d'améliorer ses conditions de vie ? 

Gaza est tellement entre les mains d'Israël que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a ordonné de couper tout approvisionnement à la population palestinienne : pas d'eau, pas d'électricité, pas de gaz, pas de pétrole, pas d'essence, pas de nourriture.  

Et il a appelé les familles de Gaza (environ deux millions de personnes y vivent) à quitter leurs maisons et à fuir car seules la destruction et la mort les attendent.  

Sur le sujet 

Netanyahou, qui a gouverné Israël jusqu'à six fois, a cette fois le gouvernement le plus à droite de l'histoire de son pays ; en effet, il a conclu des pactes avec, entre autres, l'aile ultra-droite du sionisme religieux.  Et maintenant, il a l'occasion rêvée d'utiliser des missiles, des drones et des bombes pour chasser les habitants de Gaza, afin de s'emparer de cette partie du territoire et de poursuivre sa politique d'expansion des quartiers juifs.  

Jusqu'où ira cette guerre ? Les terroristes auraient besoin de beaucoup de technologie militaire pour soutenir une guerre au-delà du court terme avec l'armée israélienne, qui est l'une des mieux équipées au monde.  

Et il faudrait des pluies et des pluies de missiles pour que l'un d'entre eux franchisse le puissant Dôme de fer. Le plus triste dans tout cela, c'est la population civile, juive et palestinienne, qui verra mourir ses proches et subira la perte de tout.  

Un nouvel exode palestinien attend les pays de la région et peut-être que cette fois-ci, ce sera la dernière, car Netanyahou a promis de nettoyer Gaza.  

Qui est derrière tout cela et pourquoi maintenant ? L'Arabie saoudite et Israël sont en pourparlers depuis des mois pour rétablir des liens diplomatiques et conclure une série d'accords économiques, commerciaux et régionaux. Depuis les accords d'Abraham et le départ des troupes américaines et des autres troupes de l'OTAN d'Afghanistan, beaucoup de choses ont bougé dans le puzzle du Moyen-Orient.  

L'Arabie saoudite et Israël ont tous deux lancé une campagne visant à améliorer leurs relations diplomatiques avec de nombreux pays de la région. Par exemple, le rétablissement, en mars dernier, des relations diplomatiques entre l'Iran et l'Arabie saoudite, rompues depuis 2016, a été une surprise. 

Les antagonismes entre l'Iran et l'Arabie saoudite sont bien connus et tous deux veulent imposer leur vision particulière au monde musulman, mais sous le moule chiite, selon l'Iran, et les Saoudiens, sous le particularisme sunnite. 

Les trois pays se disputent le contrôle de la région : l'Iran, l'Arabie saoudite et Israël. Avec les événements actuels, beaucoup de choses peuvent se produire : Israël pourrait également prendre le contrôle de Gaza ; le rétablissement des relations entre l'Arabie saoudite et Israël pourrait se refroidir ; ou les États-Unis pourraient accuser l'Iran de financer le Hamas et les terroristes à l'origine de cette barbarie et décider de procéder à une escalade militaire. Quoi qu'il en soit, pour l'Ukraine, c'est une mauvaise nouvelle, car son invasion passe au second plan. À qui appartient la main qui secoue le berceau ?