Avis

Premiers espoirs de paix dans les deux grands conflits

REUTERS/IBRAHEEM ABU MUSTAFA - Palestinos protestan pidiendo el fin de las divisiones internas y resolviendo la crisis de poder de larga data, en Khan Younis, en el sur de la Franja de Gaza, el 30 de julio de 2023
photo_camera REUTERS/IBRAHEEM ABU MUSTAFA - Des Palestiniens manifestent pour réclamer la fin des divisions internes et la résolution de la longue crise de l'électricité, à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 30 juillet 2023

Il est encore tôt, mais on peut espérer que la paix finira par s'imposer dans les deux grands conflits armés qui agitent actuellement le monde.  

Le premier accord conclu entre Israéliens et Palestiniens pour échanger des prisonniers et des otages contre une trêve de quatre jours des combats dans la bande de Gaza est pour l'instant celui qui offre des résultats concrets. Pendant cette période, les Gazaouis qui ne sont pas impliqués dans les activités terroristes du Hamas pourront dormir plus paisiblement et tenter de reconstruire autant que possible - ce qui sera peu - leur vie. 

Quatre jours sans avoir à lever les yeux au ciel par crainte de voir apparaître des bombardiers à l'horizon, c'est peu. Il est difficile d'imaginer ce que ressentiront les personnes menacées le troisième jour sans entendre de coups de feu, lorsqu'elles ressentiront à nouveau la peur qui leur rappellera la reprise de la guerre dans quelques heures. Car il est clair qu'Israël ne sera pas satisfait tant qu'il aura à ses côtés une organisation terroriste tirant des roquettes sur ses villes et préparant de nouvelles initiatives pour les attaquer par traîtrise. 

Néanmoins, il est clair qu'il faut bien commencer quelque part et que le processus de paix est peut-être l'un des meilleurs exemples à suivre. La patience et la persévérance dans la recherche de solutions conduisent à des accords de retour à la normale, même dans les situations les plus difficiles. Ce n'est ni facile ni rapide, mais c'est ainsi que la plupart des conflits armés se sont terminés au cours de l'histoire. Dans le cas d'Israël et de Gaza, il est prometteur qu'Israël, dont la capacité militaire est supérieure, propose de prolonger la trêve d'un jour pour chaque nombre d'otages restitués.  

En ce qui concerne l'autre guerre, celle qui fait rage entre l'Ukraine et la Russie depuis deux ans, les perspectives immédiates sont une aggravation de la gravité qui menace à la fois les militaires et les civils avec l'arrivée de l'hiver, le froid et les coupures d'électricité qui limitent les capacités défensives sur les lignes de front et la vie quotidienne dans les villes détruites. Quant aux perspectives d'une solution armée, il est clair que, tant que l'Ukraine est soutenue par l'OTAN et que la Russie est déterminée à poursuivre son agression, une solution armée est presque impossible, tout comme l'accord de paix nécessaire. 

L'absence de négociations et de perspectives de négociations pour les promouvoir n'incite pas à l'optimisme. Peut-être cela peut-il commencer à changer en ces jours d'avant Noël qui nous invitent toujours à oublier la gravité des problèmes. C'est mercredi que, pour la première fois, une lumière a été jetée sur cette possibilité. Le froid et calculateur président Vladimir Poutine a laissé entendre, sans insister sur son appréciation, en parlant de la guerre bien sûr, que "nous devons réfléchir à la manière d'arrêter cette tragédie". 

Il l'a dit lors du sommet virtuel du G20 et la phrase n'est pas passée inaperçue. L'Ukraine reste la grande victime de la guerre, celle qui met et expose le plus de vies et subit le plus de dégâts. Mais la Russie commence également à ressentir les conséquences d'une aventure de conquête territoriale devenue très difficile et conflictuelle à l'intérieur de ses propres frontières. Le mécontentement populaire grandit, les dommages causés à l'économie deviennent chaque jour plus évidents et l'image de Poutine est de plus en plus discutable. Poutine ne veut peut-être pas admettre son erreur, mais il semble qu'il commence à vouloir faire amende honorable.