Avis

Lettres de Sanchez

sala consejo ministros Moncloa
photo_camera Salle du Conseil des Ministres. Palais de la Moncloa

Comme si Jésus-Christ donnait des instructions à ses disciples avant de les lancer aux quatre coins du monde pour prêcher sa parole, la première chose que Sánchez a faite pour inaugurer son énième gouvernement a été de leur laisser une lettre commune, bien qu'apparemment personnalisée.

L'effet de surprise voulu par Sánchez sur son cabinet a été de courte durée, sous la forme d'une missive qu'il a laissée sur la table où se tiennent les conseils, qui, soit dit en passant, après cinq longues années, est toujours là, imperturbable, et me semble trop petite pour accueillir les macro-conseils hebdomadaires des ministres, étant donné que lorsqu'on les voit assis autour, ils ressemblent à une bande d'écoliers serrés les uns contre les autres pour être sur la photo d'un cours pratique au cours duquel ils visitent n'importe quelle entreprise où il n'y a pas de place - suffisamment grande - pour tant d'écoliers inattendus et récalcitrants.

Mais à bien y réfléchir, ce prétendu "secret" n'a probablement pas duré parce qu'il ne voulait pas le considérer comme tel, et ce n'était rien d'autre qu'une autre manœuvre de propagande distrayante, apparente et incongrue, de quelqu'un qui ne vit que de lui-même et pour lui-même, parce qu'à présent, après tant de jongleries, nous savons tous qu'à l'exception des saluts à la poudre, il n'a rien à offrir qui ait du poids, de la substance ou une grande valeur ajoutée.

Dans ces épîtres, l'homme qui a rompu le plus de promesses ou, pour le dire autrement, qui a "changé d'avis" le plus de fois sur des questions importantes pour le progrès du pays qu'il prétend gouverner, demande à ses acolytes et à ses infatigables partisans d'être cohérents et de tenir ce qu'ils ont promis ou engagé.

Comme il a toujours la mauvaise "vertu" de ne rien clarifier, d'embrouiller les choses ou de tout laisser à la libre, bonne ou mauvaise interprétation, il ne leur dit pas de quelles promesses il s'agit. S'il s'agit des promesses qu'ils ont tous gloussées avec lui ad nauseam lors de la dernière campagne électorale, méprisant et niant l'amnistie, le pardon des péchés contre la patrie ou l'annulation des diverses dettes importantes ; Ou bien se réfère-t-il à celles que nous savons maintenant qu'il va réaliser parce qu'il les a faites à ceux qui l'ont mis au pouvoir et qui - bien qu'elles aient mijoté pendant des mois - ont été systématiquement et catégoriquement refusées, tout comme l'apôtre Pierre a nié être un disciple du Christ lorsqu'on lui a demandé s'il l'était. 

Mais il se peut aussi qu'il fasse référence au fait que chacun des membres du cabinet devra tenir les promesses faites - solennellement, publiquement et d'une voix forte et claire - lors de la cérémonie d'investiture de leurs ministres il y a quelques jours en présence de S.M. le Roi, qui a gardé un visage impassible à tout moment, parce qu'il sait ce qu'il en est et ne fait pas confiance à Alibaba ni à sa bande de voleurs reconnus et inassouvis.   

Qu'il est triste de vivre devant la galerie, de tromper à droite et à gauche, et en plus de devoir faire semblant de ne pas avoir cassé une assiette quand, de plus en plus fréquemment, en public comme en privé, on leur reproche leurs manquements constants et graves. Mais je crois que cela n'arrive que lorsque la personne en question est honnête, cohérente, propre et décente. Dans le cas contraire, elle revêt une sorte de couche imperméable à travers laquelle se glissent les critiques, les mots durs ou les plaintes sévères et précises, bien qu'elles la décrivent telle qu'elle est et la laissent complètement nue devant l'opinion publique.

Un homme plein d'impudeur et d'incongruités, comme celle perpétrée dernièrement avec son voyage propagandiste en Israël et dans la bande de Gaza pour prêcher et même exiger, au nom de l'UE, la paix, l'harmonie et la compréhension entre les factions belligérantes, en maintenant un équilibre exécrable et déplorable entre les deux, alors que, au Parlement, il vient de nous promettre qu'en Espagne, il érigera un mur pour séparer les Espagnols en deux moitiés et qu'il continuera à encourager des politiques qui les discriminent et les divisent de plus en plus.

Quelqu'un qui, bien qu'il occupe la présidence tournante de l'UE, donne le tournis à ses institutions, en répondant longuement à leurs questions ou à leurs demandes d'éclaircissement, ou en empoisonnant leurs réponses tardives et diffuses avec des mensonges, des sophismes ou des demi-vérités, de sorte que le problème n'est pas clair et que, par conséquent, la correction nécessaire et juste du problème est retardée de plus d'un an.

C'est une botte de surprises et de jongleries qu'il utilise et ressert à volonté pour faire croire qu'il est sur la bonne voie, alors qu'il ne s'excuse jamais de ses erreurs, même si elles sont flagrantes, et qu'il est devenu une véritable machine à broyer les ministres, une fois qu'il s'en est servi, Il laisse un pays comme l'Espagne endetté, avec une dette et un déficit si exorbitants que même nos petits-enfants ne seront pas en mesure de les rembourser et de les ramener à des conditions raisonnables.

Il vend et achète des faveurs à sa guise, sans prêter attention au caractère et à l'origine de ses mécènes et interlocuteurs. Il le fait avec un objectif double et clair : augmenter et lier le nombre de ses partisans engagés et, fondamentalement, satisfaire ses propres besoins, mais il le fait d'une manière tellement fausse, ignoble et déguisée qu'il prétend toujours le faire légalement et démocratiquement ou pour le bien de l'Espagne et du peuple espagnol.

Nous saurons bientôt à quelles promesses faisaient référence ces lettres.