Avis

Le monde arabo-musulman et ses relations avec l'Occident

AFP/ Bandar AL-JALOUD / Palacio Real Saudí - El Príncipe heredero de Arabia Saudita, Mohammed bin Salman (derecha), chocando los puños con el presidente de los Estados Unidos, Joe Biden, en el Palacio Al-Salam en el puerto de Jeddah en el Mar Rojo. el 15 de julio de 2022
photo_camera AFP/ Bandar AL-JALOUD / Palacio Real Saudí - El Príncipe heredero de Arabia Saudita, Mohammed bin Salman, con el presidente de los Estados Unidos, Joe Biden

Indépendamment du fait que l'Espagne a été victime de l'un des plus grands crimes qu'elle ait jamais connus, si ce n'est le plus grand. J'espère pouvoir bientôt écrire et dénoncer longuement ce fait et, personnellement, j'ai récemment dû faire face à la plus grande perte qu'un homme marié puisse connaître dans sa vie.    

Heureusement ou malheureusement pour l'un ou l'autre, le noyau dur et le plus important des Arabes et des islamistes est concentré dans la région connue sous le nom de Moyen-Orient ou de Proche-Orient. Cette région, autrefois désertique et quasi stérile, est aujourd'hui pleine de possibilités depuis la découverte des plus grandes réserves de pétrole et de gaz connues à ce jour. 

Un territoire montagneux, extrêmement chaud et en grande partie désertique qui, avant l'apparition susmentionnée, n'était pas un objet de désir ou de convoitise de la part des puissances colonisatrices occidentales, si ce n'est celui, très en vogue autrefois, d'ajouter des mètres carrés à leurs vastes empires, ce dont elles ne pouvaient guère s'occuper avec les ressources et les moyens de l'époque, surtout s'il s'agissait de terres presque ou totalement incultes.  

Un terrain hostile en soi, auquel il faut ajouter qu'il s'agit d'un véritable nid de frelons en ébullition, où les querelles de race, de religion, de voisinage ou la simple imposition de voisins indésirables, comme Israël, rendent la coexistence ou la paix pratiquement impossible, de même que la recherche d'une position commune durable et ferme sur les aspects économiques et industriels qui ouvrirait la voie à un avenir socioculturel prospère. 

Depuis des décennies, les guerres, les intrigues, les attaques et les trahisons multiples sont à l'ordre du jour. Les conflits dans la région augmentent en nombre et en intensité. D'autre part, ils sont pérennes, enracinés et si fratricides qu'ils conduisent à sacrifier des peuples entiers pour n'importe quelle cause inconcevable pour un étranger, mais qui, à leurs yeux ou dans leurs croyances, est largement ou totalement justifiée. 

Une fois que la manne du pétrole et de ses dérivés a jailli partout dans ce monde de guerres constantes et longues entre frères ou voisins, l'Occident a vite trouvé sa place pour faire du sale business avec eux en imposant des changements dans leurs modes de vie et leurs coutumes, en formant leurs forces armées et en leur vendant des armements modernes d'abord et des technologies ensuite pour qu'ils les développent eux-mêmes sous leur brevet ou leur soutien particulier, en échange de concessions énergétiques diverses et de contrats très profitables pour l'étranger.  

Dans le domaine du patronage intéressé, du double commandement ou simplement de la tutelle déguisée - après la fin de la Seconde Guerre mondiale - ce sont les États-Unis qui ont été les premiers à voir et à utiliser sans complexe les possibilités d'affaires et d'influence sur une région très riche presque à perpétuité, une fois qu'il a été prouvé qu'ils n'avaient joué aucun rôle dans la partition honteuse de ces vastes territoires connus jusqu'alors sous le nom de Moyen-Orient ottoman ; cette partition a été secrètement effectuée par deux tueurs à gages, lorsque le Français François Georges-Picot et le Britannique Mark Sykes ont négocié, avec le consentement de la Russie, le désormais célèbre accord Sykes-Picot (1916). 

Cet accord n'était pas seulement une simple division de terres en friche et de territoires presque inhabités, mais une partition de facto et une séparation brutale des peuples, des races, des religions et des coutumes ; une partition et une séparation qui continuent de traîner, ou qui ont causé la plupart des conflits dans la région depuis lors.   

Ainsi, les États-Unis n'ont pas seulement joué le rôle d'exploitant clandestin tant qu'ils avaient besoin du pétrole produit dans cette région, mais aussi celui de mécène et d'influence totale, forçant les pays qui ne les soutenaient pas, comme l'Iran lui-même, à changer leurs coutumes et leurs habitudes, ce qui a conduit à la révolution de 1979 avec le renversement du Shah Mohammad Reza Pahlevi et la restauration de la République, au changement radical de comportement qui en a résulté et qui, depuis lors, en a fait un ennemi éternel et irréconciliable des Américains et de tous ceux qui dansent à leur diapason. 

Malgré ce revers, les États-Unis ont continué à agir dans une vaste zone d'influence dans la région, ce qui les a amenés à envahir l'Irak pour défendre le Koweït et surtout à soutenir de toutes les manières Israël, la Jordanie et l'Arabie saoudite, avec lesquels ils entretiennent des liens indéfectibles, comme on peut le voir dans chacun des conflits dans lesquels l'un, plusieurs ou tous les pays susmentionnés sont impliqués. 

La Russie, pour sa part, n'est pas en reste dans la recherche de ses zones d'influence, d'affaires et d'expansion, et a ainsi jeté son dévolu et ses efforts sur la Syrie et ses dynasties dirigeantes tyranniques, qui, si elles sont encore debout, ne le sont que grâce au soutien indéfectible de la Russie en échange de leur permettre de s'implanter dans des lieux et des ports stratégiques, ce qui leur offre une bonne couverture pour leurs déploiements, principalement navals, en Méditerranée.   

C'est sous la présidence de Trump que, compte tenu de la diminution et de la quasi-absence de dépendance ou de besoin de l'Amérique à l'égard du pétrole du Moyen-Orient et, fondamentalement, en raison du coût du soutien susmentionné en termes d'investissements, de déploiements militaires et d'autres actions économiques ou commerciales, les États-Unis ont commencé à rassembler les voiles et - comme cela s'est produit en Afghanistan - de vastes zones et des gouvernements de divers types ont été abandonnés à leur sort, avec pour conséquence une augmentation des conflits dans la région et des conflits au Moyen-Orient, ce qui a permis aux États-Unis de continuer à développer leur présence militaire au Moyen-Orient, la multiplication des conflits dans la région et, comme d'habitude, lorsqu'une puissance abandonne le contrôle ou le patronage d'un État ou d'une région, une autre ou d'autres ont rapidement tendance à hériter de cette influence et, dans ce sens, nous voyons clairement la Russie essayer d'améliorer ses positions contraintes et aussi un Erdogan, le président turc, qui n'exclut pas de devenir un leader politique religieux en apparaissant et en essayant d'influencer d'une manière ou d'une autre, comme le persil dans toutes les sauces. 

Biden, qui a relevé le gant de son prédécesseur dans la politique d'abandon en en réalisant quelques-unes très notables, semble être contraint de reprendre ses positions, du moins pour le moment, en raison du conflit actuel entre Israël et les importantes guérillas du Hamas à Gaza et du Hezbollah au Liban qui, à la manière d'une tenaille militaire, ont forcé et forcent Israël à entrer dans un nouveau conflit qui est peut-être le plus important de son histoire récente.   

Des guérillas dont personne ne doute ont été créées, nourries, entraînées et protégées par l'Iran afin de maintenir l'instabilité en Israël, son plus grand ennemi, et dans le but d'obtenir une réaction disproportionnée de la part des Israéliens qui retournerait contre eux tous les peuples arabes de la région, ou la plupart d'entre eux. Il ne faut jamais oublier que c'est l'Iran qui maintient sa promesse fervente et inébranlable de rayer Israël de la carte en tant que peuple et nation. 

D'autres acteurs occidentaux comme la France, l'Italie et le Royaume-Uni n'ont pas pu ou n'ont pas su maintenir leurs zones d'action ou d'influence, et certains, comme la France, ont décidé de rechercher des profits lucratifs dans des zones plus au sud en pénétrant en Afrique ; une zone qui, soit dit en passant, est devenue très compliquée depuis quelques années, raison pour laquelle elle semble maintenant déterminée à les abandonner à leur sort, car elle n'a pas la capacité militaire requise pour une telle entreprise.      

Pour leur part, d'autres pays, comme l'Arabie saoudite et le Qatar, ont su trouver dans l'utilisation de leurs ressources naturelles la source d'une diversification de leurs économies, convaincus et persuadés que le pétrole, actuellement inépuisable, aura dans un avenir assez proche un marché ou un attrait moindre, compte tenu des changements rapides vers d'autres sources d'énergie non fossiles, et donc plus propres et moins polluantes, qui s'introduisent progressivement dans les esprits et les économies de tous les pays, jusqu'à ce que leur consommation soit réduite à un minimum. 

Face à ce panorama, l'ouverture de nombreux habitants vers l'Occident s'accroît de minute en minute, et si leurs intérêts en dehors de la région étaient initialement minimes, ils comprennent aujourd'hui de nombreux aspects du monde industriel, le sport de haut niveau, la création d'espaces verts, d'importants travaux d'architecture et d'infrastructure dans des endroits où il n'y avait que du sable ou de l'eau de mer, l'exploitation de toutes sortes de ressources et, surtout, l'achat d'entreprises importantes, de brevets pour des moyens et des machines avec lesquels ils s'assurent une place dans le développement et la recherche de leur propre confort et de celui des autres dans un avenir proche, qui devient de plus en plus lointain.

Bien que les phobies soient encore plus grandes et inconciliables entre eux et l'existence d'un ennemi pratiquement commun (Israël), qu'ils ont combattu et assiégé à plusieurs reprises au cours des soixante dernières années, à la fois individuellement et collectivement, c'est la religion et leur interprétation différente du Coran (chiite et sunnite), associée à la question problématique de la localisation ou du libre accès aux lieux saints lors de leur pèlerinage obligatoire - au moins une fois dans leur vie - qui est à l'origine de leur éloignement exacerbé. 

Trouver un moyen de nuire à leurs voisins inconfortables ou non rachetés est la norme dominante dans une partie du monde qui dépense des sommes considérables pour combattre ou menacer directement ou, comme nous l'avons déjà mentionné, pour créer, nourrir, entretenir et former des milliers de terroristes concentrés dans un petit nombre de groupes terroristes compacts et bestiaux, qui sont si extrêmes qu'ils n'hésitent pas à sacrifier tout ce qui est nécessaire pour nuire à quiconque les importune ou pourrait interférer avec eux à l'avenir.  

En résumé, je pense que malgré le fait que leurs conflits non seulement se poursuivent, mais augmentent en volume et en intensité, les relations commerciales, industrielles, politiques et sociales entre le Moyen-Orient et l'Occident changeront de plus en plus de direction et l'on recherchera de plus en plus les aspects et les facettes de l'investissement ou des affaires qui viennent d'eux vers nous, plutôt que l'inverse, comme cela a été traditionnellement le cas.  

Dans le chapitre sur les intermédiaires, nous constatons que la Chine, pour la première fois, fait une apparition remarquée dans ce domaine et ce lieu d'action. Il y a plusieurs raisons à cela et elles tiennent principalement au fait que Xi Jinping veut jouer un rôle plus important dans la pacification des conflits internationaux, veut apparaître comme un homme de paix aux côtés de Biden, malgré les problèmes importants et brûlants qu'elle a à ses frontières et son expansion irrésistible en mer de Chine méridionale, et peut-être aussi comme un moyen de protéger sa nouvelle route de la soie. 

Un protagonisme émergent et puissant qui pourrait être une raison supplémentaire pour laquelle la Turquie, la Jordanie et le Qatar ont récemment changé l'intensité et même la direction de leur soutien au maintien de la paix dans ce conflit.     

Il est nécessaire de souligner une fois de plus que les futurs affrontements ou conflits réels ne sont pas susceptibles de diminuer en nombre ou en intensité ; au contraire, ils auront tendance à augmenter dans les deux aspects et, par conséquent, la région sera beaucoup plus conflictuelle, en particulier lorsque l'Iran sera officiellement admis par la communauté internationale comme une puissance nucléaire - il l'est déjà de facto en raison de l'abandon, de la négligence ou des intérêts cachés des États-Unis -, ce qui obligera sans aucun doute Israël à augmenter ses arsenaux nucléaires ainsi que la capacité et la précision de ses arsenaux actuels et, avec un haut degré de probabilité, certains pays riches comme l'Arabie saoudite et d'autres, compte tenu du fait que leur ennemi acharné, l'Iran, est en avance dans les questions offensives de cette ampleur, seront encouragés à rejoindre et à sauter dans le train, de sorte que la région sera un foyer d'engins nucléaires aux mains de fous, d'ineptes ou d'ennemis irréconciliables.