Avis

Le "Grand Jeu" entre l'Occident et la Chine a-t-il déjà commencé ?

KREMLIN/MIKHAIL TERESHCHENKO via REUTERS - El presidente ruso, Vladimir Putin, y el presidente chino, Xi Jinping, asisten a una ceremonia de firma despues de sus conversaciones en el Kremlin en Moscú, Rusia, el 21 de marzo de 2023
photo_camera KREMLIN/MIKHAIL TERESHCHENKO via REUTERS - Le président russe Vladimir Poutine et le président chinois Xi Jinping assistent à une cérémonie de signature après leur entretien au Kremlin à Moscou, Russie, le 21 mars 2023

Les historiens et les experts en géopolitique recherchent souvent des changements majeurs pour comprendre et expliquer l'évolution du monde, pensant trouver des réponses dans tout événement politico-militaire majeur. Les changements du siècle dernier ont comporté une série d'événements majeurs, chacun d'entre eux étant considéré comme un "jalon" vers une nouvelle phase des relations internationales.   

Les attaques terroristes du 11 septembre 2001 aux États-Unis d'Amérique, qui constituaient la première attaque étrangère sur le sol américain depuis l'attaque japonaise sur Pearl Harbor (un port américain sur l'île hawaïenne d'Oahu), ont sans doute été les plus marquantes de tous les événements. Les guerres d'Afghanistan et d'Irak ont suivi, entraînant d'importantes pertes humaines. Cependant, elles n'ont pas influencé la situation géopolitique du monde au XXIe siècle, qui est restée la même que celle que nous avions connue depuis la dissolution de l'Union soviétique au début des années 1990 : la domination de l'Occident dans les processus décisionnels mondiaux, malgré l'opposition de la Russie et de la Chine sur certaines questions. Il s'agit en l'occurrence d'une opposition limitée, comme on l'a vu dans le cas de la guerre en Irak.   

Il semble que la guerre russo-ukrainienne ou la "crise ukrainienne" soit l'événement qui, dans son sens le plus profond, a l'attribut d'un "point de repère" en raison des répercussions politiques, économiques, diplomatiques et militaires qu'il aura à l'avenir. Près de 17 mois après le début de la guerre, certains paramètres commencent à émerger, qui pourraient avoir un impact majeur sur le futur courant dominant des relations internationales. Parmi ces paramètres, les plus importants sont les suivants :  

Le fait le plus marquant de cette guerre est sans doute l'incapacité de l'Occident à contenir la Russie par des pressions diplomatiques et militaires. C'est une première pour l'Occident. En particulier, les deux parties n'étaient pas entrées en conflit direct pendant la guerre froide, comme c'est le cas aujourd'hui en Ukraine.  

La guerre a ouvert la voie à la création du pôle eurasien, à une coordination intense entre la Russie et la Chine et à l'adhésion discrète de l'Inde à l'alliance. Dans quelques années, cette alliance deviendra le centre du monde, grâce à son potentiel économique, humain et militaire. La Chine dirigera l'alliance et Pékin ne trouvera pas de meilleure occasion historique que celle offerte par la guerre Russie-Ukraine pour démontrer au monde sa véritable puissance sur la scène internationale.  

Le monde a commencé à découvrir la possibilité d'une activité économique mondiale sans utiliser le dollar américain comme monnaie. Avec les grandes puissances d'Asie, l'Inde et la Chine, la Russie a essentiellement lancé le début d'un commerce basé sur les monnaies nationales, préférant que le yuan chinois soit soutenu par l'or, plutôt que par le dollar.  

L'Occident a montré l'étendue du déclin de son influence dans le monde. Il s'attendait notamment à ce que les pays de son orbite et ceux considérés comme faisant partie de sa sphère d'influence historique condamnent publiquement l'attaque de la Russie contre l'Ukraine. Or, la position de la plupart des États d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine s'est réduite à un vote de l'Assemblée générale des Nations unies sur la condamnation de la Russie, qui est un vote non contraignant, tandis qu'ils se sont abstenus de condamner clairement la Russie et ont appelé au dialogue, aux négociations et à la préservation de l'intégrité territoriale de l'Ukraine.  

La guerre entre la Russie et l'Ukraine est une étape importante dans le passage d'un monde unipolaire à un monde multipolaire

En 1947, le président américain Harry S. Truman a défini dans sa doctrine le concept d'un monde bipolaire, qu'il a divisé en deux parties, le monde communiste d'une part et le monde libéral d'autre part. 

La dissolution de l'Union soviétique et la fin de la guerre froide ont entraîné l'effondrement du monde bipolaire au profit d'une situation nouvelle, changeante et instable, que l'on pourrait appeler le monde "post-bipolaire". Selon le sociologue français Bertrand Badie, les États-Unis n'ont pas pu imposer leur hégémonie en raison du développement accéléré, tant économique que militaire, de la Chine et d'autres pays dans le monde, dont la Russie, successeur de l'Union soviétique, qui a regagné de l'influence sur la politique mondiale. 

Un monde multipolaire signifie essentiellement les États-Unis, la Chine et la Russie. Toutefois, la réalité montre que ces pays n'ont pas été en mesure d'attirer d'autres pays du monde dans leur orbite. Tout d'abord, la guerre des États-Unis en Irak et son échec final à atteindre ses objectifs, puis la guerre en Afghanistan avec des résultats similaires et le retrait humiliant, ont été les signes avant-coureurs de la fin de ce que certains experts appellent le "monde unipolaire". Cette évolution a incité la Chine à accroître son influence mondiale, notamment grâce aux nouvelles alliances économiques qu'elle a nouées avec l'Afrique et l'Asie centrale.  

Les résultats de cette guerre montrent que les États-Unis, qui étaient en passe de perdre le contrôle de l'Europe occidentale et même de l'OTAN (que le président français Emmanuel Macron a qualifiée de cliniquement morte), sont désormais en passe d'imposer leur politique économique et militaire à l'Europe. Ils ont réussi à restaurer rapidement l'esprit et la force du corps en décomposition de l'OTAN. L'alliance transatlantique a été renforcée par la menace russe, les menaces économiques (gaz naturel) et militaires de la Russie et l'utilisation possible d'armes nucléaires. 

Ce que nous voyons aujourd'hui, après tous ces mois de guerre, c'est le retour des États-Unis, véritable pôle doté de tous les moyens de contrôle et d'hégémonie, soutenu par certains des pays les plus riches et les plus puissants du monde, tels que l'UE, le Japon, la Corée du Sud et l'Australie. 

Évolution historique de l'impasse entre Washington et Pékin

Pékin ne peut se satisfaire d'être le second derrière Washington, tout comme Washington ne peut accepter de ne pas être le premier. Pierre Grosser, historien français des relations internationales, a conclu son livre, publié cette année sous le titre "L'autre guerre froide ? La confrontation entre les Etats-Unis et la Chine". En fait, Grosser souligne que la guerre en Ukraine a été une occasion inattendue que Taïwan a saisie pour renforcer sa préparation au combat contre toute attaque similaire de la part de la Chine. Tout comme la guerre de Corée avait sauvé le régime de Chiang Kai-shek à Taïwan parce que l'administration Truman avait décidé à l'époque de protéger Taïwan d'une attaque chinoise, la guerre d'Ukraine a de nouveau sauvé Taïwan en diminuant la menace potentielle d'une agression chinoise.  

L'évolution des relations entre les États-Unis et la République populaire de Chine peut être divisée en trois phases historiques. La phase d'hostilité entre 1949 et 1972, puis la phase de développement de relations plus étroites depuis la visite historique du président Richard Nixon à Pékin jusqu'au rôle de la Chine dans la fourniture d'une assistance financière à l'Occident à la suite de la crise de 2008. La troisième phase, dans laquelle nous sommes entrés, commence avec l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping à Pékin en 2012. Au cours de cette phase, la Chine est entrée en compétition avec les États-Unis pour l'hégémonie mondiale. Les administrations américaines ont commencé à prêter attention à l'expansion de la puissance chinoise, qui n'est plus essentiellement industrielle ou commerciale, mais qui s'est largement élargie pour inclure également des aspects militaires et technologiques. Après l'entrée en fonction de Joe Biden en 2021, l'administration américaine a commencé à créer un réseau de nouvelles alliances avec les pays entourant la Chine, dans le but de supprimer son rôle et sa puissance croissants dans la région de l'océan Indien et de l'océan Pacifique. Par exemple, l'alliance AUKUS établie avec l'Australie et la Grande-Bretagne, et l'alliance Quad avec le Japon, l'Australie et l'Inde.   

Au cours des deux dernières décennies, les documents relatifs à la sécurité nationale des États-Unis ont mis en garde contre l'escalade et l'importance de la menace chinoise, ainsi que contre l'existence de menaces beaucoup plus modestes de la part de la Russie. Le document intitulé "Interim National Security Strategic Guidance", publié par l'administration Biden en mars 2021, ne contient que deux références à la Russie en tant que puissance ambitieuse représentant un défi pour les États-Unis. Dans le même temps, le document contient 15 références à la Chine, toutes dans le cadre des préparatifs nécessaires pour faire face aux menaces, car la Chine est devenue le seul challenger capable d'associer puissance économique, diplomatique, militaire et technologique, et constitue donc un défi pour la politique américaine.   

Les conséquences les plus graves de la guerre entre la Russie et l'Ukraine sont des changements radicaux dans la structure et la dynamique des relations mondiales. C'est ce que confirment les avertissements des services de sécurité et de renseignement américains selon lesquels la Chine et la Russie constituent la plus grande menace pour les intérêts américains, en particulier pour la Chine à long terme, car elles sont en train de former des alliances anti-américaines et anti-occidentales.   

Au cours de son ascension de près de 40 ans, la Chine a évité l'environnement stratégique en réduisant ses ambitions mondiales et en maintenant des relations cordiales avec les États-Unis. Toutefois, cette phase est terminée depuis que Pékin est devenu plus agressif en mer de Chine méridionale et dans le détroit de Taïwan. Les États-Unis ont abandonné l'interaction constructive et poursuivi une nouvelle politique d'endiguement. Washington a entrepris la plus grande expansion maritime et la plus grande prolifération de missiles depuis 30 ans, a introduit des droits de douane stricts sur les marchandises en provenance de Chine, sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale, et a mis en œuvre d'importantes restrictions sur les investissements étrangers. Toutes ces mesures étaient dirigées contre Pékin.   

La réponse politique de la Chine   

La diplomatie chinoise applique l'ancienne sagesse chinoise selon laquelle les succès dans les guerres se mesurent aux résultats. La plupart des guerres ne se décident pas sur le champ de bataille, mais à la table des négociations.   

Sun Tzu, le célèbre soldat et stratège chinois qui a vécu il y a 2 500 ans, a prodigué ses conseils et sa sagesse sur la "stratégie de la guerre". Dans son célèbre ouvrage intitulé "L'art de la guerre", il écrit : "Remporter cent victoires en cent batailles n'est pas le summum de l'habileté. Subjuguer l'ennemi sans combattre est le summum de l'habileté". 

Cependant, le conseil le plus important donné par Sun Tzu et celui qui régit strictement la diplomatie chinoise consiste à éviter les actions fondées sur des jugements erronés, qui entraînent des pertes et l'impossibilité d'atteindre les objectifs de la guerre. "Si vous connaissez l'ennemi et que vous vous connaissez vous-même, vous n'avez pas à craindre l'issue de cent batailles. Si tu te connais toi-même mais que tu ne connais pas l'ennemi, pour chaque victoire que tu remporteras, tu subiras aussi une défaite", soulignait Sun Tzu. Plus précisément, ses règles impliquent que la guerre est le résultat d'un échec de la dissuasion.  

L'histoire est jalonnée de guerres aux résultats désastreux. Elles étaient fondées sur des évaluations erronées, ont causé d'énormes dévastations et n'ont pas atteint leurs objectifs. L'arrogance et la "supériorité" du nazisme hitlérien et ses évaluations catastrophiquement erronées en Europe, en particulier l'ouverture du front russe, qui ont conduit à l'usure de ses forces et à leur défaite finale, en sont des exemples, tout comme les défaites américaines au Viêt Nam, en Afghanistan et en Irak, où des guerres prolongées ont été menées avec d'énormes pertes matérielles et humaines.  

Les relations sino-russes actuelles

La Chine et la Russie n'ont jamais défini la nature de leurs relations mutuelles, et les deux pays n'ont jamais poursuivi la même idéologie communiste, que ce soit pendant la période de l'Union soviétique ou après sa dissolution et la montée en puissance de Vladimir Poutine en Russie. Par conséquent, leur alliance n'a été ni solide ni fragile. En fait, il existe une concurrence forte et intense entre la Chine et la Russie à différents niveaux du marché mondial, et en particulier dans les pays d'Asie centrale qui faisaient autrefois partie de l'Union soviétique.   

Les deux parties entretiennent des relations de partenariat déséquilibrées et hétérogènes. Bien que les deux pays n'aient pas de lien idéologique, il existe une vision commune des relations internationales visant à éliminer l'influence occidentale dans le monde. D'autre part, la relation entre Pékin et Moscou n'est pas un "mariage d'intérêts" et il existe de "nombreux points de convergence" entre eux. La Chine a, dans une certaine mesure, des points de vue similaires à ceux de la Russie en ce qui concerne les tensions avec les États-Unis et l'OTAN. Toutefois, il est clair que la Chine ne considère pas la Russie comme un "allié", mais seulement comme un "partenaire".

La Russie et la Chine ne sont pas sur un pied d'égalité en raison de la position subordonnée de la Russie, qui est isolée et soumise aux sanctions occidentales. Par conséquent, en raison de ses options limitées, il ne lui reste que la Chine comme partenaire.  

La Chine est actuellement plus forte que la Russie et ses intérêts sont plus larges et plus diversifiés. L'objectif de Pékin est de maintenir une entente avec Moscou au niveau stratégique et de s'opposer à la puissance américaine, sans avoir besoin de la soutenir au niveau tactique. En particulier, parce qu'elle bénéficie d'un accès aux marchés mondiaux, la Chine veut éviter les sanctions et s'engager avec d'autres pays dans le monde sans restrictions.  

Le soutien de la Chine à Poutine pourrait nuire à son économie, compte tenu des hostilités entre la Russie et l'Occident, et elle continue d'avoir besoin d'échanges économiques et technologiques avec l'Occident.   

La Chine a clairement fait comprendre à la Russie que la conclusion d'une alliance avec l'une ou l'autre partie limiterait sa liberté de manœuvre en matière de politique étrangère. En particulier, la conclusion d'une alliance implique de prendre des engagements qui pourraient l'obliger à intervenir militairement dans une guerre, et la Chine ne veut pas être impliquée dans une telle situation. 

Outre l'extension de sa puissance en Asie de l'Est, la Chine étend actuellement sa zone d'intérêt au Moyen-Orient, à l'Afrique et à l'Amérique latine par le biais de mécanismes économiques et diplomatiques.   

La politique chinoise de désescalade  

La Chine ne veut surtout pas d'une guerre avec les États-Unis et d'une attaque contre Taïwan. Elle peut tirer des leçons de la guerre actuelle de Poutine en Ukraine, qui est entrée dans son dix-septième mois sans succès stratégique : conquérir l'Ukraine, renverser le gouvernement ukrainien et installer un régime fantoche à Kiev qui serait sous le contrôle de la Russie.  Suite à l'invasion militaire russe, l'Ukraine s'est rapprochée de l'Occident, tandis que la cohésion au sein de l'OTAN s'est accrue. Le président Poutine est devenu le meilleur promoteur de l'Alliance, alors que la frontière de l'OTAN avec la Russie a doublé avec l'adhésion de la Finlande et l'intégration imminente de la Suède dans l'Alliance, après que les deux pays ont abandonné leur politique de neutralité militaire de plusieurs décennies. Même la Suisse, qui s'enorgueillit de sa neutralité militaire et refuse toujours de rejoindre des alliances régionales telles que l'UE et l'OTAN, est impliquée dans l'introduction de sanctions contre la Russie.  

IFIMES - L'Institut international d'études sur le Moyen-Orient et les Balkans (IFIMES), situé à Ljubljana, en Slovénie, bénéficie d'un statut consultatif spécial auprès du Conseil économique et social (ECOSOC)/ONU depuis 2018. Il est également l'éditeur de la revue scientifique internationale European Perspectives.