Le regard contemporain de Félix de la Concha ouvre la saison artistique au Museo Lázaro Galdiano

Un portique pour valoriser la figure du peintre

photo_camera Img

Il y aura de la peinture tant qu'il y aura de l'existence. Mon concept de la peinture est l'interprétation de la lumière". Ce sont les mots du peintre Félix de la Concha (León, 1962) lors de l'inauguration d'une exposition inhabituelle, qui vise à établir un dialogue multiple entre l'œuvre créée dans l'espace même à représenter et la réalité. Portico est donc une exposition créée spécialement à cet effet et composée de sept huiles sur panneau et toile, dont deux triptyques qui, peints par l'artiste à l'intérieur et à l'extérieur du musée avant la pandémie, coexisteront avec des pièces de la collection unique du Museo Lázaro Galdiano jusqu'à la mi-novembre.  

Le peintre lui-même explique que cette exposition est née en 2019 lorsque le musée lui a offert la possibilité d'installer temporairement son atelier dans le Portique de Parque Florido, l'ancienne entrée principale du palais, pour peindre les deux triptyques qui sont actuellement exposés dans le même espace. Et, une fois les travaux terminés au début de l'été, l'artiste a peint depuis le jardin les vues extérieures qui sont aujourd'hui exposées dans la galerie de la salle de bal de ce palais, situé à côté de l'une des artères les plus importantes du cœur de Madrid. 

img

Formé à la Faculté des Beaux-Arts de Madrid et à l'Académie espagnole de Rome, Félix de la Concha s'est finalement installé aux États-Unis, où il a passé la majeure partie de sa carrière artistique. De la Concha lui-même souligne que l'exposition actuelle dans la capitale espagnole établit une analogie avec celle qu'il a déjà réalisée à Pittsburgh à l'aube du siècle actuel, qu'il a intitulée Against the Clock, A Race Against Time, un projet ambitieux sur le portique de Clayton, la demeure d'un autre grand collectionneur, le magnat Henry Frick.  

De la Concha établit la relation entre les deux expositions. Il prétend partir de l'environnement qu'il habite, ou qui l'habite, et dans lequel il y a toujours une méditation sur l'espace et le temps. "Dans mes œuvres, j'essaie de refléter l'expérience d'être là, évoluant au fil des jours et du lieu que je traverse. J'essaie également de créer chez le spectateur l'expérience d'entrer dans mon regard, en offrant à la fois des contrepoints et des références subtiles, des détails à voir sous différents angles afin que, par l'attention et la pause, le public puisse créer sa propre vision". 

img

Le réalisme de ses œuvres lui a permis de se spécialiser dans les portraits, de sorte que des centaines de personnes et de personnages ont été immortalisés par ses pinceaux, qui ont également fait de lui un "portraitiste paysagiste", notamment dans des environnements en Espagne et aux États-Unis.  

En ce qui concerne les œuvres exposées, il est lui-même prompt à répondre aux critiques : "Bien qu'il semble facile de peindre ce que l'on voit, il s'agit d'un défi à l'interprétation de la réalité, qui est plus large que ce qui peut être reflété sur une surface plane, de sorte que l'artiste est toujours obligé de faire sa propre lecture". 

img

À l'heure où la technologie semble conquérir tous les domaines, Pórtico veut revendiquer la figure du peintre dans une exposition qui, selon l'artiste, se veut avant tout un plaisir. "Un début spécial pour cette saison artistique au Museo Lázaro Galdiano, qui sera pleine de stimuli pour le spectateur", déclare sa directrice Begoña Torres.  

Plus dans Culture
mohamed-chukri-tanger-marruecos-fundacion-tres-culturas-8-PORTADA
Dans le cadre du mois du Maroc, la Fondation des Trois Cultures a commémoré le 20ème anniversaire de la mort de Mohammed Chukri dans la ville de Tanger. Présenter la biographie de l'écrivain tangérois et plonger dans la vie de Chukri est une invitation à poursuivre la récupération et la lecture d'un immense auteur à l'échelle internationale

Tanger se souvient de Mohammed Chukri

la-era-de-las-tierras-raras-juan-manuel-chomón-pérez-tecnos
Juan Manuel Chomón Pérez lance son livre "La era de las tierras raras" qui traite de la "croisade" géopolitique actuelle autour de ces métaux stratégiques

La era de las tierras raras