Le Royaume cherche à entreprendre une transition de son modèle économique qui lui permettra de réduire sa dépendance au pétrole

L'Arabie saoudite lance un programme de 1,3 milliard de dollars pour stimuler le secteur privé

PHOTO/REUTERS - Le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed bin Salman

Le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed bin Salman a annoncé mardi le lancement d'un nouveau projet économique appelé "Shareek". La compagnie pétrolière d'État Saudi Aramco et la société pétrochimique SABIC mèneront les investissements d'une valeur de 1,3 milliard de dollars. Le gouvernement saoudien souhaite renforcer ses liens avec le secteur privé et relancer son économie, qui reste dépendante du pétrole.

Le projet comprend une aide à l'investissement de 5 milliards de rials d'ici à 2030 pour les entreprises du secteur privé, ainsi que 3 milliards de rials provenant du fonds souverain du pays, le Fonds d'investissement public (FIP), et 4 milliards de rials, dont la moitié serait constituée d'investissements étrangers, dans le cadre d'une nouvelle campagne étatique de diversification économique. Le montant total s'élèverait à 27 milliards de rials avec les dépenses publiques et la consommation intérieure.

"Mohammed bin Salman, accompagné d'un certain nombre de ministres, d'hommes d'affaires de haut rang et de dirigeants de grandes entreprises saoudiennes, a souligné au cours de la réunion la priorité stratégique du maintien d'un secteur privé robuste pour permettre "la croissance continue, le développement et le succès de la prospérité économique de la nation". MBS s'attend à ce que le secteur privé joue un rôle clé dans le projet Vision 2030.

"Construire un secteur privé dynamique et prospère est l'une des priorités nationales du Royaume et c'est pourquoi nous inaugurons aujourd'hui une nouvelle ère plus puissante en termes de coopération et de partenariat entre le gouvernement et le secteur privé. Le programme "Shareek" renforcera le partenariat avec le secteur privé et vise à soutenir les entreprises locales et à leur permettre de débloquer de nouveaux investissements locaux d'une valeur de 5 milliards de rials jusqu'à la fin de 2030", a annoncé MBS. 

Atalayar_Arabia saudi 2030

"Le programme "Shareek" stimulera le secteur privé afin de créer des centaines de milliers de nouveaux emplois et de porter la contribution du secteur privé au PIB à 65 % d'ici la fin de la décennie, dans le cadre des objectifs de la Vision 2030", a déclaré Bin Salman. Les plans prévoient également de remonter dans l'échelle mondiale des plus grandes économies. L'Arabie saoudite vise à gagner trois places pour atteindre le 15e rang.

Les entreprises publiques Saudi Aramco et SABIC représenteraient 60 % de l'investissement de 5 milliards de rials. Le prince héritier, qui détient le pouvoir de facto en Arabie saoudite, a déclaré que le gouvernement a demandé aux grandes entreprises qui font partie du programme de réduire leurs dividendes afin d'augmenter les dépenses d'investissement, ce qui entraînerait la croissance de l'entreprise elle-même. "En retour, le gouvernement saoudien les aidera avec des réglementations, davantage de subventions et d'autres incitations." 

Bin Salman a assuré que les dividendes pour ceux qui possèdent des actions d'Aramco resteront stables. "Nous leur avons promis et nous le tiendrons." Le gouvernement saoudien détient toujours 98 % de l'entreprise. En outre, ce programme volontaire comporte des critères de sélection définis, ce qui signifie que les entreprises susceptibles de participer travailleront en étroite collaboration avec les ministères compétents pour élaborer des plans d'investissement sur mesure. Chaque projet sera suivi pour s'assurer qu'il apporte des avantages en termes de contribution au PIB et de création d'emplois.

Les autorités saoudiennes ont souligné que le système "Shareek" fonctionnera avec l'approbation de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et conformément aux autres réglementations et politiques nationales et internationales pertinentes. Les premiers protocoles d'accord entre les grandes entreprises et "Shareek" devraient être paraphés à partir de juin prochain.

La diversification économique, objectif du Royaume

Mohamed Bin Salman, qui occupe également la présidence du Conseil pour les affaires économiques et le développement, a tenté de promouvoir un plan économique ambitieux qui permettra à l'Arabie saoudite de minimiser sa dépendance à l'"or noir". Cependant, les multiples programmes de diversification n'ont pas suffi à inverser la dynamique, et la crise du COVID-19, avec la chute correspondante des prix du pétrole, a renforcé la nécessité pour le Royaume d'entreprendre la grande transition.

Atalayar_Arabia saudi 2030

L'économie saoudienne reste dépendante. Le Royaume abrite 17 % des réserves mondiales et, selon les données de l'OPEP, le secteur pétrolier et gazier représente environ 50 % du PIB saoudien et environ 70 % des recettes d'exportation. En outre, ses ventes de pétrole brut sont tombées à un niveau historiquement bas de 4,98 millions de barils par jour en 2020, ce qui a déclenché toutes les sonnettes d'alarme.

Ce projet a commencé par l'introduction en bourse de la compagnie pétrolière d'État Saudi Aramco, puis par des opportunités d'investissement dans le Royaume d'une valeur de 6 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie, puis par le lancement d'un centre de données en nuage par Google Cloud et par le développement de Coral Bloom, un autre méga-projet touristique dans la mer Rouge, et même par une ville futuriste dans le désert.

Cette batterie de mesures s'inscrit dans l'objectif final fixé par le gouvernement. À l'horizon se profile le plan Vision 2030, l'as dans sa manche pour répondre aux aspirations saoudiennes. C'est-à-dire un projet économique visant à trouver de nouvelles voies rentables susceptibles de remplacer ou, à tout le moins, de soutenir les revenus pétroliers.

Envíanos tus noticias
Si conoces o tienes alguna pista en relación con una noticia, no dudes en hacérnosla llegar a través de cualquiera de las siguientes vías. Si así lo desea, tu identidad permanecerá en el anonimato