Le ministre marocain de l'Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour, a souligné que le Maroc sera l'un des "rares" pays à disposer d'un système industriel totalement intégré pour la production de batteries automobiles

Maroc : la future plateforme la plus compétitive au monde pour la fabrication de voitures électriques

Ryad Mezzour, ministro de Industria de Marruecos - PHOTO/FILE
photo_camera Ryad Mezzour, ministre de l'Industrie du Maroc

Lors de l'inauguration du 7e Salon de la manutention automobile à Tanger, le ministre marocain de l'Industrie et du Commerce, Riyad Mezzour, a exprimé son grand espoir de voir le Maroc devenir la plateforme la plus compétitive au monde pour la fabrication de voitures électriques. 

Cette vision ambitieuse du secteur de la voiture électrique au Maroc a été partagée dans son discours d'ouverture lorsqu'il a souligné : "Nous serons la plateforme électrique la plus compétitive et la plus intégrée au monde, fournissant nos services non seulement à nos futures usines géantes, mais aussi aux usines géantes de toute la région".

En guise d'étapes pratiques vers la réalisation de ce projet national, le ministre de l'industrie a fait part de l'engagement du Maroc à faire progresser la transformation en cours de l'industrie de la voiture électrique à 100 % d'ici 2030 grâce à un système industriel intégré, a-t-il expliqué. 

AFP/FAEL SENNA - Un empleado trabaja en una cadena de montaje de automóviles en la planta de montaje de automóviles de PSA en Kenitra
AFP/FAEL SENNA - Un employé travaille sur une chaîne de montage de voitures à l'usine PSA de Kénitra

Mezzour a souligné que "le véritable défi de la nouvelle ère industrielle pour le Maroc est de passer d'un pays qui fournit des services avec la qualité et le coût nécessaires à un pays qui offre des solutions compétitives" ; assurant que "le Maroc serait l'un des rares pays au monde à disposer d'un système industriel entièrement intégré pour la production de batteries de voiture". 

Dans ce contexte, Riyad Mezzour a déclaré : "Nous avons besoin d'un nouveau type de produit, lié aux industries lourdes, à la chimie et à la souveraineté, et nous sommes invités pour cela à passer de simples destinataires de commandes à un système économique et industriel qui offre des solutions".

Le plan visant à atteindre un volume de transactions de 36 milliards d'euros d'ici 2029 est facilement aligné avec les projets annoncés, grâce à l'industrie automobile marocaine qui connaît une seconde révolution, a souligné le ministre du Commerce. 

PHOTO/FILE - Complejo industrial de Renault en Tánger, Marruecos
PHOTO/FILE - Complexe industriel de Renault à Tanger, au Maroc

D'autres facteurs soutenant cette ambition sont les rapports internationaux qui ont souligné le potentiel du Maroc à devenir un leader régional et international dans la fabrication de voitures électriques. En témoigne le rapport de la CNUCED sur le développement économique qui, en août dernier, a qualifié l'industrie automobile marocaine d'"exemplaire". 

Mezzour a souligné, en 2022, que "l'industrie automobile nationale est en passe de doubler sa production de voitures électriques dans les deux prochaines années, en visant une production de 100 000 unités par an".

Après avoir particulièrement insisté sur la force du secteur automobile marocain, Mezzour a souligné que "le pays nord-africain est en passe de réaliser des exportations record grâce à des ventes d'une valeur d'environ 14 milliards d'euros cette année, contre 11,1 milliards d'euros en 2022". 

Plus dans Économie et Entreprises