Le commandement spatial du Pentagone dirige l'exercice Global Sentinel 2024 auquel participe le Centre des opérations de surveillance spatiale

Comment les satellites de l'Espagne, des États-Unis et de leurs alliés se protègent de la Chine et de la Russie

Global Sentinel 2024 se ha desarrollado en la base californiana de Vandenberg con la participación de un equipo de especialistas del Centro de Operaciones de Vigilancia Espacial - PHOTO/US Space Force-Sgt Luke Kitterman
Global Sentinel 2024 a été développé sur la base aérienne de Vandenberg, en Californie, avec la participation d'une équipe de spécialistes du Centre des opérations de surveillance spatiale - PHOTO/US Space Force-Sgt Luke Kitterman

Le commandement spatial de l'armée de l'air espagnole, dirigé par le major général de l'armée de l'air Isaac Crespo, récemment nommé, a participé à l'exercice Global Sentinel 2024. Il s'agit de l'exercice d'entraînement multinational le plus important organisé chaque année par l'US SPACECOM, acronyme de US Space Command, une organisation dirigée depuis janvier par le général de corps d'armée Stephen Whiting. 

  1. Le Brésil, la Colombie, le Mexique et le Pérou y ont participé
  2. Les nouveaux satellites espions de Moscou et de Pékin inquiètent Washington

L'entraînement conjoint Global Sentinel vise à améliorer l'interopérabilité et les techniques de surveillance de l'espace extra-atmosphérique, ainsi qu'à renforcer la coopération opérationnelle entre les alliés et les partenaires de Washington.  En fin de compte, l'objectif est d'apprendre à intégrer la puissance spatiale militaire dans les opérations mondiales multi-domaines et de savoir quels outils utiliser pour répondre aux situations critiques et aux menaces. 

Les planificateurs ont l'intention de défendre leurs intérêts communs et de dissuader les puissances tierces, les groupes terroristes et les organisations criminelles de mener des activités agressives dans le domaine de l'espace extra-atmosphérique. L'intention du commandement spatial américain est de démontrer à la Chine, à la Russie, à la Corée du nord et à l'Iran qu'il existe un groupe de nations "ayant des intérêts communs, qui mettent à jour et partagent leurs connaissances et les enseignements tirés en matière de sécurité et de durabilité de l'espace extra-atmosphérique", souligne le général Whiting. 

Con asistencia de más de 250 técnicos militares y civiles en vigilancia espacial de dos docenas de naciones, la edición de 2024 de Global Sentinel ha tenido lugar durante dos semanas de febrero -PHOTO/US Space Force-Sgt Luke Kitterman
Avec la participation de plus de 250 techniciens militaires et civils de la surveillance spatiale de deux douzaines de nations, Global Sentinel 2024 s'est déroulé sur deux semaines en février - PHOTO/US Space Force-Sgt Luke Kitterman

La formation intensive en classe s'est déroulée au cours des deux dernières semaines de février à la base spatiale de Vandenberg, en Californie, sur la côte pacifique, à quelque 250 kilomètres de Los Angeles. Une équipe d'aviateurs et de techniciens civils du Centre d'opérations de surveillance de l'espace (COVE), une unité commandée par le lieutenant-colonel de l'armée de l'air Manuel Olmos et basée sur la base aérienne de Torrejón à Madrid, s'est rendue sur place. 

La première tâche de l'équipe espagnole et des plus de 250 spécialistes des pays participants a été de sélectionner les plus de 500 systèmes en orbite et près de 90 systèmes au sol avec lesquels les centres régionaux d'opérations spatiales (R-SpOC) allaient être mis en place. Ils ont ensuite dû faire face en temps réel à une grande variété de scénarios et d'incidents simulés que les directeurs de l'exercice leur ont présentés jour et nuit. 

El ejercicio de entrenamiento multinacional está organizado y liderado por el Mando Espacial de Estados Unidos, cuyo jefe desde enero es el teniente general Stephen Whiting, en imagen - PHOTO/US Space Force-John Ayre
L'exercice multinational est organisé et dirigé par l'US Space Command, dont le chef est depuis janvier le lieutenant général Stephen Whiting (photo) - PHOTO/US Space Force-John Ayre

Le Brésil, la Colombie, le Mexique et le Pérou y ont participé

Les équipes, d'abord nationales puis mixtes, devaient identifier et suivre les satellites agresseurs potentiels, vérifier les dommages subis par leurs propres plateformes et s'entraîner à des manœuvres d'évitement en orbite. Elles ont également vérifié l'état des capteurs affectés par les éruptions solaires, effectué des décollages de satellites, utilisé des leurres pour confondre les actions offensives et supervisé les rentrées dans l'atmosphère terrestre de météores et d'objets artificiels. 

Le général Whiting a invité 24 pays à participer à l'édition 2024 de Global Sentinel. La plupart sont des membres européens de l'OTAN et des alliés stratégiques de Washington dans la région indo-pacifique et au Moyen-Orient. Des pays d'Amérique latine ayant des liens stratégiques avec Washington ont également participé.

Du personnel militaire et civil des composantes spatiales de l'Allemagne, de la Belgique, du Canada, de l'Espagne, de la Finlande, de la France, de l'Italie, de la Norvège, des Pays-Bas, de la Pologne, du Portugal, de la Roumanie, du Royaume-Uni, de la Suède et de l'Ukraine ont pris part à cette formation intensive de deux semaines, qui s'est déroulée du 5 au 16 février. 

Las naciones participantes son miembros de la OTAN y aliados de Washington del Indo-Pacifico, Oriente, América y Oceanía - PHOTO/US Space Force-Sgt Luke Kitterman
Les pays participants sont des membres de l'OTAN et des alliés de Washington de la région indo-pacifique, de l'Est, des Amériques et de l'Océanie - PHOTO/US Space Force-Sgt Luke Kitterman

La partie asiatique était représentée par la Corée, Israël, le Japon et la Thaïlande, et le continent océanien par l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Les pays ibéro-américains étaient le Brésil, le Pérou et la Colombie, cette dernière participant pour la première fois. Trois autres pays, le Qatar, l'Inde et le Mexique, ont envoyé des représentants en tant qu'observateurs. 

Il est clair que le domaine spatial a acquis un rôle essentiel dans la sphère de la défense et de la sécurité mondiales et qu'il revêt une importance croissante dans le développement des opérations militaires. Le ministère américain de la Défense, dirigé par le lieutenant général Lloyd Austin, accorde un rôle prioritaire à l'observation et aux communications par satellite dans chacune des missions de ses forces armées à travers le monde. 

El equipo español del Centro de Operaciones de Vigilancia Espacial en pleno cometido de intentar resolver una de las muchas incidencias planteadas durante Global Sentinel 2024 - PHOTO/US Space Force-Sgt Luke Kitterman
L'équipe du Centre espagnol d'opérations de surveillance spatiale en train d'essayer de résoudre l'un des nombreux problèmes soulevés lors de Global Sentinel 2024 - PHOTO/US Space Force-Sgt Luke Kitterman

Les nouveaux satellites espions de Moscou et de Pékin inquiètent Washington

L'exercice Global Sentinel 24 a été élaboré en tenant compte des préoccupations du commandement spatial américain concernant l'ampleur des nouvelles capacités de reconnaissance et de frappe militaires que la Chine et la Russie ont déployées dans l'espace au cours des douze derniers mois. 

L'état-major général du commandement spatial américain est particulièrement préoccupé par le satellite électro-optique Yaogan-41, lancé en décembre et placé en orbite géostationnaire à une altitude de 36 000 kilomètres au-dessus de la région indo-pacifique. Cette position lui confère une large couverture géographique qui lui permet de suivre les véhicules militaires, les avions et les navires, ce qui représente un "saut quantique" dans les capacités d'observation de la Chine, note Clayton Swope, ancien analyste des affaires spatiales à la CIA.

Estados Unidos está alarmado por las nuevas capacidades de reconocimiento militar que China ha posicionado en el espacio, por ejemplo, el satélite radar SAR Ludi Tance-4 de alta resolución - PHOTO/CAST
Les États-Unis s'inquiètent des nouvelles capacités de reconnaissance militaire de la Chine dans l'espace, par exemple le satellite radar SAR à haute résolution Ludi Tance-4 - PHOTO/CAST

Autre motif d'inquiétude, la nouvelle plateforme haute résolution Ludi Tance-4, la première dotée de la technologie du radar à synthèse d'ouverture (SAR), positionnée à 36 000 kilomètres au-dessus de la même zone géographique que le Yaogan-41 et capable d'observer de nuit et dans les nuages. Envoyées dans l'espace en août dernier, les images combinées de Ludi Tance-4 et de Yaogan-41 permettent à la Chine de surveiller en permanence les zones qui présentent le plus d'intérêt stratégique pour elle.  

La Russie s'inquiète du rythme soutenu de renouvellement de sa flotte de satellites espions. En décembre dernier, le satellite de reconnaissance électro-optique Kosmos 2573, cinquième de la série Bars-M, a été placé en orbite basse à 500 kilomètres d'altitude. Quelques mois plus tôt, en octobre, le Kremlin avait placé sa septième plate-forme de renseignement électronique Lotos-S1 à 900 kilomètres d'altitude. Et en mars, il avait envoyé dans l'espace un autre Bars-M, le Kosmos 2567.

Equipos nacionales como el de Noruega, en imagen, han tenido que rastrear potenciales satélites agresores, practicar maniobras de evasión en órbita y supervisado reentradas en la atmosfera terrestre - PHOTO/US Space Force-Sgt Luke Kitterman
Des équipes nationales comme celle de la Norvège, sur la photo, ont dû repérer des satellites potentiellement agresseurs, s'entraîner à des manœuvres d'évitement en orbite et superviser les rentrées dans l'atmosphère terrestre - PHOTO/US Space Force-Sgt Luke Kitterman

Le commandement spatial américain est également très préoccupé par les rapports de l'Agence de renseignement de la défense (DIA) selon lesquels la Russie teste des technologies capables de désactiver les systèmes satellitaires embarqués, ce qui constitue une menace sérieuse pour la sécurité nationale des États-Unis. 

Même la Maison Blanche est préoccupée par cette question, à tel point que, sur ordre du président Biden, le conseiller à la sécurité nationale, Jake Sullivan, s'est présenté la semaine dernière devant un groupe de membres du Congrès et de sénateurs pour les informer des principaux aspects de la question.

Envíanos tus noticias
Si conoces o tienes alguna pista en relación con una noticia, no dudes en hacérnosla llegar a través de cualquiera de las siguientes vías. Si así lo desea, tu identidad permanecerá en el anonimato