Les observateurs de l'espace réunis à Riyad confirment que 128 millions de débris se trouvent en l'état autour de la Terre

Cinquante pays se réunissent en Arabie saoudite pour trouver une solution aux débris spatiaux

PHOTO/SSA vía X - Los directivos y profesionales de 50 naciones se han reunido en Riad para aportar soluciones al peligro que entrañan los escombros espaciales para la supervivencia de satélites y naves espaciales próximos a la Tierra
Des gestionnaires et des professionnels de 50 pays se sont réunis à Riyad pour trouver des solutions au danger que représentent les débris spatiaux pour la survie des satellites et des engins spatiaux proches de la Terre - PHOTO/SSA via X

Le premier congrès sur les débris spatiaux organisé au Moyen-Orient a réuni dans la capitale saoudienne 250 cadres supérieurs, chercheurs et professionnels des principales agences spatiales, institutions universitaires et entreprises qui se consacrent à la surveillance de l'espace extra-atmosphérique et tirent la sonnette d'alarme pour prévenir les accidents. 

  1. Chaque année, il y a de plus en plus de satellites et de débris en orbite
  2. Conclure des accords et approuver les investissements

Venus de 50 pays des cinq continents, les participants à la réunion de Riyad ont souligné le problème croissant des quelque 130 millions de débris de satellites et de fusées en orbite autour de la Terre, l'urgence d'établir des règles internationales pour empêcher leur prolifération et la nécessité d'investissements coopératifs pour parvenir à leur élimination. 

Les intervenants ont profité du forum pour souligner les deux immenses défis auxquels est confronté le secteur spatial mondial. D'une part, assurer la continuité des bénéfices des technologies et des applications dérivées des satellites dans l'espace extra-atmosphérique. D'autre part, assurer la durabilité des activités spatiales pour les générations actuelles et futures.  

PHOTO/ESA - Representación artística de basura espacial en órbita terrestre. Por pequeños o grandes que viajan a una velocidad del orden de los 28.160 kilómetros por hora
Représentation artistique de débris spatiaux en orbite terrestre. Débris de petite ou de grande taille se déplaçant à une vitesse d'environ 28 160 kilomètres par heure - PHOTO/ESA

Le Comité interinstitutions sur les débris spatiaux (IADC) - un forum international qui coordonne au niveau mondial la surveillance des débris naturels et artificiels dans l'espace - estime dans son rapport de janvier que, selon ses simulations et modèles mathématiques, "le nombre de débris d'une taille comprise entre 1 millimètre et 1 centimètre enveloppant notre planète bleue s'élève à 128 millions". 

Les chercheurs de l'IADC ont également quantifié 900 000 objets d'une taille comprise entre 1 et 10 centimètres, et 34 000 d'une taille supérieure à 10 centimètres". La grande majorité d'entre eux se trouvent sur des orbites terrestres basses, à moins de 1 000 kilomètres d'altitude. C'est là que convergent un grand nombre de satellites d'espionnage, d'observation et de météorologie de toutes tailles, ainsi que de nouvelles constellations telles que Starlink d'Elon Musk, avec des milliers de petits satellites offrant le haut débit partout dans le monde. 

En primer plano, de derecha a izquierda, el director de la Agencia Espacial de Egipto, Sherif Sedqi; de UNOOSA, Aarti Hola-Maini; de la Agencia Espacial Saudí, Mohamed al-Tamimi; y de la ITU, Doreen Bogdan-Martin - PHOTO/SSA vía X
Au premier plan, de droite à gauche, le directeur de l'Agence spatiale égyptienne, Sherif Sedqi ; de l'UNOOSA, Aarti Hola-Maini ; de l'Agence spatiale saoudienne, Mohamed al-Tamimi ; et de l'UIT, Doreen Bogdan-Martin - PHOTO/SSA vía X

Chaque année, il y a de plus en plus de satellites et de débris en orbite

Le Bureau des affaires spatiales des Nations unies (UNOOSA) et le Bureau de la sécurité spatiale de l'Agence spatiale européenne (ESA) tiennent également leurs propres comptes. Ces deux organisations diffèrent légèrement de l'IADC et estiment à 130 millions les fragments d'une taille comprise entre 1 millimètre et 1 centimètre, à environ 1 million ceux d'une taille comprise entre 1 et 10 centimètres et à 36 500 ceux d'une taille inférieure à 1 millimètre. 

Mais quelle que soit leur taille, ils gravitent tous autour de la Terre à une vitesse d'environ 28 160 kilomètres par heure, soit beaucoup plus vite qu'une balle de fusil. Cela signifie que l'impact d'un minuscule morceau contre un satellite, un engin spatial ou un complexe orbital habité peut causer de graves dommages, mettre hors service un satellite coûteux ou mettre en péril la survie des astronautes.

Dans son discours d'ouverture du congrès de Riyad, la Britannique Aarti Hola-Maini, qui dirigera l'UNOOSA à partir de septembre 2023, a souligné la nécessité pour la communauté spatiale internationale "d'accélérer et d'unifier ses efforts face au nombre croissant de lancements de satellites". En 2012, 138 satellites ont été mis en orbite, en 2022 il y en avait 2 491... et les chiffres augmentent chaque année. 

La compañía suiza Clear Space está ultimando para la ESA el desarrollo de un satélite. Su misión es atrapar satélites averiados o desechos orbitales y provocar su reentrada y destrucción en las capas altas de la atmósfera - PHOTO/Clear Space
La société suisse Clear Space finalise le développement d'un satellite pour l'ESA. Sa mission est de piéger les satellites endommagés ou les débris orbitaux et de provoquer leur rentrée et leur destruction dans la haute atmosphère - PHOTO/Clear Space

Le problème des débris spatiaux est tel que l'une des conclusions du Congrès est très inquiétante. Les chercheurs de l'IADC ont prédit que même dans le cas hypothétique où il n'y aurait plus de lancements et plus de satellites mis en orbite, les collisions fortuites entre les débris spatiaux voyageant sans contrôle dans l'espace "conduiront à l'augmentation de la population de débris spatiaux". 

Les plus menacés sont les opérateurs de satellites positionnés sur des orbites basses, où il existe des milliers de plateformes d'observation et où la saturation est une question de quelques années. Leurs propriétaires réclament une législation internationale pour assurer la pérennité de leurs projets. Mais l'assainissement de l'espace extra-atmosphérique n'est pas bon marché. Le PDG de Clear Space, Luc Piguet, une entreprise suisse engagée en 2019 par l'ESA pour éliminer les débris orbitaux, a souligné que "la capture d'un seul morceau coûtera des centaines de millions de dollars".

Telescopio de vigilancia espacial construido en Estados Unidos en servicio en la Real Fuerza Aérea Australiana para cubrir y supervisar los objetos que se divisan desde el hemisferio sur - PHOTO/USAF
Télescope de surveillance spatiale de fabrication américaine en service auprès de la Royal Australian Air Force pour couvrir et surveiller les objets observés depuis l'hémisphère sud - PHOTO/USAF

Conclure des accords et approuver les investissements

Les radars et les télescopes du réseau américain de surveillance spatiale ont identifié et suivi les mouvements de 27 706 objets de plus de 10 centimètres, selon le dernier rapport du programme sur les débris spatiaux de la NASA, daté du début du mois de février. Ils ont montré que la plupart de ces objets appartiennent aux États-Unis (12 268), à la Russie ou à l'ex-Union soviétique (7 169) et à la Chine (5 026), ce qui représente 88 % du total. 

La secrétaire générale de l'Union internationale des télécommunications (UIT), la diplomate et ingénieure américaine Doreen Bogdan-Martin, a été l'une des autorités à attirer l'attention des congressistes sur les enjeux. Elle a souligné que les agences spatiales, les fabricants de satellites et les sociétés de services de lancement "doivent de toute urgence conclure des accords de coopération et approuver des investissements importants pour débarrasser les orbites des débris et rendre durable le secteur spatial dans son ensemble".

El satélite radar Sentinel-1A de la ESA situado a 700 kilómetros de altura sufrió el 23 de agosto de 2016 el impacto de un diminuto escombro. Afectó una zona de 40 centímetros de diámetro de uno de sus paneles solares - PHOTO/ESA
Le satellite radar Sentinel-1A de l'ESA, situé à 700 kilomètres d'altitude, a été frappé par un minuscule débris le 23 août 2016. Il a affecté une zone de 40 centimètres de diamètre de l'un de ses panneaux solaires - PHOTO/ESA

Rappelons que l'UIT est l'organe des Nations unies chargé de réglementer les télécommunications internationales. Elle a également pour rôle d'attribuer des positions orbitales à chacun des satellites géostationnaires qui aspirent à se positionner à 36 000 kilomètres de la Terre. Or, à cette distance de notre planète, les débris spatiaux sont beaucoup plus rares que sur les orbites inférieures à 1 000 km. 

C'est ce que confirme l'ingénieur en télécommunications Pedro Molinero, qui a dirigé de 1991 à 2004 le Centre de contrôle d'Hispasat, la principale entreprise espagnole de communication par satellite dirigée par Miguel Ángel Panduro. Chargé de maintenir la flotte de satellites de l'entreprise sur leurs orbites géostationnaires respectives et en bon état de fonctionnement, Molinero confirme qu'en 13 ans à la tête du centre de contrôle, "je n'ai jamais eu à déplacer un satellite en raison d'une alerte de collision due à un hypothétique impact de débris spatiaux".

Las simulaciones y modelos matemáticos indican que hay 128 millones escombros de entre 1 milímetro y 1 centímetro, que en su mayor parte se concentran en orbitas inferiores a mil kilómetros de la Tierra - PHOTO/NASA
Les simulations mathématiques et les modèles indiquent qu'il existe 128 millions de débris d'une taille comprise entre 1 millimètre et 1 centimètre, principalement concentrés sur des orbites situées à moins de mille kilomètres de la Terre - PHOTO/NASA

"Ce que j'ai dû faire", se souvient Pedro Molinero, "c'est prendre des mesures de précaution lorsque nous avons été alertés du passage de météorites, de fragments ou d'autres objets à moins de 5 kilomètres de l'un de nos satellites". 

Le congrès sur les débris spatiaux qui s'est tenu à Riyad les 11 et 12 février derniers est une nouvelle preuve de l'intérêt du Royaume saoudien à devenir un acteur majeur sur la scène spatiale internationale. Le directeur exécutif de l'Agence spatiale saoudienne, Mohamed al-Tamimi, a réitéré l'engagement de son pays à "assurer l'avenir de l'économie spatiale mondiale, à lutter contre la prolifération des débris spatiaux et à contribuer à la gestion de la propreté de l'espace extra-atmosphérique".

Envíanos tus noticias
Si conoces o tienes alguna pista en relación con una noticia, no dudes en hacérnosla llegar a través de cualquiera de las siguientes vías. Si así lo desea, tu identidad permanecerá en el anonimato