Alors que Washington espère rétablir les communications militaires avec Pékin, le géant asiatique défendra sa croissance économique et son secteur technologique. La guerre actuelle entre Israël et le Hamas sera également à l'ordre du jour de la réunion

Avec leurs objectifs respectifs, Joe Biden et Xi tenteront de stabiliser les relations sino-américaines

REUTERS/KEVIN LAMARQUE - El presidente de Estados Unidos, Joe Biden, estrecha la mano del presidente chino, Xi Jinping, mientras se reúnen al margen de la cumbre de líderes del G20 en Bali, Indonesia, el 14 de noviembre de 2022
photo_camera REUTERS/KEVIN LAMARQUE - Le président américain Joe Biden serre la main du président chinois Xi Jinping lors de leur rencontre en marge du sommet du G20 à Bali, en Indonésie, le 14 novembre 2022

Un an plus tard, le président américain Joe Biden rencontrera à nouveau en tête-à-tête son homologue chinois, Xi Jinping. Cette rencontre aura lieu en marge du sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) qui se tient cette semaine dans la ville américaine de San Francisco.

La réunion visera à désamorcer les tensions entre les deux superpuissances après des années de désaccords sur Taïwan, l'invasion de l'Ukraine par la Russie et l'influence croissante de Pékin au Moyen-Orient.

Comme l'a annoncé le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, les deux dirigeants aborderont "certains des éléments les plus fondamentaux de la relation bilatérale entre les États-Unis et la République populaire de Chine". Sullivan souligne, par exemple, "l'importance continue de renforcer les lignes de communication ouvertes et de gérer la concurrence de manière responsable afin qu'elle ne débouche pas sur un conflit". 

Washington espère que cette réunion permettra de rétablir les liens militaires avec la Chine et de progresser dans la lutte commune contre le commerce du fentanyl, une drogue qui est déjà la principale cause de décès par overdose dans de nombreuses villes américaines.

Selon Sullivan, le moyen d'atteindre ces objectifs est "une diplomatie intense". "C'est ainsi que nous dissiperons les malentendus et que nous éviterons les surprises", a-t-il déclaré. D'autre part, il est également nécessaire de rétablir la communication et le partenariat entre les deux armées, qui comptent parmi les plus puissantes au monde.

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche a indiqué que Biden se rendrait au sommet "sur des bases solides", les États-Unis ayant été positionnés de manière à être compétitifs à l'intérieur du pays et à l'étranger, avec "la reprise la plus forte et l'inflation la plus faible de toutes les économies de premier plan". 

PHOTO/ARCHIVO - Jake Sullivan
PHOTO/FILE - Jake Sullivan

Sullivan a également reconnu que la Chine s'était montrée "constructive" sur la question lors du dialogue précédant la réunion. Pour Pékin, la croissance économique est essentielle, c'est pourquoi elle espère parvenir à un accord pour que Washington réduise les droits de douane et les sanctions à l'encontre de ses entreprises technologiques.

"Le président sera en mesure de dire, après la réunion, si nous avons progressé dans le rétablissement des relations entre militaires", a-t-il conclu.

Parmi les autres questions à l'ordre du jour de la réunion figurent la guerre entre Israël et le Hamas, l'invasion de l'Ukraine par la Russie, les liens entre la Corée du Nord et la Russie, Taiwan, les droits de l'homme, l'intelligence artificielle, ainsi que les relations commerciales et économiques "équitables", comme l'ont déclaré à Reuters de hauts fonctionnaires de l'administration Biden. 

PHOTO/FILE - El presidente de Estados Unidos, Joe Biden
PHOTO/FILE - Le président américain Joe Biden 

En ce qui concerne le Moyen-Orient et les tensions actuelles autour du conflit entre Israël et le Hamas, Sullivan a noté que Biden "renforcerait la stabilité dans l'ensemble de la région", indiquant que Pékin devrait également avoir intérêt à réduire les tensions régionales. En ce sens, il convient de noter que le géant asiatique s'est imposé comme médiateur entre Israéliens et Palestiniens afin de résoudre le conflit qui dure depuis longtemps.

En ce qui concerne la guerre actuelle, Pékin n'a pas manqué de condamner l'attaque brutale du Hamas contre Israël le 7 octobre, tandis que Washington a réitéré son soutien à Jérusalem, défendant son droit à se défendre.

"La République populaire de Chine entretient des relations avec l'Iran et peut, si elle le souhaite, aborder ces questions directement avec le gouvernement iranien", a déclaré Sullivan. Pékin a également réussi à obtenir de la République islamique d'Iran et de l'Arabie saoudite qu'elles reprennent leurs relations diplomatiques après des années d'éloignement. 

FOTO/LUO XIAGUANG/XINHUA vía AP - Irán y Arabia Saudí acordaron el viernes restablecer relaciones diplomáticas y reabrir sus embajadas tras siete años de tensiones.
FOTO/LUO XIAGUANG/XINHUA vía AP - Pékin a également réussi à obtenir de la République islamique d'Iran et de l'Arabie saoudite qu'elles reprennent leurs relations diplomatiques après des années d'éloignement

Malgré les efforts diplomatiques, les tensions restent au premier plan des relations sino-américaines 

Biden et Xi se sont entretenus au téléphone jusqu'à six fois depuis l'investiture de Biden en 2021. Toutefois, ils ne se sont rencontrés qu'une seule fois en personne depuis lors, et Xi ne s'est pas rendu aux États-Unis depuis 2017.

La Chine a coupé les communications militaires avec les États-Unis l'année dernière après que Nancy Pelosi, alors présidente de la Chambre des représentants, se soit rendue à Taïwan, une île que Pékin revendique comme sienne.  Le fossé entre les deux puissances s'est encore creusé lorsque les États-Unis ont abattu un ballon espion chinois en février.

Quelques mois plus tard, en juin, le secrétaire d'État Antony Blinken s'est rendu en Chine pour rencontrer Xi et tenter de stabiliser les relations bilatérales. Le chef de la diplomatie américaine et le président chinois ont convenu de l'importance de relations plus stables, car tout conflit entre les deux plus grandes économies affecterait le monde entier. Toutefois, la Chine a refusé de rétablir les canaux de communication militaires, citant les sanctions américaines comme obstacle.  

blinken-eeuu
PHOTO/FILE - Le secrétaire d'État Antony Blinken

Le lendemain de la visite de Blinken, Biden a qualifié le président Xi Jinping de "dictateur", ce qui a suscité la colère de Pékin, qui a qualifié ces propos de "provocation". Cette déclaration a ravivé les tensions après les efforts diplomatiques de Blinken pour parvenir à une certaine stabilité. 

Le sommet de l'APEC marqué par les divisions sur le Moyen-Orient et l'Ukraine 

En ce qui concerne le forum de l'APEC, le sommet qui réunira les deux dirigeants, la guerre au Moyen-Orient et l'Ukraine devraient occuper une partie de l'attention et diviser les participants. Matt Murray, haut fonctionnaire américain chargé de l'APEC, a souligné que les États-Unis travaillaient "dur" pour tenter d'obtenir une déclaration consensuelle forte de la part des dirigeants, bien que les analystes prévoient que les divisions rendront difficile un communiqué commun, rapporte Reuters.

Sullivan, quant à lui, a également noté qu'au cours du sommet, Joe Biden exposera sa vision économique pour la région et expliquera "comment les États-Unis sont le principal moteur d'une croissance économique inclusive et durable dans la région Asie-Pacifique".

Coordinateur pour les Amériques : José Antonio Sierra 

Plus dans Politique