Blinken a annoncé cette proposition, qui est liée à la libération des otages, lors de son sixième voyage au Moyen-Orient depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas

Les États-Unis présentent une résolution de l'ONU appelant à un cessez-le-feu à Gaza

El príncipe heredero de Arabia Saudí, Mohamed bin Salman, se reúne con el secretario de Estado de Estados Unidos, Antony Blinken, en Jeddah el 20 de marzo de 2024 - Evelyn Hockstein / AFP
Le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman rencontre le secrétaire d'État américain Antony Blinken à Jeddah, le 20 mars 2024 - Evelyn Hockstein / AFP

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken s'est de nouveau rendu au Proche-Orient afin de promouvoir une trêve entre Israël et le Hamas. La visite de Blinken dans la région - la sixième depuis le début de la guerre - a débuté en Arabie saoudite, d'où il a annoncé que Washington avait soumis à l'ONU une résolution exigeant un cessez-le-feu immédiat.  

  1. L'avenir de Gaza et de Rafah a été au cœur du voyage régional de Blinken 
  2. Les pourparlers sur le cessez-le-feu se poursuivent 
  3. Israël fait pression sur le Hamas à al-Shifa 

Cette proposition de trêve, adressée au Conseil de sécurité, est "liée à la libération des otages", selon Blinken, qui a également exprimé l'espoir que de nombreux pays la soutiendraient.  

Au cours des derniers mois de guerre, le principal allié d'Israël, les États-Unis, a opposé son veto aux votes du Conseil de sécurité de l'ONU sur le conflit. Toutefois, Washington a récemment intensifié la pression sur Jérusalem, tout en continuant d'insister sur la libération de la centaine d'otages israéliens détenus par le Hamas. 

"Bien entendu, nous soutenons Israël et son droit à se défendre", a souligné Blinken, ajoutant qu'il était "impératif" de protéger et d'apporter une aide humanitaire aux civils qui sont en danger et souffrent "terriblement".  

Quelques jours avant son voyage dans la région, Blinken a mis en garde contre "l'horrible situation humanitaire à Gaza", notant que "100 % de la population de Gaza est confrontée à des niveaux sévères d'insécurité alimentaire aiguë". "C'est la première fois qu'une population entière est ainsi classée", a déclaré Blinken aux Philippines lors d'une tournée en Asie. 

Au Royaume-Uni, Blinken a rencontré le prince héritier Mohammed bin Salman et le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, avec lesquels il a discuté du "besoin urgent" de protéger les civils et d'acheminer l'aide humanitaire

Au cours de la visite de Blinken, Riyad a annoncé qu'il ferait don de 40 millions de dollars à l'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens, l'UNRWA, une organisation ciblée par Israël en raison de ses liens avec le Hamas et d'autres groupes terroristes dans l'enclave.  

L'avenir de Gaza et de Rafah a été au cœur du voyage régional de Blinken 

Comme l'a indiqué le département d'État dans un communiqué, en Arabie saoudite et en Égypte, où il arrive aujourd'hui, Blinken mettra sur la table "une voie politique d'après-guerre pour le peuple palestinien avec des garanties de sécurité pour Israël et une architecture pour une paix et une sécurité durables dans la région"

Washington travaille depuis des mois sur un plan d'après-guerre pour Gaza avec ses alliés dans la région. Les États-Unis espèrent que l'Autorité palestinienne prendra le contrôle de l'enclave palestinienne avec l'aide de la région une fois que le Hamas aura été éliminé et que le conflit aura pris fin.  

Outre l'Arabie saoudite et l'Égypte, Blinken se rendra également en Israël, où il insistera sur la nécessité d'assurer la défaite du Hamas, "y compris à Rafah", a déclaré le porte-parole du département d'État américain, Matthew Miller. 

PHOTO/AFP/MOHAMMED ABED - Camiones cargados de combustible entran en la Franja de Gaza a través del paso fronterizo de Rafah con Egipto
Des camions chargés de carburant entrent dans la bande de Gaza par le poste frontière de Rafah avec l'Égypte - PHOTO/AFP/MOHAMMED ABED

Les États-Unis s'étaient initialement opposés au projet d'Israël de lancer une offensive terrestre à Rafah, considérée comme le dernier bastion du Hamas, en raison du grand nombre de réfugiés gazaouis d'autres parties de l'enclave qui ont trouvé refuge dans la ville située à la frontière avec l'Égypte. Washington préconise désormais une opération "plus limitée" à Rafah ainsi que dans d'autres parties de Gaza contre les chefs militaires du Hamas. 

Israël, pour sa part, a déclaré qu'il élaborerait des plans d'évacuation et de protection des civils tout en préparant l'opération militaire dans la ville, où l'on estime à 1,5 million le nombre de personnes déplacées depuis d'autres parties de la bande de Gaza. "L'armée israélienne s'est préparée à la partie opérationnelle et à l'évacuation de la population civile", a indiqué un communiqué du bureau du Premier ministre. 

Les pourparlers sur le cessez-le-feu se poursuivent 

La visite de Blinken s'inscrit dans le cadre des efforts diplomatiques déployés pour parvenir à un accord entre Israël et le Hamas. En ce sens, le chef de la diplomatie américaine a assuré que les écarts entre Jérusalem et le groupe terroriste "se réduisent" et qu'il est donc "très possible" de parvenir à un pacte incluant un cessez-le-feu et la libération des otages.   

Les négociations en vue d'une trêve se sont intensifiées avant le Ramadan et une proposition solide a même été rédigée. Toutefois, le Hamas ne l'a pas acceptée et a formulé d'autres exigences, telles que le retrait total des forces israéliennes de Gaza, ce que Jérusalem n'envisage pas puisque l'un des principaux objectifs de l'offensive actuelle est d'éliminer complètement le Hamas de l'enclave palestinienne.  

PHOTO/Fuerzas de Defensa de Israel - El ministro de Defensa de Israel, Yoav Gallant, en un túnel de Hamás en Gaza
Le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, dans un tunnel du Hamas à Gaza - PHOTO/Forces de défense israéliennes 

"Si le Hamas se soucie un tant soit peu du peuple qu'il prétend représenter, il conclurait un accord, car cela aurait l'effet immédiat d'un cessez-le-feu, atténuerait les énormes souffrances du peuple, fournirait davantage d'aide humanitaire et nous donnerait une chance de parvenir à quelque chose de plus durable", a déclaré Blinken. 

Israël fait pression sur le Hamas à al-Shifa 

Malgré ces progrès, le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, a accusé Israël de saboter les négociations après avoir lancé une opération militaire à l'hôpital al-Shifa, un complexe utilisé par le Hamas à des fins militaires, depuis le Qatar.  

Au cours de ce raid, Tsahal a arrêté plusieurs hauts responsables du groupe terroriste, arrestations qui, selon le chef d'état-major de l'armée Herzi Halevi, sont "très importantes pour faire pression sur le Hamas" et pour "faire pression sur les négociations".  

Parmi les personnes arrêtées figure Mahmoud Kawasme, un membre du Hamas qui dirigeait des activités terroristes en Cisjordanie, notamment l'enlèvement et le meurtre des jeunes Israéliens Gil-ad Shaer, Eyal Yifrach et Naftali Fraenkel en 2014.