La récente attaque d'un hôpital à Gaza a déclenché une vague d'attaques antisémites dans le monde entier. Par ailleurs, à la suite de cet incident - dont Israël accuse les terroristes - l'Iran a hissé un drapeau noir sur sa mosquée sacrée

Israël autorise l'entrée à Gaza de l'aide humanitaire en provenance d'Égypte

AFP/ SAID KHATIB - Paso fronterizo de Rafah, entre Egipto y Gaza
photo_camera AFP/ SAID KHATIB - Le poste frontière de Rafah entre l'Egypte et Gaza

Sous la pression des États-Unis et afin de soulager la détresse des civils dans la bande de Gaza, Israël a donné le feu vert à l'entrée de l'aide humanitaire dans l'enclave palestinienne par le point de passage de Rafah avec l'Égypte.

L'acheminement de l'aide à la population de Gaza a été annoncé par le président américain Joe Biden à la suite de sa visite à Tel-Aviv pour réaffirmer sa solidarité avec Israël. "La population de Gaza a besoin de nourriture, d'eau, de médicaments et d'abris", a souligné Biden.

Après avoir rencontré de hauts responsables israéliens, le dirigeant américain s'est entretenu avec le président égyptien Abdel Fattah Al-Sisi, qui a accepté d'ouvrir le point de passage de Rafah entre l'Égypte et Gaza et de laisser entrer "jusqu'à" 20 camions d'aide humanitaire. Toutefois, M. Biden a déclaré que les habitants de Gaza ne pourraient pas être évacués vers l'Égypte après le refus du Caire. Les pays arabes voisins, bien qu'ils aient exprimé leur solidarité avec la population de Gaza, refusent d'accueillir les réfugiés palestiniens par crainte d'une déstabilisation.

Al-Sisi, par exemple, a souligné que la guerre actuelle ne vise pas seulement à combattre le Hamas, "mais aussi à pousser les habitants civils à émigrer en Égypte", ce qui, selon le dirigeant égyptien, "pourrait ruiner la paix dans la région". De même, Le Caire s'est dit préoccupé par le fait qu'un exode massif de Gaza pourrait conduire le Hamas ou d'autres terroristes palestiniens à pénétrer sur son territoire.

Cela pourrait constituer un facteur de déstabilisation dans le Sinaï, où l'armée égyptienne combat les djihadistes depuis des années. A cet égard, Al-Sisi a prévenu que la présence de combattants palestiniens dans le Sinaï "deviendrait une base pour des attaques contre Israël, et Israël devrait se défendre en attaquant le territoire égyptien".  

Le Caire, qui a accusé le Hamas de soutenir les terroristes dans le Sinaï, a soutenu le blocus israélien de Gaza depuis que le groupe terroriste a pris le contrôle du territoire en 2007. Israël a également détruit le réseau de tunnels sous la frontière que le Hamas et d'autres Palestiniens utilisaient pour faire entrer clandestinement des marchandises dans la bande de Gaza.

Le roi Abdallah II de Jordanie a tenu des propos similaires, déclarant qu'"il n'y aura pas de réfugiés en Jordanie, ni en Égypte".

Israël, pour sa part, n'autorisera aucune aide à partir de son territoire tant que les 200 personnes enlevées par le Hamas ne seront pas libérées. Israël a également exigé que la Croix-Rouge rende visite aux otages.

Jérusalem n'empêchera pas l'aide humanitaire en provenance d'Égypte tant qu'il ne s'agira que de nourriture, d'eau et de médicaments destinés aux civils se trouvant dans la bande de Gaza ou évacués vers le sud de celle-ci, et tant qu'elle n'atteindra pas le Hamas. 

Biden a également insisté sur ce point, notant que l'aide doit aller aux civils et non à l'organisation terroriste. "Si le Hamas détourne ou vole l'aide, il aura démontré une fois de plus qu'il ne se soucie pas du bien-être du peuple palestinien, et l'aide cessera", a-t-il ajouté.

Israël a coupé l'eau et l'électricité à Gaza après le massacre brutal du 7 octobre perpétré par des milliers de terroristes du Hamas, qui ont tué 1 400 Israéliens. Les terroristes ont également torturé, violé, brûlé et enlevé des centaines de civils, tandis que 309 personnes sont toujours hospitalisées à la suite des attaques, dont 80 dans un état grave. D'autre part, le Hamas, ainsi que d'autres groupes terroristes opérant à Gaza, tels que le Jihad islamique palestinien, lancent quotidiennement des missiles sur le territoire israélien, en particulier sur le sud et le centre.

Certains parents d'Israéliens enlevés ont exprimé leur rejet de la décision du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu d'autoriser l'entrée de l'aide humanitaire à Gaza. Selon une déclaration de l'association Bring Them Home Now consultée par le Times of Israel, cette décision "a provoqué une grande colère parmi les parents"

"Nous leur rappelons que des enfants, des bébés, des femmes, des soldats, des hommes et des personnes âgées - dont certains ont de graves problèmes de santé, sont blessés - sont détenus sous terre comme des animaux, sans conditions humaines, et que le gouvernement israélien permet même aux meurtriers de leur donner du baklava et des médicaments", indique le communiqué.

Les Forces de défense israéliennes (FDI) ont mis à jour le nombre de personnes enlevées et estiment désormais que 203 personnes sont détenues à Gaza par le Hamas. Les autorités continuent de trouver des infiltrés du groupe terroriste ainsi que des cadavres.

Ces dernières heures, les corps sans vie de Noya Dan, une jeune Israélienne autiste de 12 ans, et de sa grand-mère Carmela, âgée de 80 ans, ont été retrouvés. On pensait initialement qu'elles avaient été prises en otage par le Hamas. Le cas de la jeune Noya est devenu viral après que l'auteure britannique JK Rowling a publié son histoire sur Twitter, car Noya était une grande fan de Harry Potter.  

Les dépouilles d'Erick Peretz et de sa fille Ruth, atteinte d'une infirmité motrice cérébrale, ont également été retrouvées. Tous deux avaient assisté au festival de musique Nova, dans le sud d'Israël, où l'on estime que plus de 260 personnes ont été sauvagement assassinées.  

Pendant ce temps, l'armée de l'air israélienne continue de frapper des cibles du Hamas à Gaza. Lors de ces dernières attaques, Jamila al-Shanti, la veuve du cofondateur du Hamas, Abdel Aziz al-Rantisi, et la première femme élue au bureau politique du groupe terroriste, aurait été tuée, selon les médias affiliés au Hamas. Son mari, Rantisi, a été tué en 2004 lors d'une frappe aérienne israélienne pendant la seconde Intifada.

Par ailleurs, grâce à une frappe aérienne de précision s'appuyant sur des renseignements fournis par l'agence de sécurité intérieure Shin Bet, Israël a éliminé un terroriste palestinien de haut rang membre du Hamas. En outre, des centaines d'infrastructures militaires du Hamas ont été détruites au cours des dernières 24 heures, ainsi que le chef de la sécurité du Hamas, Jihad Mahisan.

Outre le Hamas à Gaza, Israël doit également faire face au groupe chiite libanais Hezbollah, soutenu par l'Iran. Depuis le début de la guerre, profitant du chaos et encouragé par Téhéran, le Hezbollah a lancé des attaques sur le territoire israélien, poussant Tsahal à se défendre et à évacuer plusieurs communautés dans le nord du pays.  

Rishi Sunak en Israël : "Nous sommes avec vous" 

En raison des tensions accrues dans la région, et plus particulièrement à la suite de l'attaque d'un hôpital à Gaza, les États-Unis ont envoyé le navire de commandement et de contrôle USS Mount Whitney en Méditerranée orientale. Le Royaume-Uni a également annoncé qu'il enverrait des navires de guerre et des avions espions pour soutenir Israël. Cette annonce intervient dans le cadre d'une visite du Premier ministre britannique, Rishi Sunak, qui, depuis le début de la guerre, a exprimé son soutien à Jérusalem.

Sunak a rencontré le président israélien Isaac Herzog et le premier ministre Netanyahu. Il doit également rencontrer des parents de personnes enlevées par le Hamas. "Je veux que vous sachiez que le Royaume-Uni et moi-même sommes à vos côtés", a déclaré Sunak après son atterrissage à Tel-Aviv, où il a également condamné les "actes terroristes innommables et horribles". 

Avant lui, d'autres dirigeants internationaux se sont rendus en Israël, notamment le secrétaire d'État américain Antony Blinken, le président Joe Biden, le chancelier allemand Olaf Scholz, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et la présidente du Parlement européen Roberta Metsola.

Lors de sa rencontre avec Sunak, Herzog a profité de l'occasion pour critiquer la couverture de la guerre par la BBC. "Nous pensons que la caractérisation du Hamas par la BBC est une déformation des faits", a-t-il déclaré. La BBC, en plus de refuser de qualifier le Hamas de groupe terroriste, a été l'un des médias qui a reproduit les informations du Hamas sur l'attaque de l'hôpital sans les contredire, ce qui a provoqué une vague de violence contre Israël et les Juifs au Moyen-Orient et en Europe

Montée de l'antisémitisme  

Cet incident, déclenché par un missile raté du Jihad islamique palestinien selon plusieurs analystes, a déclenché une vague d'attaques antisémites dans le monde entier. Outre les violentes manifestations contre les ambassades et les consulats israéliens dans plusieurs pays du Moyen-Orient tels que la Jordanie et la Turquie, des attaques contre des centres religieux juifs ont également été signalées en Europe et en Afrique du Nord, où vivait autrefois une importante communauté juive avant d'être expulsée.

À Berlin, des cocktails Molotov ont été lancés sur une synagogue, à Cannes, un homme a été poignardé à proximité d'un temple juif, tandis que dans la ville espagnole de Melilla, un groupe de manifestants a attaqué une synagogue. Pendant ce temps, en Tunisie, la célèbre synagogue historique d'El Hamma a été incendiée. 

Les attaques contre des synagogues en Espagne et en Allemagne, ainsi que les incitations à la violence contre les Juifs dans toute l'Europe, ont provoqué une hausse de l'antisémitisme de plus de 1 200 %, selon l'Association juive européenne (EJA), qui prévient que "les attaques contre les Juifs d'Europe ont commencé".

Le président de l'EJA, le rabbin Menachem Margolin, a tiré la sonnette d'alarme, demandant aux gouvernements européens de se réveiller et de protéger toutes les communautés juives d'Europe, déplorant que les Juifs ne devraient pas avoir à demander de l'aide.

"Quiconque pense qu'il s'agit d'Israël et de la Palestine, ou de politique, vit sous un rocher. Ce n'est qu'un prétexte pour lancer des attaques contre tous les Juifs d'Europe", conclut-il.  

Contrecarrer la paix israélo-saoudienne, l'objectif de l'Iran  

L'explosion de l'hôpital de Gaza s'est également révélée être le prétexte idéal pour l'Iran, qui menace depuis plusieurs jours d'intervenir dans la guerre avec Israël. À la suite de l'attentat, l'Iran a hissé un drapeau noir sur sa mosquée sacrée, tandis que son ambassade à Damas a affiché un message en hébreu : "Le temps est écoulé".

Le New York Times s'est fait l'écho d'un rapport de plusieurs médias iraniens décrivant une attaque possible contre Israël à partir de toutes les frontières. Le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, a noté que, si la guerre se poursuit, "personne n'arrêtera les forces de la résistance". Il a ensuite affirmé que le Hezbollah attaquerait depuis le nord, les milices pro-iraniennes en Irak et en Syrie depuis l'est et les Houthis au Yémen depuis le sud. Ils coordonneront l'attaque contre Israël à l'aide de missiles et de drones afin de créer un "siège de tous les côtés", suggère le rapport. 

Le rapport conclut que les milices irakiennes ont déjà pris position dans le Golan, de même que leurs homologues syriennes, et ajoute que "de telles opérations pourraient avoir lieu dans les prochains jours si l'appel de Khamenei à cesser les attaques contre Gaza n'est pas entendu".

Téhéran est depuis des années le principal sponsor du terrorisme au Moyen-Orient. La République islamique d'Iran finance des groupes tels que le Hamas et le Hezbollah, et a joué un rôle clé dans l'attaque du 7 octobre contre Israël. Comme le rapporte MEMRI, de hauts responsables iraniens du Jihad islamique, du Hamas et de la Palestine associent ce raid brutal à une tentative de contrecarrer la normalisation entre l'Arabie saoudite et Israël.

Depuis des mois, les États-Unis œuvrent en faveur d'un accord de paix entre Riyad et Jérusalem, qui renforcerait la stabilité dans la région et isolerait davantage l'Iran.