L'incident survenu dans le centre de santé de Gaza a déclenché une vague de protestations au Moyen-Orient contre les États-Unis et Israël, alors que Joe Biden était en visite dans la région. Il a déclaré à Tel-Aviv que l'attaque "semble être venue de l'autre côté"

Israël accuse le Jihad islamique palestinien d'être à l'origine de l'explosion de l'hôpital de Gaza

La gente se reúne alrededor de los cuerpos de palestinos asesinados después de una explosión que arrasó el hospital Ahli Arab en el centro de Gaza después de que fueron transportados al hospital Al-Shifa, el 17 de octubre de 2023 - AFP/DAWOOD NEMER
AFP/DAWOOD NEMER - L'armée israélienne affirme que l'explosion de l'hôpital a été causée par un missile lancé de Gaza qui a manqué le territoire israélien et a atterri dans l'enclave palestinienne.

La guerre entre Israël et le Hamas s'intensifie dangereusement et menace de s'étendre et d'impliquer d'autres acteurs au Moyen-Orient. L'explosion de l'hôpital Al-Ahli, dans la bande de Gaza, a suscité une vive condamnation de la part du monde arabe, qui accuse Israël d'être à l'origine du massacre qui a fait des centaines de morts. Le ministère de la Santé de Gaza, contrôlé par le Hamas, a d'abord fait état d'au moins 500 morts, chiffre qui a ensuite été révisé pour se situer entre 200 et 300, selon l'AFP.

Immédiatement après l'explosion, le groupe terroriste a accusé Israël d'être à l'origine de l'attaque. Les Forces de défense israéliennes (FDI) ont eu beau jeu de démentir et de pointer du doigt le Jihad islamique palestinien, un autre groupe terroriste opérant à Gaza. Malgré les preuves fournies par Israël, les pays arabes et musulmans, ainsi que de nombreux médias internationaux, se sont fait l'écho des informations provenant de la bande de Gaza contrôlée par le Hamas. 

L'armée israélienne insiste sur le fait que l'explosion de l'hôpital a été provoquée par un missile tiré de Gaza qui a manqué le territoire israélien et a atterri dans l'enclave palestinienne. Pour le prouver, les autorités militaires israéliennes ont fourni des photos, des vidéos et même une conversation téléphonique entre deux membres du Hamas dans laquelle ils admettent que le missile provenait du Jihad islamique palestinien. 

"Une analyse des systèmes opérationnels des FDI indique que les terroristes de Gaza ont tiré une série de missiles qui sont passés très près de l'hôpital Ahli de Gaza au moment où il a été touché", a expliqué le porte-parole des FDI, le contre-amiral Daniel Hagari.  

Même des images publiées par Al Jazeera, un média qatari critique à l'égard d'Israël, ont montré qu'un missile avait mal fonctionné et était tombé à l'intérieur de Gaza. Ce n'est pas la première fois qu'Israël accuse des groupes palestiniens d'attaquer leur propre population en essayant d'atteindre le territoire israélien, et d'utiliser des hôpitaux et des écoles comme dépôts d'armes et de munitions.  

"Les renseignements provenant de multiples sources en notre possession indiquent que le Jihad islamique est responsable du tir de roquette raté qui a touché l'hôpital de Gaza", a ajouté Hagari. Peu après, l'armée israélienne a également diffusé des images montrant que l'explosion s'était produite dans le parking et non dans l'hôpital lui-même. 

Cet incident est survenu alors que de nombreuses attaques ont été lancées contre Israël depuis Gaza. Les sirènes ont retenti tout au long de l'après-midi dans les zones proches de l'enclave palestinienne, mais aussi dans le centre du pays, à Tel-Aviv et dans ses environs. 

"Que tout le monde le sache : ce sont les terroristes barbares de Gaza qui ont attaqué l'hôpital de Gaza, pas Tsahal", a déclaré le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, peu après l'explosion. "Ceux qui ont cruellement assassiné nos enfants assassinent également les leurs", a ajouté le dirigeant israélien, faisant référence au massacre de civils israéliens par le Hamas le 7 octobre. On estime que 1 300 personnes ont été tuées par le groupe terroriste, qui a également enlevé, torturé et violé des civils, y compris des enfants.

Par ailleurs, au cours des premiers jours de la guerre, le Hamas a tiré un obus sur la section de développement de l'enfant de l'hôpital Barzilai d'Ashkelon, une ville du sud d'Israël qui a subi de nombreuses attaques du Hamas et d'autres groupes terroristes de Gaza. 

"Honte aux médias qui avalent les mensonges du Hamas et du Jihad islamique", a déclaré le président israélien Isaac Herzog, en faisant référence aux journalistes qui diffusent les informations du Hamas sans les vérifier. Dans de nombreux cas, ce sont ces mêmes journalistes qui ont exigé d'Israël des images de bébés décapités par le Hamas. "Honte aux vils terroristes de Gaza qui versent intentionnellement le sang d'innocents", a ajouté Herzog.

Condamnation ferme du monde arabe et musulman et incidents antisémites en Europe 

Malgré les preuves fournies par Israël, les pays arabes et musulmans n'ont pas changé leurs déclarations. Des pays comme la Jordanie, l'Égypte et l'Arabie saoudite ont accusé Israël du massacre. Même des gouvernements comme la Syrie et la Turquie, qui mènent souvent des attaques contre des civils, ont critiqué Israël pour ce qui s'est passé.

À la suite de l'incident, la Jordanie a également décidé d'annuler un sommet à Amman entre le président américain Joe Biden, le roi jordanien Abdallah II, le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi et le dirigeant de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Le massacre de l'hôpital a également déclenché de violentes manifestations dans des pays tels que la Jordanie et la Turquie contre les délégations diplomatiques israéliennes. 

Des attaques contre des centres juifs ont également été signalées dans certaines régions d'Europe. À Berlin, par exemple, une synagogue a été attaquée à l'aide de cocktails Molotov, a indiqué la police allemande à l'agence AP. Par ailleurs, une école de la communauté juive de Rome a été évacuée par mesure de précaution à la suite d'une alerte à la bombe, rapporte l'agence de presse italienne ANSA.

De tels incidents antisémites se sont produits en Europe et aux États-Unis depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, ce qui a incité les autorités à renforcer la sécurité. 

Au Liban, où il n'y a pas d'ambassade israélienne car les deux pays n'ont pas de relations diplomatiques, des citoyens ont manifesté contre l'ambassade américaine à Beyrouth.

À cet égard, le groupe chiite libanais Hezbollah, soutenu par l'Iran, a annoncé un "jour de rage sans précédent" contre Israël. Téhéran, pour sa part, a appelé à une "unité mondiale" contre Israël. "Le temps est écoulé", a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Hosein Amirabdolahian, sur les réseaux sociaux. Depuis le début de la guerre, l'Iran menace d'intervenir dans le conflit contre Israël. En effet, avant l'explosion de l'hôpital, Amirabdolahian avait mis en garde contre une "action préventive" contre le pays.  

Biden déclare en Israël que l'attaque semble venir "de l'autre côté" 

L'explosion de l'hôpital Al-Ahli a coïncidé avec la visite du président américain Joe Biden en Israël. Biden devait également se rendre dans d'autres pays de la région. Les espoirs étaient grands que ce voyage puisse être un facteur de paix. Cependant, l'attentat contre le centre de santé a réduit à néant toutes ces espérances, augmentant les tensions au Moyen-Orient

Malgré l'incident, les projets de Joe Biden sont restés dans les temps. Le dirigeant américain a atterri à Tel Aviv ce matin, où il a réaffirmé son soutien à Israël. "Vous n'êtes pas seuls", a déclaré Biden avant de rencontrer le cabinet de guerre israélien

Netanyahu a remercié Biden de soutenir Israël "aujourd'hui, demain et pour toujours". Le Premier ministre a également souligné que Washington a fourni à Israël "les outils dont il a besoin pour se défendre" et a "envoyé un message clair" à ses ennemis.

De son côté, Joe Biden a de nouveau condamné les massacres du 7 octobre perpétrés par le Hamas. "Ils ont commis des maux et des atrocités qui font paraître ISIS plus rationnel", a-t-il déclaré. En ce qui concerne le récent attentat contre l'hôpital de Gaza, Biden a déclaré : "On dirait qu'il vient de l'autre côté".  

En ce qui concerne l'attaque et son auteur, le ministre britannique des Affaires étrangères, James Cleverly, a appelé sur son compte Twitter les gens à "attendre les faits et à les rapporter de manière claire et précise". "La nuit dernière, de nombreuses personnes ont tiré des conclusions hâtives sur la perte tragique de vies humaines à l'hôpital Al Ahli", a déclaré Cleverly, affirmant que ce "mal pourrait mettre encore plus de vies en danger".