Les relations entre l'Arabie saoudite et la République islamique représentent une avancée en matière de sécurité, d'économie et de prestige international, tandis que l'État israélien les observe avec méfiance

L'Iran, l'Arabie Saoudite, Israël et la guerre au Yémen, clé de voûte du Moyen-Orient

photo_camera PHOTO/ Agencia de Noticias Saba vía REUTERS - Le chef du Conseil politique suprême des Houthis, Mahdi al-Mashat, rencontre les délégations saoudienne et omanaise au palais républicain de Sanaa, au Yémen, le 9 avril 2023

Dans la dernière édition de "De cara al mundo", sur Onda Madrid, nous avons eu la contribution de José Ignacio Castro Torres, colonel de l'armée espagnole, analyste principal de l'Institut espagnol d'études stratégiques, qui, dans une interview avec Javier Fernández Arribas, a fait une brève analyse du scénario des relations entre l'Iran et l'Arabie saoudite en référence à la guerre au Yémen et aux effets possibles que le rapprochement des relations saoudo-iraniennes pourrait avoir pour Israël.

 jose-ignacio-castro-torres-coronel-ejército-tierra- analista-instituto-español-estudios-estratégicos-radio-entrevista-atalayar-onda-madrid

Guerre au Yémen depuis 2014, plus grande crise humanitaire au monde, peut-on enfin espérer la paix au Yémen ?

Je dirais que oui, et qu'il faut s'en réjouir, mais avec beaucoup de prudence. Bien sûr, lorsque nous arrivons à une situation où ces affrontements armés cessent, nous devons nous en réjouir car la situation humanitaire a été terrible. Ce conflit a fait environ 400 000 victimes sur une population de plus de 30 millions d'habitants. C'est dire l'horreur qui a été vécue. De plus, la situation humanitaire est déplorable et empêche les agences humanitaires de travailler beaucoup mieux et d'acheminer l'aide à la population civile qui en a tant besoin.

Il ne faut pas oublier que le Yémen, en raison de ses caractéristiques holographiques, a tendance à diviser le pouvoir. C'est un pays où, au fur et à mesure que l'on s'enfonce dans les vallées complexes, le pouvoir se perd et est laissé aux mains de différentes factions. Il y aura donc toujours des conflits au Yémen. Ce qui est considéré comme nécessaire, c'est de désamorcer ces tensions autant que possible, ce qui est très difficile. Y aura-t-il un cessez-le-feu ? Nous devrons essayer de contenir ce cessez-le-feu de la meilleure façon possible, mais nous devrons être très vigilants car il est possible qu'il y ait toujours une sorte d'embrasement, non pas entre les forces gouvernementales, avec les Soufis ou avec les Houthis, avec l'ancien Conseil de transition du Sud, mais nous devons garder à l'esprit que dans la région, il y a Al-Qaïda, Daesh et beaucoup, beaucoup d'autres factions et groupes armés.

Le Yémen pourrait être la température des accords entre l'Iran et l'Arabie Saoudite, parce que, comme vous l'avez expliqué, il pourrait y avoir une sorte de confrontation, mais si, par exemple, l'Iran cesse de financer et d'envoyer des armes aux Houthis, nous comprenons que ce type de confrontation armée n'aura pas lieu. 

Oui, bien sûr. Il faudra d'abord voir comment cela affecte ces deux grands acteurs régionaux. Pour l'Arabie saoudite, la région est un nid de frelons d'où elle a reçu des attaques dans toute la péninsule arabique, dans laquelle elle a été impliquée et où elle a perdu des ressources économiques et militaires, et, par ailleurs, la communauté internationale a souvent fait pression sur l'Arabie saoudite pour ses actions au Yémen, ce qui lui a fait perdre beaucoup de prestige et de poids au niveau international.

Qu'en est-il de l'Iran ? Si pour l'Arabie saoudite il s'agissait d'un nid de frelons, pour l'Iran il pourrait s'agir d'une souricière, car il laisse une part importante de ses ressources économiques et d'armement pour soutenir ses mandataires ou alliés dans la région, tels que les soufis, à un moment où la situation économique de l'Iran n'est pas bonne.  Sur le plan social, la situation interne de l'Iran est très délicate. Une grande partie de la population se sent désenchantée parce qu'elle est préoccupée par ses problèmes internes et, d'une certaine manière, parce qu'il existe une critique sociale très forte selon laquelle l'Iran utilise beaucoup de ressources à l'extérieur du pays, alors qu'il en a vraiment besoin. Je pense donc que l'équilibre des forces entre ces deux acteurs est en train de monter en température entre ces deux accords.

Et aussi pour garantir la sécurité totale de la navigation des superpétroliers dans toute la région, n'est-ce pas ?

En effet, il faut savoir que souvent quand on parle du conflit au Yémen, on parle de ce qui se passe sur le territoire, mais les côtes du Yémen sont une voie de transit pour les grandes routes maritimes. En effet, ceux qui quittent le détroit d'Ormuz passent par les côtes du Yémen, et vont traverser le détroit de Bab el Mandeb et le canal de Suez, ainsi que tous ceux qui rejoignent l'Afrique et bordent l'ensemble du continent africain, ce qui signifie que la côte yéménite est une zone très importante pour le trafic maritime.
 

 crisis-humanitaria-yemen-ong-politica-iran-arabia-saudi

Alors que l'Arabie saoudite mène un processus de paix au Moyen-Orient, en reprenant ses relations avec l'Iran et la Syrie, et la paix entre le Bahreïn et le Qatar, et en maintenant ses relations avec les États-Unis, qui n'apprécient peut-être pas cet accord avec l'Iran, tout en continuant à acheter des armes aux États-Unis et à avoir des accords avec eux, quels sont les intérêts qui se cachent derrière tout cela ?

En effet, il y a de nombreux éléments à prendre en compte. Je pense que le principal est que l'Arabie saoudite se considère comme une puissance régionale, au sein du Golfe. Le prince Mohammed Bin Salman a sa Vision 2030 et voit son pays comme une plaque tournante d'opérations interconnectées dans la région du Grand Moyen-Orient. Les relations avec l'Iran éliminent un problème important dans la sphère de la sécurité, dans la sphère économique, dans le prestige international, et c'est également important parce que l'Iran et l'Arabie saoudite font partie de la stratégie chinoise de la Route de la soie et de la Ceinture et de la Route pour les deux pays.

Ces deux pays sont importants parce qu'ils sont traversés par des voies de communication, parce qu'ils contrôlent les voies de communication maritimes et, d'une certaine manière, parce que ce sont des pays riches qui disposent d'énormes quantités de ressources en hydrocarbures : l'Iran a du gaz et du pétrole, et l'Arabie saoudite a surtout du pétrole, mais aussi du gaz. D'une certaine manière, la Chine est un facteur de modération dans la mesure où l'Arabie saoudite a toujours entretenu des relations spéciales avec les États-Unis, qui sont son principal fournisseur d'armes. Des relations non seulement avec les grands acteurs, tels que les États-Unis et la Chine, mais aussi avec les pays qui entourent l'Arabie saoudite, qui souhaite être le pays qui rassemble les intérêts des pays qui lui sont proches. Elle est le plus grand acteur de la péninsule arabique et tend à être le point de référence en de nombreuses occasions, ce qui confirmerait son statut de puissance régionale.

Que recherche l'Arabie saoudite ? L'Arabie saoudite a déjà surmonté une crise très importante qu'elle a eue avec le Qatar en 2017, qui est derrière elle, et avec laquelle elle a maintenant de bonnes relations, tant avec le Qatar qu'avec Bahreïn. Mais Bahreïn et le Qatar, si l'on peut dire, pourraient être le maillon ou le maillon faible de tout ce maillon de la chaîne de la péninsule arabique que l'Arabie saoudite aimerait voir unifiée. Je pense donc que l'Arabie saoudite cherche une sorte d'arrangement pragmatique qui tendrait à unifier les deux acteurs que sont Bahreïn et le Qatar. Nous devrons attendre et voir si, d'une certaine manière, les positions des autres acteurs entre Bahreïn et le Qatar s'assouplissent un peu. Bahreïn devrait considérer le Qatar comme un acteur extrémiste dans la mesure où il soutient les Frères musulmans et, d'une certaine manière, le Qatar, grâce à son pouvoir subtil, son pouvoir doux, ses stations de radio, comme Al Jazeera, devrait considérer Bahreïn comme un acteur aussi radical que lui, et en tempérant tout cela, une relation pourrait être trouvée.

 visita-xi-jinping-arabia-saudi-mohamed-bin-salman-relaciones-china-politica

Le Moyen-Orient peut-il être considéré comme une nouvelle étape de la guerre froide entre la Chine et les États-Unis ? Cette lutte entre les deux superpuissances pour l'hégémonie mondiale.

Pour avoir un aperçu de la situation actuelle, il faudrait voir et comprendre la géopolitique du point de vue de la nature, car la nature a toujours horreur du vide. Nous devons d'abord examiner les stratégies de la Chine et des États-Unis dans la région. Tout d'abord, Xi Jinping a annoncé en 2013 son initiative "La Route de la soie", dans laquelle il mise sur l'implantation et l'expansion dans la région. Dans le même temps, Obama a également annoncé en 2014 sa stratégie qui l'amène dans la région Asie-Pacifique, amorçant ainsi un changement de pouvoir qu'il tente de combler.

On peut constater que la Chine s'intéresse de plus en plus à ces voies de communication et aux énormes ressources énergétiques de la région, car elle a besoin d'énergie pour se développer ; et pourtant, les États-Unis ne sont pas si préoccupés par cette énergie dans la région du Golfe, car ils en dépendent de moins en moins. Même si je pense que les États-Unis seront toujours intéressés par le contrôle de la région, même s'ils abandonnent une partie de leur pouvoir, ils peuvent avoir un certain nombre de points d'ancrage ou de points d'appui à partir desquels ils peuvent contrôler ce qui se passe dans la région.

 biden-mohamed-bin-salman-visita-arabia-saudi

Quel est le rôle d'Israël aujourd'hui ? Avec cet accord entre l'Arabie saoudite et l'Iran, comment voyez-vous la situation d'Israël ? Est-il ou non menacé par les éventuelles armes nucléaires que l'Iran et l'Arabie saoudite pourraient obtenir ?

Le problème d'Israël dans la région est dangereux ou du moins inquiétant pour lui. Israël a récemment bénéficié d'une période de détente suite à la signature des Accords d'Abraham qui, en ce qui concerne la région du Golfe, ont été reconnus par les Emirats Arabes Unis et le Bahreïn, et les relations avec l'Arabie Saoudite ont été jusqu'à présent assez cordiales, sachant qu'ils ont un adversaire commun : l'Iran.

Que se passe-t-il avec cette annonce de l'établissement de relations favorisées par la Chine entre l'Iran et l'Arabie saoudite ? Ce rapprochement que l'Iran pourrait avoir avec Israël est très compliqué et me semble très lointain, parfois même impossible, alors que dans le Golfe rien n'est impossible, ou au Moyen-Orient rien n'est impossible. La disparition de l'Etat d'Israël, mais pas du peuple juif, ni de la religion israélienne, est une constante de l'Iran depuis l'arrivée au pouvoir du régime des Ayatollahs, et voilà que l'émergence de la Chine comme grande puissance semble susceptible de tempérer quelque peu les relations, il faudra donc suivre cela de très près.

Je pense qu'Israël est très prudent et attend de voir ce qui va se passer, parce qu'il a peur de l'évolution des événements et, si le rapprochement des pays du Golfe avec l'Iran devait s'intensifier, il est possible que les liens entre les pays du Golfe et Israël se relâchent. Je pense qu'il faut prendre cela avec prudence et voir ce qui va se passer dans les mois à venir avec ces deux liens. Actuellement, avec la vision que nous avons de la tension dans le Grand Moyen-Orient, s'il y a un rapprochement entre les pays du Golfe et l'Iran, il devrait y avoir un affaiblissement du lien entre les pays du Golfe et Israël, en attendant le facteur que peut apporter la Chine et comment, en théorie, ces relations pourraient être tempérées.

 atalayar-israel-paz-politica-arabia-saudi-iran-relaciones

Pouvez-vous penser qu'en ce moment le régime des Ayatollahs en Iran pourrait prendre fin, est-ce rêvasser de penser que la liberté et une certaine démocratie pourraient arriver dans le pays iranien?

Rien n'est impossible. Je pense qu'un tel changement devrait encore attendre au moins une génération. Nous devons garder à l'esprit qu'il existe un facteur qui maintient encore une génération ensemble, à savoir la génération de la guerre Iran-Irak. Cette génération existe toujours et maintient le lien fort qu'elle avait avec sa révolution et le régime des Ayatollahs. Dans le même temps, nous voyons une deuxième génération de jeunes qui tentent de lutter pour leurs droits, mais je pense que l'Iran a encore un long chemin à parcourir avant que le changement ne se produise.

Plus dans Politique