Le géant chinois a réalisé une avancée significative au Moyen-Orient en jouant le rôle de médiateur dans la normalisation des relations entre l'Arabie saoudite et l'Iran

L'Arabie saoudite, dans l'ombre de la Chine et des accords d'Abraham négociés par les États-Unis

photo_camera PHOTO/LUO XIAGUANG/XINHUA vía AP - L'Iran et l'Arabie saoudite ont accepté vendredi de rétablir leurs relations diplomatiques et de rouvrir leurs ambassades après sept ans de tensions

Riyad réalise qu'il ne peut pas faire confiance à l'Iran 

Selon le Wall Street Journal, les Saoudiens se sont déclarés prêts à signer les accords d'Abraham et un traité de paix avec Israël le 9 mars, en échange de la garantie par les États-Unis de leur sécurité vis-à-vis de l'Iran, de leur aide au développement d'un programme nucléaire civil et d'un accès illimité à leur arsenal, ce qui faisait partie d'une demande à satisfaire. La Chine a joué le rôle de médiateur. 

Les Saoudiens ont annoncé le rétablissement des relations diplomatiques avec l'Iran le lendemain du jour où les États-Unis n'ont pas réagi ou n'ont pas proposé d'alternative. En l'espace de quelques heures, tout a changé radicalement. Après près de 15 mois de négociations entre l'Iran et l'Arabie saoudite, au cours desquelles plusieurs pays, dont la Chine, l'Irak, Oman, la Russie et les États-Unis, les ont aidés, un accord final a été conclu à Pékin. Alors que les relations entre les deux nations se sont intensifiées après sept années de "glace diplomatique", il peut être intéressant de préserver la stabilité dans une région qui a connu des décennies de conflits pendant la guerre froide.

 ali-jamenei-bin-salman-arabia-saudi-iran-relaciones-internacionales-acuerdos-de-abraham

La Chine, qui n'avait jamais joué un rôle majeur au Moyen-Orient, a parrainé les nouvelles règles du jeu en réponse au silence de Washington. Les nations arabes n'étaient pas préparées. Deux ans après que Biden ait voulu sortir du Moyen-Orient pour affronter la Chine en Extrême-Orient sur son propre territoire, l'Arabie permet à la Chine d'entrer au Moyen-Orient par l'entrée principale. La République islamique d'Iran n'est plus l'ennemi et, pour ne rien arranger, les nations arabes pourraient la soutenir. L'accord pourrait également compromettre les efforts visant à établir un lien formel entre Israël et l'Arabie saoudite, qui sont des priorités absolues pour les responsables politiques américains dans la région. 

Toutefois, la reprise des relations diplomatiques entre les Saoudiens et les Iraniens pourrait ne pas affecter le paysage stratégique du Moyen-Orient. Les analystes conseillent aux responsables américains de soutenir tous les efforts visant à désamorcer les tensions, alors qu'ils avancent dans leurs projets d'extension des accords d'Abraham. 

Les précédentes tentatives de détente entre l'Arabie saoudite et l'Iran ont échoué. Les deux pays ont tenté de panser leurs plaies par le biais de divers échanges et actions diplomatiques dans les années 1990, après l'éclatement des tensions dans les années 1980. Pékin n'a pas été encouragé, Washington l'a été. L'Arabie saoudite se contente alors de contenir Saddam Hussein après son invasion du Koweït pour renforcer l'image de l'unité islamique dans son pays, une guerre d'usure brutale avec l'Irak qui a également eu un impact négatif important sur l'Iran. Les liens diplomatiques entre les deux pays ont été rétablis en 1991. Sept ans plus tard, en 1998, le président iranien Akbar Hashemi Rafsanjani a effectué une visite d'État de dix jours à Riyad, avec beaucoup d'arrogance. La détente a toutefois été de courte durée et les pays ont rapidement repris leurs positions antérieures, alors que la violence sectaire en Irak s'intensifiait et que l'Iran continuait à faire progresser son programme nucléaire.

 atalayar-acuerdos-iran-china-energia-nuclear

Toutefois, tant que l'Iran s'engage à améliorer ses capacités nucléaires, les deux nations resteront enfermées dans un conflit stratégique qui ne pourra être résolu que par l'engagement et la communication diplomatique. Si tel est le cas, le rétablissement des liens diplomatiques représente davantage une brève pause qu'un changement significatif dans le paysage stratégique régional. La fin des hostilités ouvre des perspectives aux deux pays. Bien que l'accord soit publiquement connu comme un accord bilatéral, la plupart de ses clauses visent à assurer la stabilité régionale au Moyen-Orient et dans le Golfe. Plutôt que de se battre au détriment de la région, l'accord vise à permettre aux deux parties d'avoir une conversation diplomatique directe. 

Depuis qu'il est apparu clairement, il y a un an, que les négociations nucléaires avec les États-Unis n'avançaient pas, l'Iran cherche désespérément à sortir de l'impasse diplomatique dans laquelle il se trouve. Au cours des sept derniers mois, Téhéran a dû faire face à des manifestations nationales qui se sont récemment intensifiées. L'effondrement de la monnaie et l'aggravation de la crise économique sont des problèmes supplémentaires auxquels la République islamique est actuellement confrontée. Ces engagements n'ont cependant aucune incidence sur la configuration de l'échiquier du Moyen-Orient. L'Iran reste une puissance révisionniste qui a profité des troubles régionaux en soutenant des groupes extrémistes bien armés au Liban, au Yémen et en Syrie, et en exerçant une influence considérable en Irak.

 atalayar-yemen-guerra-arabia-saudi-iran-acuerdos-de-abraham-realciones-internacionales-politica
Un effort diplomatique ardu 

En outre, l'émergence de liens diplomatiques entre l'Arabie saoudite et l'Iran ne présage pas d'une nouvelle ère de paix au Moyen-Orient ni d'une attitude hostile à l'égard des intérêts américains. Les dernières informations sur la normalisation ne changent pas grand-chose si l'Arabie saoudite et l'Iran sont toujours engagés dans une lutte pour la domination qui a commencé par un conflit idéologique. Afin de contenir l'Iran et de promouvoir la stabilité régionale, les analystes conseillent aux États-Unis de maintenir leur stratégie actuelle consistant à rassembler une coalition régionale de forces conservatrices. Cette coalition déjà puissante doit être renforcée à la lumière de l'extension officielle des accords d'Abraham, qui normaliseraient les relations entre l'Arabie saoudite et Israël. 

L'activité diplomatique intense des mois précédant la signature de l'accord a laissé entrevoir une ouverture progressive sur le front Iran-Arabie saoudite. Le président chinois Xi Jinping s'est entretenu le 7 décembre 2022 lors d'une visite dans l'État saoudien, avant la dernière rencontre Iran-Arabie saoudite à Pékin le 9 mars. Au cours de ce voyage, il a également envoyé une proposition sur l'Iran. Le ministre iranien des affaires étrangères Hossein Amirabdollahian et le ministre saoudien des Affaires étrangères Faisal bin Farhan al-Saud se sont rencontrés en tant que ministres des Affaires étrangères lors de la conférence Bagdad II à Amman le 20 décembre 2022. Javad Karimi Ghodoosi, membre de la Commission de la politique étrangère et de la sécurité nationale du Conseil islamique, a noté dans une conversation avec Asr Iran, que les États-Unis ont donné à l'exécutif iranien le signal qu'ils étaient prêts à ressusciter le Plan global d'action conjoint (JCPOA), un accord nucléaire de 2015 avec l'Iran dont les États-Unis se sont désengagés en 2018, comme un signe de rapprochement entre l'Amérique du Nord et l'Iran.

 salman-joe-biden-arabia-saudi-estados-unidos-relaciones-internacionales

Malgré ces inquiétudes, l'espoir de voir les accords d'Abraham progresser demeure. En outre, quelques heures avant l'annonce de l'accord entre Riyad et Téhéran, des détails ont été publiés sur ce qui serait nécessaire pour normaliser les relations avec Israël. Riyad est conscient qu'il ne peut pas faire confiance à l'Iran, qu'Israël ne souhaite que rétablir des liens diplomatiques et que les États-Unis l'observent. Toutefois, tout dépend de leur engagement à l'égard de l'initiative de paix arabe. Les Saoudiens envisagent manifestement des progrès avec Israël. 

En outre, Téhéran aurait clairement fait savoir que Washington ne considérait pas l'opposition iranienne en exil comme une menace sérieuse pour la République islamique, malgré des mois de manifestations antigouvernementales généralisées en Iran. L'initiative chinoise a été évoquée une nouvelle fois lorsque le président Ebrahim Raisi s'est rendu à Pékin en février 2023. M. Raisi a noté qu'il pourrait y avoir eu une certaine coordination entre Washington et Pékin pour encourager un dégel entre Téhéran et Riyad. Selon Riyad, lors de sa visite dans le royaume saoudien en décembre 2022, le président Xi Jinping a évoqué l'idée de nouveaux pourparlers. L'Iran affirme que M. Raisi a été informé de la demande de l'Arabie saoudite d'obtenir l'aide de la Chine pour relancer les négociations avec Téhéran lorsqu'il s'est rendu dans la capitale chinoise.

 atalayar-acuerdos-iran-china-rusia-golfo-acuerdos-de-abraham
L'implication de Pékin 

Il a été suggéré que les vice-ministres des affaires étrangères de l'Iran et de l'Arabie saoudite se rencontrent à Pékin en février 2023 pour discuter de l'initiative chinoise apparue en décembre 2022. En réponse à une demande de Riyad pour des discussions de haut niveau entre hauts responsables de la sécurité, Téhéran a envoyé Ali Shamjani, le secrétaire du Conseil de sécurité nationale, en Chine. Les chefs des services de renseignement saoudiens et des services de sécurité nationale iraniens ont participé à des réunions qui ont duré une semaine. Les réunions ont été fructueuses, directes et ouvertes, a annoncé M. Shamjani. L'accord qui a suivi concernait principalement les relations bilatérales, mais des procédures auraient été établies dans le but de faire progresser la coopération dans le monde musulman et au Moyen-Orient. 

Selon des sources iraniennes, les questions étaient équitables. Ces sources ajoutent que le rétablissement des relations diplomatiques ne signifie pas un changement de stratégie de l'une ou l'autre partie, ni la déstabilisation d'un Etat. En fin de compte, l'accord n'a pas immédiatement élevé les archives régionales au rang de priorité absolue, mais l'amélioration des relations bilatérales pourrait conduire à une diminution des conflits et à une plus grande stabilité.

 atalayar-acuerdos-iran-china-energia-nuclear-xi-jinping

Dans ce contexte, Israël ayant dû s'entendre avec Moscou en raison de sa présence en Syrie, il doit contrôler les djihadistes d'une manière ou d'une autre, raison pour laquelle il a dû s'entendre avec la Russie. Dans le même temps, il y a eu une distanciation entre l'Arabie saoudite et les États-Unis, qui ont suspendu et contrôlé la quantité d'armes exportées vers l'Arabie, dont la pertinence pour l'État saoudien est très importante dans la guerre contre l'Iran au Yémen, ce qui a provoqué un malaise parmi les Saoudiens, ce qui, avec les questions de la Maison Blanche et les critiques pour le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, a éloigné l'Arabie saoudite des États-Unis. Joe Biden, faisant marche arrière, a tenté de trouver un accord avec Mohammed bin Salman, mais cela n'a pas eu l'effet escompté pour l'administration américaine. Un autre facteur qui pèse lourd est que la Chine a un pouvoir énorme dans la région ; bien qu'elle n'ait pas de bases militaires, elle est le principal investisseur. Pendant que les États-Unis faisaient la guerre au Moyen-Orient, la Chine faisait des affaires. La Chine était le principal investisseur en Afghanistan lorsque les troupes américaines occupaient le pays. Il en a été de même en Iran. 

 atalayar-china-iran-acuerdos-relaciones-medio-oriente
Israël exprime fréquemment son inquiétude quant au traitement réservé aux Palestiniens

Un autre facteur à prendre en compte est le problème interne auquel est confronté Israël, qui considère l'Iran comme une menace pour sa sécurité nationale, de sorte que tout rapprochement entre Téhéran et l'Arabie saoudite, un important allié des États-Unis, est susceptible d'être perçu comme une menace pour les intérêts israéliens. Les actions secrètes de l'État occupant contre les intérêts iraniens sont bien connues et comprennent des cyberattaques contre les installations nucléaires iraniennes et l'assassinat de scientifiques nucléaires iraniens. Il est donc logique que les tentatives israéliennes visant à contrecarrer la réconciliation entre l'Arabie saoudite et l'Iran aient pour but de provoquer un conflit entre les deux nations. 

Il s'agit d'une question controversée, car une grande partie des habitants des pays arabes signataires des accords d'Abraham s'opposent à la normalisation avec Israël. L'un des objectifs de l'accord était d'isoler davantage l'Iran et la Syrie, qui ont une position antisioniste forte, et de faire pression sur les autres nations arabes pour qu'elles reconnaissent l'apartheid et concluent un accord de paix avec Israël. Les récentes évolutions diplomatiques montrent que certains des anciens adversaires d'Israël se réconcilient. 

 atalayar-banderas-israel-palestina-reportaje-arabia-saudi
Intervention de l'Irak 

En 2021-2022, l'Irak a accueilli cinq cycles de négociations entre Téhéran et Riyad. Le cinquième cycle de négociations, qui a eu lieu à Bagdad en avril 2022, devait ouvrir la voie à de futurs pourparlers entre l'Iran et l'Arabie saoudite, l'Irak continuant à jouer le rôle de médiateur pour les deux parties tout au long de l'année. Les principaux contrats de modernisation de l'industrie pétrolière irakienne ont été conclus avec des entreprises chinoises, comme en Syrie. Les investissements chinois sont importants et la Chine est également le principal acheteur de pétrole, ce qui lui confère un effet de levier. La combinaison de ces facteurs permet à l'Arabie saoudite de produire un tel revirement. 

Néanmoins, les problèmes entre l'Iran et l'Arabie saoudite n'ont pas été résolus, car ils remontent à des décennies de conflits et de rivalités. Cela ne changera pas du jour au lendemain. Mais le fait même qu'un changement de cap soit conçu, qui est en cours depuis longtemps - plus de 15 mois. Bien que le changement soit lent, l'Arabie saoudite et l'Iran ont compris que la meilleure chose à faire à ce stade était de parvenir à un accord qui réduirait la pression sur les deux pays, ce qui, avec la médiation de la Chine, a produit l'effet qui se reflète dans les accords qui doivent être mis en œuvre.

 primer-ministro-irak-mustafa-al-kadhimi-relaciones-iran-acuerdos-de-abraham

La question clé est de savoir si cela pourrait être le début de l'unification du monde musulman, car la division du monde musulman en différentes branches de l'islam est un phénomène qui a eu beaucoup de poids politique et si le contraire devait se produire, cela marquerait un avant et un après et constituerait un événement géopolitique majeur. 

L'Arabie saoudite, comme l'Iran, a demandé à rejoindre le groupe BRIC (Brésil, Russie, Chine, Inde et Afrique du Sud). Si ces puissances pétrolières s'unissaient, il s'agirait de l'union économique la plus forte et la plus influente du monde. En outre, les niveaux de collaboration entre la Russie et l'Arabie saoudite, qui font partie de l'OPEP+, sont un facteur à prendre en considération. L'objectif principal de ces accords est de négocier les ressources énergétiques en monnaie locale, ce qui est l'objectif principal de la Russie et de la Chine pour tenter de contourner les sanctions occidentales.

Coordinateur pour les Amériques : José Antonio Sierra.

Plus dans Reportages
PORTADA 

Una combinación de imágenes creadas el 9 de febrero de 2024 muestra a ucranianos fotografiados entre edificios y casas destruidos durante los dos años de la invasión rusa de Ucrania - PHOTO/AFP
Dans un scénario post-pandémique, le président russe Vladimir Poutine a lancé une offensive majeure contre l'Ukraine, provoquant en Europe la première guerre de grande ampleur depuis la Seconde Guerre mondiale

Cartographie d'une invasion ratée

PHOTO/AP - Mujer en un mercado marroquí
Face au triple défi de la libéralisation, de l'intégration la plus avantageuse de sa croissance dans les chaînes de valeur internationales et du développement humain durable, le pays d'Afrique du Nord envisage trois scénarios pour l'avenir du secteur agricole à l'horizon 2030

Trois scénarios agricoles au Maroc pour 2030