La violence utilisée par les autorités ne parvient pas à faire taire les voix des Iraniens, qui continuent de réclamer justice et égalité tout en appelant au soutien des gouvernements internationaux

Manifestations en Iran : la répression s'intensifie alors que les Iraniens appellent à davantage de soutien international

AFP/JULIEN DE ROSA - Un manifestant lors d'un rassemblement de soutien aux protestations iraniennes à Paris

La vague de protestations qui balaie l'Iran depuis la mort de Mahsa Amini en septembre dernier se poursuit sans relâche. Malgré la violente répression des autorités iraniennes, les jeunes et les étudiants continuent de réclamer la fin du régime et d'exiger la liberté et l'égalité. En fait, après la diffusion de plusieurs vidéos montrant les forces de sécurité frappant brutalement des manifestants, les protestations se sont intensifiées dans plusieurs régions du pays, notamment à Sanandaj, Dehloran et dans la capitale Téhéran elle-même. 

La colère grandit chaque jour contre le régime, qui est confronté à l'un de ses plus grands défis depuis la révolution islamique de 1979. Le meurtre de cette jeune femme kurde de 22 ans par la police des mœurs pour avoir mal porté le voile a donné lieu à de fortes manifestations qui ébranlent les fondements de la théocratie iranienne.

Les cris appelant à la mort du guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, sont récurrents lors des manifestations, de même que les affiches enflammées de personnalités du gouvernement telles que Qasem Soleimani, l'ancien chef de la Force Quds des Gardiens de la révolution, tué par les États-Unis en 2020. 

"Les gens protestent très fortement, je suis sûre que nous obtiendrons le résultat souhaité", déclare Helen, une Iranienne vivant à l'étranger. Pour Nilufar Saberi, militante iranienne en Espagne, ces manifestations représentent ce à quoi la grande majorité des Iraniens ont toujours aspiré. "Nous sommes enfin en train de le faire. Il n'y a pas de retour en arrière possible dans cette révolution", dit-elle. 

De ces manifestations, décrites par certains comme une révolution, naissent des symboles, des slogans, des leaders étrangers et même des hymnes, comme la célèbre chanson "Baraye", interdite par le régime de Téhéran. "Baraye", interprété par le chanteur-compositeur Shervin Hajipour, est composé à partir de tweets postés peu après la mort d'Amini. "Pour la danse dans les rues", "pour les femmes, la vie et la liberté", sont quelques-uns des couplets de la chanson. Hajipour fait face à deux accusations de propagande contre le gouvernement et d'incitation à la violence. Il est également interdit de quitter le pays pendant six mois pour avoir interprété et diffusé la chanson.  

Les manifestations, qui marquent un tournant en Iran et pourraient apporter des changements dans le pays, font également des centaines de morts. Selon Iran Human Rights, au moins 277 personnes, dont 40 mineurs, sont mortes au cours des manifestations. Toutefois, ces chiffres sont "un minimum absolu", de sorte que le nombre réel de morts "est certainement plus élevé". L'organisation basée en Norvège met également en garde contre la situation des détenus et les "peines sévères, y compris la peine de mort". "Les accusations et les condamnations n'ont aucune validité juridique et leur seul but est de commettre davantage de violences et de susciter la peur dans la société", déclare Mahmood Amiry-Moghaddam, directeur d'Iran Human Rights.

Le Sistan et le Baloutchistan, le Mazandaran, Téhéran et le Kurdistan figurent en tête de la liste des provinces ayant enregistré le plus grand nombre de décès pendant les manifestations, tandis que les universités et les établissements d'enseignement ont été pris pour cible par les autorités. Sur le campus universitaire de la ville kurde de Sanandaj, par exemple, les forces de sécurité ont utilisé des gaz lacrymogènes et des balles réelles contre les étudiants.

Les autorités, quant à elles, continuent d'accuser des pays comme les États-Unis et Israël, ainsi que "certaines mauvaises puissances européennes", d'avoir organisé les manifestations, que Téhéran qualifie de "guerre hybride" et d'"émeutes de rue".

Plus de soutien international

Les Iraniens ne sont pas intimidés par la violence policière. Chaque jour, ils descendent dans la rue pour réclamer le changement, la réforme et la liberté, conscients de ce que cela peut entraîner : arrestations, torture et même mort. Comme le souligne l'activiste Masih Alinejad, "le peuple iranien est suffisamment courageux pour parvenir à la démocratie par ses propres moyens".

Cependant, en raison des mesures d'oppression du régime, les Iraniens ont besoin du soutien international pour faire entendre leurs revendications. "Il y a encore des problèmes avec l'internet et des pannes", nous rappelle Helen. Il est donc nécessaire d'assurer une visibilité internationale des manifestations et de diffuser les vidéos et les images postées par les Iraniens. "Il serait utile que la communauté internationale fasse cela pour nous. Notre voix sera entendue", ajoute-t-elle.

Des manifestations de soutien au peuple iranien sont organisées dans plusieurs pays. Le mois dernier, Berlin a accueilli la plus grande manifestation jamais organisée par la diaspora iranienne. On estime que 80 000 personnes - Iraniens et sympathisants de la cause - ont participé à la manifestation.

"Je perçois les manifestations comme un soutien au peuple de mon pays", déclare Paria, une iranienne vivant en Espagne, où des protestations ont également eu lieu. Nilufar Saberi abonde dans le même sens, soulignant que les manifestations organisées en dehors de l'Iran traduisent "un soutien aux Iraniens qui se trouvent à l'intérieur des frontières de la théocratie islamiste et qui risquent leur vie chaque jour". "Notre soutien de l'étranger leur apporte beaucoup de soutien", réitère-t-elle. Saberi souligne également que plus ils recevront de soutien, plus vite ils obtiendront la "victoire".

"Vous pouvez aider notre voix à se faire entendre dans le monde. Notre peuple doit être soutenu au niveau international comme l'Ukraine", ajoute Paria, qui demande également des mesures gouvernementales, "des décisions qui peuvent améliorer notre situation".

En ce sens, Saberi admet qu'au niveau institutionnel - tant en Espagne qu'en Europe - les Iraniens se sentent "plus qu'abandonnés". En ce qui concerne le gouvernement espagnol, Saberi souligne que la ministre de l'Égalité, Irene Montero, les a déçus par son silence. Toutefois, ce manque de soutien de la part des autorités espagnoles ne les surprend pas. "Il y a beaucoup d'intérêts économiques et politiques en jeu", explique-t-elle.

Les Iraniens demandent aux gouvernements occidentaux de rompre tout lien avec Téhéran. Saberi appelle à la fermeture des ambassades, à l'expulsion des ambassadeurs iraniens et au gel des avoirs des autorités et de l'élite. "Ces biens appartiennent au peuple iranien", dit-elle. Saberi estime que les communiqués publiés par les gouvernements "n'empêchent pas les effusions de sang". Au lieu de cela, ils devraient "cesser de reconnaître ce régime comme un gouvernement légitime" et imposer les mêmes sanctions que la Russie, l'un de leurs alliés.

À la suite de l'assassinat d'Amini, les États-Unis ont imposé des sanctions à la police des mœurs et à plusieurs responsables d'organisations de sécurité. Washington a également annoncé qu'elle s'efforcerait d'exclure l'Iran de la Commission des droits de la femme des Nations unies. Le Canada a pris des mesures similaires en interdisant à 10 000 fonctionnaires iraniens d'entrer dans le pays "pour toujours". 

Malgré le manque de soutien des institutions espagnoles, Saberi souligne la participation de citoyens espagnols à des manifestations organisées par des Iraniens, ainsi que la diffusion sur les réseaux sociaux de vidéos et d'images de protestations en Iran. "Les médias sont fondamentaux en ce moment, il est essentiel qu'ils soient notre écho, notre haut-parleur, pour qu'il n'y ait pas une seule personne qui ne sache pas ce qui se passe en Iran", souligne-t-elle.

L'activiste iranienne souligne qu'un changement en Iran serait bénéfique pour l'ensemble de la région du Moyen-Orient. "Lorsque le régime fasciste et islamiste qui nous gouverne depuis 43 ans sera renversé et qu'un nouveau gouvernement démocratique arrivera au pouvoir, ce sera un gage de paix, de développement et de prospérité non seulement pour l'Iran, mais aussi pour toute la région, le monde musulman et le monde entier". À ce stade, Saberi souligne l'importance de l'Iran au niveau politique et énergétique et met en garde contre une éventuelle attaque contre l'Arabie saoudite pour détourner l'attention des manifestations, comme l'ont récemment souligné les services de renseignement saoudiens.

Envíanos tus noticias
Si conoces o tienes alguna pista en relación con una noticia, no dudes en hacérnosla llegar a través de cualquiera de las siguientes vías. Si así lo desea, tu identidad permanecerá en el anonimato