Selon un communiqué de la DGST, le suspect préparait des attaques terroristes pour "porter atteinte à la sécurité du Maroc"

Le Maroc arrête un membre présumé de Daesh à Dakhla

AFP/FADEL SENNA - Miembros del servicio de seguridad antiterrorista de Marruecos
AFP/FADEL SENNA - Des membres du service de sécurité antiterroriste marocain

Le Maroc continue de mener une lutte acharnée contre le terrorisme. Les efforts du Royaume pour éradiquer toute velléité de menace se multiplient. A cette occasion, l'intervention rapide de la Direction Générale de la Surveillance du Territoire (DGST) a permis d'éviter ce qui aurait pu être une nouvelle atteinte à la sécurité du Maroc. Les services de sécurité marocains ont arrêté un homme de 23 ans soupçonné d'être affilié au groupe terroriste Daesh.

L'homme arrêté, originaire d'El Hajeb, une ville près de Fès, "a prêté serment d'allégeance au chef d'ISIS et a participé activement à la préparation de plans terroristes", selon le communiqué publié par la DGST. L'opération a été menée par la DGST elle-même, en collaboration avec les services de sécurité opérant à Dakhla. L'enquête sera désormais menée par le Bureau central d'investigations judiciaires (BCIJ), qui tentera de clarifier la "nature des complots" et même d'identifier d'éventuels collaborateurs au Maroc et à l'étranger.

REUTERS/YOUSSEF BOUDLAL – Fotografía de archivo, fuerzas especiales marroquíes hacen guardia en la entrada de un edificio durante operación antiterrorista
REUTERS/YOUSSEF BOUDLAL - Photo d'archives, les forces spéciales marocaines montent la garde à l'entrée d'un bâtiment lors d'une opération anti-terroriste

Le communiqué de la DGST met également en garde contre la menace terroriste croissante qui pèse sur le Maroc. De plus en plus de personnes sont séduites par des idées extrémistes qui menacent la sécurité du pays, ce qui conduit à un renforcement des mesures prises par les forces marocaines pour, comme à cette occasion, anticiper d'éventuels attentats. En effet, plusieurs rapports démontrent l'efficacité croissante du Royaume en matière de prévention du terrorisme.

Parmi cette série d'actions, celle menée le mois dernier où le BCIJ a réussi à démanteler une cellule de Daesh se distingue. Quatre suspects âgés de 25 à 32 ans ont été arrêtés pour avoir prétendument préparé des attaques terroristes. La DGST a indiqué que les opérations liées à cette enquête "ont porté sur des suspects basés à Tanger, Tétouan et Inezgane Ait Melloul". Lors de la perquisition de leurs domiciles, des équipements électroniques, des couteaux et des documents liés à l'idéologie extrémiste de Daesh ont été trouvés.

Le Maroc entend intensifier ses efforts pour éradiquer le terrorisme qui, en raison d'un contexte de plus en plus instable, se développe dans une grande partie de la région. Un autre exemple est celui du Front Polisario, dont les attaques incessantes menacent la sécurité du Royaume. Dans cette optique, Rabat a cherché à étendre la coopération antiterroriste avec la Mauritanie, que le Front Polisario a utilisée à de nombreuses reprises pour pénétrer clandestinement sur le territoire marocain.

Il y a quelques semaines, le Maroc et la Mauritanie ont renforcé leur coopération militaire dans le but de se protéger contre la menace terroriste croissante. Le général de corps d'armée Mohamed Bariz, inspecteur général des forces armées royales marocaines, a rencontré son homologue mauritanien, le commandant de l'état-major général des forces armées, le général de corps d'armée Mokhtar Bellah Chaabane. La rencontre a été conditionnée par le récent bombardement par le Front Polisario de la ville marocaine de Smara.

L'intention des deux pays est d'étendre les "accords de coopération en matière de lutte contre le terrorisme, ainsi que de lutte contre le crime organisé, les bandes criminelles, le trafic de drogue et d'armes", sur la base du protocole d'accord qui a donné naissance au Comité militaire mixte mauritano-marocain. La situation actuelle dans la région rend nécessaire la recherche de nouveaux moyens de faire face à la menace terroriste afin d'anticiper d'éventuelles attaques, comme cela a été fait à cette occasion avec l'arrestation du djihadiste présumé à Dakhla.