Moulay El Hassan inaugure la construction de la grande station de dessalement de Casablanca

Le prince héritier Moulay El Hassan a inauguré lundi à El Jadida la future station de dessalement qui répondra à la demande croissante en eau du Grand Casablanca et des régions avoisinantes et sera le plus grand d'Afrique
Príncipe Moulay El Hassan
Prince Moulay El Hassan
  1. Une nouvelle station de dessalement pour améliorer l'approvisionnement en eau
  2. Tout savoir sur le mégaprojet de dessalement d'eau de mer de Casablanca

Le Prince héritier Moulay El Hassan a inauguré lundi, dans la commune de Lamharza Essahel, dans la province d'El Jadida, la construction de la station de dessalement d'eau de mer de Casablanca, qui sera la plus grande station de ce type en Afrique, avec une capacité de production annuelle de 300 millions de m3 et une population estimée à 7,5 millions d'habitants. 

Ce projet s'inscrit dans le cadre de l'intérêt et de la grande considération que le roi Mohammed VI accorde à la question stratégique de l'eau, notamment dans le contexte actuel marqué par un déficit pluviométrique important et une très forte pression sur les ressources en eau conventionnelles dans les différentes régions du Royaume. 

Planta de tratamiento de agua - PHOTO/FILE
Station d'épuration - PHOTO/FILE

Une nouvelle station de dessalement pour améliorer l'approvisionnement en eau

L'usine fait partie intégrante du plan "Amélioration de l'approvisionnement en eau" ; en tant qu'axe principal du Programme national d'alimentation en eau potable et d'irrigation 2020-2027, lancé en 2020 par le monarque marocain, pour un coût total de 14,3 milliards d'euros. 

La future usine, qui sera réalisée dans le cadre d'un partenariat public-privé (650 millions d'euros) sur un site de 50 hectares, répondra à la demande croissante en eau du Grand Casablanca, de Settat, de Berrechid et de Bir Jdid et des régions limitrophes.

Dans une première phase, prévue pour fin 2026, la station aura une capacité de 548 000 m3 d'eau traitée par jour (200 millions de m3 par an), extensible dans une seconde phase (prévue pour 2030) à 822 000 m3 par jour, soit 100 millions de m3 supplémentaires par an, dont 50 millions pour l'usage agricole.

Mohamed VI, rey de Marruecos - PHOTO/OFICIAL
Mohammed VI, Roi du Maroc - PHOTO/OFFICIEL

Tout savoir sur le mégaprojet de dessalement d'eau de mer de Casablanca

Ce grand projet comprend la construction d'une station de dessalement d'eau de mer par osmose inverse et la mise en place d'un système de transport de l'eau potable produite, composé de : 

  • Trois stations de pompage. 
  • Trois réservoirs de stockage.  
  • Un réseau de distribution de près de 130 kilomètres de conduites d'alimentation.  

Ce système de transport d'eau potable nécessitera un budget de 300 millions d'euros financé par des fonds publics. 

Le mégaprojet de dessalement d'eau de mer vise à renforcer et à sécuriser l'approvisionnement en eau potable d'une partie de la région de Casablanca-Settat. Il fournira également de l'eau dessalée pour le compte d'un autre opérateur afin de répondre aux besoins d'irrigation d'une zone de 5 000 hectares. 

Le site choisi pour la future usine est situé au sud de Casablanca, près du centre de Bir Jdid, à 40 kilomètres de Casablanca, 50 kilomètres d'El Jadida et 65 kilomètres de Settat, sur un terrain de 50 hectares accessible et ouvert sur le littoral. 

Zonas verdes de Casablanca, Marruecos - PHOTO/ATALAYAR
Espaces verts à Casablanca, Maroc - PHOTO/ATALAYAR

Selon l'Office national de l'eau et de l'électricité (ONEE), le projet consiste à concevoir, financer, construire et exploiter, sur une période de 30 ans (répartie en 3 ans pour la construction et 27 ans pour l'exploitation), y compris les ouvrages maritimes de prise et de rejet d'eau de mer, ainsi que son alimentation électrique, essentiellement à partir de sources d'énergie renouvelables. 

Le projet comprend trois sous-éléments : les structures de prise et de rejet de l'eau de mer, l'usine de dessalement de l'eau de mer et la fourniture d'énergie renouvelable grâce à des solutions d'autoproduction (solaire, éolienne ou autre). 

Cette usine de dessalement de l'eau de mer à la pointe de la technologie comprendra deux conduites d'amenée d'eau de mer de 1 850 m de long, un émissaire de 2 500 m de long, des installations de dessalement par osmose inverse (filtres à pression et microfiltres), une unité de traitement des boues, un centre de contrôle et de gestion, ainsi que des stations de pompage et de stockage de l'eau potable produite. 

Le système de production sera entièrement automatisé et télécommandé, selon l'ONEE, afin d'assurer l'optimisation des coûts d'exploitation et d'énergie, ainsi que le suivi en temps réel de la qualité de service et des performances de la station, pour atteindre un coût de production d'eau potable estimé à 4,48 DH/m3.