L'université de Nebrija accueille la présentation du dernier numéro d'afkar/ideas, un hommage à l'ancien ministre Josep Piqué

La présidence européenne, une occasion de reprendre le leadership de l'Espagne en Méditerranée

En juillet, l'Espagne a pris la présidence semestrielle du Conseil de l'Union européenne. Bien que la guerre en Ukraine et la tension sur l'hégémonie économique entre la Chine et les États-Unis dominent le débat mondial, les experts en relations internationales appellent à ne pas oublier l'espace méditerranéen dans l'agenda politique. Lors de la présentation du numéro 69 de la revue afkar/ideas - qui se concentre sur les nouveaux défis des relations euro-méditerranéennes - organisée par l'Université Nebrija, l'Institut européen de la Méditerranée et la Fondation pour l'analyse de la politique étrangère, le professeur Miguel Hernando de Larramendi et l'analyste Blanca Moreno-Dodson ont appelé l'Espagne à retrouver le leadership dans la région qu'elle a exercé en 1995 avec le processus dit de Barcelone. 

Alors que l'Espagne est à la tête de l'UE depuis six mois, Miguel Hernando de Larramendi, professeur d'études arabes et islamiques à l'université de Castille-La Manche (UCLM), a déclaré que l'Espagne devait promouvoir le dialogue et les relations entre les deux rives et faire preuve de "volonté politique" pour "équilibrer les ressources avec ceux qui se rendent à l'Est". Afin de "contrer l'érosion de la crédibilité et de l'image de l'UE et la perte d'attractivité des modèles démocratiques dans les pays du sud de la Méditerranée", l'Espagne devrait, selon lui, mener une politique de visas qui favorise la mobilité des étudiants et des différents acteurs de la société civile, entre autres actions.  

Au cours du colloque, animé par la journaliste Ángeles Espinosa, ancienne correspondante d'El País au Moyen-Orient, Blanca Moreno-Dodson a ajouté que l'Espagne occupe une position "privilégiée" dans la région en raison de ses relations historiques et parce qu'elle abrite le siège de l'Union pour la Méditerranée à Barcelone, une institution intergouvernementale qui réunit les États membres de l'Union européenne et 16 pays des rives sud et est de la Méditerranée afin de promouvoir le dialogue et la coopération. De cette manière, la diplomatie espagnole peut, selon lui, donner corps à des instruments qui existent déjà sous trois formes : une politique de voisinage, un pacte vert pour les énergies renouvelables et une politique migratoire qui assume les responsabilités du reste de l'UE, contre les mafias et en faveur des voies légales d'immigration.

afkar-ideas UNNE (3)-universidad-nebrija

Renforcer l'Union pour la Méditerranée

Lors d'une liaison télématique, Sergio R. Carranza, conseiller pour les affaires méditerranéennes de la direction générale du Maghreb, de la Méditerranée et du Moyen-Orient (ministère des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la Coopération) a pris le relais de ses collègues participants à la table ronde et a assuré que la Méditerranée est l'une des "priorités de l'Espagne", tant dans le cadre de la politique européenne de voisinage que dans les domaines multilatéraux, "avec pour objectifs de créer une dynamique UE-Pays du voisinage sud et d'assurer la perspective d'un sommet" entre les deux rives de la Méditerranée. Afin de passer en revue les "obstacles" de l'agenda méditerranéen établi en 2021, Sergio R. Carranza a indiqué que la Présidence espagnole travaille "sérieusement" au renforcement de l'Union pour la Méditerranée, une institution qui fête son 15e anniversaire avec "de bons résultats, mais beaucoup de choses à faire". 

Prenant en compte un processus d'intégration et de prise en charge d'intérêts communs né il y a près de trois décennies, le dialogue technique a survécu à différents concepts politiques et identités culturelles. Blanca Moreno-Dodson estime qu'il en est ainsi malgré la "diversité des opinions au sein de l'UE et dans le bloc sud-méditerranéen "où il n'existe pas de véhicule d'union et où les gouvernements ne se parlent pas". La conseillère internationale, "euro-méditerranéenne convaincue", reconnaît "de nombreuses difficultés" car les accords commerciaux sont "dépassés" et des questions telles que la politique agricole "laissent beaucoup à désirer". 

Dans ce sens, Miguel Hernando de Larramendi a mis en garde contre la prolifération d'acteurs dans la zone, tels que les pays du Golfe, la Chine et la Russie, et d'autres qui jouent un rôle plus important, comme la Turquie, un facteur qui freine " la capacité de l'UE et ses tentatives de renforcer sa crédibilité ". Le professeur de l'UCLM a indiqué que "l'une des grandes limites" du projet euro-méditerranéen est le "peu de progrès" de la coopération politique entre les États du Sud. Par exemple, les mauvaises relations entre l'Algérie et le Maroc "constituent un problème qui entrave l'intégration régionale et limite la capacité d'influence de l'Espagne". Pour l'expert en affaires arabes et pour Sergio R. Carranza, il est "très important" de continuer à introduire la société civile dans les différents canaux de participation internationale. 

Selon Blanca Moreno-Dodson, la pression migratoire, le manque de gouvernabilité de certains pays de la région, le manque de confiance dans le secteur privé, les attentats terroristes et les phénomènes climatiques entravent l'intégration de la région.  "Sans mettre de côté les aspirations interrégionales, nous devons avancer pays par pays, chercher les niches de possibilités, cultiver les dialogues bilatéraux", a-t-elle déclaré.

Hommage à Josep Piqué

La présentation du dernier numéro de la revue afkar/ideas, qui a eu lieu à l'université de Nebrija, a également été l'occasion de rendre hommage à l'ancien ministre et codirecteur de la revue, Josep Piqué, décédé récemment. Pour Gabriela González de Castejón, rédactrice en chef d'afkar/ideas, Piqué était " un européiste convaincu qui s'est toujours engagé en faveur des relations euro-méditerranéennes et qui a proposé à l'opinion publique des thèmes de politique étrangère ". 

Pour sa part, la journaliste Ángeles Espinosa a souligné que les numéros d'afkar/ideas " sont critiques, de très haut niveau et avec une diversité de voix ; ils constituent de véritables indices sur la direction à prendre pour que les experts réfléchissent et que les politiques agissent ". 

Alfonso López de la Osa, doyen de la faculté de droit et de relations internationales de l'université Nebrija, a prononcé le discours de bienvenue lors d'un événement organisé par Senén Florensa, ambassadeur d'Espagne auprès des Nations unies et des organisations internationales à Vienne, président exécutif de l'Institut européen de la Méditerranée et parrain de l'université Nebrija. Parmi d'autres défis et opportunités pour la Méditerranée, López de la Osa a appelé à une augmentation de la "volonté politique dans la région et du budget correspondant".

Plus dans Politique