Le peuple turc reconfirme sa confiance dans la vision impériale de Recep Tayyip Erdoğan

Turquie 2023 : le "siècle de la Turquie" se prépare

El presidente turco Recep Tayyip Erdogan
photo_camera Président de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan

Deux options politiques différentes pour les périodes de crise

Le peuple turc a voté et reconfirmé sa confiance dans la vision impériale de Recep Tayyip Erdoğan. Contrairement à ce que tant de médias occidentaux ont présenté, la confrontation entre les deux candidats n'a pas eu lieu entre "droite" et "gauche", entre "conservation" et "progrès", ou entre "islam" et "kémalisme". Cet appareil interprétatif ne saisit pas le "prisme turc" dans toute sa complexité et ses gradients ; au contraire, il en offre une image déformée et banale.

Le paysan anatolien, trapu et rude comme celui représenté dans "L'homme de la terre" ("Toprak Adam", 1974) de Neşet Günal, visible au musée moderne d'Istanbul, a la même dignité que les élites urbaines plus occidentalisées d'Istanbul. Et comme la force de la Turquie est "l'union fait la force", les Anatoliens déséquilibrent la balance.

En réalité, le duel incarné par les deux prétendants opposait deux visions du "siècle turc" : la poursuite du mandat impérial d'Erdoğan, avec ses différentes déclinaisons (politique étrangère, politique énergétique) ou une approche plus protectrice et sociale exprimée par Kılıçdaroğlu, en prévision de temps qui seront complexes pour l'ensemble de l'économie mondiale.

Presidente de Turquía, Recep Tayyip Erdogan
Président de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan

Bref, deux visions différentes et farouchement opposées, mais qui partent d'une valeur commune : "La Turquie doit avoir un rôle, un statut et une dignité", comme le résumait récemment Taha Ayhan, président de l'ICYF, lors de son programme au FLEP. "C'est la verticalité historique du pays, associée à sa centralité géographique, qui offre à la Turquie une projection de puissance à la fois dans le Heartland et le Rimland". En outre, le pays est un partenaire clé de l'OTAN qui jouit d'une autonomie stratégique croissante.

Les bouleversements mondiaux ont sans aucun doute influencé le résultat du vote : face à tant d'incertitude, les Turcs ont préféré la fiabilité du président actuel. Les deux candidats ont également donné la parole à deux corps sociaux ayant des aspirations et des besoins réels. Le résultat a récompensé le président sortant, mais l'opposition a du poids et représente un corps social, même s'il n'est pas homogène, qui peut avoir un impact.

Analyse du vote : communication, territoires contestés, séisme

Il s'agit de l'élection la plus cruciale des 100 dernières années, comme en témoignent les taux de participation élevés (88% et 85%) et la nécessité d'un second tour. 

Les deux candidats ont lancé deux campagnes électorales très différentes : Erdoğan a posé une Turquie impériale avec des inaugurations et des foules nombreuses (et une photo-op style "top gun") tandis que Kılıçdaroğlu s'est adressé aux "tripes du pays" en publiant de nombreuses vidéos - volontairement de mauvaise qualité - depuis son domicile dans lesquelles il dénonce la crise économique que traverse le pays.

Kemal Kilicdaroglu, líder de la oposicion en Turquía
Kemal Kilicdaroglu, opposition leader in Turkey

Erdoğan a conservé ses bastions anatoliens et s'est maintenu dans certaines provinces touchées par le tremblement de terre, comme Gaziantep (près de 60 % au premier tour), mais pas Adana. Le vote côtier est également intéressant étant donné que la Turquie fait face à deux mers, Akdeniz (mer Blanche) et Karadeniz (mer Noire) : Kılıçdaroğlu a obtenu des pourcentages plus élevés sur la côte méditerranéenne (plus de 50 % à Antalya), tandis que la mer Noire a voté pour le président, comme dans le cas de Trabzon (65 %).

Istanbul a récompensé l'opposition, mais Erdoğan ne s'est pas effondré : 48,56% (4 928 772) contre 46,68% (4 738 680) ; même dynamique pour Ankara, où Kılıçdaroğlu l'a emporté avec 47%. Les provinces où le peuple kurde est présent - Mardin, Batman, Van et Diyarbakır (Kılıçdaroğlu à plus de 70%) surtout - situées sur la frontière, passage d'eau entre le Tigre et l'Euphrate, votent de manière convaincante pour l'opposition.

En ce qui concerne le vote de l'assemblée, il convient de noter que : la coalition Cumhur dirigée par l'actuel président reste en tête et l'AKP arrive en tête avec plus de 30% et devrait passer des 288 sièges actuels à 266, tandis que le MHP (10%) passerait des 48 sièges actuels à 50 ; le parti d'opposition kémaliste CHP (25 %), qui devrait passer de 134 à 169, et l'İYİ Parti (9 %), qui devrait passer de 36 à 44 sièges ; le Yeşil Sol Parti (parti vert et progressiste) obtient environ 10 % et gagne des sièges (62) dans les régions kurdes, dépassant le CHP lui-même et la coalition de Kılıçdaroğlu. Il ne fait aucun doute que l'obtention d'une majorité au parlement a apporté une aide supplémentaire à Erdoğan.

Presidente de Turquía, Recep Tayyip Erdogan
Président de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan

Le projet d'Erdoğan : autonomie énergétique et alimentaire, infrastructures, islam

Le président confirmé, ancien maire de la mégapole du Bosphore, a été le fer de lance d'une période de vingt ans de changement pour la Turquie. La Turquie a développé un système industriel et manufacturier de classe mondiale et amélioré ses capacités d'extraction des ressources minérales et naturelles. 

La Turquie est devenue un point de contrôle pour les flux d'hydrocarbures vers le Vieux Continent depuis le cœur de l'Asie ; dans le même temps, elle a augmenté la part d'énergie produite à partir de sources renouvelables. En outre, la nouvelle centrale nucléaire d'Akkuyu, qui a reçu sa première livraison de combustible nucléaire en mai, pourrait produire jusqu'à 10 % des besoins en électricité de la Turquie.

Sinan Ogan, ultranacionalista que quedó tercero en la primera vuelta de las elecciones presidenciales de 2023
Sinan Ogan, un ultra-nationaliste arrivé troisième au premier tour de l'élection présidentielle de 2023.

La Turquie est également l'un des principaux producteurs de céréales au monde. La production céréalière occupe environ 75 % des terres cultivées du pays. Avec une production de blé (environ 21 millions de tonnes) et d'orge (environ 9 millions de tonnes), la Turquie est l'un des plus grands producteurs mondiaux. Outre le coton et le tabac, la betterave sucrière est une autre culture industrielle importante (environ 22 millions de tonnes). En 2020, la Turquie a exporté près de 1 780 types de produits agricoles vers 240 pays pour un total de 21 milliards de dollars.

Le développement de la Turquie repose donc sur une autonomie énergétique et alimentaire progressive, une stratégie visant à répondre à la pénurie mondiale de ressources qui s'est accélérée après l'invasion russe. Par rapport au développement industriel, qui a été rapide, l'Islam reste un ciment social indispensable : il garantit la continuité dans la discontinuité.

SOURCES

Anadolu Ajansı, Seçim 2023 : https://secim.aa.com.tr/ 

Iea.com, https://www.iea.org/countries/turkiye 

Akkuyu.com, http://www.akkunpp.com/ 

Tarımsal Araştırmalar ve Politikalar Genel Müdürlüğü, https://www.tarimorman.gov.tr/TAGEM

Lorenzo Somigli 

Né à Florence (IT) en 1996, il est journaliste et attaché de presse ; assistant à la Chambre des députés, il suit la commission de l'environnement. Il a effectué des reportages au Liban et en Turquie ; il écrit sur l'énergie et la géopolitique pour le magazine Transatlantic Policy Quarterly.

Plus dans Politique