L'Iran se prépare au premier anniversaire de l'assassinat de la jeune femme kurde, déclencheur des manifestations qui ont mis le régime islamique de Téhéran en difficulté

Un an après l'assassinat de Mahsa Amini, la mèche de la révolution en Iran

AFP/OZAN KOSE - Una manifestante sostiene un retrato de Mahsa Amini durante una manifestación
photo_camera AFP/OZAN KOSE - Un manifestant tient un portrait de Mahsa Amini lors d'une manifestation.

Ces dernières semaines, Téhéran a intensifié la répression à l'approche de l'anniversaire de la mort d'Amini.

Le 16 septembre est une date clé pour les Iraniens, qu'ils vivent dans le pays ou dans la diaspora. Cette journée sera marquée par des manifestations de masse à l'occasion du premier anniversaire de la mort de Mahsa Amini, une jeune femme kurde tuée par la police morale iranienne pour avoir porté le foulard islamique, obligatoire pour toutes les femmes depuis le triomphe de la révolution islamique en 1979.  

Cependant, cette date représente également le début d'une série de manifestations de masse contre la répression du régime iranien qui, pour la première fois, ont été menées par des femmes. La mort d'Amini et le port obligatoire du hijab ont été le déclencheur de ces protestations - qui ont même été considérées comme une véritable révolution - mais ce ne sont pas les seules causes du grand mécontentement de la société iranienne. Trop de raisons ont poussé les citoyens à descendre dans la rue, y compris les affrontements avec les forces de sécurité et l'incendie de bâtiments gouvernementaux.  

Pie de foto: Un miembro de la comunidad iraní que vive en Turquía asiste a una protesta en apoyo de las mujeres iraníes y contra la muerte de Mahsa Amini

REUTERS/DILARA SENKAYA
REUTERS/DILARA SENKAYA - Un membre de la communauté iranienne en Turquie participe à une manifestation de soutien aux femmes iraniennes et contre la mort de Mahsa Amini.

La répression, la violence, la corruption, la crise économique, l'absence de perspectives et les inégalités ne sont que quelques-unes des causes de ces manifestations qui, malgré le manque de couverture médiatique, se poursuivent dans diverses régions du pays en dépit du nombre élevé de personnes tuées et détenues par les autorités.

La révolution en Iran a également franchi les frontières et la jeune Amini, âgée de 22 ans, est devenue un symbole de liberté dans le monde entier, tout comme le slogan "Femme, vie, liberté", qui a résonné aux quatre coins de la planète. À l'occasion du premier anniversaire de la mort d'Amini et du début des protestations, des manifestations sont attendues dans plusieurs villes du monde, ainsi qu'en Iran.  

Cependant, alors que les Iraniens du pays et de l'étranger se préparent à cet anniversaire, les autorités intensifient également la répression à l'approche du 16 septembre. Selon des militants et des organisations de défense des droits de l'homme, Téhéran a arrêté ces dernières semaines des militants, des parents de personnes arrêtées ou tuées et des critiques influents du régime, comme le chanteur Mehdi Yarahi, qui a été arrêté après avoir publié une chanson encourageant les femmes à retirer leur voile au mépris des lois vestimentaires strictes.  

Un oncle de Mahsa Amini a également été arrêté après que les forces de sécurité sont entrées chez lui, ont fouillé sa maison et sa voiture - sans mandat - et ont confisqué certains de ses documents tels que son passeport. Des proches ont souligné qu'avant son arrestation, Safa Aeli - l'oncle d'Amini - avait été pourchassé par les forces de sécurité pendant une semaine et qu'on ne sait pas où il se trouve actuellement.

Les proches d'autres détenus et de personnes tuées ont également subi des pressions et des "arrestations et détentions arbitraires" de la part des autorités dans le but de les réduire au silence, selon Amnesty International, qui dénonce également des "interrogatoires abusifs et des condamnations inéquitables" dans le but de couvrir des crimes commis par les forces de sécurité elles-mêmes. C'est le cas, par exemple, de trois proches - dont la mère - de Hananeh Kia, une jeune fille d'une vingtaine d'années qui a été tuée en septembre 2022, lors de la phase initiale des manifestations. "La cruauté des autorités iraniennes ne connaît pas de limites", déclare Diana Eltahawy, directrice régionale adjointe pour le Moyen-Orient et l'Afrique du nord. 

iran-protests-mahsa-amini
AFP/ ATTA KENARE - Mahsa Amini 

Selon les données du Centre pour les droits de l'homme en Iran (CHRI), en seulement huit jours, 21 parents de victimes ont été convoqués au tribunal ou arrêtés, dont Mashallah Karami, le père de Mohammad Mehdi Karami, pendu en janvier. Des arrestations ont également été signalées dans les régions à population kurde de l'ouest de l'Iran, d'où est originaire M. Amini et où ont eu lieu les premières manifestations et grèves. Hengaw, une organisation kurde basée hors d'Iran, a rapporté que Saro Mostajer, le frère de l'un des membres de son conseil d'administration, Jila Mostajer, avait été arrêté à Saqez, la ville natale d'Amini, et emmené dans un lieu inconnu. 

Selon Roya Boroumand, directrice exécutive du Centre Abdorrahman Boroumand, citée par l'AFP, "les familles des victimes ont été attaquées de manière assez systématique". "Elles ont été arrêtées à plusieurs reprises, convoquées et interrogées, ou leurs maisons ont été perquisitionnées", a expliqué Boroumand, qui a également ajouté que les proches ont subi des pressions pour ne rien publier sur les médias sociaux et pour ne pas assister aux manifestations ou aux commémorations. Comme le souligne Boroumand, cette répression "coordonnée" vise à "empêcher la diffusion d'informations, de vidéos et d'images sur les victimes, les commémorations et autres rassemblements et à prévenir une nouvelle mobilisation publique à l'intérieur et à l'extérieur de l'Iran".

D'autre part, Hadi Ghaemi, directeur de la CHRI, a averti l'agence de presse que le "silence de la communauté internationale" face à ces crimes et à la forte répression risque de donner "le feu vert à l'appareil de sécurité de l'Etat pour museler davantage la société civile". 

Pie de foto: Esta imagen de UGC publicada en Twitter el 26 de octubre de 2022 e muestra a una mujer sin velo parada encima de un vehículo mientras miles de personas se dirigen hacia el cementerio de Aichi en Saqez, la ciudad natal de Mahsa Aminis en la provincia occidental iraní de Kurdistán

PHOTO/ UGC
PHOTO/ UGC - Des milliers de personnes se rendent au cimetière d'Aichi à Saqez, la ville natale de Mahsa Amini.

La peur et la violence, les deux éléments sur lesquels le régime s'appuie pour dissuader les protestations 

Conscientes que la journée du 16 septembre sera marquée par des protestations et des manifestations de rejet du régime, les autorités de la République islamique ont renforcé la répression pour éviter que la situation de l'année dernière ne se reproduise.

"Tous ceux qui ont été arrêtés par le passé ont été invités à se rendre dans des postes de police, où ils sont prévenus que s'ils participent à nouveau aux manifestations, ils feront l'objet de représailles", a déclaré l'activiste iranienne Nilufar Saberi à Atalayar. "En fait, ils sont forcés de signer un document dans lequel ils acceptent de ne pas participer aux manifestations", ajoute Mme Saberi, qui rappelle que ces "engagements et déclarations" sont obtenus par la déformation et les menaces.

Afin de faire taire toute critique avant l'anniversaire, en plus de harceler les proches des victimes et les détenus, les autorités ont également arrêté onze militantes des droits des femmes dans la province de Gilan, l'une des régions où la plupart des manifestations ont eu lieu l'année dernière, a rapporté l'agence de presse Human Rights Activists News Agency (HRANA) à la fin du mois d'août. 

iran-protests-madrid-spain
AP/BERNAT ARMANGUE - Manifestation en faveur des femmes iraniennes à Madrid.

Le régime a recours à la peur et à la violence pour tenter d'inspirer la crainte aux citoyens et de décourager les protestations. Selon Iran Human Rights, 486 personnes ont été exécutées cette année dans le but de "susciter la peur dans la société et d'empêcher de nouvelles manifestations".

C'est pourtant l'approche adoptée par l'Iran tout au long de l'année. Il y a quelques mois à peine, les autorités ont annoncé le retour de la redoutable police des mœurs, un corps qui avait été réduit pour calmer les protestations et sous la pression de la communauté internationale. Le retour de ces patrouilles, responsables de la mort de Mahsa Amini, s'accompagne également de caméras de surveillance qui permettent même d'identifier les femmes dans leur voiture.  

iran-leyes-vestimenta
PHOTO/ Majid Asgaripour/WANA (West Asia News Agency) via REUTERS - Des femmes iraniennes marchent dans la rue lors de la résurgence de la police morale à Téhéran.

D'autre part, Ryma Sheermohammadi, activiste et traductrice hispano-iranienne, souligne auprès d'Atalayar d'autres méthodes de harcèlement des femmes qui ont été utilisées dans le sillage des manifestations. "Il ne faut pas oublier qu'il y avait des gens dans les métros et les bus qui prenaient des photos de femmes", souligne-t-elle. En ce sens, l'activiste souligne que la répression promue par Téhéran, y compris le retour de la police de la moralité, est aussi "la réponse du régime à une partie de la société iranienne qui exige de se conformer aux lois de l'Islam".  

Pie de foto: Manifestantes se reúnen en Marble Arch antes de marchar a Trafalgar Square para protestar contra la República Islámica en Irán tras la muerte de Mahsa Amini

PHOTO/JONATHAN BRADY via AP
PHOTO/JONATHAN BRADY via AP - Manifestants à Londres

Sheermohammadi rappelle également une campagne menée par le gouvernement pour envoyer des messages à tous les citoyens - y compris les hommes - les avertissant que s'ils ne se conforment pas à la loi, ils seront traduits en justice.

Au cours de cette année de manifestations menées par des femmes et soutenues par de nombreux hommes, des écoles de filles ont également été attaquées au gaz dans plusieurs régions du pays dans le but de les empoisonner.

Cependant, malgré toutes ces violences à l'encontre des femmes, nombre d'entre elles continuent de défier le régime et les lois vestimentaires strictes et misogynes. "L'esthétique des rues de toutes les villes du pays a changé et les femmes iraniennes non seulement ne portent plus le voile, mais beaucoup d'entre elles portent des vêtements légers", explique Sheermohammadi.  

mahsa-amini-protest-iran
REUTERS/LOUIZA VRAD - Des manifestants allument des bougies lors d'une manifestation après la mort de Mahsa Amini à Athènes.

Persécution des minorités religieuses 

Outre le harcèlement des proches des victimes et des détenus, le régime a également intensifié sa répression de la communauté bahá'íe cet été. Rien qu'en juillet dernier, un tribunal révolutionnaire de Téhéran a condamné quatre membres de la communauté bahá'íe iranienne à un total de 20 ans de prison. Parmi les personnes arrêtées figure Shadi Shahidzadeh, dont le crime était d'avoir tenté d'enterrer sa grand-mère.

Le cas de Shahidzadeh met en lumière non seulement la persécution des minorités religieuses - en l'occurrence la communauté bahaïe - mais aussi la cruauté d'un régime qui ne respecte même pas les morts. Comme le souligne la célèbre militante iranienne Narges Mohammadi, la République islamique a étendu sa répression aux cimetières et aux funérailles.  

Shahidzadeh, mère d'une fillette de cinq ans, a tenté d'enterrer sa grand-mère dans un terrain qui appartenait à la communauté bahá'íe avant la révolution islamique. Cependant, lorsque les ayatollahs sont arrivés au pouvoir, le terrain est passé sous le contrôle de Téhéran, qui construit le centre culturel de Khavaran sur les tombes bahá'íes. Les membres de cette communauté se voient attribuer par les autorités islamiques une zone pour enterrer leurs morts appelée "Kofrabad" (terre des pécheurs), située à côté des fosses communes des victimes des exécutions massives des années 1980 en Iran.

Face à cette situation injuste, les Baha'is résistent et tentent d'honorer leurs morts en les enterrant sur le terrain qui leur a été attribué dans le passé. Mais en Iran, il n'est pas permis de défier les autorités. Shahidzadeh s'est rendue dans toutes les agences gouvernementales concernées pour obtenir l'autorisation d'enterrer sa grand-mère. Finalement, sa grand-mère a été enterrée sans que la famille en soit informée et Shahidzadeh elle-même a été placée en isolement.  

Les États-Unis restituent des millions de dollars au régime en échange de prisonniers 

Dans ce contexte dramatique, alors que l'anniversaire de la mort de Mahsa Amini et le début des manifestations approchent à grands pas, les États-Unis ont conclu en août dernier un accord controversé avec l'Iran, libérant des avoirs iraniens d'une valeur de 6 milliards de dollars en échange d'un échange de prisonniers entre les deux pays.

Selon le secrétaire d'État Antony Blinken, ces fonds détenus en Corée du Sud seront transférés "sur des comptes restreints afin que l'argent ne puisse être utilisé qu'à des fins humanitaires". De leur côté, les autorités iraniennes ont assuré que ces milliards de dollars "illégalement saisis" seront utilisés pour "les différents besoins du pays, tels que déterminés par les autorités compétentes".  

blinken-eeuu
REUTERS/SARAH SIBIGER - Secrétaire d'État américain, Antony Blinken

L'un des principaux alliés des États-Unis dans la région, Israël, a condamné l'accord, affirmant qu'il servira à "financer les éléments terroristes soutenus par Téhéran".

De même, de nombreux analystes et militants craignent que ces fonds ne servent à financer davantage la machine violente de l'État. "Cet argent est utilisé pour deux choses : réprimer le peuple iranien et développer l'islamisme", déclare Saberi, qui rappelle que les États-Unis ont conclu des accords avec la théocratie islamiste par le passé. 

iran-protestas-mahsa-amini
PHOTO/ Bureau du guide suprême iranien/WANA (West Asia News Agency) via REUTERS - L'ayatollah Ali Khamenei rencontre des commandants et des membres du Corps des gardiens de la révolution islamique à Téhéran.

"Nous partons du principe que les islamistes sont au pouvoir en Iran depuis 1979 parce qu'ils ont conclu des accords avec les puissances, en particulier avec les États-Unis, qui souhaitaient stopper la progression du communisme en Iran", ajoute-t-elle.

L'accord - selon de nombreux Iraniens - montre également que la communauté internationale, en particulier l'Occident, n'a aucun intérêt à ce que l'Iran devienne un pays démocratique et libre. "Aucun gouvernement au monde n'a intérêt à ce que les islamistes quittent l'Iran. D'abord parce qu'ils cèdent les ressources naturelles de l'Iran à bas prix, ensuite parce que c'est un gouvernement faible que son propre peuple non seulement ne soutient pas, mais déteste", conclut-elle. 

Plus dans Reportages
PORTADA 

Una combinación de imágenes creadas el 9 de febrero de 2024 muestra a ucranianos fotografiados entre edificios y casas destruidos durante los dos años de la invasión rusa de Ucrania - PHOTO/AFP
Dans un scénario post-pandémique, le président russe Vladimir Poutine a lancé une offensive majeure contre l'Ukraine, provoquant en Europe la première guerre de grande ampleur depuis la Seconde Guerre mondiale

Cartographie d'une invasion ratée

PHOTO/AP - Mujer en un mercado marroquí
Face au triple défi de la libéralisation, de l'intégration la plus avantageuse de sa croissance dans les chaînes de valeur internationales et du développement humain durable, le pays d'Afrique du Nord envisage trois scénarios pour l'avenir du secteur agricole à l'horizon 2030

Trois scénarios agricoles au Maroc pour 2030