Le club catalan ne parvient pas à se qualifier pour les huitièmes de finale et les fantômes du passé le hantent à nouveau

Xavi, la grande cible de la crise du Barça après la défaite contre le Shakhtar

El entrenador español del Barcelona, Xavi - PHOTO/AFP/AXEL HEIMKEN
photo_camera PHOTO/AFP/AXEL HEIMKEN - L'entraîneur espagnol du FC Barcelone, Xavi, réagit pendant le match de football du groupe H de l'UEFA Champions League entre le FC Shakhtar Donetsk et le FC Barcelone à Hambourg, dans le nord de l'Allemagne, le 7 novembre 2023

Le FC Barcelone inaugure officiellement sa première grande crise avec Xavi Hernandez comme entraîneur. Après une première saison où le championnat d'Espagne a couvert les déboires européens, Xavi a décidé que pour sa deuxième année, l'équipe devait bien jouer, jouer le football qu'il aime tant, et laisser de côté le 1-0.   

Mais le niveau de Barcelone n'est pas suffisant pour aller gagner en Europe. Quelqu'un ne l'a pas vu ou n'a pas voulu le voir lorsque certains recrutements ont été bouclés. Les derniers matchs montrent ce manque de qualité avec la défaite dans El Clasico ou la victoire miraculeuse à San Sebastian où le Barca a été dominé.

A Hambourg, qui accueillait le Shakhtar en Ligue des champions en raison de la guerre entre la Russie et l'Ukraine, l'équipe alignée par Xavi n'est apparue qu'à la 60e minute ou presque, lorsqu'il a changé quatre joueurs d'un coup. Romeu, Ferran Torres, Marcos Alonso et Raphina n'ont pas les qualités requises pour jouer au Barça ou, du moins, Xavi n'a pas été en mesure de les intégrer dans l'équipe pour montrer le potentiel des autres saisons, comme c'est le cas avec Alonso.   

Le but de Sikan a exposé le controversé Ferran Torres qui est venu couvrir le centre à près de quatre mètres de l'attaquant. Le ballon est parvenu jusqu'à l'attaquant ukrainien qui a battu Christensen pour marquer l'unique but du match juste avant la mi-temps.  

PHOTO/AFP/AXEL HEIMKEN - Los jugadores del Shakhtar Donetsk celebran el primer gol del delantero ucraniano Danylo Sikan (2R) durante el partido de fútbol del Grupo H de la UEFA Champions League entre el FC Shakhtar Donetsk y el FC Barcelona en Hamburgo, norte de Alemania, el 7 de noviembre de 2023
PHOTO/AFP/AXEL HEIMKEN - Les joueurs du Shakhtar Donetsk célèbrent le premier but de l'attaquant ukrainien Danylo Sikan (2R) lors du match de football du groupe H de l'UEFA Champions League entre le FC Shakhtar Donetsk et le FC Barcelone à Hambourg, dans le nord de l'Allemagne, le 7 novembre 2023

Lewandowski a épuisé son potentiel de buteur au Barça. En Ligue des champions, il a une fois de plus manqué de réussite, en partie à cause du manque de ballons dans la surface qu'il a l'habitude de finir comme personne. Le seul à pouvoir le faire est Gündogan, mais il est trop seul au milieu de terrain. Gavi est habitué aux tâches défensives et Oriol n'est pas Busquets.   

Le Géorgien Gocholeishvili a attaqué le latéral le plus faible du Barça. Ni Alonso, ni Ferran, ni Balde n'ont pu le suivre. Xavi ne sait pas comment arrêter l'hémorragie et consacre ses changements à pointer du doigt les coupables plutôt qu'à réparer le gâchis.  

Les dernières minutes ont donné raison à Gündogan sur l'attitude de ses coéquipiers et ont démantelé l'attirail de la victoire dont Xavi imprègne son équipe quoi qu'il arrive. Depuis la Supercoupe d'Arabie, perdue face au Real Madrid, l'équipe s'est perdue dans de fausses louanges sur un soi-disant bon jeu lorsqu'elle perdait et dans l'observation du résultat lorsqu'elle gagnait... et merci. Les propos de l'Allemand n'ont pas fait mouche dans le vestiaire, mais ils sont le signe indéniable que Xavi n'est pas Guardiola et que sa vitrine peut tomber à tout moment car, il faut bien le dire, le club ne vit pas non plus sa meilleure période économique.   

PHOTO/AFP/AXEL HEIMKEN - El centrocampista alemán del Barcelona Ilkay Gundogan observa durante el partido de fútbol del Grupo H de la UEFA Champions League entre el FC Shakhtar Donetsk y el FC Barcelona en Hamburgo, norte de Alemania, el 7 de noviembre de 2023
PHOTO/AFP/AXEL HEIMKEN - Le milieu de terrain allemand de Barcelone Ilkay Gundogan regarde le match de football du groupe H de l'UEFA Champions League entre le FC Shakhtar Donetsk et le FC Barcelone à Hambourg, dans le nord de l'Allemagne, le 7 novembre 2023

Le groupe H reste composé du Barça et de Porto à égalité avec 9 points, mais le Shakhtar compte désormais 6 points contre zéro pour l'Antwerp. Jouer à domicile contre l'équipe portugaise est une bonne nouvelle, mais le déplacement à Anvers pour rendre visite à la Cendrillon du groupe n'est pas, en ce moment, la meilleure nouvelle pour l'équipe de Xavi.   

Les coutures du Barça se défont à nouveau là où elles ont le plus d'attaches, en Ligue des champions. Xavi aggrave les chiffres de Koeman avec 42% de défaites en Europe contre 36% pour son prédécesseur. Un effectif qui n'a ni la qualité ni l'expérience pour cette compétition et qui est toujours incapable d'atteindre les huitièmes de finale trois ans plus tard.

Plus dans Sports