Avis

Pas en mon nom

vista-general.jpeg copia

Vingt-six heures après avoir promis devant le Roi de maintenir et de faire respecter la Constitution, des milliers de citoyens - presque un million - ont débordé les rues de Madrid contre l'amnistie de Pedro Sánchez et de ses partenaires séparatistes.

Sous le slogan "Pas en mon nom : ni amnistie, ni autodétermination". Pour la liberté, l'unité et l'égalité !

Le rassemblement avait pour épicentre la Plaza de la señora Cibeles qui était remplie de gens honnêtes et pacifiques, indignés - très indignés - par le prix excessif que le président a payé pour 7 votes en faveur d'un fugitif de la justice pour continuer non pas dans l'intérêt général mais pour rester au pouvoir pour quatre années de plus. 

pancartas no en mi nonbre

Principe de résistance

Si Don Pedro et son cercle de craie caucasien de la Moncloa croient qu'avec l'investiture les protestations prendront fin, ils se trompent. Nous sommes au début d'une nouvelle résistance qui ne s'arrêtera pas tant que le Front populaire n'aura pas fini de remplir son devoir de retour à la Grande Charte. Nous nous sommes habitués à leurs mensonges et nous sommes passés des grâces, de la sédition et de la malversation à l'amnistie qui efface les crimes des corrompus ; très bientôt, les séparatistes, les putschistes et les philoetarras à cagoule exigeront de Sánchez le référendum sur l'indépendance comme s'il s'agissait de colonies d'outre-mer.  

Avec le docteur président, tout est possible car, comme l'ont prévenu plusieurs orateurs, M. Pérez-Castejón n'a ni limites ni frontières. Pas d'honneur, pas de dignité, pas de honte, pas de parole. 

manifestantes ne en mi nombre

Certains psychiatres le comparent à Tibère. Relisez ses biographies.  Son règne a été ambivalent (plurinational) mais sa personnalité difficile l'a conduit à déclencher des persécutions contre tous ses ennemis. 

Depuis jeudi, il a érigé un mur de mépris et de vengeance pour diviser et polariser l'ensemble de la société espagnole.  Son truc, c'est d'insister sur l'adversaire et de le blâmer. La victimisation nationaliste a été volée aux Basques, aux Catalans et aux Galiciens. Toute critique ou attaque est une insulte pour lui et pour l'Espagne. Sánchez est l'Espagne. Nous sommes tous en surnombre. Tel est le dilemme. 

Contre l'amnistie

Les organisateurs, une centaine d'associations de la société civile emmenées par la Fundación Foro y Libertad (Neos, S'ha Acatabat, Cataluña Suma, Asociación por la Tolerancia, etc...) ont obtenu la réponse de milliers d'Espagnols dans le but de stopper cette dérive gouvernementale qui ne peut aboutir qu'à la sécession de la Catalogne (ERC et Just), à celle du Pays Basque (PNV) et à l'annexion de la Navarre (Bildu). En d'autres termes, à la rupture de l'unité de l'Espagne. C'est-à-dire l'Espagne plurinationale. 

asistentes maniestacion

En prélude aux discours des élus, quelques minutes avant midi, les constitutionnalistes ont lancé un cri commun contre l'amnistie : "Pas en mon nom". 

Le temps - dix-huit degrés - a accompagné cette manifestation avec générosité. Un soleil d'espoir nous a abrités aux portes de l'Hôtel de Ville de la capitale du Royaume avec une Cibeles protégée et protectrice. Une leçon de civisme. Des gens décents et concernés contre le président de la glace et contre le putschiste en fuite.

Les banderoles -dont deux du PSOE- ont insisté sur les habituelles : "Sánchez vendepatrias", "traître", "Judas du 21ème siècle", "Puigdemont et Sánchez en prison" ! Une nouveauté, en soutien à Isabel Díaz Ayuso, le chant "Me gusta la fruta" (J'aime les fruits).

La manifestation qui s'est étendue du Prado à Colón et de Puerta de Alcalá à Puerta del Sol s'est déroulée sans incident. J'ai vérifié l'asphalte à la fin de cette célébration de la liberté et le sol était propre comme un sou neuf. Voilà l'Espagne qui descend dans la rue sans haine ni rancœur. Une Espagne qui respire la liberté, la démocratie, la transition... Une Espagne de citoyens libres et égaux. 

Rosa Díez

L'attente a été pimentée par des chansons que tout le monde ressent encore. Mi querida España (Cecilia), Libertad sin ira (Jarcha), Mediterráneo (Serrat), Libre (Nino Bravo) et Que Viva España de Manolo Escobar.
Les premiers visiteurs furent Esperanza Aguirre, Rosa Díez, le grand maire et meilleur homme Álvarez del Manzano, Marcos de Quinto, -sans Girauta-, Miguel Ángel Aguilar et Carlos Cuesta.  Sur le coup de midi, du côté ouest, Abascal et sa cohorte d'admirateurs sont apparus, tandis que dans la zone est, Feijóo, Ayuso et Martínez-Almeida ont suivi.

feijoo-y-ayuso

Tous unis 

La place de Cibeles et ses alentours se sont mis à hurler lorsque le présentateur a demandé que l'on applaudisse Alejo Vidal-Quadras, en convalescence à l'hôpital Gregorio Marañón après l'agression dont il a été victime la semaine dernière. Alejo, Alejo, Alejo ! Alejo a toujours été un démocrate et un grand Espagnol, un grand fléau pour les séparatistes et les putschistes.

Les huit orateurs ont affiché un dénominateur commun dans le ciel léger et ensoleillé de Madrid : l'amour décomplexé de la patrie, l'unité et le rejet du nouvel ordre présidentiel et de sa politique d'involution permanente.

La jeune Julia, porte-parole de S`ha Acabat a dénoncé que "l'Espagne a été vendue pour 7 misérables votes". Sa voix n'a pas tremblé lorsqu'elle a accusé Sánchez de "transférer le coup d'État à toute l'Espagne". Il a défendu le fait qu'ils sont des Catalans fiers d'être Espagnols et a prédit que "la mobilisation pour l'unité sera permanente parce que le peuple choisira toujours la liberté". L'Espagne n'est pas à vendre, l'Espagne se défend", a-t-il conclu.

no en mi nombre intervinientes

Ángel Enrique Otero, directeur de El Nacional de Caracas, a dévoilé le régime bolivarien qu'il a subi de plein fouet jusqu'à son exil à Madrid.  Il a rappelé les atteintes à la démocratie, aux libertés, au pouvoir judiciaire, à la presse et à la protection des criminels. Comme ici. Il nous a fermement mis en garde : "Mais cela n'arrivera pas ici". Il a passé en revue l'expropriation de propriétés privées, l'expulsion d'enseignants publics par des militants chavistes et la nomination d'administrateurs corrompus. Presque comme ici. Il a rejeté la politique du président espagnol et a exprimé sa gratitude envers notre pays car "l'Espagne est notre maison", a-t-il déclaré.

Félix Ovejero, socialiste (encore) malgré lui, a reconnu que Sánchez n'a pas compris qu'en démocratie, personne n'est au-dessus de la loi. Aujourd'hui, a-t-il souligné, les lois sont écrites par des criminels". Et il prophétise : "le PSOE est mort, très mort". 

Il a dénoncé le faux progressisme de Sanchez qui veut nous dépouiller de nos droits. "Nous serons dans la rue avec respect et fermeté". Et de conclure : "Vive l'Espagne des citoyens libres et égaux ! 

bno en mi nombre

Concha Martínez est veuve depuis que l'ETA a assassiné son mari. Elle déplore que les crimes terroristes soient normalisés, brisant ainsi la liberté et l'égalité et encourageant l'oubli des êtres chers. "Ce ne sont pas des progressistes, ce sont des progressistes ; ils ne veulent que le pouvoir et démolir la Magna Carta ; moi, je ne demande que la pleine démocratie et une justice indépendante".

Andrés Trapiello a rappelé qu'"après les grâces et maintenant avec l'amnistie, Sánchez veut nous rendre fous : son ambition personnelle n'a pas de limites ; il veut nous convaincre que le blanc est noir et que maintenant c'est la nuit". Sa principale proposition est de construire un mur. "Un homme n'est pas plus qu'un autre s'il ne fait pas plus qu'un autre". 

Le président de la République de Tabarnia, Albert Boadella, est intervenu par vidéoconférence. Sarcastique et spirituel comme toujours. Je suis né dans une dictature ("me jode") et je vais mourir dans une autre dictature ("y también me jode")".

concha martin

Espagne : ne vous tuez pas

Le Portugais Paolo Rangel a enflammé la foule en s'adressant directement aux citoyens : "L'Europe est avec vous", a-t-il crié. Le vice-président du Parlement européen, sous les applaudissements, a souligné : "L'amnistie n'est pas le problème de l'Espagne, c'est le problème de l'Europe". 

Un discours essentiellement européiste. Les participants crient "Etat de droit ! Un peu plus, et ils adoptent l'avocat et homme politique lisboète. Il a su séduire un public sans espoir. Au "Madrid me mata" de la Movida, il oppose le "España no te mates".

manifgestantes no en mi nombre

Enfin, le sage Sabater a clôturé l'événement en rendant hommage au grand basque, espagnol et artiste Agustín Ibarrola, décédé hier.  Don Fernando a écrit dans le ciel bleu de Madrid plusieurs idées pleines d'avenir et d'espoir :

a) Il ne peut y avoir de différences de droits entre les Espagnols.

b) Nous ne devons pas tolérer que l'Espagne nous soit enlevée.

c) Nous ne renoncerons pas à notre terre.

d) Si quelqu'un veut partir, qu'il parte, mais qu'il n'emporte rien (Applaudissements).

e) L'Espagne appartient à tout le monde et nous n'allons pas y renoncer.

f) Je suis d'accord sur une chose avec Sánchez : "envoyer une escorte à Puigdemont pour le conduire directement à Alcalá-Meco". (Applaudissements)

g) Ne croyez pas l'amnistie que vous vendent Bolaños ou El País. 

h) "C'est l'heure des braves. C'est la première manifestation. Il est de notre devoir de continuer à lutter contre le gouvernement".

i) Nous ne sommes pas des serfs mais des citoyens libres et égaux. Oui à la Constitution et à la désobéissance indue. 

j) Après avoir clairement indiqué que nous ne pouvons pas qualifier la tolérance d'intolérable, il a conquis le public en criant haut et fort : "Vive la Constitution, vive l'Espagne et vive le Roi" (applaudissements).

Nous avons écouté en silence et avec respect l'hymne national, suivi d'un chœur entraînant de "Soy español" (Je suis espagnol) de José Manuel Soto. Le public s'est injecté du patriotisme dans les veines. Une bouffée d'espoir. 
Les équipes du PP et de Vox, séparément, ont assisté à cet événement à côté du Cibeles. Núñez Feijóo a insisté sur le fait que le président faisait fausse route, lui a demandé de revenir au consensus et de ne pas construire davantage de murs.

me gusta la fruta

Ayuso aime les fruitsI

sabel Díaz Ayuso a confirmé que son message, "J'aime les fruits", a été reçu par le peuple souverain. Il s'agit d'une "amnistie corrompue", a déclaré cette journaliste à plusieurs contribuables présents à la manifestation.

La zone a été nettoyée dans le calme dans tout Madrid de los Austrias. Revenant en bus par l'A-6, une demi-centaine de manifestants sont arrivés au Palais de la Moncloa. D'autres voitures de police et plusieurs laitières ont coupé la circulation sur l'autoroute en direction du centre. Dans l'après-midi, ils ont insisté avec des barrages pacifiques dans les deux sens et dans la soirée, les manifestations sont revenues de la nationale Novembre (El Mundo, dixit), à Ferraz, qui continue d'être l'épicentre de la protestation.
Ce lundi, de nouveaux visages au Conseil. Nous sommes sûrs que l'exécutif du nouveau gouvernement de coalition socialo-communiste ne peut pas être pire que les précédents. Que les dieux nous assistent ! Nous continuerons à résister.

manifestacion contra amnistia

Antonio Regalado dirige BAHIA de ÍTACA à l'adresse suivante : 

[email protected]