Avis

Vaccin contre l'indifférence 

photo_camera MADRID FILOMENA

Le président Donald Trump se hâte vers ses dernières heures à la Maison Blanche. Il sort par la porte de derrière de l'histoire. Il a annoncé qu'il n'assisterait pas à l'inauguration de Joe Biden devant le Capitole et qu'il ne le rencontrerait pas dans le Bureau ovale pour lui remettre “les codes nucléaires”. Bien qu'il n'ait participé à aucune nouvelle guerre et que l'économie ait été un succès, le déni de la pandémie (400 000 morts) et sa façon hétérodoxe de gouverner par le biais de Twitter, ne lui ont pas permis de renouveler son mandat. Les étoiles qui brillent deux fois plus, durent deux fois moins longtemps, a écrit l'oncle Oscar. 

El presidente Donald Trump apura sus últimas horas en la Casa Blanca.

Trump, presque une étoile filante, laisse un pays divisé, brisé, radicalisé, blessé, avec plusieurs crises ouvertes en perspective : (sociale, politique, raciste et économique) ; l'assaut de certains de ses partisans les plus extrémistes sur la Maison du peuple - le terrorisme intérieur (insurrection) avec six morts, dont un policier - servira de prétexte à Nancy Pelossi avec la complaisance de certains sénateurs républicains pour comploter sa disqualification pour les élections présidentielles de 2024. La suspension de ses comptes Twitter et Facebook est une atteinte à la liberté d'expression. Et sa fin politique. Dès qu'il quittera la présidence, il sera un leader amorti par sa cupidité et sa démesure. Les décisions de la police confirment que les 27 agences de sécurité nationale - dont le FBI - ont besoin d'une enquête urgente. Au-delà du "vol de votes", sans confirmation par les tribunaux, le passage de Trump-Pence au duo démocrate Joe Biden-Kamela Harris va être historique. Un mouvement de pendule. 

El presidente Donald Trump apura sus últimas horas en la Casa Blanca.

Filomena et improvisation  

Historiquement, c'est aussi la tempête Filomena qui nous a laissés au secret pendant plus de dix jours à Madrid et dans ses environs ; Barajas fermé pendant plus de cinq jours est un exemple d'improvisation. Le manque d'assistance aux passagers sans eau ni nourriture, confirme qu'ici il n'y a jamais de plan B. Et que les autorités, même lorsque Delcy Rodriguez débarque illégalement, regardent toujours ailleurs. Y compris les juges de la Cour constitutionnelle. Le président Pedro Sanchez, toujours caché jusqu'à son évasion, est arrivé au ministère de l'Intérieur dans un 4x4 comme quelqu'un qui va à l'opéra. Avec ses chaussures à steak. Heureusement, Margarita Robles a rapidement envoyé l'UME pour sauver Madrid. Mieux vaut utiliser des pioches et des pelles que des faucilles et des marteaux. L'armée contre le coronavirus et contre la neige. Ou contre le feu. Toujours avec les gens. Celle-ci a blessé en son honneur l'héroïque Marlaska et l'expert de la série Pablo Iglesias, qui ont lancé une "guérilla" en Conseil des ministres en accusant la ministre de la Défense de s'aligner sur la droite et l'extrême droite, après avoir défendu le roi émérite et la monarchie parlementaire. En bref, pour avoir soutenu la Constitution. Filomena, un autre fait historique qui nous a dépassés. Comme l'invasion des ordures. Avec ce gouvernement, nous sommes toujours en retard dans presque tous les domaines.   

El presidente Donald Trump apura sus últimas horas en la Casa Blanca.

Les victimes du coronavirus  

Après presque un an, la troisième vague de neige nous a de nouveau pris au dépourvu. Après les sermons de la Moncloa et la déclaration unilatérale du Dr Sanchez annonçant "urbi et orbi" que "nous avons vaincu le virus et maintenant nous devons sortir, nous amuser et consommer", l'INE a compté les morts supplémentaires de cette maudite 2020. C'est 80 202 de plus que l'année précédente. Tout n'est peut-être pas dû au virus chinois, mais ce qui ne fait aucun doute avec les paramètres de l'OMS, c'est que, collatéralement, il faut noter dans le "must" de la pandémie que beaucoup n'ont pas pu accéder aux services de rétablissement habituels (cœur, rein, poumon, traitements du cancer, psychiatrie, etc.). Le gouvernement reste ancré dans le mensonge des 50 500.   

El presidente Donald Trump apura sus últimas horas en la Casa Blanca.

C'est la première obligation de l'exécutif : mettre de l'ordre dans le nombre de victimes invisibles. Pour compter les victimes. Telle est la question. Depuis février de l'année dernière, 100 000 personnes ont disparu. La première obligation de l'opposition, parce que le gouvernement social-communiste ne le fera pas, sera de demander une commission d'enquête au Congrès pour compter les morts et, en même temps, de promouvoir une association des victimes du coronavirus (AVC19). L'idée m'a été donnée par Santiago Gómez, un de mes amis et collègues (PP. Trinitarios, Alcázar de San Juan, Ciudad Real) et nous sommes d'accord sur les raisons de cette création : a) cette pandémie a été l'événement le plus douloureux et le plus imprévisible de ce siècle ; en juillet, nous pouvons atteindre 100 000 victimes. b) Tôt ou tard, les responsabilités politiques et juridiques devront être clarifiées malgré le sale boulot du procureur Navajas car les autorités nationales ont pris le commandement avec un président toujours en fuite. Les familles ont le droit de connaître la vérité. Et d'être indemnisé en cas de négligence ; le GEP doit donc prévoir un départ concret. c) Les conséquences de la pandémie pourraient durer plus de trois décennies et toucher des milliers de patients collatéraux qui devront suivre une vie sous surveillance médicale. De nouvelles unités de recherche et de nouveaux hôpitaux devront être ouverts, comme l'hôpital Isabel Zendal, promu par Isabel Ayuso, qui a été tellement ravivé par la haine idéologique.  C'est dans l'intérêt non seulement de la santé mais aussi du monde du travail. Combien de personnes seront empêchées de poursuivre leur travail précédent ? d) Des milliers de travailleurs de la santé (un sur quatre en Espagne) reçoivent déjà une assistance psychologique en raison du stress accumulé. e) Combien de citoyens seront laissés pour compte, perdant leur vie et leurs biens, et qui ont déjà besoin d'un soutien économique et psychiatrique ?  Il serait obligatoire que cette AVC19 s'accompagne de la création de l'Institut Ramón y Cajal pour le conseil à l'exécutif, avec une indépendance similaire à celle des Instituts Louis Pasteur (France) et Robert Koch (Allemagne). Avec de vrais experts espagnols.   

La propagande du gouvernement nous a écrasés avec cette phrase : "Nous ne laisserons personne derrière nous". On peut aller loin avec un mot gentil, mais on peut aller plus loin avec une phrase gentille et une arme aussi puissante qu'un mensonge. Qu'ils le disent aux milliers de petites et moyennes entreprises en ruine, aux chômeurs du 31 décembre et à l'ERTES qui ira directement à la SEPE (l'ancienne INEM) le dernier jour de mai. Encore des données historiques. Des dossiers désespérés. Cette société est blessée et après la pandémie, le gouvernement et l'opposition doivent chercher des formules qui permettent d'aller de l'avant et de sauver les entreprises. Sans entreprises, il n'y a pas de travail. Et sans travail, il n'y a que violence, faim et ruine. La démocratie est en danger car sans travail, la dignité est perdue. Et sans dignité, la solitude envahit tout. Le coronavirus, c'est la solitude.  

El presidente Donald Trump apura sus últimas horas en la Casa Blanca.
Santé et électoralisme  

Parallèlement à cette Association des Victimes du COVID (AVC19), que nous proposons, il est urgent de mettre en place un Pacte National pour la Reconstruction Nationale qui tissera le tissu productif et commencera à créer des emplois en optimisant l'aide de Bruxelles. Maintenant qu'après la neige vient le dégel, pourquoi, au lieu d'un revenu de base, ne pas créer un emploi de base de quatre heures de salaire et nettoyer les villes, les lits de rivières, les montagnes et s'occuper des personnes âgées ? On ne peut pas continuer avec un ministre salvadorien de la santé, candidat du PSC à la Generalitat, qui veut profiter du miracle des vaccins pour gratter une poignée de voix et former un multipartisme avec l'ERC, les Podems, JustxCat (les convergences de l'évasion de Puigdemont) et si nécessaire le CUP pour continuer le processus. Illa a nié le pacte, mais nous connaissons déjà les paroles de son patron : "Je ne serai jamais d'accord avec Podemos ni avec Bildu. Je le répète 20 fois" ? Non, je vous remercie. Salvador Illa, secrétaire général de l'Organisation du PSC et responsable du programme électoral, ne doit pas avoir lu le programme car ils continuent à parier sur le référendum ("droit de décider") et le dialogue si les séparatistes dépassent 60 % des voix. En attendant, ils sont favorables à la grâce et ne se contenteront que d'une amnistie. Illa est aussi sérieux qu'un menteur. "Le peuple croit n'importe quel mensonge fou. Et plus c'est fou, mieux c'est", nous avons vu au petit matin dans Quo Vadis de Merlvin LeRoy. Les communards castillans-léonais, les Asturiens, les Aragonais et les Andalous se sont rebellés contre l'empire de Sánchez mais Illa applique la politique du chien de jardinier. 17 Communautés autonomes, 17 systèmes d'opposition au coronavirus. Ils se mettront d'accord sur la sixième vague, quand tout sera mort. Une tempête parfaite avec le virus vient d'arriver après le Brexit.  

El presidente Donald Trump apura sus últimas horas en la Casa Blanca.

Abandonner la pandémie - même si sa gestion a été un échec - au milieu de la troisième vague de tsunami réaffirme que ce gouvernement n'agit que de manière électorale.  Quelques minutes avant que le ministre de la Justice, J.A. Campo ne s'interroge pas sur la légitimité du report des élections du 14F, le gouvernement présidé par Pere Aragonés et son gouvernement ont décrété leur report au 30 mai. Qu'aurions-nous dit si Trump avait suspendu les élections présidentielles de novembre ? Le droit de vote n'est-il pas considéré comme sacré ? Puigdemont - qui pourra se tenir debout après avoir organisé un coup d'État et continuer à fuir la justice à Waterloo - devrait être découragé après avoir collecté 120 000 euros grâce à nos impôts, notre escorte et notre bureau présidentiel. Il est également député européen espagnol.  Un autre avec Torra.  Ni l'opposition ni le gouvernement n'ont modifié le code pénal pour disqualifier ces misérables nazi-socialistes. Mais ils cherchent à "occuper" la CGPJ à la majorité sans écouter les juges et les magistrats et à forcer le roi à signer la grâce pour les putschistes du 1er octobre. Autres faits historiques. La vérité, c'est que j'en ai assez de tant de faits historiques.   

Pourquoi le président veut-il un mandat impérial de six mois s'il n'exerce aucun leadership ? Simple : il ne sera donc pas contrôlé par le Parlement. C'est ainsi qu'il a déjà pu approuver 82 décrets-lois, plus que tous ceux signés par Aznar, Zapatero et Rajoy réunis. La philosophie du législateur est simple : nous vacciner tous contre l'indifférence. Cette nouvelle année, en cette ère glaciaire avant les inondations qui s'annoncent, nous continuerons à résister. Parmi tous les démocrates, nous devons briser ce "bouclier social de l'imposture" des socialistes, des communistes, des séparatistes et des philoterroristes qui nous mènera directement à la ruine. À Quevedo, nous avons appris que "là où il n'y a pas de justice (démocratie), il est dangereux d'avoir raison.  La colline de janvier durera jusqu'à l'automne de cette année - que l'UE nous protège avec sa manne de millions !  

Antonio REGALADO dirige BAHIA DE ITACA à l'adresse suivante : aregaladorodriguez.blogspot.com