Avis

L'Afrique du Sud demande à Poutine de ne pas s'y rendre

TASS/MIKHAIL METZEL via REUTERS - El presidente ruso Vladimir Putin asiste a una reunión con el presidente sudafricano Cyril Ramaphosa tras la cumbre Rusia-África en San Petersburgo, Rusia, 29 de julio de 2023
photo_camera TASS/MIKHAIL METZEL via REUTERS - Le président russe Vladimir Poutine participe à une réunion avec le président sud-africain Cyril Ramaphosa après le sommet Russie-Afrique à Saint-Pétersbourg, Russie, 29 juillet 2023

Luiz Inácio Lula da Silva était déjà président du Brésil en novembre 2008 lorsque l'idée d'organiser le premier sommet des chefs d'État du BRIC est née : Brésil, Russie, Inde et Chine. À l'époque, le président russe était Dmitri Medvedev et Vladimir Poutine occupait le poste de premier ministre, après avoir laissé la présidence à Medvedev.

La réunion s'est consolidée en juin 2009 à Ekaterinbourg, en Russie, et depuis lors, les pays membres assurent une présidence tournante et tiennent des réunions annuelles. En 2010, ils ont ajouté l'Afrique du Sud, devenant ainsi les BRICS à l'invitation expresse du président chinois de l'époque, Hu Jintao, qui voyait dans l'économie africaine un énorme potentiel d'expansion.

Quinze ans après leur premier sommet, la nouvelle réunion de Johannesburg (22-24 août) a une nuance différente : Poutine est sous le coup d'un mandat d'arrêt émis par la Cour pénale internationale depuis mars dernier, accusant le dictateur russe de crimes de guerre présumés liés à la déportation et au transfert illégal d'enfants de l'Ukraine vers la Russie.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, en tant qu'hôte du sommet, serait obligé de se conformer au mandat d'arrêt puisque le pays africain est l'un des 123 États membres de la CPI. Les États-Unis, la Russie, la Chine, l'Inde, Israël, le Pakistan, la Turquie et la Corée du Nord ne le sont pas.

M. Ramaphosa a demandé à plusieurs reprises à M. Poutine de ne pas assister en personne au sommet des BRICS, ce qui constitue un affront pour le dictateur russe, qui devra rester à Moscou tandis que la délégation de son pays sera représentée par son ministre des affaires étrangères, M. Sergey Lavrov.

Poutine devra se contenter de parler par vidéoconférence, bien qu'il ait participé activement aux points de l'ordre du jour qui seront discutés par tous les dirigeants et leurs délégations respectives.

Le dirigeant russe souhaite notamment accélérer le processus de dédollarisation des économies des BRICS. En effet, depuis le premier sommet, la Russie insiste sur la nécessité de créer un système monétaire international diversifié et de réduire la dépendance des économies à l'égard du dollar en tant que monnaie de réserve mondiale.

La Chine s'est jointe à cette initiative de manière agressive, à tel point que Poutine parle de mener des relations commerciales, d'investissement et économiques par l'intermédiaire du yuan.

Il est également soutenu par Lula da Silva. Il y a quelques mois, le président brésilien a proposé à ses homologues sud-américains et aux partenaires du Mercosur de créer leur propre monnaie, une sorte d'euro sud-américain. Une monnaie qui laisserait le dollar de côté.

Aux États-Unis, les cinq pays BRICS représentent près de 50 % de l'économie mondiale et la Chine et l'Inde ont un potentiel de croissance que les analystes considèrent depuis longtemps comme l'axe du leadership économique du 21e siècle, puisqu'ils représentent également 45 % de la population mondiale.

Le fait est que la Chine veut ajouter de nouveaux participants et que la Russie la soutient en mettant à l'ordre du jour l'inclusion immédiate de l'Iran. La vision du dirigeant chinois, Xi Jinping, est toutefois plus ambitieuse puisqu'il souhaite inclure l'Algérie, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l'Iran, l'Égypte, l'Argentine, le Mexique et le Nigeria dans les BRICS ; il n'exclut pas non plus le Bangladesh, les Philippines, l'Indonésie, le Pakistan, la Turquie et le Viêt Nam.

UNE COLLABORATION

La Nouvelle banque de développement (NDB), basée à Shanghai et créée avec la contribution des banques centrales des BRICS, joue également un rôle de plus en plus actif.

La NDB a des objectifs clairs : échapper à l'hégémonie du dollar en promouvant l'utilisation des monnaies nationales, stimuler la demande intérieure dans les pays, le commerce et les investissements, et essayer d'éviter la spéculation financière sur les monnaies. Les crédits seraient utilisés pour construire des infrastructures et réduire le risque d'inflation.

En amont du sommet en Afrique du Sud, la NBD a émis sa première obligation en rand, la monnaie locale, écartant toute possibilité d'utiliser le dollar et devenant également l'émetteur le mieux noté à émettre sur le marché sud-africain depuis 2015.

"L'obligation est soutenue par plus de deux milliards et demi de rands (environ 130 millions de dollars) d'offres dans les tranches de trois et cinq ans", a annoncé la presse locale.

L'agence de financement du développement a pour objectif de devenir un émetteur majeur sur les marchés de capitaux locaux de chacun de ses pays membres et cherche à élargir son portefeuille de pays membres. Elle a l'intention de financer une partie de son portefeuille de prêts dans la monnaie locale de chaque pays membre ; ces dernières années, elle a ajouté l'Uruguay, les Émirats arabes unis, l'Égypte et le Bangladesh.