La coopérative éclaire la voie vers un avenir sans carbone

Parque eólico Dillon USA - PHOTO/FILE
Parc éolien de Dillon USA - PHOTO/FILE

Une coopérative électrique rurale de l'ouest des États-Unis jette un éclairage sur l'avenir du secteur des services publics et sur la manière dont il abordera le changement climatique

La Tri-State Generation and Transmission Association de Westminster (Colorado), fournisseur d'électricité en gros à 42 coopératives membres dans quatre États, a soumis un plan de ressources électriques visionnaire, comme l'exige la loi du Colorado. Ce document lève le voile sur l'avenir de Tri-State et sur la direction que prend l'ensemble du secteur des services publics. 

Dans le cadre de ce plan, Tri-State intégrera deux avancées à son système : 

  • L'installation de batteries fer-air de 100 heures pour atténuer la variabilité de l'énergie éolienne et solaire. 
  • Elle construira une capacité de gaz naturel, en ajoutant le captage et le stockage du carbone dans les trois ans suivant la construction, en 2028. 

Ces deux actions concrétiseront les rêves et les projets poursuivis par l'industrie de l'électricité depuis deux décennies. C'est l'aube d'une nouvelle ère de l'électricité respectueuse de l'environnement. 

La technologie de l'air-fer refond la production solaire et éolienne, en ajoutant de la résilience et en équilibrant leur intermittence. Les batteries lithium-ion utilisées par les compagnies d'électricité ont un temps de décharge limité à deux ou quatre heures. La technologie fer-air devrait apporter une contribution majeure à la stabilisation des systèmes des services publics. Il devrait être moins cher. 

De même, le captage et le stockage du carbone est un objectif à long terme. S'il s'avère suffisamment mûr pour être intégré dans un système d'approvisionnement, le gaz naturel abondant du pays, préféré par les services publics, pourra continuer à faire partie de la palette de combustibles. 

Dans le cadre de ce plan, Tri-State prévoit de fermer des installations au charbon et de passer à davantage d'énergies renouvelables, notamment en continuant à progresser dans le domaine de l'énergie solaire, avec des projets d'installation de 240 mégawatts de nouvelle énergie solaire, pour un total de 920 mégawatts d'énergie solaire d'ici à 2031, et d'achat de davantage d'énergie éolienne. 

Tri-State affirme son engagement à réduire les émissions, avec de nouvelles ressources modestes en gaz naturel pour soutenir la fiabilité. 

Certains écologistes s'opposent au gaz naturel : sa production, son transport, son utilisation domestique et son exportation. Sans lui, le charbon sera brûlé aux États-Unis et à l'étranger. 

Les forces anti-gaz naturel représentent un défi pour l'administration Biden, car elles voudraient que le pays se retire complètement du marché du gaz. 

Juste avant Noël, Sunrise Movement m'a invité à me joindre à eux pour demander au président Biden d'opposer son veto à un important projet d'exportation de gaz naturel liquéfié (GNL) à partir de la Louisiane. Ce projet, baptisé CP2, ferait des États-Unis un acteur encore plus redoutable sur le marché mondial du GNL. Il permettrait au pays de contrer la domination du gaz russe dans de nombreux pays. Il contrerait également le pouvoir des exportateurs de gaz tels que l'Arabie saoudite, le Qatar et les Émirats arabes unis en augmentant leur exploration gazière.  

À terme, le gaz proviendra des gisements situés au large d'Israël et du Liban, en Méditerranée orientale. 

Il peut également aider les pays à passer de la combustion du charbon à celle du gaz naturel, un combustible beaucoup plus propre. 

Cependant, Sunrise, une association de jeunes qui promeut le Green New Deal, déclare : "Cela empoisonnerait les communautés et serait un désastre pour le climat : les experts disent que cela équivaut à la construction de 52 nouvelles centrales électriques au charbon". 

Nous avons déjà vu ce genre d'analyse à facteur unique de la part des lobbyistes écologistes. 

Par exemple, l'opposition universelle et pathologique des communautés environnementales à l'énergie nucléaire. Elle a commencé à la fin des années 1960 et s'est accélérée jusqu'à ce que le réchauffement climatique commence lentement à les faire changer d'avis. 

Les écologistes des années 1960, déterminés à détruire l'option du combustible nucléaire, étaient favorables au charbon. Maintenant que le charbon a été identifié comme un coupable du changement climatique, les alternatives sont l'éolien et le solaire. 

Le gaz naturel - qui, selon l'Energy Information Administration, émet un peu moins de la moitié des polluants que le charbon par kilowattheure de production d'électricité - est dans la ligne de mire des écologistes. 

Malheureusement, la rigidité de cette approche ne permet pas de prendre en compte les énormes changements qui se produisent dans le secteur de l'électricité, comme le montre l'engagement de Tri-State en faveur des énergies renouvelables, de la réduction des émissions et d'un système résilient. 

Sur Twitter : @llewellynking2 

Llewellyn King est producteur exécutif et animateur de White House Chronicle sur PBS. 

Envíanos tus noticias
Si conoces o tienes alguna pista en relación con una noticia, no dudes en hacérnosla llegar a través de cualquiera de las siguientes vías. Si así lo desea, tu identidad permanecerá en el anonimato