Le puits de gaz est situé à El Gharb, près de Kenitra, dans le nord-ouest du territoire marocain

Découverte d'une nouvelle réserve de gaz naturel au Maroc

Instalaciones gasistas - PHOTO/FILE
PHOTO/FILE -Installations de gaz

Le Maroc continue d'explorer les ressources énergétiques du pays. Après plusieurs découvertes dans l'exploitation des hydrocarbures autour de différentes enclaves telles que Larache, Agadir, Tarfaya, Essaouira et Tendrara, un nouveau puits de gaz naturel vient d'être découvert dans le bassin d'El Gharb, près de Kenitra, au nord-ouest du royaume marocain. 

Dans ce sens, la société britannique SDX Energy a annoncé la découverte de cette importante réserve de gaz naturel à El Gharb, dans le puits dit Qusairi 21, qui pourrait représenter un nouveau saut qualitatif pour la production énergétique marocaine, ce qui joue en faveur de son autosuffisance future et même de son catalogage futur en tant qu'exportateur d'énergie pour d'autres pays. 

Dans un communiqué officiel, la société britannique a déclaré que cette découverte est une grande reconnaissance de ses efforts dans le pays dans le secteur de l'énergie, qui ont été utilisés pour la prospection dans la zone, qui se distingue par son potentiel d'hydrocarbures. 

PHOTO/FILE - Gasoducto
PHOTO/FILE - Gazoduc

Bien que la quantité exacte de gaz découverte dans le puits Qusairi 21 n'ait pas encore été déterminée, on estime qu'il pourrait s'agir d'une importante réserve de gaz, comme le rapporte Nador City.  

À El Gharb, les gisements de gaz sont exploités depuis un certain temps grâce à un partenariat entre l'Office national marocain des hydrocarbures et des mines (ONHYM), qui détient 25 % des droits d'exploitation, et la société SDX Energy, qui détient 75 % des droits dans la région. La société exploite 150 000 mètres cubes de gaz, qui sont livrés quotidiennement par gazoduc à sept clients opérant dans la zone franche et la zone industrielle de Kénitra, comme l'a rapporté le média Al-Akhbar. Ces ressources pourraient s'accroître avec la nouvelle découverte de gaz à El Gharb. 

PHOTO/REUTERS/LAZLO BALOGH - Terminal de gas natural
PHOTO/REUTERS/LAZLO BALOGH - Terminal de gaz naturel

L'avenir énergétique du Maroc

Il s'agit d'une autre bonne nouvelle pour le Maroc sur le plan de l'énergie et de l'économie nationale, puisqu'il s'agit d'une nouvelle incitation à réduire sa dépendance à l'égard des importations de gaz et à accroître son indépendance énergétique. Cette nouvelle découverte peut également contribuer à créer de nouvelles opportunités d'emploi et à renforcer le développement économique régional et national.  

Ainsi, les attentes concernant les ressources en gaz naturel continuent de croître fortement au Maroc. Ce pays d'Afrique du Nord a toujours été tributaire des marchés étrangers pour son approvisionnement en énergie en raison du manque de ressources propres, mais ces dernières années, des explorations et des découvertes de réserves de pétrole et de gaz ont permis d'accroître de manière exponentielle les ressources du pays dans le secteur de l'énergie.  

La ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, Leila Benali, a récemment annoncé la découverte de nouvelles réserves qui permettraient au Maroc d'augmenter sa production de gaz naturel de 300 %. L'enjeu, selon des médias comme Asharq Business, est d'atteindre une production annuelle de 400 millions de mètres cubes contre 100 millions de mètres cubes actuellement.

PHOTO/REUTERS - Imagen de gasoducto
PHOTO/REUTERS - Image du pipeline

Ce boom de la production énergétique permettrait de couvrir 40 % de la consommation nationale, selon la ministre Leila Benali, comme le rapporte Economía del Este. Dans une interview en marge du Forum Bloomberg pour la nouvelle économie en Afrique, qui s'est tenu à Marrakech il y a quelques mois, la ministre a fait état d'importantes découvertes dans des sites comme Tendrara et Larache, avec une capacité de production d'au moins 300 millions de mètres cubes, découvertes qui permettront de couvrir les besoins de production d'électricité pendant une vingtaine d'années. L'objectif est de faire en sorte qu'à l'horizon 2050, la consommation énergétique du pays passe de 90 % d'énergie importée de l'étranger à 80 % de production locale, grâce à l'apport de ces nouvelles perspectives énergétiques sur le territoire marocain.  

La consommation annuelle de gaz naturel du Maroc est estimée à environ un milliard de mètres cubes, obtenus grâce aux importations d'Espagne, du Portugal et de France, comme l'a expliqué la ministre de la Transition énergétique et du Développement durable elle-même, et l'augmentation attendue de 300 % de la production serait une bonne nouvelle car elle atteindrait 400 millions de mètres cubes par an. 

D'autre part, le Maroc travaille également sur les sources d'énergie alternatives et renouvelables afin d'éviter la pollution de l'environnement et de réduire l'utilisation des combustibles fossiles. Le Maroc a déjà proposé un programme visant à baser un pourcentage élevé de son plan énergétique sur les énergies propres d'ici 2050, étant donné le niveau élevé de pollution causé par les combustibles fossiles. L'objectif à plus court terme pour 2030 est que 52 % de la production d'électricité du pays provienne des énergies renouvelables.