Grâce à ses abondantes ressources en vent et en soleil, la région de Dakhla, au Maroc, continue d'attirer les investissements étrangers

Les investisseurs britanniques insistent sur le potentiel énergétique de Dakhla

PHOTO/GUILLERMO LÓPEZ/ATALAYAR - Dajla, Marruecos
PHOTO / GUILLERMO LOPEZ / ATALAYAR - Dakhla, Maroc

Au cours d'une visite de deux jours dans la région de Dakhla-Oued Eddahab, dans le sud du Maroc, à la recherche d'opportunités d'investissement, un groupe d'investisseurs britanniques a mis l'accent sur l'abondant potentiel de la région en matière d'énergies renouvelables. 

Le Maroc est l'une des premières options que l'Europe semble envisager pour atténuer les effets de la crise énergétique qui frappe le continent depuis plus d'un an. L'invasion de l'Ukraine d'abord par la Russie a provoqué un besoin urgent de nouvelles sources d'énergie. Le blocus imposé à la Russie a contraint les nations européennes à rechercher des alternatives susceptibles d'empêcher la crise de s'aggraver. 

AFP/ABDELHAK SENNA - Parque eólico de Marruecos
AFP/ABDELHAK SENNA - Parc éolien du Maroc

La pénurie de combustibles fossiles dans le pays ayant rendu les énergies vertes plus nécessaires, le Royaume a lancé un certain nombre d'initiatives pour les promouvoir. Cependant, cette avancée rapide des sources d'énergie renouvelables est aujourd'hui considérée comme une formidable opportunité pour le Maroc et l'Europe de tisser des liens plus étroits. 

La délégation, conduite par Brannan Tempest, PDG d'Oblin Group, spécialisé dans l'ingénierie et la construction de systèmes solaires photovoltaïques et éoliens, s'est rendue sur place pour s'informer sur d'importants projets de développement et sur l'état d'avancement de leur mise en œuvre. 

AFP/FADEL SENNA  -   Una vista aérea de los espejos solares de la planta de energía solar concentrada Noor 1, próxima a la ciudad de Ouarzazate
AFP/FADEL SENNA - Une vue aérienne des miroirs solaires de la centrale solaire à concentration Noor 1, près de la ville de Ouarzazate

Le wali de la région de Dakhla-Oued Eddahab et gouverneur de la province d'Oued Eddahab, Lamine Benomar, a accueilli la délégation britannique le premier jour de son voyage. La discussion a porté sur les progrès réalisés par la région dans plusieurs domaines grâce au Nouveau modèle de développement des provinces du sud du Maroc.

Le président du Conseil régional de Dakhla-Oued, Eddahab El Khattat Yanja, a également rencontré les investisseurs britanniques et a souligné les progrès significatifs réalisés dans la région. Dans une déclaration aux médias, M. Yanja a mis l'accent sur les initiatives prises par le Maroc pour améliorer le climat des affaires dans la région. 

AFP/DANIEL LEAL-OLIVAS - La ministra marroquí de Transición Energética y Desarrollo Sostenible, Leila Benali
AFP/DANIEL LEAL-OLIVAS - Ministre marocaine de la Transition Énergétique et du Développement Durable, Leila Benali

Il a souligné que ces investissements contribueraient de manière significative à l'économie de Dakhla-Oued Eddahab et créeraient des opportunités d'emploi pour la population locale, précisant que la délégation britannique "a exprimé son intention de réaliser de grands projets d'investissement dans la région avec des allocations budgétaires significatives". Cependant, hors hydroélectricité, les énergies renouvelables représenteront 16,1 % du mix énergétique marocain en 2022, ce qui motive le gouvernement marocain à créer de nouveaux projets. 

"Nous sommes prêts à lancer notre projet. Il créera environ 5 000 emplois", a déclaré Brannan Tempest, PDG d'Oblin Group. 

Pour sa part, Tempest a souligné qu'il était prêt à découvrir des opportunités d'investissement prometteuses dans le secteur en expansion des énergies renouvelables de Dakhla. Dans les provinces du sud du Maroc, nous avons l'intention de lancer un important projet d'énergie renouvelable qui produira de l'hydrogène vert et de l'ammoniac, a-t-il déclaré, citant l'environnement d'investissement accueillant de Dakhla, ainsi que l'abondance de vent et de lumière du soleil dans la région. 

PHOTO/ARCHIVO - Producción de hidrógeno verde en Marruecos
PHOTO/ARCHIVO - Production d'hydrogène vert au Maroc

Selon Tempest, Oblin Group engagera des fonds considérables dans le projet et créera une nouvelle zone industrielle verte qui profitera aux entreprises fabriquant des panneaux solaires photovoltaïques et des pales d'éoliennes. Les investisseurs qui cherchent à s'implanter en Afrique et à importer des marchandises sur les marchés européens trouvent Dakhla, au Maroc, stratégiquement située sur la côte atlantique du pays, particulièrement attrayante. Selon Oxford Business Group, Dakhla dépendait fortement de l'agriculture et de la pêche en 2020, la pêche représentant 27 % du PIB (produit intérieur brut) de la région. 

Le PIB par habitant de Dakhla, comparé à celui de l'ensemble du pays, était de 1,3 % en 2019, malgré sa faible population de 537 000 habitants. En raison du plan ambitieux du pays visant à augmenter la capacité de production d'hydrogène vert, de solaire et d'éolien, les énergies renouvelables ont récemment émergé au Maroc comme l'un des trois marchés les plus prometteurs pour attirer les investissements. L'objectif ultime est que ces énergies vertes représentent plus de 52 % de la production d'électricité du pays d'ici 2030.