Toutefois, des divergences importantes subsistent entre les États-Unis et la Chine, notamment en ce qui concerne Taïwan et les sanctions économiques. Par ailleurs, à l'issue de la rencontre, Joe Biden a réaffirmé que Xi était un "dictateur"

Biden et Xi conviennent de rétablir le dialogue militaire et de lutter contre le trafic de fentanyl

El presidente estadounidense Joe Biden le da la mano al presidente chino Xi Jinping - REUTERS/KEVIN LAMARQUE
photo_camera REUTERS/KEVIN LAMARQUE - Le président américain Joe Biden serre la main du président chinois Xi Jinping au domaine de Filoli en marge du sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) à Woodside, Californie, États-Unis, le 15 novembre 2023

Après une année marquée par des tensions entre Washington et Pékin, le président des États-Unis, Joe Biden, a rencontré son homologue chinois, Xi Jiping, lors d'une réunion de quatre heures dans la ville de San Francisco. Cette rencontre, qui s'est déroulée en marge du sommet annuel de la Coopération économique Asie-Pacifique, a été suivie avec beaucoup d'intérêt en raison de ses implications mondiales potentielles.

Au cours des entretiens en tête-à-tête entre les deux dirigeants, qualifiés par Biden de "constructifs et productifs", il a été convenu de rétablir le dialogue militaire, suspendu par Pékin après la visite de Nancy Pelosi, alors présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, à Taïwan, une île que Pékin revendique comme sienne. La reprise de ce dialogue était l'un des objectifs de Washington pour la réunion, ainsi que la conclusion d'un accord sur la crise du fentanyl.  

Sur ce point, Biden et Xi se sont mis d'accord pour lutter contre le trafic de cette drogue, qui est déjà la principale cause de décès par overdose dans les grandes villes américaines. La Chine a un rôle clé à jouer dans cette crise, car c'est dans le géant asiatique qu'une grande quantité de cette drogue est produite.

En effet, en octobre dernier, Washington a sanctionné un réseau chinois pour avoir fourni des substances à des trafiquants de drogue, comme les cartels mexicains, afin de fabriquer du fentanyl et d'autres drogues de synthèse. Quelques mois plus tôt, les États-Unis avaient déjà accusé plusieurs entreprises chimiques chinoises de trafic de substances utilisées pour fabriquer du fentanyl.

Au cours de la réunion, Pékin a promis de poursuivre et de punir les entreprises qui produisent ces précurseurs chimiques du fentanyl, ce qui, selon Biden, permettrait de "sauver des vies".  

El presidente de Estados Unidos, Joe Biden, y el presidente chino, Xi Jinping, asisten a una reunión bilateral en la finca Filoli, al margen de la cumbre del Foro de Cooperación Económica Asia-Pacífico (APEC), en Woodside, California, Estados Unidos, el 15 de noviembre de 2023
REUTERS/KEVIN LAMARQUE
REUTERS/KEVIN LAMARQUE - Le président américain Joe Biden et le président chinois Xi Jinping participent à une réunion bilatérale au domaine de Filoli en marge du sommet de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique (APEC)

Outre les communications militaires et la crise du fentanyl, les deux dirigeants ont convenu d'établir un dialogue sur l'intelligence artificielle et ont souligné l'urgence pour les deux pays de s'attaquer à la crise climatique, comme l'ont rapporté les médias d'État chinois.

Bien qu'ils soient parvenus à un certain nombre de points communs, des divergences entre les deux superpuissances sont également apparues au cours des entretiens "francs et directs" de Xi et de Biden. Taïwan reste le point de friction entre Washington et Pékin, tout comme la concurrence économique.

En ce qui concerne l'île, que Xi a qualifiée de question la plus dangereuse dans les relations sino-américaines, le président chinois a insisté sur une "unification pacifique". Biden, quant à lui, a souligné que l'objectif de Washington était de maintenir la paix et la stabilité dans la région.

Selon le média chinois Xinhua, Xi a également exhorté les États-Unis à cesser d'armer Taïwan et à soutenir la "réunification pacifique" de la Chine. En revanche, Biden a souligné que les États-Unis s'engageaient à continuer d'aider Taïwan à se défendre et à maintenir la dissuasion contre une éventuelle attaque chinoise. Il a également appelé Pékin à ne pas s'immiscer dans les élections de l'année prochaine sur l'île, comme l'a révélé un haut fonctionnaire américain à l'Associated Press.

Toutefois, malgré la forte militarisation de la Chine autour de Taïwan, la délégation américaine a conclu la réunion en excluant toute invasion chinoise de l'île.  

Xi : "La planète Terre est suffisamment grande pour que les deux pays réussissent"

Outre Taïwan, les sanctions et les restrictions américaines à l'encontre des produits et des entreprises chinoises constituaient un autre point important de l'ordre du jour de la réunion pour la Chine.

"La planète Terre est suffisamment grande pour que les deux pays réussissent", a déclaré Xi à Biden. Le président américain a répondu qu'il était "primordial" que les deux pays se comprennent "clairement, de dirigeant à dirigeant, sans malentendu". "Nous devons veiller à ce que la concurrence ne débouche pas sur un conflit", a-t-il ajouté. 

Selon les médias d'État chinois, Xi a également appelé les États-Unis à "ne pas envisager de réprimer ou de contenir la Chine". "La Chine n'a pas l'intention de dépasser ou d'évincer les États-Unis, et les États-Unis ne devraient pas avoir l'intention de réprimer ou de contenir la Chine", a souligné Xi, selon un communiqué publié par l'agence de presse Xinhua.

"Nous espérons que les États-Unis répondront sérieusement aux préoccupations de la Chine et prendront des mesures pour éliminer les sanctions unilatérales et fournir un environnement juste, équitable et non discriminatoire aux entreprises chinoises", a-t-il ajouté. 

El presidente de China, Xi Jinping, habla en el Evento de Altos Líderes Chinos celebrado por el Comité Nacional de Relaciones EE.UU.-China y el Consejo Empresarial EE.UU.-China al margen de la cumbre de Cooperación Económica Asia-Pacífico (APEC) en San Francisco, California, EE.UU., 15 de noviembre de 2023
REUTERS/CARLOS BARRIA
REUTERS/CARLOS BARRIA - Le président chinois Xi Jinping s'exprime lors de l'événement organisé par le Comité national sur les relations sino-américaines et le Conseil d'affaires sino-américain à l'intention des hauts dirigeants chinois

Biden demande à Xi d'user de son influence sur l'Iran  

Comme prévu, Biden et Xi ont également abordé d'autres questions internationales pertinentes, telles que la guerre en cours entre Israël et le Hamas. À cet égard, Biden a exhorté Xi à user de l'influence de la Chine sur l'Iran pour empêcher une escalade du conflit. Le ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, a déclaré qu'il avait déjà eu des entretiens avec les Iraniens à ce sujet.

Après le sommet, qui visait à stabiliser les relations bilatérales, à rapprocher les positions et à apaiser les tensions, Biden a réaffirmé que Xi était un "dictateur" après que les journalistes lui ont demandé s'il avait toujours cette opinion du président chinois : "Cette déclaration est extrêmement erronée et constitue un acte politique irresponsable. La Chine s'y oppose fermement", a déclaré Mao Ning, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, lors d'une conférence de presse.  

Ce n'est pas la première fois que Joe Biden qualifie son homologue chinois de "dictateur". En juin dernier, un jour après que le secrétaire d'État Antony Blinken se soit rendu en Chine pour rencontrer Xi et tenter de rétablir les liens bilatéraux, Biden a qualifié le dirigeant chinois de "dictateur", ravivant ainsi les tensions après les efforts diplomatiques déployés par Blinken pour parvenir à une certaine stabilité. 

Plus dans Politique