Pendant ce temps, la situation humanitaire s'aggrave de jour en jour

Un calme relatif avant un nouveau cessez-le-feu au Soudan

sudan-clashes
photo_camera AFP/SHRAF HAZLY - Le chef de l'armée soudanaise Abdel Fattah al-Burhan (à gauche) et le commandant des Forces de soutien rapide (RSF), le général Mohamed Hamdan Daglo (Hemedti)

L'armée soudanaise et les paramilitaires qui ont pris le pouvoir en avril ont signé un cessez-le-feu de sept jours à Jeddah le 20 mai. Bien que la population ait eu plus d'espoir cette fois-ci que le cessez-le-feu soit pleinement respecté et permette l'entrée de l'aide humanitaire, les combats se sont poursuivis toute la nuit. La pression internationale n'a pas permis de faire cesser tous les combats et des frappes aériennes nocturnes ont été signalées après le début du cessez-le-feu lundi. En revanche, les habitants de Khartoum ont fait état d'un calme relatif au cours des dernières heures.

Le Soudan connaît une situation sociopolitique instable depuis le renversement d'Omar el-Béchir en avril 2019, qui a mis fin à 30 ans de dictature. Le coup d'État militaire d'octobre 2021 et la démission du Premier ministre Abdallah Hamdok en janvier 2022 ont encore fragmenté le processus de transition vers la démocratie. Le 15 avril de cette année, l'armée régulière soudanaise dirigée par Abdel Fattah al-Burhan et les forces paramilitaires de soutien rapide dirigées par Mohamed Hamdan Dagalo, alias Hemedti, ont entamé une lutte pour le pouvoir qui a déjà fait plus de 850 morts, bien que l'on estime que les chiffres pourraient être beaucoup plus élevés. 

L'accord a ravivé l'espoir d'une fin de la guerre qui a déraciné près de 1,1 million de personnes.  Cependant, quelques heures avant le début du cessez-le-feu, un message audio du lieutenant-général Dagalo a été diffusé, dans lequel il remerciait l'Arabie saoudite et les États-Unis, mais exhortait ses hommes à persévérer jusqu'à la victoire ou au martyre : "Nous ne reculerons pas tant que nous n'aurons pas mis fin à ce coup d'État, poursuivi tous ceux qui ont commis des crimes contre le peuple soudanais et repris le chemin de la démocratie", a-t-il déclaré.

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a déclaré que "les pourparlers de Djeddah ont été étroitement ciblés. Une solution permanente à ce conflit exigera beaucoup plus". Il a expliqué que le mécanisme de surveillance serait "à distance", mais n'a pas précisé en quoi consisterait un tel système. "Si le cessez-le-feu est violé, nous le saurons et nous demanderons des comptes aux contrevenants par le biais de nos sanctions et d'autres outils à notre disposition", a-t-il expliqué.

Entre-temps, la situation humanitaire s'aggrave de jour en jour. À Khartoum et au Darfour, presque tous les hôpitaux sont hors service parce qu'ils ont été bombardés, qu'ils n'ont pas suffisamment de fournitures médicales ou qu'ils sont occupés par les forces combattantes. Selon l'Union des médecins du pays, plus de 3 500 personnes ont été blessées par le conflit. Avant la guerre, le pays dépendait de l'aide humanitaire, c'est pourquoi les pénuries alimentaires et le manque d'assistance médicale mettent des millions de Soudanais en grave danger. Selon les Nations unies, 25 millions de personnes dans le pays ont besoin d'une aide humanitaire. Le conflit a provoqué le déplacement ou la fuite de plus d'un million de Soudanais en cinq semaines. Ce chiffre pourrait doubler si la guerre se poursuit, créant une instabilité supplémentaire pour les pays voisins tels que le Tchad et l'Égypte, qui seraient contraints d'accueillir les réfugiés arrivant à leurs frontières.

Selon l'ONU, si le conflit se poursuit, un million de Soudanais supplémentaires pourraient fuir vers les pays voisins, qui craignent la contagion de la violence. Selon le HCR, le Tchad a déjà accueilli entre 60 000 et 90 000 réfugiés soudanais en un mois. 

Par ailleurs, des rapports font état de violences sexuelles à l'encontre de femmes et de jeunes filles, y compris des allégations de viols à Khartoum et au Darfour, qui font l'objet d'une enquête de l'ONU, selon le représentant de l'ONU au Soudan, Volker Perthes.

La priorité immédiate des Nations unies est de parvenir à un cessez-le-feu stable assorti d'un mécanisme de surveillance, d'empêcher le conflit de dégénérer en affrontements interethniques, de protéger les civils et de fournir une aide humanitaire.

Volker Perthes a appelé les parties belligérantes à engager le dialogue et, devant le Conseil de sécurité des Nations unies, a déclaré que "les dirigeants des deux parties ont choisi de résoudre leur conflit non résolu sur le champ de bataille plutôt qu'autour d'une table. C'est leur décision qui dévaste le Soudan. Et ils peuvent y mettre fin".

Plus dans Politique
argelia sierra leona
Une intense activité au plus haut niveau entre l’Algérie et la Sierra Léone, ces derniers temps, marque un rapprochement entre les deux pays que ne manque pas d’exploiter Alger pour ramener dans son giron un pays qui non seulement reconnaît la souveraineté marocaine sur le Sahara, mais, la concrétise par l’ouverture d’un consulat dans la ville de Dakhla

Pressions algériennes sur la Sierra Léone pour l’amener à revenir sur la reconnaissance de sa souveraineté du Maroc sur le Sahara