L'armée israélienne révèle le réseau de tunnels sous l'hôpital Al-Shifa, le centre de santé où le Hamas a emmené plusieurs otages enlevés le 7 octobre

Des dirigeants arabes et musulmans abordent la question de la guerre de Gaza lors d'un sommet en Chine

Reunión de ministros de Relaciones Exteriores de naciones árabes y de mayoría musulmana en la Casa de Huéspedes Estatal Diaoyutai en Beijing el 20 de noviembre de 2023
AFP/PEDRO PARDO
photo_camera AFP/PEDRO PARDO - Réunion des ministres des Affaires étrangères des pays arabes et à majorité musulmane à la Maison d'État Diaoyutai à Pékin, le 20 novembre 2023.

La Chine continue de chercher à accroître son influence au Moyen-Orient par la diplomatie. Après avoir obtenu de l'Arabie saoudite et de l'Iran qu'ils renouent des liens après des années d'éloignement, Pékin continue de se profiler comme un médiateur dans les conflits de la région.

Par le passé, le géant asiatique a déjà exprimé sa volonté de servir de médiateur dans le long conflit israélo-palestinien. Aujourd'hui, avec la guerre entre Israël et le Hamas, la Chine cherche à réaffirmer son rôle d'intermédiaire. Pour ce faire, les autorités chinoises ont invité les ministres des pays arabes et musulmans à un sommet à Pékin visant à "mettre fin à la guerre à Gaza", comme l'a annoncé le chef de la diplomatie saoudienne, le prince Faisal bin Farhan, avant de se rendre en Chine.  

Depuis le début de la guerre, suite à l'attaque sans précédent du Hamas sur le sud d'Israël qui a fait des milliers de morts et de blessés et plus de 200 kidnappés par le groupe terroriste, les pays de la région et les pays occidentaux tentent de trouver une solution au conflit par le biais de sommets et de réunions.

Malgré les efforts diplomatiques, la guerre entre dans son 45e jour et aucune fin n'est en vue. Entre-temps, la crise humanitaire s'aggrave à Gaza, les autorités contrôlées par le Hamas faisant état de plus de 13 000 morts dans l'enclave palestinienne. D'autre part, l'organisation terroriste continue de lancer, presque quotidiennement, des missiles sur le territoire israélien, ce qui a entraîné l'évacuation de nombreuses communautés dans le sud.

"Nous devons travailler pour mettre fin à cette crise et à la guerre à Gaza le plus rapidement possible", a souligné le ministre saoudien des Affaires étrangères, qui a également indiqué que la première étape serait la Chine et qu'ils se rendraient ensuite dans d'autres capitales "pour envoyer un message clair selon lequel un cessez-le-feu doit être annoncé immédiatement et permettre l'entrée de l'aide". 

Depuis le 21 octobre, date à laquelle Israël a autorisé l'entrée de l'aide humanitaire à Gaza depuis le point de passage de Rafah avec l'Égypte, plus de 1 000 camions transportant de la nourriture, des médicaments, de l'eau, des couvertures et des tentes sont entrés dans l'enclave. La semaine dernière, les autorités israéliennes ont également autorisé l'entrée de camions transportant du carburant dans l'enclave.

Par ailleurs, afin de parvenir au cessez-le-feu tant attendu par la communauté internationale, les autorités israéliennes ont souligné la nécessité pour le Hamas de libérer d'abord les plus de 200 otages, y compris des bébés, des enfants et des personnes âgées. Jérusalem a également appelé à la reddition totale de l'organisation islamiste.

l Ministro de Relaciones Exteriores de Arabia Saudita, el Príncipe Faisal bin Farhan Al-Saud, asiste a una reunión con el Ministro de Relaciones Exteriores de China, Wang Yi, y los ministros de Relaciones Exteriores de naciones árabes y de mayoría musulmana en la Casa de Huéspedes Estatal Diaoyutai en Beijing el 20 de noviembre 2023
AFP/PEDRO PARDO
AFP/PEDRO PARDO - Le ministre saoudien des affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan Al-Saud

Ces deux questions, souvent ignorées ou non mentionnées lorsqu'on aborde la guerre du point de vue arabe et musulman, sont fondamentales pour l'acceptation d'un cessez-le-feu par Israël. Néanmoins, des médias tels que le Washington Post parlent d'un accord présumé qui permettrait la libération d'au moins 50 otages en échange de cinq jours sans combats.

"Travaillons ensemble pour calmer rapidement la situation à Gaza et rétablir la paix au Moyen-Orient dès que possible", a exhorté le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, lors de son discours d'ouverture du sommet.

Selon Wang, "une catastrophe humanitaire se déroule à Gaza" et "la communauté internationale doit agir de toute urgence et prendre des mesures efficaces pour empêcher la propagation de cette tragédie". Lors de l'inauguration, le ministre chinois a également rappelé que Pékin est "un bon ami et frère des pays arabes et islamiques"

El Ministro de Relaciones Exteriores de China, Wang Yi, asiste a una reunión con ministros de Relaciones Exteriores de naciones árabes y de mayoría musulmana en la Casa de Huéspedes Estatal Diaoyutai en Beijing el 20 de noviembre de 2023
AFP/PEDRO PARDO
AFP/PEDRO PARDO - Wang Yi, ministre chinois des affaires étrangères

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, a exprimé l'espoir que "les grandes puissances telles que la Chine joueront un rôle plus important dans l'arrêt des attaques contre les Palestiniens de la bande de Gaza". Malgré la crise à Gaza, Le Caire a refusé d'accueillir des réfugiés gazaouis car, selon Shoukry, "le déplacement des Palestiniens de la bande de Gaza menace la paix, la sécurité et la stabilité dans la région et dans le monde". 

La comunidad internacional debe tomar medidas urgentes para detener el desastre humanitario que se está desarrollando en Gaza, dijo el ministro de Relaciones Exteriores chino, Wang Yi, a los diplomáticos visitantes de países árabes y musulmanes. Naciones de mayoría musulmana el 20 de noviembre
AFP/PEDRO PARDO
AFP/PEDRO PARDO - Réunion des ministres des affaires étrangères des pays arabes et à majorité musulmane à la maison d'hôtes de l'État de Diaoyutai à Pékin, le 20 novembre 2023

Le Hamas a utilisé Al-Shifa "comme infrastructure terroriste", dénonce Israël 

Alors que le sommet de Pékin se déroule à des milliers de kilomètres de là, à Gaza, les troupes israéliennes poursuivent leur opération terrestre visant à retrouver les otages et à éliminer le Hamas. Le nombre de soldats tués au cours de l'incursion s'élève désormais à 66, selon les derniers chiffres des Forces de défense israéliennes (FDI).

Les opérations de l'armée israélienne se concentrent sur le nord de l'enclave, ainsi que sur le principal hôpital de Gaza, Al Shifa, où Israël et les États-Unis affirment que le Hamas a son quartier général. 

Ces dernières heures, les FDI ont diffusé des images provenant d'une caméra de surveillance du centre médical, montrant des terroristes du Hamas transportant vers le centre médical un Népalais et un Thaïlandais qui avaient été enlevés en Israël. Elles ont également accusé l'organisation terroriste d'avoir assassiné Noa Marciano, un soldat de 19 ans, à Al-Shifa. 

"Ces découvertes prouvent que l'organisation terroriste du Hamas a utilisé l'hôpital Al-Shifa le jour du massacre comme infrastructure terroriste", indique un communiqué de l'armée. En outre, des images de vidéosurveillance montrent des terroristes à l'intérieur de l'hôpital et à l'extérieur des salles d'otages, ainsi que des véhicules volés des FDI dans le centre médical. 

Elles ont également diffusé de nouvelles images du réseau souterrain de tunnels situé sous le complexe hospitalier, dans le but de démontrer l'utilisation abusive de l'hôpital par le Hamas. 

Plus dans Politique