Ses associés, sa veuve et les pays occidentaux accusent le président Poutine d'être responsable de sa mort

Des milliers de personnes assistent aux funérailles de Navalni à Moscou, alors que l'on craint des arrestations

El cuerpo del fallecido líder opositor ruso Alexei Navalni es visto durante un servicio fúnebre en la iglesia Madre de Dios Apaga Mis Dolores en Moscú, el 1 de marzo de 2024 – PHOTO/AFP
photo_camera Le corps du défunt leader de l'opposition russe Alexei Navalni est vu lors d'un service funéraire à l'église Mère de Dieu Éteignez mes douleurs à Moscou le 1er mars 2024 - PHOTO/AFP

Des milliers de partisans de l'opposant russe Alexeï Navalni se sont rassemblés vendredi pour lui rendre hommage dans une église de Moscou avant ses funérailles, malgré le risque d'arrestation.

  1. "Peur et tristesse”
  2. "Une mémoire déshonorée”

Le corps du principal détracteur de Vladimir Poutine a été brièvement exposé dans une église de Marino, un quartier du sud-est de la capitale russe, en présence de ses proches. Conformément au rite orthodoxe, le corps a été déposé dans un cercueil ouvert, recouvert de dizaines de fleurs rouges et blanches. Plusieurs personnes présentes portaient des bougies, a constaté un journaliste de l'AFP.

Le corbillard transportant le cercueil du militant était arrivé peu avant à l'église sous les applaudissements de la foule.

Dès le début de la matinée, une longue file de milliers de personnes s'est formée, sous haute surveillance policière, devant l'église, située dans le quartier où vivait M. Navalni avant son arrestation.

"C'est douloureux, des gens comme lui ne devraient pas mourir, des gens honnêtes, avec des principes, prêts à se sacrifier", a déclaré Anna Stepanova, soulignant également le "sens de l'humour" de l'opposant. "Même dans la douleur, il faisait des blagues".

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a averti que toute manifestation "non autorisée" à l'occasion des funérailles pourrait être sanctionnée. Lors de son point de presse quotidien, M. Peskov a également déclaré qu'il n'avait "rien à dire" à la famille du défunt.

Après des funérailles rapides, le cercueil du leader de l'opposition a été transporté au cimetière de Borisovo, près de l'église et à quelques pas de la rivière Moscou, a déclaré Ivan Jdanov, l'un des plus proches collaborateurs de M. Navalny, sur Telegram.

Les funérailles ont eu lieu deux semaines après le décès du chef de l'opposition, âgé de 47 ans, le 16 février dans une prison de l'Arctique, dans des circonstances qui n'ont pas encore été élucidées.

Ses proches, sa veuve et les pays occidentaux accusent le président Poutine d'être responsable de sa mort, ce que le Kremlin dément.

Son corps a été retenu pendant huit jours, un délai que son équipe attribue à une tentative de dissimuler la cause du décès.

Des dizaines de membres des forces de sécurité ont été déployés dans la zone et les autorités ont bouclé la route entre l'église et le cimetière avec des barrières métalliques.

Alexéi Navalni - PHOTO/FILE
Alexéi Navalni - PHOTO/FILE

"Peur et tristesse"

Trois personnalités de l'opposition russe, Evegueni Roizman, Boris Nadezhdin et Ekaterina Duntsova, ainsi que les ambassadeurs de France et d'Allemagne, ont assisté aux funérailles.

Parmi la foule, des personnes portant des fleurs étaient visiblement émues.

"Nous n'avons plus d'hommes politiques comme cela et personne ne sait quand nous en aurons à nouveau", a déclaré à l'AFP Maria, une bibliothécaire de 55 ans, qui a dit ressentir à la fois "de la peur et de la tristesse".

Denis, 26 ans, bénévole dans une association caritative, a déclaré que M. Navalni était celui qui l'avait "intéressé à la politique" dans un pays où le régime est de plus en plus autoritaire et où la désaffection des jeunes pour ces questions est forte.

Après avoir récupéré le corps du leader de l'opposition samedi, la famille a eu du mal à trouver un lieu qui accepterait d'accueillir la cérémonie.

"Une mémoire déshonorée"

L'équipe de M. Navalni a néanmoins appelé les Moscovites à se rendre à l'église pour dire au revoir au défunt, et ses partisans, dans d'autres villes et à l'étranger, à se rassembler devant des monuments commémoratifs pour honorer sa mémoire.

Des événements qui pourraient perturber le gouvernement, deux semaines avant les élections présidentielles du 15 au 17 mars, qui devraient confirmer M. Poutine au pouvoir.

Dans les jours qui ont suivi la mort de M. Navalny, près de 400 personnes ont été arrêtées par la police lors de plusieurs rassemblements improvisés organisés pour lui rendre hommage.

La veuve du leader de l'opposition, Yulia Navalnaya, a déploré mercredi qu'aucune cérémonie civile n'ait été autorisée pour permettre au corps de son mari d'être exposé au public, comme il est d'usage lorsque des personnalités russes éminentes décèdent.

"Les gens du Kremlin l'ont tué, puis ils ont déshonoré son corps, ils ont déshonoré sa mère et maintenant ils déshonorent sa mémoire", a-t-elle critiqué, imputant la responsabilité de cette situation à M. Poutine et au maire de Moscou, Sergueï Sobianine.

Avant son empoisonnement en 2020, auquel il a survécu de justesse et dont il a accusé M. Poutine, puis son arrestation et sa condamnation à 19 ans de prison pour "extrémisme", M. Navalni a su mobiliser un grand nombre de personnes, notamment dans la capitale russe.

Son mouvement, qui enquêtait et dénonçait la corruption des élites russes, a été démantelé ces dernières années. Nombre de ses collaborateurs ont été emprisonnés ou contraints à l'exil.

Aujourd'hui, Yulia Navalnaya s'engage à poursuivre le combat de son mari.