Sur les plus de 24 millions d'Algériens appelés à voter, seuls 5,6 millions ont participé à ces élections

Le FNL algérien survit face à un taux d'abstention élevé

REUTERS/RAMZI BOUDINA - Le chef de l'autorité électorale algérienne, Mohamed Chorfi, avant l'annonce des résultats des élections législatives du pays à Alger, Algérie, le 15 juin 2021

Le jour du scrutin a été marqué par des appels au boycott des partis d'opposition et du Hirak, un mouvement de protestation populaire qui secoue le pays depuis deux ans et réclame des réformes dans le pays qui cherche une nouvelle régénération politique face à l'omniprésence du Front de libération nationale et de l'armée. 

Toutefois, le grand vainqueur de ces élections est le Front de libération nationale, qui contrôle la chambre basse algérienne depuis l'indépendance vis-à-vis de la France en 1962. Le FLN a remporté 105 des 407 sièges de la nouvelle Assemblée populaire nationale, bien qu'il ait perdu 69 députés par rapport aux élections précédentes, tandis qu'une coalition d'indépendants, répartis sur 800 listes sur un total de 1 500, est devenue la deuxième force parlementaire préférée des Algériens en remportant 78 sièges. L'allié traditionnel du FNL, le Rassemblement national démocratique (RDN), a remporté 57 sièges, l'une des forces qui a perdu le plus de pouvoir ces dernières années.

Funcionarios electorales cuentan las papeletas tras el cierre de los colegios electorales en las primeras elecciones legislativas del país desde la destitución del ex presidente Abdelaziz Buteflika, en Argel, el 12 de junio de 2021 AP/ANIS BELGHOUL

Les Algériens ont dû choisir entre 2 288 listes, dont plus de 1 200 se sont déclarées "indépendantes", ce qui est sans précédent dans l'histoire de l'Algérie. Ces listes ont été ouvertement encouragées par un gouvernement qui cherchait à renouveler sa légitimité face à la lassitude des citoyens. L'assemblée naissante pourrait ainsi sceller une alliance entre les partis traditionnels (FLN et RND), les indépendants, un groupe très hétérogène, et les islamistes légalistes.

La troisième option la plus votée par les Algériens est le Mouvement de la société pour la paix (MSP), un parti islamiste, qui a remporté 64 sièges. Pour leur part, le Front el Mustakbal (Futur), proche du pouvoir, et le Mouvement Al Binaa (Construction nationale) ont obtenu respectivement 48 et 40 sièges, tandis que huit autres partis ont obtenu entre un et trois sièges, comme l'opposition Yil Yadid et le Front de la bonne gouvernance.

Un hombre deposita su voto en un colegio electoral en las primeras elecciones legislativas del país desde la destitución del ex presidente Buteflika, en Argel, Argelia, el sábado 12 de junio de 2021 AP/TOUFIK DOUDOU

Selon l'Autorité électorale nationale indépendante, l'organisme chargé de superviser le processus électoral, grâce aux incitations du gouvernement, qui s'efforce d'insuffler un sentiment de renouveau, plus de 13 000 candidats ont moins de 40 ans, et parmi eux, près de 5 700 sont des femmes. Cependant, la prochaine assemblée sera presque exclusivement masculine, avec seulement 34 femmes élues (sur 8 000 candidats), contre 146 précédemment, en raison de l'abolition d'un système de quotas introduit en 2012.

Il s'agit de la troisième consultation citoyenne à se tenir en Algérie depuis le départ du pouvoir de l'ancien président Abdelaziz Bouteflika en 2019, qui a dirigé le pays pendant 20 ans sous la pression de la mobilisation de la rue et du pouvoir militaire qui l'avait maintenu au pouvoir. 24 millions d'Algériens étaient appelés aux urnes pour une élection législative marquée par un taux d'abstention record, des chiffres qui ont jeté des ombres sur la stratégie du gouvernement, qui avait brandi la consultation comme la "fin du Hirak" et la naissance de "l'Algérie nouvelle". 

Le président algérien, que beaucoup continuent de lier à l'ancienne direction du Front de libération nationale, et les chefs de l'armée qui le soutiennent avaient foi dans les élections législatives comme moyen de mettre fin à plus de deux ans de protestations. Le président algérien avait annoncé de nouvelles réformes politiques pour construire la "nouvelle Algérie" dans le but de mettre en œuvre les réformes politiques demandées par un citoyen confronté à une grave crise économique, marquée par la chute des prix du marché de l'énergie et la corruption d'une classe politique installée au pouvoir. 

El presidente de Argelia, Abdelmadjid Tebboune, habla frente a un colegio electoral durante las elecciones parlamentarias del país en Bouchaoui, Argelia, el 12 de junio de 2021 PHOTO/ SERVICIO DE PRENSA DE ARGELIA via  REUTERS

Pour sa part, le président Abdelmadjid Tebboune a déjà choisi d'ignorer le chiffre de la participation. "Pour moi, le taux de participation n'est pas important. Ce qui m'importe, c'est que ceux pour qui le peuple vote aient une légitimité suffisante", a-t-il affirmé après avoir voté.

Le taux de participation à la fermeture des bureaux de vote lors de ces élections anticipées à l'Assemblée populaire nationale d'Algérie est estimé à moins de 23,03%, atteignant ainsi le niveau le plus bas de l'histoire de l'Algérie, selon les chiffres proposés par le président de l'ANIE, Mohamed Charfi. Seuls 5,6 millions de personnes ont participé à ce rendez-vous boycotté, la plus forte participation a eu lieu dans les grandes villes, près de 40%, a été enregistrée à Tamarraset, dans le sud de l'Algérie, tandis que la plus faible a été enregistrée dans la région de Kabylie, où elle n'a pas dépassé 1%, selon Efe. 

Il s'agissait des dernières élections organisées depuis fin 2019 après le référendum présidentiel et constitutionnel avec une abstention de 60% pour l'élection d'Abdelmajid Tebboune à la présidence de l'Algérie et de 76% pour la consultation sur la réforme de la Constitution en novembre dernier.

Il y a beaucoup d'attente quant à ce qui pourrait se passer maintenant lors des élections législatives algériennes, car le pays n'est pas confronté à une bonne situation économique et à l'insistance des manifestants qui continuent de réclamer "un système civil et non militaire".