L'ancien secrétaire d'État et conseiller à la sécurité nationale des États-Unis est décédé à l'âge de 100 ans après une carrière diplomatique longue et controversée

Henry Kissinger : adieu à la figure de proue de la politique étrangère des États-Unis au XXe siècle

AFP/FILE - Retrato del secretario de Estado de Asuntos Exteriores estadounidense, Henry Kissinger, tomado el 25 de marzo de 1974 en Tel Aviv. El exsecretario de Estado estadounidense Henry Kissinger, figura clave de la diplomacia estadounidense en la era posterior a la Segunda Guerra Mundial, murió el 29 de noviembre de 2023 a la edad de 100 años
photo_camera AFP/FILE - Portrait du ministre américain des Affaires étrangères Henry Kissinger, pris le 25 mars 1974 à Tel Aviv. L'ancien secrétaire d'État américain Henry Kissinger, figure clé de la diplomatie américaine de l'après-Seconde Guerre mondiale, est décédé le 29 novembre 2023 à l'âge de 100 ans

Henry Kissinger, ancien secrétaire d'État et conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, est décédé à l'âge de 100 ans à son domicile de Kent, dans le Connecticut, laissant derrière lui un héritage politique aussi impressionnant que controversé. 

Né dans la ville bavaroise de Fürth, en Allemagne, dans une famille juive sous le nom de Heinz, il est devenu le diplomate américain le plus important du XXe siècle après une ascension impressionnante.  

Henry Kissinger est arrivé aux États-Unis à l'âge de 14 ans, après que sa mère eut persuadé son père de quitter l'Allemagne d'Adolf Hitler en 1938, qui connaissait alors une vague de persécutions à l'encontre des Juifs, un scénario terrible qui a conduit à la consolidation du régime nazi, au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en 1939 et à l'ignominieux Holocauste contre les Juifs.  

Le jeune Kissinger a vécu ce que l'on appelle le "rêve américain" et s'est élevé au rang d'élite malgré son statut d'étranger et ses ressources limitées. Il commence à travailler à l'âge de 16 ans dans une usine de pinceaux et apprend rapidement l'anglais, même s'il n'abandonnera jamais son accent allemand, qui deviendra la principale caractéristique de son image publique. Il est appelé sous les drapeaux à la fin de la Seconde Guerre mondiale et décoré pour ses talents d'organisateur à la fin de la guerre. Il entre à Harvard après avoir quitté les forces armées et se distingue comme un étudiant brillant, très intéressé par la politique internationale. Il obtient un doctorat à l'université de Harvard, où il enseigne même en tant que professeur. 

Richard Nixon le recrute pour diriger la politique étrangère des États-Unis sous sa présidence et établit son modèle politique de diplomatie, qui repose sur un jeu d'équilibre des forces et la recherche de ce qu'il considère comme la stabilité mondiale, avec trois grandes puissances : les États-Unis et l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) comme principaux pôles de pouvoir, et une Chine montante, encouragée par Kissinger lui-même à faire quelque chose pour s'opposer à l'Union soviétique dans la sphère communiste, selon la tactique du "diviser pour mieux régner". Son échelle de pouvoir était claire pour lui, et il méprisait même en partie l'Europe, laissant en son temps une déclaration célèbre sur ses doutes quant au numéro de téléphone qu'il devait appeler pour parler à l'Europe. 

FILE/AFP - El presidente estadounidense Richard Nixon (Izquierda) le da la mano a Henry Kissinger, secretario de Estado de Asuntos Exteriores, septiembre de 1973 en Washington
FILE/AFP - Le président américain Richard Nixon (à gauche) serre la main de Henry Kissinger, secrétaire d'État aux Affaires étrangères, en septembre 1973 à Washington, DC

Il y a près de 47 ans, il a quitté son poste actif de ministre des affaires étrangères des États-Unis après que Jimmy Carter a succédé à Gerald Ford à la présidence, mais sa silhouette allongée a continué à dominer le géant américain et la position géopolitique du pays.  

Henry Kissinger a été conseiller à la sécurité nationale et secrétaire d'État sous les présidents républicains Gerald Ford et Richard Nixon et, pendant un certain temps, il a occupé les deux postes en même temps, entre janvier 1969 et janvier 1977. 

FILE/AFP - El asesor especial del presidente estadounidense Nixon, Henry Kissinger, se ríe durante una conferencia de prensa, tras el comunicado final sobre la implementación de los Acuerdos de Paz de Vietnam, firmado por Kissinger y el líder de la delegación norvietnamita, Le Duc Tho, el 13 de junio de 1973 en París
FILE/AFP - Henry Kissinger, conseiller spécial du président américain Nixon, rit lors d'une conférence de presse après le communiqué final sur la mise en œuvre des accords de paix au Viêt Nam, signé par Kissinger et le chef de la délégation nord-vietnamienne, Le Duc Tho, le 13 juin 1973 à Paris

Ombres et lumières

Sa plus grande réussite politique a été de rapprocher les États-Unis et la Chine, qui n'entretenaient plus de relations diplomatiques depuis l'arrivée au pouvoir des communistes dirigés par Mao Zedong en 1949. Le président Dwight D. Eisenhower a envisagé de bombarder l'ennemi chinois pour sauvegarder l'indépendance de Taïwan dans les années 1950, ce qui a conduit à une confrontation majeure avec l'orbite communiste représentée à l'époque par l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) et la République populaire de Chine, mais l'intervention ultérieure de Kissinger, des années plus tard, a permis un rapprochement entre les deux puissances et l'attirance de Pékin pour le capitalisme, ce qui a également marqué l'histoire de la Chine, puisque le mélange actuel d'un modèle économique capitaliste et d'un modèle politique communiste à parti unique, dirigé d'une main de fer par le Parti communiste chinois, conduit actuellement le géant asiatique vers des paramètres de croissance économique et de positionnement géopolitique avec lesquels il aspire à détrôner les États-Unis en tant que première puissance du monde. 

AFP/FOTOS DE NOTICIAS CONSOLIDADAS - El enviado especial de Estados Unidos, Henry Kissinger (derecha), se reúne con el primer ministro chino, Zhou Enlai, en julio de 1971 en Pekín
AFP/CONSOLIDATED NEWS PHOTOS - L'envoyé spécial américain Henry Kissinger (à droite) rencontre le premier ministre chinois Zhou Enlai en juillet 1971 à Pékin

Bien que la figure d'Henry Kissinger ait également été controversée en raison de son alignement ferme sur le communisme et de sa position ferme visant à obtenir de plus grands avantages diplomatiques pour son pays et à préserver ce qu'il considérait comme la stabilité mondiale, une position qui a conduit à des épisodes d'effusion de sang et de souffrances.  

Comme ce fut le cas au Chili, où une phrase célèbre est restée dans les mémoires : "Je ne sais pas pourquoi nous devons rester les bras croisés et regarder un pays aller vers le communisme à cause de l'irresponsabilité de son propre peuple. Les enjeux sont trop importants pour laisser les électeurs chiliens décider". Une position politique qui, dans une certaine mesure, a soutenu ce qui allait devenir le coup d'État de Pinochet au Chili en 1971 contre le président légitime Salvador Allende.  

Son alignement sur le coup d'État militaire en Argentine en 1976 et la répression qui s'en est suivie, au cours de laquelle des dizaines de milliers de personnes ont disparu sous la dictature argentine de sinistres personnages tels que Jorge Rafael Videla, Emilio Eduardo Massera et Orlando Ramón Agosti, ont également été remarqués à l'époque. 

PHOTO/TASS - El secretario general del Partido Comunista de la Unión Soviética, Leonid Brezhnev (Izquierda), se reúne con el secretario de Estado de los Estados Unidos, Henry Kissinger, en Moscú el 25 de marzo de 1974
PHOTO/TASS - Le secrétaire général du Parti communiste de l'Union soviétique, Leonid Brejnev (à gauche), rencontre le secrétaire d'État américain Henry Kissinger à Moscou, le 25 mars 1974

Elle a également été l'un des principaux soutiens du président Richard Nixon lors du lancement d'une invasion terrestre accompagnée de la plus grande campagne de bombardement de l'histoire sur le Cambodge, au cours de laquelle plus de 100 000 personnes, pour la plupart des civils, ont été tuées.  

Ou encore l'épisode encore plus célèbre de la guerre du Viêt Nam, où la lutte contre les communistes vietnamiens a duré de nombreuses années, faisant des milliers de morts et laissant un pays dévasté par une guerre qui s'est terminée par le départ de l'armée américaine par la petite porte et la consolidation du pouvoir communiste au Viêt Nam après le retrait des États-Unis. 

Malgré ces épisodes douteux, Henry Kissinger a obtenu le prix Nobel de la paix précisément pour ses négociations en vue du retrait américain du Viêt Nam.

PHOTO/REUTERS TV - El asesor de Seguridad Nacional de Estados Unidos, Henry Kissinger, estrecha la mano del miembro del Politburó norvietnamita, Le Duc Tho, antes de las conversaciones de seguimiento tras los Acuerdos de Paz de París sobre Vietnam, en Saint-Nom-la-Breteche, cerca de París, Francia 12 de junio de 1973 en esta captura de pantalla extraída de un vídeo
PHOTO/REUTERS TV - Henry Kissinger, conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, serre la main de Le Duc Tho, membre du Politburo nord-vietnamien, avant les négociations de suivi des accords de paix de Paris sur le Viêt Nam à Saint-Nom-la-Breteche, près de Paris, en France, le 12 juin 1973, dans cette capture d'écran tirée d'une vidéo

Son idéologie était basée sur la stabilité sans être dogmatique d'une ligne politique ou d'une autre. Il se considérait comme un intellectuel et un historien, dont le but était de maintenir la stabilité dans le monde quel qu'en soit le prix à payer. La meilleure illustration de cette stabilité est la bonne relation établie entre les États-Unis et la Chine grâce à son intervention diplomatique. 

En 1975, il perd le pouvoir et son poste de secrétaire d'État au profit de son successeur, Donald Rumsfeld, qui conduira 28 ans plus tard l'invasion de l'Irak sous George Bush. Deux ans plus tard, en 1977, il quitte la Maison Blanche avec une déchéance comparable à son ascension fulgurante.  

L'accession de Ronald Reagan à la Maison Blanche le sépare encore plus du pouvoir, bien qu'ils soient tous deux membres du Parti républicain. Il était clair qu'Henry Kissinger avait des ennemis au sein même du parti républicain et évidemment au sein du Parti démocrate rival, plus à gauche.  

Kissinger était très pragmatique et ses ennemis politiques lui reprochaient surtout d'être sans principes et de permettre presque n'importe quoi pour atteindre ses objectifs. 

REUTERS/BIBLIOTECA GERALD R.FORD
- Henry Kissinger señala un mapa del Sinaí durante una reunión con el presidente estadounidense Gerald Ford y miembros del Congreso en la Sala del Gabinete de la Casa Blanca en Washington DC, Estados Unidos, el 20 de enero de 1977
REUTERS/GERALD R.FORD LIBRARY - Henry Kissinger montre une carte du Sinaï lors d'une réunion avec le président américain Gerald Ford et des membres du Congrès dans la salle du Cabinet de la Maison Blanche à Washington DC, États-Unis, le 20 janvier 1977

Parmi ses principales réussites, citons l'accord de paix susmentionné pour la guerre du Viêt Nam, la stabilisation des relations d'Israël avec ses voisins arabes après la guerre de 1973 et ses bonnes relations avec l'URSS et la Chine, deux pays antagonistes. Un personnage à la fois admiré et détesté, qui a exercé une grande influence sur le monde. 

Kissinger laisse en héritage un homme d'État incomparable pour les uns et un criminel de guerre pour les autres. Ce qui est certain, c'est que personne n'a autant façonné la politique internationale dans l'histoire moderne qu'il ne l'a fait, pour le meilleur et pour le pire. Et de nombreux dirigeants l'ont pris en compte. En effet, il a conseillé douze présidents - de John Fitzgerald Kennedy à Joe Biden -, a traité avec tous les dirigeants chinois - de Mao Zedong à Xi Jinping - et, lorsqu'il a quitté ses responsabilités politiques, a été très sollicité en tant que consultant, conférencier et conseiller. 

Plus dans Politique