L'opération appelée "Claw-Eagle 2", qui visait les bases dans la région kurde de Gara, a fait trois morts du côté turc

La Turquie enregistre trois morts dans une attaque contre le PKK en Irak

photo_camera AFP/OMAR HAJ KADOUR   - Soldats turcs

Le pays présidé par Recep Tayyip Erdogan a mené une attaque contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans la région de Gara, au nord de l'Irak, où trois soldats ont été tués et quatre autres blessés. Le rapport confirmant les pertes a été publié par le Ministère de la défense via Twitter, dans lequel il a également dévoilé les informations de l'opération "Claw-Eagle 2", qui visait les bases du PKK. Le Vice-président Fuat Oktay a également exprimé, par le biais du réseau social, ses condoléances aux familles des défunts, notamment au lieutenant Burak Coşkun et au sergent Harun Turhan (l'identité du troisième est inconnue), et un prompt rétablissement aux autres blessés.

De même, le ministre turc de la défense, Hulusi Akar, avait déjà déclaré en janvier qu'Ankara était prête à "soutenir" l'Irak et à "éliminer" les forces du PKK présentes dans la région de Sinjar : "la coopération et la coordination contre le PKK jouent un rôle très important. Nous sommes prêts pour toute coordination possible avec l'Irak". Le Parti des travailleurs du Kurdistan est considéré par le gouvernement turc, les États-Unis et l'Union européenne comme une organisation terroriste. Malgré cela, il bénéficie du soutien de certains secteurs kurdes irakiens, mais pas de celui des autorités de la région autonome du Kurdistan irakien. Depuis le soulèvement contre les forces gouvernementales en 1984, plus de 40 000 personnes sont mortes, la plupart d'origine kurde.   

Les bombardements turcs contre les forces du PKK dans le nord de l'Irak sont une constante depuis des années, car c'est là que se trouvent les bases et le siège de l'organisation terroriste. En outre, depuis mai 2019, ils maintiennent également des unités terrestres déployées dans la zone frontalière du pays. Cette situation de violence permanente a également débordé sur la politique, provoquant une campagne d'arrestations et de condamnations contre les membres et les partisans du Parti démocratique du peuple pro-kurde (HPD, par son acronyme en turc), qui constitue la troisième force au Parlement turc.  

Atalayar_Tropas turcas contra militantes kurdos

Depuis l'Irak, malgré l'aide que la Turquie prétend apporter avec ces attaques contre le PKK, ils ont déjà exprimé à de nombreuses reprises leur opposition aux opérations répétées menées sur leur territoire. Depuis Bagdad, ils considèrent qu'il s'agit de "violations de la souveraineté du territoire et de l'espace aérien", allant jusqu'à convoquer à plusieurs reprises l'ambassadeur turc.  

Cette opération des forces turques s'ajoute à celle récemment menée contre la ville kurde de Duhok, appelée "Claw-Tiger 2" qui visait, comme à cette occasion, à neutraliser le PKK. Le travail effectué par la Turquie dans la zone frontalière avec l'Irak vise fondamentalement à "éliminer les attaques terroristes contre notre peuple et les forces de sécurité du nord de l'Irak et à garantir la sécurité de nos frontières", comme l'a déclaré le ministre Akar. Cependant, il n'est pas facile pour les forces d'Erdogan de traiter avec l'organisation terroriste car le PKK mène également des attaques régulières sur le territoire turc.

L'Irak n'est pas la seule zone de peuplement du PKK. Le nord de la Syrie abrite également certains camps de l'organisation qui n'échappent pas aux attaques des forces armées turques (TSK) pour les empêcher de prendre pied sur le territoire syrien. Depuis 2016, ils ont mené trois attaques contre la région, l'opération Bouclier de l'Euphrate (2016), l'opération Branche d'olivier (2018) et l'opération Printemps de la paix (2019) qui, pour l'instant, ont réussi à garder un chemin libre des forces du PKK le long de toute la frontière avec le pays voisin.  

Plus dans Politique