Les victimes de l'attentat-suicide sont des policiers qui prient dans l'enceinte de Peshawar

L'attaque d'une mosquée au Pakistan fait plus de 40 morts parmi les policiers

photo_camera AP/MUHAMMAD SAJJA - Un kamikaze a frappé à l'intérieur d'une mosquée dans la ville de Peshawar, au nord-ouest du Pakistan, lundi, tuant plusieurs personnes et blessant des dizaines de fidèles

Lundi, un attentat suicide perpétré dans une mosquée située à l'intérieur d'un bâtiment de la police dans le nord-ouest du Pakistan a fait au moins 44 morts et 150 blessés, pour la plupart des membres des forces de sécurité, dans l'une des pires attaques contre ces forces dans l'histoire du pays. 

"Le nombre de morts a atteint 32 et tous sont des policiers. Plus de 147 personnes ont été blessées, pour la plupart des policiers", a déclaré à EFE Asim Khan, porte-parole de l'hôpital Lady Reading de la ville de Peshawar, où l'attaque a eu lieu. 

Le centre médical a été contraint de lancer un appel aux dons de sang pour soigner les dizaines de victimes de l'attaque. "Les personnes de l'extérieur ne sont pas autorisées à entrer dans le centre", a déclaré à EFE le commissaire de Peshawar, Riaz Mehsud. 

L'attaque s'est produite vers midi dans une mosquée de Police Lines, un centre résidentiel et de formation pour la police, ce qui explique le nombre élevé de victimes au sein des forces de police, a déclaré Mehsud. 

300 fidèles à l'heure de la prière 

Les équipes de secours recherchent toujours des blessés sous les décombres causés par la puissante explosion, qui s'est produite alors que la mosquée était particulièrement bondée pendant l'une des prières.

Atentado Pakistán

"Il y avait plus de 300 fidèles dans la mosquée, et (l'attentat suicide) a eu lieu pendant la prière", a déclaré aux médias l'officier de police Muhammad Ijaz Khan à l'entrée de la mosquée. 

Le ministre pakistanais de la Défense, Khawaja Asif, a révélé que le kamikaze se trouvait au premier rang pendant les prières, et a affirmé que l'État devait agir contre les terroristes. "Il est temps que nous revenions à la guerre contre le terrorisme", a-t-il déclaré dans une interview accordée à la chaîne pakistanaise Geo TV. 

Le Premier ministre pakistanais Shehbaz Sharif a condamné le "meurtre brutal de musulmans alors qu'ils priaient devant Allah", tout en se rendant dans la zone de la tragédie, où il rendra visite aux victimes et en apprendra davantage sur l'attaque. 

Jusqu'à présent, aucune formation insurgée n'a revendiqué la responsabilité de l'attaque. 

Augmentation des attaques 

La dernière attaque contre un centre religieux au Pakistan a eu lieu dans la même ville de Peshawar en mars 2022, lorsqu'un kamikaze a déclenché ses explosifs dans une mosquée de la minorité chiite, faisant 56 morts et près de 200 blessés. 

Les attaques terroristes et insurrectionnelles se sont multipliées ces derniers mois au Pakistan après plusieurs années de calme relatif, en grande partie en raison de la résurgence du principal groupe taliban pakistanais, le Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP).

Atentado Pakistán

La formation, qui regroupe des groupes armés tribaux créés en 2007 et alliés aux talibans afghans, a intensifié ses attaques après avoir mis fin à un cessez-le-feu avec le gouvernement en novembre dernier. Le TTP a également affirmé avoir uni ses forces à celles de groupes séparatistes dans la province méridionale du Baloutchistan. 

Depuis sa création, le groupe a mené une campagne brutale d'attaques terroristes dans tout le pays et tué des milliers de personnes, dont de nombreux membres des forces de sécurité. Il a également tenté d'assassiner la future lauréate du prix Nobel Malala Yousafzai en 2012. 

Le groupe djihadiste État islamique (EI) a également mené des attaques par le passé au Pakistan, l'une des pires en 2018 visant un rassemblement au Baloutchistan, qui a fait 128 morts et 122 blessés. 

Les attaques ont commencé à diminuer en 2014 après une répression des autorités pakistanaises, mais les signes de résurgence se précisent à mesure que les relations se dégradent entre le Pakistan et un Afghanistan placé sous le gouvernement provisoire des talibans, qui ont pris le pouvoir en août 2021.

Plus dans Politique