Le chef de la diplomatie russe effectue une tournée de plusieurs capitales africaines, dans le but de défendre le discours russe sur la guerre et la crise des céréales

Lavrov fait jouer sa diplomatie en Afrique

AFP/KHALED DESOUKI - El ministro egipcio de Asuntos Exteriores, Sameh Shokry (R), y su homólogo ruso, Sergei Lavrov, celebran una rueda de prensa en la capital, El Cairo, el 24 de julio de 2022

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, effectue une tournée en Afrique afin de rallier des soutiens et de transmettre la version russe des événements concernant l'invasion de l'Ukraine et la crise alimentaire mondiale, ainsi que pour préparer le sommet Russie-Afrique de 2023. Après avoir visité l'Égypte et la République du Congo, le chef de la diplomatie russe est actuellement en Ouganda, pour une tournée qui s'achèvera en Éthiopie, afin de renforcer la présence de Moscou en Afrique. 

Le chef de la diplomatie russe est arrivé sur le continent africain samedi dernier avec une visite au Caire, où il a rencontré son homologue égyptien Sameh Shoukry. Les deux diplomates ont abordé la question des céréales, vitale pour un pays qui importe chaque année entre 11 et 13 millions de tonnes de blé, soit la moitié de ses besoins. Les prix internationaux des denrées alimentaires s'envolent actuellement, mettant en péril la sécurité alimentaire des pays du tiers monde. Cette augmentation a commencé avant même la guerre, ce qui, face aux blocages russes des céréales ukrainiennes et aux sanctions occidentales, a poussé les prix encore plus haut.  

Ici, le Russe a jeté le bébé avec l'eau du bain, affirmant que le Kremlin n'était pas à blâmer pour la crise. Dans le même temps, il a affirmé que Moscou était prêt à "remplir toutes ses obligations", tout en réaffirmant que le blocus céréalier ukrainien a été résolu par l'accord avec la Turquie. Lavrov n'a pas mentionné la récente attaque russe contre le port d'Odessa, le lendemain de l'accord, qui constitue la principale porte d'entrée des céréales ukrainiennes vers le monde extérieur, tandis que le ministère russe de la défense a affirmé que seules des cibles militaires avaient été touchées. En outre, Lavrov a également essayé de transmettre à Shoukry les raisons de l'invasion, et les deux diplomates ont discuté d'autres questions, de la guerre en Libye et en Syrie à une éventuelle participation de l'Égypte aux BRICS et à l'Organisation de coopération de Shanghai.

Museveni Lavrov

Toujours au Caire, le chef de la diplomatie russe a visité le siège de la Ligue arabe. Après une rencontre avec le secrétaire général Ahmed Aboul Gheit, où, selon le communiqué de presse russe, ils ont échangé leurs points de vue sur les guerres en Libye, en Syrie et au Yémen, ainsi que sur le conflit israélo-palestinien, Lavrov a prononcé un discours devant les représentants des pays de la Ligue arabe, expliquant en détail dans un long discours la version russe des événements en Ukraine et de la crise alimentaire.  

Ici, le ministre, quelques jours après avoir affirmé que les objectifs de l'invasion russe ne se limitaient plus au Donbas, a noté que la Russie "est déterminée à aider la population de l'est de l'Ukraine à se libérer du fardeau de ce régime inacceptable [le gouvernement ukrainien]", et a affirmé que les accusations selon lesquelles la Russie était responsable de la crise alimentaire n'étaient rien d'autre que des "fake news".  

Après son séjour dans la capitale égyptienne, Lavrov s'est rendu à Brazzaville, devenant ainsi le premier ministre des affaires étrangères russe ou soviétique à se rendre en République du Congo. Lavrov y a rencontré son homologue, Jean-Claude Gakosso, où, selon le communiqué de presse russe, le représentant de la puissance eurasienne l'a "informé en détail" des objectifs de ce que Moscou appelle "l'opération militaire spéciale pour protéger les républiques de Donbas". Dans le même temps, Lavrov a salué l'initiative congolaise de tenir une conférence de réconciliation nationale en Libye et a discuté avec son homologue de l'organisation du deuxième sommet Russie-Afrique, qui se tiendra en 2023, quatre ans après que Vladimir Poutine a accueilli les dirigeants africains à Sotchi.

Lavrov Museveni

Après le Congo, Lavrov se rendra en Ouganda mardi, avec un programme similaire. Il s'envolera ensuite pour Addis-Abeba, où il rencontrera son homologue éthiopien et visitera le siège de l'Union africaine. Le président de l'UA, ainsi que le Sénégalais Macky Sall, ont fait de même quelques semaines plus tôt, en rencontrant Poutine au Kremlin. 

Le renouveau de la Russie en Afrique 

Ces dernières années, le Kremlin a connu un réveil de sa présence sur le continent africain après des années de négligence suite à la chute de l'Union soviétique. Profitant de la vision positive de l'URSS dans ces pays en soutenant activement la décolonisation, la puissance eurasienne s'est repositionnée comme l'un des principaux acteurs étrangers en Afrique. 

Si le volet économique de ces relations est limité, la Russie a noué des relations étroites avec plusieurs grands pays du continent, comme l'Afrique du Sud, le Sénégal et l'Égypte. En outre, se surpassant, Moscou s'est glissé dans un certain nombre d'arènes géopolitiques en utilisant des moyens peu coûteux, dont l'un des favoris est le groupe mercenaire Wagner. Sous la direction de Yevgeni Prigozhin, le confident le plus fidèle du président russe, surnommé le "chef de Poutine" pour avoir travaillé dans la restauration du Kremlin, Wagner est intervenu sur une myriade de théâtres, de la République centrafricaine à la Libye, et est en train de s'implanter rapidement au Sahel.

Putin Rusia Africa

Aujourd'hui, s'appuyant sur sa position renouvelée et sa présence soviétique passée, où elle a joué un rôle clé dans la décolonisation, Moscou déploie ses muscles diplomatiques et tente de trouver un terrain fertile pour ses récits dans le Sud afin de résister à la tempête de la pression occidentale sur l'invasion de l'Ukraine. "Il est très clair que [...] Lavrov tend la main à d'autres pays pour essayer d'endiguer la vague d'indignation contre la Russie", a déclaré Ned Price, porte-parole du département d'État américain.  

Dans un article signé par Lavrov lui-même et destiné à la presse locale en Égypte, au Congo, en Ouganda et en Éthiopie, le ministre a mis l'accent sur cet objectif, se félicitant que les capitales africaines ne se soient pas jointes aux efforts occidentaux pour faire face aux actions russes contre l'Ukraine. "Nous apprécions la position africaine réfléchie concernant la situation en Ukraine et dans les environs", a écrit le chef de la diplomatie russe. "Nous savons que nos collègues africains n'approuvent pas les tentatives non déguisées des États-Unis et de leurs satellites européens de prendre la tête du mouvement et d'imposer un ordre mondial unipolaire." La plupart des pays africains se sont abstenus de critiquer la Russie, et Lavrov cherche maintenant à les convaincre de continuer à maintenir ce qu'il a appelé leur "voie indépendante". 

Plus tôt, le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a déclaré que la bataille pour le récit mondial de la guerre battait son plein et que l'Occident "ne gagnait pas" pour le moment.

Envíanos tus noticias
Si conoces o tienes alguna pista en relación con una noticia, no dudes en hacérnosla llegar a través de cualquiera de las siguientes vías. Si así lo desea, tu identidad permanecerá en el anonimato