La réélection met à l'épreuve la relation de dégel entre l'Egypte et le Qatar, qui risque de s'opposer à un nouveau mandat pour Aboul Gheit

L'Égyptien Ahmed Aboul Gheit cherche à revalider son mandat à la tête de la Ligue arabe 

photo_camera Reuters- - El secretario general de la Liga Árabe, Ahmed Aboul Gheit, en la 29ª Cumbre Árabe en Dhahran, Arabia Saudí, el 15 de abril de 2018.

La Ligue arabe, une organisation régionale qui regroupe les pays du monde arabe, est plongée dans l'élection du secrétaire général dans laquelle l'Égyptien Ahmed Aboul Gheit aspire à revalider son mandat initié en 2016. 

La réélection d'Aboul Gheit met à l'épreuve les relations et la réconciliation entre l'Egypte et le Qatar, après que le Caire a rejoint le blocus saoudien contre Doha en 2017. Un tweet de l'ancien premier ministre qatari, Cheikh Hamad bin Jassim Al Thani, appelant à "sortir la Ligue arabe de sa triste et misérable situation et à lui injecter du sang neuf", laisse entrevoir la position de son pays sur la réélection de l'actuel secrétaire général.  

Bin Jassim a également appelé à "de nouvelles politiques au sein de la Ligue arabe" basées sur "une philosophie qui met l'intérêt public en premier" et a affirmé que "la Ligue arabe n'est pas un lieu pour honorer les retraités". Il a parlé de l'importance que la relance de la Ligue arabe s'accompagne de la reconstruction du Conseil de coopération du Golfe, maintenant que le Qatar a normalisé ses relations avec l'Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis et les autres pays qui l'avaient isolé il y a quatre ans.  

Les analystes s'accordent à dire que les tweets de Bin Jassim, malgré le fait qu'il n'occupe plus le poste de premier ministre, sont formulés avec un soin particulier et peuvent être interprétés comme un signal de la position officielle.  

En 2016, lorsque Aboul Gheit a été élu secrétaire général, le Qatar s'est opposé à sa candidature et a tenté de mobiliser plusieurs pays pour l'empêcher d'obtenir le quorum nécessaire pour obtenir le poste, bien que l'Arabie Saoudite ait finalement fait pression sur Doha pour qu'il assouplisse sa position. 

Dans la capitale égyptienne, ils s'attendent à ce que Doha revienne à son opposition frontale à Aboul Gheit lorsque l'Égypte officialisera sa candidature, d'autant plus que si des mesures sont prises pour réconcilier les deux pays, la méfiance ne s'est pas complètement dissipée. Certains analystes suggèrent que le Qatar pourrait utiliser la question de la Ligue arabe pour faire pression sur l'Egypte dans les négociations entre les deux pays, en particulier en ce qui concerne les Frères musulmans, qui sont considérés comme une organisation terroriste en Egypte et un allié du Qatar. 

Malgré cela, l'Égypte ira de l'avant avec la nomination de l'actuel secrétaire général, car des sources politiques ont déclaré à Arab Weekly qu'elles estiment qu'Aboul Gheit a plus de chances que tout autre candidat, et qu'il n'y aurait aucune raison de présenter un autre candidat égyptien que lui.  

Les mêmes sources ont ajouté que le Caire a l'intention de contacter les pays membres pour obtenir leur soutien, espérant obtenir des réponses claires et positives avant le sommet qui doit se tenir en Algérie en mars, après qu'il ait été reporté et annulé l'année dernière en raison de la pandémie. L'Égypte espère éviter un nouveau report, mais en organisant la réunion pratiquement si nécessaire.  

Si la candidature du secrétaire général n'est pas retenue, les dirigeants arabes pourraient donner le feu vert à leurs ministres des affaires étrangères pour tenir une réunion au niveau ministériel afin de discuter de la question jusqu'à l'expiration du mandat actuel en juin de cette année.  

PHOTO/ONU/LOEY FELIPE - Fotografía de archivo de una reunión del Consejo de Seguridad sobre la situación en Siria, 28 de febrero de 2020
Aboul Gheit envoie un dernier message avant de connaître son avenir dans l'organisation 

Le secrétaire général de la Ligue arabe a récemment appelé l'Union européenne à s'impliquer davantage dans la résolution du conflit israélo-palestinien, soulignant le rôle humanitaire du bloc de l'UE. 

Lors d'une réunion avec Susanna Terstal, le représentant spécial de l'UE pour le processus de paix au Moyen-Orient, Aboul Gheit, a exprimé sa gratitude pour le travail de l'UE, mais a déclaré que la solution à deux États perd de son élan en raison du nombre croissant de colonies israéliennes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.  

Aboul Gheit a réitéré qu'il attend de la communauté internationale un rôle plus actif dans la réactivation du processus de paix dans le cadre des Nations unies et a souligné la coordination arabo-européenne afin que la solution à deux États soit la pierre angulaire des futures négociations menant à une solution complète du conflit. 

Concernant la nouvelle administration américaine, il a exprimé son espoir qu'elle "corrigera les politiques inutiles" adoptées par l'administration Trump et travaillera à la reprise du processus de paix.  

S'exprimant lors d'une réunion ministérielle virtuelle du Conseil de sécurité des Nations unies sur la paix et la sécurité au Moyen-Orient, le secrétaire général de la Ligue arabe a déclaré que la résolution de la question palestinienne "pourrait conduire à une prospérité et une stabilité durables sans précédent pour les peuples de la région qui ont souffert de la mise en œuvre d'une approche irrationnelle pour résoudre leurs problèmes". Il a ajouté que la politique de la précédente administration américaine a été très néfaste, citant en exemple le gel de l'aide à l'Office de secours et de travaux des Nations unies, dont dépendent 5,5 millions de réfugiés palestiniens.  

Plus dans Politique
argelia sierra leona
Une intense activité au plus haut niveau entre l’Algérie et la Sierra Léone, ces derniers temps, marque un rapprochement entre les deux pays que ne manque pas d’exploiter Alger pour ramener dans son giron un pays qui non seulement reconnaît la souveraineté marocaine sur le Sahara, mais, la concrétise par l’ouverture d’un consulat dans la ville de Dakhla

Pressions algériennes sur la Sierra Léone pour l’amener à revenir sur la reconnaissance de sa souveraineté du Maroc sur le Sahara